Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 11:10

lorca

  

 

 

   

Federico Garcia Lorca

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma rencontre avec la poésie de Lorca, je n’en sais plus ni l’année ni la saison… mais jamais je n’ai oublié cette voix obsédante qui scandait…

 

 

arbre et branchage vert 1

 

Verde que te quiero verde.

Verde viento. Verde ramas

El barco sobre la mar

y el caballo en la montaña.

 

Verde, verde… comme un refrain toujours, verde…

  feuillage 1

 

"Romance Somnambule"

 

Vert comme je t’aime vert.

Vert le vent. Vertes les branches.

Le bateau sur la mer

et le cheval dans la montagne.

L’ombre lui barrant la taille

elle rêve à sa balustrade,

verte la chair, chevelure verte,

avec des yeux d’argent froid.

Vert comme je t’aime vert.

Sous la lune gitane,

les choses la regardent

et elle ne peut les regarder.

 

Traversée de couleurs, de parfums, de fièvres de fleurs et de vent est la poésie de Lorca assassiné à trente huit ans par les franquistes.

 

« Les émotions de l’enfance sont en moi. Je n’en suis pas sorti. »

 

Ne vois-tu pas ma blessure

de la poitrine à la gorge ?

trois cents roses brunes

à ton plastron blanc.

Ton sang s’égoutte et s’exhale

tout autour de ta taille.

 

Mais déjà je ne suis plus moi,

et ma maison n’est plus ma maison.

Laissez-moi monter au moins

jusqu’aux hautes balustrades,

laissez-moi monter ! laissez-moi

jusqu’aux vertes balustrades.

Balustrade de la lune

par où l’eau retentit.

lune gros plan 

Mille petits tambours de cristal

blessaient le petit matin

… …

 

Le grand vent laissait

dans leur bouche un étrange goût

de miel, de menthe et de basilic.

 

Lorca tombé sous les balles franquistes à la « Fontaine aux larmes ».

 

casa natal de LorcaNé à Fuente Vaqueros, petit village silencieux et odorant de la Vega de Grenade : « C’est dans ce village que je serai terre et fleurs. » écrit-il à dix sept ans se voyant déjà devenu poussière donnant naissance à une profusion de fleurs dont déborde sa poésie, de l’œillet viril à la giroflée, la peau est d’olive et degiroflée jasmin, et le sombre magnolia est au ventre de plâtre ou de neige.

 

Moins d’un an avant sa mort, alors qu’on lui pose cette insolente question : qu’est-ce que la poésie ?

 

Lorca répond :

 

« L’homme approche le plus rapidement par la grâce de la poésie du bord où le philosophe et la mathématicien tournent le dos au silence. »

 

cover LorcaLorca emploie le mot « grâce » et non pas «  force » ou « mystère » par exemple. La grâce ! est-il écrit dans la préface de Yves Vequaud. Editions Orphée La Différence, deuxième édition parue en mai 2012 consacrée à Lorca. (1899 – 1936.)

 

            « Sa conversation étincelait comme un diamant fou. » (Dali)

 

            « Sa clarté était enrichissante. » (Jorge Guillen)

 

            Paré de talents, il est marionnettiste, dramaturge, dessinateur, pianiste et guitariste.

            Telle fut sa destinée et d’entrer sans purgatoire, dans la légende.

 

            Noces de sang, son entrée dans la mort. Il avait écrit le chant funèbre pour Ignatio Sanchez Mejias.

 

A cinq heures du soir

Il était juste cinq heures du soir

Un enfant apporta le drap blanc.

a las cinco de las tarde…

 

« Cinq heures du soir est-il plus heureux que cinq heures de l’après-midi ? Nous nous sommes prononcés, en tenant compte aussi de l’euphonie ou du rythme. Choisir, c’est renoncer, n’est-ce pas ? C’est se priver d’un double sens, d’une allusion ou d’une musique. Nous en demandons merci. Lorca est mort sans avoir pu revoir ses manuscrits. Nous avons décidé pour lui. Et priez Dieu que tous nous veuille absoudre ! » (Yves Véquaud)

                                                

            C’est  à cinq heures du matin, que Lorca va mourir… Son corps jeté dans la fosse sera mêlé à d’autres corps, à la terre, à la poussière… dans le murmure ininterrompu des sanglots de la « Source des larmes. »

            Le jour n’est pas encore levé…

  mare verte sous-bois

"Mort d’amour"

 

Mère quand je mourrai,

qu’on informe les messieurs.

Envoie des télégrammes bleus

qui aillent du sud au nord.

Sept cris, sept sangs

sept pavots doubles

brisèrent des vitres opaques

dans les salons obscurs.

Pleines de mains coupées

et de petites couronnes de fleurs,

la mer des serments

résonnait, je ne sais où…

 

Et mon front est place baigné de lune, et mon cœur un tambour de nacre, quand les mille petits chevaux perses de Lorca galopent dans ma chevelure, son Romancero gitan me traverse de mille parfums de fleurs de couteaux encore et ce, depuis le premier jour.

Des émeraudes lyriques pour des questions au ciel suspendu :

 

« Combien d’enfants la mort a-t-elle ?

Ils sont tous en mon sein ! »

 

« Les roses du soir seront

Comme celles du matin. »

  5

            La griffe des années n’a pas desserré son étreinte de mon amour pour les chansons de Lorca l’andalou.

 

« Le soir a dit : Je suis altéré d’ombre !

La lune a dit : Moi, d’étoiles brillantes.

La source cristalline veut des lèvres

Et des soupirs le vent. »

 

« Vent du Sud

brun, ardent,

ton souffle sur ma chair

apporte un semis

de brillants

regards et le parfum

des orangers. »

 

D’une sensualité à fleur de peau, le vent dans son œuvre est un personnage violent et érotique; Lorca est un être traversé de frôlements et d’effluves, la nature le trouble  et il veut en traduire les sortilèges.

 

« Je voudrais faire une œuvre mystérieuse et claire, qui serait comme une fleur : tout en parfum… je ferai une œuvre populaire et tout à fait andalouse. »

« Je compte construire plusieurs romances avec étangs, romances avec montagnes, romances avec étoiles.

Evocation de bruits d’ongles sur le tissu, de chuchotis de lèvres amoureuses. »

rose dragon et noeud 

« Je suis un pauvre garçon passionné et silencieux qui, à peu près comme le merveilleux Verlaine porte en lui un lys impossible à arroser, et j’offre aux yeux stupides de ceux qui me regardent une rose très rouge à la nuance sexuelle de pivoine d’avril qui n’est pas la vérité de mon cœur. » (Lorca)

 

Déjà, lorsque j’écoutais « L’amour sorcier » et « Nuit dans les jardin d’Espagne » de Manuel de Falla, mon cœur s’emplissait d’indicible nostalgie ardente. Je ne savais pas que Federico Garcia Lorca était un ami du compositeur, ni qu’il jouait aussi du piano. Pas davantage que les quatrains d’Omar Khayyâm enchantaient la sensualité de Lorca qui lisait aussi Hâfez de Chiraz, les deux poètes persans célébraient les belles femmes, le vin, les roses, les pierres mystérieuses, la nuit bleue infinie et les échansons. « Gacelas » et « Casidas » leur empreintent beaucoup… parfums, nard, et se vêtent d’amour obscur, d’amour désespéré ou imprévu. Casida de la main impossible...  

...Casida de la rose…   rose eternelle

La rose

ne cherchait pas l’aurore :

presque éternelle sur sa branche

elle cherchait autre chose.

 

La rose

ne cherchait ni science ni ombre :

confins de chair et de songe,

elle cherchait autre chose.

 

            « Lorca se définissait non comme homme, ou même poète, mais comme pulsation blessée qui sonde les choses de l’autre côté » (A. Bensoussan)

 

"Thamar y Amnon"

 

Thamar rêvait,

des oiseaux dans la gorge,

au son de froids tambourins

et de cithares baignées de lune.

Sa nudité dessous l’auvent,

nard coupant de palme,

appelle des flocons pour son ventre

et de la grêle pour ses épaules.

Thamar chantait

dénudée sur la terrasse.

 

Autour de ses pieds,

cinq colombes de glace.

Amnon, mince déterminé,

de la tour la regardait,

l’aine pleine d’écume

et la barbe d’oscillations.  

… …

La lymphe d’un puits, oppressée

fait naître le silence des jarres.

Dans la mousse des troncs

chante étendu le cobra.

Amnon gémit sur la toile

très fraîche du lit.  

… …

Thamar, efface-moi les yeux

avec ton aube immuable.

Mes fils de sang tissent

des volants sur ta jupe.

Laisse-moi tranquille, frère.

Tes baisers sur mon épaule

sont des guêpes et des brises

en un double essaim de flûtes.

 

Déjà, il lui saisit les cheveux

déjà, il lui déchire la chemise.

 

Ah ! quels cris on entendait

par-dessus les maisons !

Quelle épaisseur de poignards

et de tuniques déchirées !   7

Autour de Thamar

crient des vierges gitanes

et d’autres recueillent les gouttes

de sa fleur martyrisée.

Des linges blancs s’empourprent

dans les alcôves fermées.

  Duende Lorca[1]

 

 

 

 

            Le Duende est en Federico Garcia Lorca, force mystérieuse qui s’empare de l’être en certaines circonstances, dans les ultimes demeures du sang. Il en fait la condition même de l’émotion. Avec le Duende le corps est habité par les dieux, - Dionysos ou Méduse -, et parcouru de frissons.

 

            « Un mort en Espagne est plus vivant en tant que mort que nulle part au monde : son profil blesse comme le fil d’un rasoir. » (Lorca)

 

 

 

            « L’annonce de sa mort fut un choc terrible. De tous les êtres vivants que j’ai rencontrés, Federico est le premier. Le chef d’œuvre c’était lui, il me semble même difficile d’imaginer quelqu’un de comparable. Il pouvait lire n’importe quoi, la beauté jaillissait toujours entre ses lèvres. Il avait la passion, la joie, la jeunesse. Il était comme une flamme. » (Luis Buñuel)

 

« Qui a fauché la tige

de la lune ?

(Mais l’eau

nous laisse ses racines)

Comme il nous serait facile de couper les fleurs

de l’éternel acacia ! »

  clair de lune

 

            Tous mes chaleureux remerciements à la générosité d’Aiolos dont le regard de photographe inspiré s’est fait complice de cette chronique poétique.

 

 

 

                                                                                                                                                            Hécate

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Michel Cristofol 22/08/2012 15:07


J'apprécie cette musique et ces chants qui accompagnent les textes, pero cuales son los cantadores ? mais qui sont les chanteurs ?

Hécate 22/08/2012 22:12



MICHEL,


 cette composition est de Vicente Pradal dont l'arrière grand-père a été l'instituteur de Lorca à Fuenté Vaqueros.Les voix sont celles de : Vicente Pradal, Concha Romero, Sabrina
Tavora.Extrait de l'album "Romancero Gitan ".


Merci de votre écoute qui me touche tout particulièrement, Vicente Pradal est un artiste qui a merveilleusement faire vivre la poésie de Lorca. Ici, il s'agit de la "Romance de la
pena negra".


                                                                                 
Bonne soirée à vous.


                                                                                                                     
Hécate



Guern' de Bé 09/07/2012 12:04


C'est juste magnifique

Hécate 09/07/2012 12:56



GUERN '....


        un grand merci .Tellement d'émotion j'ai ,là ...


                                                                                      
Hécate



MARIE 24/06/2012 08:41


Las cinco de la tarde... l'heure de la mise à mort dans la corrida... les espagnols aiment trop les symboles pour faire une révolution cartésienne !

Hécate 24/06/2012 09:51



Bonjour MARIE ,


las cinco de la tarde ...l'heure où la mort pleure des larmes de sang .


"Je ne veux pas le voir " écrivait Lorca  que la douleur frappait ,avant de l'être à son tour  et mortellement !


Merci d'être venue déposer vos mots sur mon Fil d' Archal et sur cette chronique là qui est particulièrement chère à mon coeur .


                                             
Hécate


                                                                                   



Ole Lukoje 22/06/2012 16:36


Vous rallumez la lune et déchaînez le vent, très chère Magicienne, si bien que d'où je suis je puis voir la lueur, et entendre la clameur.


Je devais avoir une dizaine d'années lorsque j'ai lu pour la première fois le Llanto, et les cicatrices en sont toujours visibles... =)

Hécate 22/06/2012 19:40



OLE .....Là ,j'en perds le souffle ,j'oublie de respirer ....: la joie de vous retrouver chez moi ,et sur Lorca  qui plus est ................Ah! Ay  ............


Je pensais si fort à vous ces jours derniers et j'étais à songer à vous écrire ...Transmission de pensée ,un de mes messagers vous aura porté ma nostalgie .


Le Llanto .............Ainsi nous avions ces liens là ,aussi ...sans nous l'être dit .J'avais plus de dix ans quand j'ai cédé aux sortilèges de Lorca ...même si ,je ne sais plus très bien
situer dans le temps ,mais quelques années de plus ,trois ou quatre peut-être de plus ...


Enchantée ....je suis chère Arachnéenne Amie ....de vous lire...aujourd'hui après une longue absence .J'espère que vous allez bien...


                                                                
votre Dame du Carrefour -de-la-Lune


                                                                                                         
votre...Magicienne


                                                               



AneverBeen 22/06/2012 14:45


La page avait été tournée... J'avais fait savoir qu'il était possible de revenir sur des pages manquées et ce même si le fil n'était pas conducteur à la page
qui en suivit. Je ne connaissais pas Lorca, je le découvris par ici, ce jour, sur le Fil... Je ne sais si c'est la présence des plantes et fleurs qui nous retiendra à le découvrir davantage
mais malgré les couleurs et subtilités, Lorca n'aura pas su autant me toucher, persuader comme aura pu, su le faire précédemment de sa plume, Hécate.


Toutefois, Merci pour ce partage photographiquement présenté avec goût et cohérence...


 


A un autre coup de pierre de lune, Dame Lunaire ! 

Hécate 22/06/2012 21:53



AneverBeen ,


Sans la présence des fleurs dont l'odeur semblent émaner des vers de Lorca ,ce billet n'aurait pas été aussi vert ,aussi lunaire ....


Mais tout est affaire d'affinités ,de subtiles liaisons dangereuses dont on ne se remet jamais . La mienne avec Federico est de celles-là .De cette passion intime et ardente qui cosume et
ne s'éteint jamais ...."Toujours ,toujours ,toujours ...les lettres d'ivoire qui disent toujours " Dans mon coeur ,je les ai trouvé ces mots là ...


On ne peut pas tout partager AneverBeen ; merci d'être venue sous le charme et ses feuilles vertes ...sur la rose meurtrie...sur mes mots teints au sang des veines qui sont miennes et
partagées  ,écartelée mon âme à " cinq heures de l'après-midi "....


Lorca  ,une terrible présence ...Un parfum gardé en secret ....il ne pourra mourir qu'avec moi  !


                                                                                 
Merci et bonne soirée ...:)


                                                                                                                       
Hécate & Lune



Cathy 19/06/2012 17:59


Frederico Garcia Lorca ne m'est pas inconnu. Personnage "associé" à Salvador Dali auquel il vouait une passion hors du commun, il a beaucoup souffert de ne pouvoir vivre cet amour. Tu rends ici
un bel hommage à sa poésie délicatement sensuelle. Artiste complet, cet esthète ne méritait pas cette fin terrible. Cet homme "torturé" par une homosexualité qu'il n'a pu assumer avait
encore beaucoup à dire...


Je suis venue te lire tardivement, Hécate, mais je n'ai pratiquement pas été chez moi ces derniers jours... Un deuil survenu subitement m'a obligée à partir mercredi, je suis rentrée hier.


Merci beaucoup pour cet article d'un intérêt tout particulier à mes yeux.


Amitiés,


Cathy.

Hécate 19/06/2012 18:11



Chère CATHY ,beaucoup de deuils en ce moment .Navrée de cette nouvelle . Je n'ose t'en demander davantage ...


" Je ne veux rien que cette man


 pour les huiles de chaque jour ,le drap blanc de mon agonie.


Je ne veux rien que cette main


pour soutenir une aile de ma mort ".( LORCA )


                                                                                
Merci d'être venue rendre hommage à ce poète avec tes mots .


                                  
Hécate



Nokomis 17/06/2012 19:17


Belle chronique en effet, et jolies photos pour accompagner l'ensemble.
Pour ce qui est du Bombyx, aucune odeur particulière, et ils sont là, à coté de moi.
Et pourtant, je suis très sensible aux odeurs...
Belle fin de journée et merci pour la visite. 

Hécate 17/06/2012 19:32



NOKOMIS ,c'est très aimable de venir répondre à cette question sur l'odeur du Bombyx . Je vais vous citer cette phrase écrite par Gabrielle Wittkop :


" Sa délicieuse odeur de bombyx était juste celle qu'il fallait " .  Cette femme ,grand écrivain et voyageuse ,très observatrice des fleurs ,de la faune  avait peut-être un sens
olfactif très acéré ....


Le mystère de cette odeur presque impercetible va demeurer ...toujours et plus que jamais une interrogation pour moi . Je ne doute pas de votre sensibilité aux odeurs .


Merci encore à vous du temps pris à lire mon billet sur Lorca  et de votre regard sur les photos qui l'illustrent .Bonne fin de journée .


                                                                   
Hécate



Caro 17/06/2012 17:33


oui, je pense suivre le fil. Paul Delvaux et ses Venus endormies , par exemple.

Hécate 17/06/2012 18:33



CARO , Paul Delvaux et ses femmes pâles et nues ,somnanbuliques ...C'est hypnotique et superbe ! J'avais vu une expostion à Paris .Toutes elles semblaient surgir des toiles ....dans un éclairage
tamisé ,très nocturne .


Inoubliable !....Quand au "Sabbat "  vu par ce peintre...je vous dis que cela....


Un peu de folie ,c'est très raisonnable dans ce monde qui fait semblant de l'être !


"le naufrage de la nuit " comme disait LORCA !


                                                             
à une prochaine fois....:)


                                                                                              
Hécate



Caro 17/06/2012 16:42


et si vous n'aimiez que Federico Garcia Lorca, (si on enlève le R, c'est la folie), ce serait plus facile à vous suivre... mais non... vous aimez aussi Frida KAHLO, Marceline DESBORDES VALMORE,
les peintres préphraélites ( c'est comme ça qu'on dit ?), bref, nous avons des points communs 


... serait-ce notre... FIL ?

Hécate 17/06/2012 16:51



CARO .... ce serait trop simple ou pas assez compliqué !....


"loco " ,"duende"...Frida Khalo ,Munch ,Delvaux ,très important Delvaux ...


les Préraphaélites et les Nazaréens ,Lautréamont , Baudelaire , Novalis et Blake ,Omar Khayyâm ,et Marceline Desbodres Valmore et Anna de Noaïlles ,sans oublier Gabrielle Wiitkop ....


                  vous suivez le Fil ? ça va ....?


                                                                 
à bientôt ...


                                                                                   
Hécate



Paesaggio 17/06/2012 14:11


Ce chant et son accompagnement musical absolument superbe. Un très, très bon choix. Heureux de savoir qu'il me suffira de me connecter à cette page pour le réentendre.


Bonne semaine Hécate.

Hécate 17/06/2012 16:05



Merci JEAN-MICHEL ...revenez l'écouter quand vous en aurez le désir .


Bon week-end à vous .


                    Bien amicalement vôtre


                                                        
Hécate



apsara 16/06/2012 08:33


OB marche fort aujourd'hui,pourvu que ça dure


belle journée

Hécate 16/06/2012 12:55



OB ?  Ne reçois plus l'avis de tes publications ,c'est nouveau ....


                                                   
Journée pourrie ,le déluge ....:(


                                                                    
Que la tienne soit bien !


                                                                                                   
Hécate



apsara 16/06/2012 08:33


Bonjour belle magicienne


laisse-moi le temps deme poser,ensuite je pourrais revenir régulièrement sur les blogs...trois ans non stop à m'occuper de mes parents...et des autres...beaucoup pour moi,heureusement que j'ai
demultiples facettes...je rebondis...mais jusqu'à quand???Kélian prend toutes mes pensées...cette envoûtante fragilité,cette beauté outre-tombe me fascine!!!


je t'embrasse fort

Hécate 16/06/2012 12:53



Bonjour DANSEUES CELESTE .... C'est ma messagerie qui ne me transmet plus rien ou presque ,et OB peut-être qui s'en mêle...


Kélian...oui ...Mes pensées aussi vont vers lui ,à moins que ce soit une circulation d'ondes qui soient canalisées à travers toi ...et tout ce que nous venons de traverser ...Son âme
voyage...et touche nos rivages ...


Prends le temps...Et t'offre mes pensées "magiciennes " ....


Il pleut depuis cette nuit ...le ciel est sans teint ....sans tain ...


                                                                                   
Obscur est le jour ...


                                                                                                          
Hécate



apsara 14/06/2012 20:10


A présent je reçois tous les coms en vrac et les articles...quel bordel!


bonne soirée


tu l'as retrouvé????

Hécate 14/06/2012 22:18



Comme le courrier ,tout arrive en retard !


Hélas ! NON....ggrrrrr....Furibonde je suis ,et...dépitée .


                                                                     
Bonsoir ma belle Apsara


                                                                                                
Magicienne



apsara 14/06/2012 20:07


T'es encore dans tes gamelles pour ton légitimus ou pour l'infernal trio???ce ne serait pas Aenghus qui aurait piqué ton jupon..


BONNE SOIREE A TOUTE L'EQUIPE

Hécate 14/06/2012 22:15



APSARA ,eh! bien non ....sortie des gamelles ,en virée ,une sortie ,dîner au feu de bois !....


Aengus enjuponnée de volants couleur de lune ???    Pourquoi en train de danser un zapateado
aussi !!!!


Bien que ,pour lancer un chant guttural de flamenco ,il ne manque ni de souffle ,ni de voix ...


                  Merci de ta visite Danseuse Céleste ,Diamantine amie ;comme ça on vient voir ce qui
se trame dans le Boudoir Cramoisi ....


                                                      
A bientôt ,très vite ...


                                                                                   
Hécate



apsara 14/06/2012 11:25


Bonjour!


depuis hier j'ai du mal à atteindre over-blog et je ne reçois plus aucune parution,ni coms sur ma messagerie!


pas de nouvelle,bonne nouvelle;j'espère que tu vas bien


belle journée à toi chère hécate

Hécate 14/06/2012 11:32



Bonjour DANSEUSE CELESTE , deux jours que jen'accède côté administration d' OB ,que via "créer un blog" ,comme tu t'en doutes bien ,je n'y comprends RIEN !


Bon courage à toi ,pour tout ce qui est à faire après l'après ...


                                                                                      
Hécate



Phène 13/06/2012 23:03


Bonsoir chère Hécate et pardon pour ce commentaire tardif, mais j'ai eu quelques petits soucis. Noblesse et force cisèlent le souffle de ce grand poète que j'admire... Bien
chaleureusement

Hécate 14/06/2012 22:36



PHENE , jamais trop tardif pour venir jusqu'ici . J'espère que ces soucis  sont arrangés .


Lorca est grand coup de coeur pour moi .Merci pour lui .


                                                                       
Bonne soirée


                                                                                         
Hécate



michèle 13/06/2012 19:01


Il est de ces âmes qui de là-haut...si lointaines ensemble...enfin invulnérables...en réposées sur le bord de l'immensité silencieuse et qui ,pourtant, à nous qui sommes en bas nous font parvenir
d'ineffables murmures...


Immortelles à nos mémoires ...

Hécate 17/06/2012 15:56



MICHELE ,oui...Lorca est de celles qui ne cessent d'être aussi proches que lointaine comme un parfum qui nous effleure .


Merci pour ce passage et ces mots à la cadence des jours enfuis et qui sont encore là .


                                                                                                                             
Hécate



aiolos 13/06/2012 17:04


Lorca remplace le chevalier parti à la guerre et la princesse qui l'attend du haut de sa tour, par une belle gitane romantique et un aventurier à cheval. Le peuple lui aussi rêve d'amour...


 

Hécate 13/06/2012 19:34



AY!......AIOLOS !....Ay!....La surprise de ton retour sur ces pages  ...Veux-tu me faire monter la roseur de la pivoine aux joues ?...A moins que je n'emprunte soudainement à la Lune ,en
plein jour sa pâleur émotive ...


Oui ,Lorca avait bien un amour en tête pour une jeune fille aux yeux rêveurs ,il avait alors 18 ans et accompagnait sa mère au pied du massif des Alpujarras.C'était lui ,de là-haut  qui
s'éprit de cette "princesse Ophélienne " éthérée :


"Je ne peux qu'embrasser . Elle n'est pas avec moi ...mais je m'embrasse moi-même ...Ah! Baisers ,donnez-moi des baisers ,beaucoup de baisers ".


 


Et c'est là qu'il eut cette définition  " les bouches  sont les sexes de l'âme ".  Comme un chevalier chaste ,Lorca ...soupirait . Ensuite ,vinrent les attirances autres...qui
n'étaient plus orientées pareillement .


Oui inspiré Lorca par toute l'histoire épique de l'Espagne ...Et les gitanes de Grenade sont dans son Romancero ...


Aiolos ,tout spécialement pour toi  ce qu'il disait du vent ,quand la capitale des rois Maures  avait perdu  en 1909,les charmes du XV éme siècle :


 


"Le vent fait de Grenade un orgue dont les tuyaux seraient ses ruelles étroites " .


 


                               Enchanteur
,je te fais une bise ...


                                                                                  
Hécate



Sabine 13/06/2012 12:03


Mon jasmin embaume comme il n'a jamais embaumé et ses senteurs divines ont grimpé tous les étages de la maison comme des enfants espiègles ....je viens mêler cette frénésie à celle de ta page !


Sur ma page aujourd'hui, une fenêtre sur ......................(elle est en "bois précieux" !)


A bientôt, je t'embrasse : sabine.

Hécate 17/06/2012 15:53



SABINE ....toutes les fleurs embaumaient jusqu'à hier où un déluge de pluie ,toute la nuit et tout le jour à volé les parfums ,et répandu bien des pétales . L'oranger du Mexique est
éparpillé...


Je suis en retard....à te répondre ...Pardonne  cette allure d'escargot !


Je suis allée chez toi ,hier soir ....vite ,vite ...


                                                                       
Un baiser en vol vers toi .


                                                                                                          
Hécate



Pâques 12/06/2012 23:07


Quelle destinée !


La passion, la beauté et la cruauté du monde, il nous transmet la flamme, la profondeur du vert et ses mystères...

Hécate 13/06/2012 09:49



Chère MARCELLE ...Il écrivait :"Elle a des yeux verts ,


                                              la
voix violette "...


Tout sous sa plume était explosion de couleurs et de fleurs...Jeune homme un peu claudiquant d'une jambe ,dès qu'il dessinait ,écrivait ,dès que ses doigts couraient sur une guitare ,un piano
,ses doigts étaient comme une danse ,un vol d'oiseau !


La femme ,les femmes dans son théâtre ont la plus belle place . Superbe Ode à Dali .Et Ode magnifique  au poète Walt Witman.


                  Bonne journée


                                    
Hécate



Lucius Krapodictus 12/06/2012 17:39


Plutôt que : "tourner le dos au silence", qui, tel que je l’entends signifie, renoncé à se taire, et conséquemment, parler encore... ne faut-il pas entendre : "tourner le dos en silence", et
donc, se taire...


Se taire à pour autre avantage de nous permettre de mieux entendre ce que nous dit le poète.


Si nous admettons cela, il ne serait donc pas ici question de ‘grâce’, mais de tranchant, d’une lame acérée figurée par la poésie...


Et de conclure à la manière du Tractatus : "sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence."

Hécate 14/06/2012 22:55



MAÎTRE de la Mare ,un peu tardivement me voici ...J'ai gardé assez de silence entre mes dents ...


"Mensonge  que les formes . Seul existe


le cercle de bouche de l'oxygène .


Et la lune .


Mais non ,pas la lune ."


Il faut trancher ." ...un petit gant corrosif m'arrête. Il suffit !


Dans mon mouchoir j'ai entendu le crac


de la première veine qui se brise .....


 Et la lune .


Mais non ,pas la lune .....


....et la lune


avec un gant de fumée,assise à la porte  de ses éboulements ."


                       Je crois que je vais me taire pour ce soir ...


                    Le souvenir ,sans gant ,dans mes doigts ,l'esquisse de la présence glissante
du crapaud ...:)


                                                                                                      
Magicienne


 



Caro 11/06/2012 21:26


Etonnant qu'ils se soient cantonnés à une simple amitié de façade.

Hécate 11/06/2012 22:29



CARO , que répondre ? Les sentiments et relations humaines sont peu simples .Dali a défini plus tard cette relation " un amour érotique et tragique ,par le fait de n'avoir pu le partager
".


                                                                
Bonne soirée à vous .


                                                                                       
Hécate



Caro 11/06/2012 17:47


n'était-il pas l'amant de Salvador Dali ?

Hécate 11/06/2012 17:56



CARO ,oui...disons qu'il était très amoureux de Dali ,mais ...Dali ...ne voulait guère en venir aux actes .Une amitié amoureuse entre eux .


                                                   
Hécate



Paesaggio 11/06/2012 10:53


Superbe page dédiée à un de mes poètes préférés. D'habitude je n'aime pas trop les illustrations sonores des blogs (il faut dire qu'elles sont souvent extrêmement mièvres ou agressives) mais là
il y a une excellente complémentarité. Merci Hécate.

Hécate 11/06/2012 11:06



JEAN-MICHEL , je ne savais pas que Lorca était un de vos poètes préférés .Nous avons donc cela en partage .


Je mets peu d'accompgnement sonore .Mais là ,j'ai eu ce désir .Pradal compose et chante Lorca depuis des années .Il a cet amour de la poésie andalouse . Deux ans il a mit à réaliser ce prjet
du "Romancero Gitan" .


L'arrière grand-père de Vicente Pradal a été l'instituteur de Lorca .Il a toute son enfance baigné dans cette poésie...Après maintes tentatives ...j'ai opté pour cette "Romance de la pena
negra " ...qui me semblait être en harmonie avec ma chronique ...


Merci de me faire par de votre appréciation. Bon lundi a vous/


                                                                                          
Hécate



ledif trocas 11/06/2012 05:24


magnifique et passionnant article sur ce poète  véritablement vénéré en Grèce
MERCI


"ses cuisses s'enfuyaient sous moi
comme des truites effrayées
une partie toute embrasée
l'autre partie pleine de froid...


"pour agir en pleine droiture
comme fait un loyal gitan
je lui fis don en la quittant
d'un beau grand panier à couture
mais sans vouloir en être épris
parce qu'elle était adultère
et se prétendait sans mari
quand nous allions vers la rivière"


 


ΛΟΡΚΑ
ΦΙΛΙΚΑ

Hécate 12/06/2012 10:22



LEDIF ,cher ami ....Lorca me vaut votre visite ,quelle belle surprise ...


"La lune pour badiner


 veut passer pour une rose ". ( Lorca )


                                                                              
votre Hekate



tilk 11/06/2012 00:40


c'est ma mère quand j'étais petit qui me lisait des poèmes de Lorca


puis Paco Ibañez me les à fait redecouvrir et enfin la fac d'espagnol...


il a toujours fait parti de ma vie ...mon recueil préféré c'est un poète un New York


j'ai même une anthologie de ses poèmes lu par Rafael Alberti . à une époque j'ai même fait des conférénces dans des médiathèque autour de ses dessins


merci pour cet article


amitié


tilk

Hécate 12/06/2012 09:58



TILK , j'ai fait un billet sur Alberti , son poème sur Lorca est cité sur mon blog .Je ne sais plus depuis quand Lorca fait parti de moi...Longtemps ...


Oui ,j'ai aussi "Le poète à New York. Superbe !


Et tous les enregistrement de Pradal autour de Lorca . Ibanez un peu ,avec les poèmes de Gongora .


Merci à toi .Grand plaisir ta venue chez moi !


                                                               
Hécate



Gérard 10/06/2012 23:50


repassé écouter la Romance

Hécate 12/06/2012 09:50



GERARD ,il faut en profiter ...


                                         
Hécate



caro 10/06/2012 22:17


et vous Archal, qu'est-ce qui vous trouble ? -( le fond musical est bien choisi )

Hécate 11/06/2012 09:59



CARO ,la question est posée .Ce qui me trouble ? La poésie de Lorca ,entre autre . ..Cela est toujours ,encore ,et plus même ...


Et ,aussi bien d'autres choses . Nous aurons certainement l'opportunité d'approfondir ...


Comme je l'ai expliqué plus haut ,cette musique fait partie de celles qui sont chez moi .Et Vicente Pradal a des liens très forts avec la poésie de Lorca depuis l'enfance .


Avez -vous écouté sa création de "San Juan de la Cruz  "Nuit Obscure " ? ....Là ,c'est ce qui au-dela de me troubler ,me bouleverse totalement .


Cette fois ,voyez ,je réponds à vos questionnement .


                                                                       
A une autre fois Caro


                                                                                                    
Hécate



fbd 10/06/2012 18:54


merci Hécate!

Hécate 11/06/2012 09:52



Je suis là pour ça Françoise !


                                  
Bonne journée


                                                          
Hécate



La bête humaine 10/06/2012 15:36


Ah ! Les salauds de franquistes… et dire qu’aujourd’hui encore des gens vont voter extrême
droite !!! J’enrage…  Soit ils ont la mémoire courte, soit ils sont nostalgiques de Vichy.

Hécate 12/06/2012 10:23



LA BÊTE ,dur est le combat pour la Liberté dans cette arène d'aujourd'hui !...


                                                                                                 
Hécate



fbd 10/06/2012 14:38


c'est beau en espagnol je trouve, il faudrait que je trouve un de ses livres avec les 2 versions…

Hécate 10/06/2012 15:51



Françoise , rien de plus facile .Le livre "ORPHEE .LA DIFFERENCE :Federico Garcia Lorca , "La Désillusion du monde " présente plusieurs poèmes en bilingue pour le prix de 5 euros ! 
( c'est celui qui est présenté dans mon billet ) .


            Bon dimanche à toi


                                             
Hécate



FRUITS CONFITS 10/06/2012 08:23


BONJOUR HECATE


vois tu comme les grandes pensées se rencontrent j'avais programmé pour toi spécialement aujourd'hui un billet que tu peux aller voir sur mon
blog


magnifique le tien tu sais combien j'aime GARCIA LORCA MERCI


BONNE JOURNEE


BISES HECATE


DANY

Hécate 11/06/2012 09:51



Je suis allée voir chez toi aussitôt ...:)


Merci DANY


                   bon lundi


                                  
Hécate



Sabine 09/06/2012 16:51


Hécate, bien sûr qu'il fallait que je vienne ici revivre une page de mon histoire, et celle qui fut sans doute la plus divinement fleurie !


Quand tu dis "traversée de couleurs, de parfums, de fièvre de fleurs et de vent" c'est, vois-tu, tout ce que nous avons vécu au centuple sur le "Camino Francès" !


Tu décris, peut-être sans le savoir vraiment, toute "l'âme de ce pays" !


Nous avons traversé à pied trois régions d'Espagne, tu le sais (La Navarre, la Castille, la Gallice ..........)


Quand je me plonge dans le regard de Garcia Lorca, je revois l'eau fraîche des fontaines qui jaillissait dans le creux de nos mains en rebelle , et que nous savourions en petit animal
assoiffé..........


Et une infinité d'images se bousculent dans ma tête, à la façon aussi endiablée qu'un flamenco ......Je revois des petites filles dansant dans les rues sous le regard vacillant des grands-mères,
je réentends les voix rauques des hommes nous lançant à chacun de nos pas un "Buen camino", nos bâtons de pèlerins en frémissaient d'émotion ...!


Du vert, du vert, il y en a en Gallice mais sûrement pas autant qu'en Andalousie où je rêve d'aller ..........j'en" meurs de rêve" !


Tu parles de saveur d'olive, de jasmin et de magnolia, mais il doit y avoir également l'oranger, cette fleur qui a l'art (avec le jasmin) de me transporter ....!


Elle transporte les esprits passionnés, ceux que la beauté rend fébrile .....comme Lorca !


(Il y a bien  l'oranger, mes yeux viennent de tomber dessus par hasard, pardonne-moi, mais il y a tant et tant de phrases qui m'ont marquée dans ton écrit .......comme lorsqu'il se sentait
terre et fleurs, à l'âge de 17 ans. Et cela ne m'étonne guère, car  l'image de la mort fait partie du paysage des êtres particulièrement sensibles .............)


Vert vert et aussi ...ocre à n'en plus finir au coeur de la meseta, uniquement vêtue de poussière de soleil ! Je ne sais si Lorca l'a connue, mais combien il l'aurait aimée aussi, donnant à son
côté solitaire un goût d'épice folle ...


De ce pays,  j'ai retenu tous les mots flamboyants du soleil lorsqu'il s'éveillait à peine ou tardait à s'endormir ..


Qu'elles étaient belles nos nuits sous le son des rires et des guitares....


Le décor des gîtes était toujours d'une fantaisie démesurée, du grand bateau de corsaire installé au beau milieu de l'herbe aux murs écrits et peints par tous les gens de passage ....


Je me souviens d'un soir où nous étions tous réunis comme à l'ordinaire, pèlerins si heureux d'être ensemble, la cour du gîte était une ravissante loggia aux balcons regorgeant de mille
fleurs...Un des pèlerins a entamé à la guitare la chanson "Yesterday", il chantait et jouait si bien que chacun d'entre nous avons retenu nos larmes ....Quelle émotion !


A un moment donné, la responsable du gîte est venue, portant une serviette de cuisine à la main et une balayette ! Elle a entendu un air qui lui plaisait, plein d'entrain, et elle s'est mise à
chanter , toujours avec la serviette et la balayette dans la main, c'était terriblement divin tant sa voix et son enthousiasme étaient magnifiques, et tant elle était belle même avec ces deux
grossiers éléments à la main !


Lorca est à l'image de sa terre, à la fois insaisissable et pur comme la silhouette d'une flamme réchauffant l'obscurité, et magistralement solennel ........Dans ce pays en effet, chaque geste,
chaque mot, chaque sourire, chaque silence est solennel !


Si Lorca m'entend, et il m'entend, il doit sourire comme un enfant et, sûrement, est-il entrain de te tendre une fleur pour te rendre hommage ........et son doux baiser sur ta main laissera un
parfum de fruit inoubliable, rappelant étrangement les plus beaux sentiers de l'infini fantastique ..........!


Hécate, je m'envole à présent ........dans un tourbillon insensé de pétales, d'arômes, de musique et de vie que le vent, à l'instant, vient de me dessiner : Sabine.


Je ne sais quand je reviendrai, car .....on arrive sur tes pages sans jamais vraiment pouvoir en partir .......................

Hécate 12/06/2012 09:16



Sabine ,j'ai lu ton long commentaire comme on part en voyage...Bien sûr qu'il y les orangers dans la poèsie de Lorca ...


Je suis allée en Andalousie il y a quelques années ,Séville ,Cordoue ,Grenade ...Les Jardins de l' Alhambra...je voulais voir absolument ,les fontaines ,les parfums , le Généralife ,et
tout ce foisonnement de verdure ...les bassins de marbre ,la salle des murmures ,le patio des lions .


Et ,aussi le quartier de l'Albaicin ,ses ruelles étroites ,où le danger guette à presque angle ...On surveille , on épie ,tout est désert ,mais non...


Mais bien avant cela ,j'avais le Romancero gitan de Lorca en moi ,les âpres guitares et le cri guttural du flamenco ,la voix de El Chocolate ...et de tant d'autres...


Et ,depuis il y Vicente Pradal et son Oratorio  Llianto :"a las cinco de la tarde "...


                                                
A chaque fois ,tes mots coulent comme l'eau des bassins de l'Alhambra ...Reviens souvent Sabine !


                                                                 
La bise et une aile de jais noir ...:)


                                                                                                                   
Hécate



Gérard 09/06/2012 12:16


Non pas assisté et je le regrette bien c'est tellement beau....Bon WE Hécate

Hécate 09/06/2012 13:34



GERARD ,on ne peut être partout ...Il y a un CD de "El Divan du Tamarit " .Mais bien sûr ,la danseuse n'y est pas...


Bon week-end aussi ,plus frais il s'annonce .


                                                              
Hécate



dadette 09/06/2012 00:34


Bon week-end avec mes douces pensées.

Hécate 11/06/2012 10:30



Merci chère DADETTE ...


                   Hécate



if6 08/06/2012 16:39


je passe aussi relire et réécouter cette magnifique musique


et vous dire bonjour;)

Hécate 11/06/2012 22:37



IF6 ,c'est très sympathique ,c'est fait pour être écouté à volonté !...


                                                             
Un peu de retard et de désordre dans mes réponses  ...:)


                                                                                                       
Je vous dis bonsoir


                                                                                                                               
Hécate



chevrette13 08/06/2012 15:01


petit coucou depuis les hauts plateaux malgaches Antsirabe


bisous

Hécate 10/06/2012 17:12



Bon dimanche CHEVRETTE ...Au retour encore de nouvelles photos ...captivantes !


                                                                                                  
Hécate



saint-marc 08/06/2012 08:01


"Ma rencontre avec la poésie de FLG" remontera à ... aujourd'hui !





Ah ! le lyrisme exotique méridional ...

Hécate 11/06/2012 22:35



SAINT-MARC  ,il faut bien un début à tout et il est toujours temps de découvrir ,c'est le charme de la vie !


Bien avant Pessoa ,mon coup de coeur pour la poésie de Ferderico ...


                                                                                            
Bonne soirée à toi


                                                                                                                      
Hécate



ariaga 07/06/2012 17:29


Je suis venue relire quelques vers et te dire mon amitié.

Hécate 11/06/2012 22:45



ARIAGA  ,je te dis merci et te souhaite une bonne soirée .


                                                                               
Hécate



sixfrancs21 07/06/2012 16:44


Je me souviens d'avoir lu dans un petit livre de poche "Les Noces de sang" avec "la Maison de Bernarda Alba", je devais avoir 16 ou 17 ans, ça m'avait impressionné et je savais aussi qu'il
avait de nombreuses cordes à son arc, qu'il avait bcp d'amis dont Dali, qu'il était homosexuel et qu'il avait été assassiné par les franquistes, mais depuis lors nos routes ne se sont plus
croisées ni dans mes lectures ni dans ma vie ..... jusqu'à ton très bon article sur ton blog ! Merci pour cette redécouverte

Hécate 10/06/2012 18:28



FRANCIS ,ces pièces de théâtres je ne les ai pas lues ,mais entendues à la radio . Très fortes elles sont . De Lorca ,je ne savais rien quand j'ai entendu la Romance Somnanbule  :Verde
que te quiero verde ...


Sa poésie me fascinait ,pleine de parfus ,de sens imagés ...De volupté douloureuse et contrariée  ne s'exhalant qu'à la lune ou dans l'obscur ...


C'est très sympathique de venir m'écrire sur cette chronique qui fait battre mon coeur comme au premier jour !


J'espère que tes yeux vont mieux ?


Le dimanche est sous la pluie .Peut-être plus ensoleillé par chez toi ,qui sait ...


                                                                                                                   
Bonne soirée


                                                                                                                                      
Hécate



666 07/06/2012 00:50



Hécate ...


Chaque fois, je lis tes chroniques jusqu'à la lie. J'en tire la "substantifique moelle".


J'admire ton érudition. Ton talent de narratrice. La passion, l'âme, la générosité qui t'animent et avec toi, tes mots pour les porter jusqu'à nous.


Chaque fois, tu m'entraînes dans un voyage délicieux, nouveau ou une redécouverte. Ici Lorca. Que j'ai connu "scolairement". Bêtement dans le sens de pas suffisamment. Mais, tes mots
s'imprègnent. S'immiscent dans mes veines, mon cerveau. Me portent et me transportent.


Merci pour ce voyage en couleurs. Mots et photos.


Bonne soirée ... Magicienne.

Hécate 08/06/2012 21:25



Chère SORCIERE ...attention à l'excès d'ivresse !...Encore une fois ,il y a plus de passion en moi que d'érudition
,et ,c'est là ,l'éclosion d'un "vieux " coup de coeur qui n'en finit pas  que Lorca et moi .J'attendais le moment propice ...et les photos ont développé l'arôme de la poésie .Tout avait
commencé en vert !....


Et du vert pour les vers il me fallait ,et...des fleurs !


Je suis bien ravie que le connu "scolairement "ne t'ai point rebutée pour venir me lire et voyager dans mes phrases et la poésie de Federico ...


Il y avait des accents de rossignols dans les chants de Lorca . Une âme absente  toujours si présente ,si proche que la sienne dans le parfum de ses mots imagés et je reprends ces
quelques vers qui me semble aujourd'hui s'appliquer à lui :


"Il faudra longtemps pour que naisse ,s'il naît,


un Andalou si clair ,si riche d'aventure ."


                                                                       
Belle nuit ,Sorcière talentueuse  ...


                                                                                                        
Magicienne



•-~•*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*•~-• 06/06/2012 16:05


excellente journée


 


ti bo


 


•°•.Ś Ő Ń Ŷ Á.•°•. 

Hécate 07/06/2012 23:36



Merci de ton passage SONYA ,mais ...je suis bien attristée par le chagrin de notre amie Apsara .


                                                                                                
Bonne nuit


                                                                                                          
Hécate



maud96 06/06/2012 10:39


Un joli article, si "printanier" et donc en accord avec le poète. Poésie qui transcende le drame final de sa vie. Merci pour ce "mémorial" si frais, qui vaut des fleurs sur la tombe !

Hécate 08/06/2012 21:09



MAUD ,le printemps t'amène jusqu'ici ,et j'ai suivi à peu près  ton périple de palpitations du coeur . La poésie de Lorca est vibrante de lumière et même l'ombre est chant !


                                                                                                   
Merci de ton passage


                                                                                                                                     
Hécate



alain BARRE 06/06/2012 08:10


Belle introduction à LORCA et belles photos pour l'accompagnée !


cordialement


alainB

Hécate 07/06/2012 23:26



Bonsoir ALAIN , un survol de Lorca qui ne cesse de chanter en moi ...et les photographies ont amplement soutenu l'écriture de ma chronique . Merci de votre fidélité aux publications du
Fil d'Archal .


           Bien cordialement .


                                          
Hécate



Gérard 05/06/2012 23:41


poèmes et aussi de bien belles chansons

Hécate 07/06/2012 23:19



GERARD ,ce chant est un extrait du"ROMANCERO GITAN " par Vicente Pradal .(2004 ) .Peut-être as-tu assisté à la soirée concert ,invité de Cano Lopez  dans la création "El Divan du
Tamarit  ?...


Bonne soirée à toi .Merci d'être venu sur mon Fil...


                                                                  
Hécate



Noëlle Combet 05/06/2012 18:51


C'est magnifique, Hécate. Votre hommage à Lorca m'a émue aux larmes avec la musique qui le rehausse si besoin était, disons plutôt  qui sait l'accompagner J'ai retrouvé des textes
très...trop aimés :"verde"...""A las cinco de la tarde", le souffle du duende, la ligne de crête poétique entre voix et silence dans la poésie, plus proche de l'indicible que la philosophie quand
elle argumente, bien que je répugne à opposer les deux : une certaine philosophie sait être à fleur de silence, Niertzsche par exemple quand il parle de la pensée qui avance"à pas de colombe"...
Merci pour ces émotions réveillées en moi par votre écriture, ici, et aussi ailleurs...mais ici tout particulièrement.

Hécate 07/06/2012 23:02



Chère NOËLLE  votre émotion répond à la mienne et à propos de cette musique que j'ai choisie  peut-être dois-je m'en expliquer .Vicente Pradal , chanteur et compositeur
a écrit :


"...Lorca  a toujours été  très présent dans ma vie .J'aime à rappeler que don Antonio  Rodriguez Espinosa, mon arrière grand-père , fut son instituteur à Fuente
Vaqueros près de Ggrenade et que des liens étroits unissaient  sa famille à la mienne .Dès mon plus jeune âge,enfant de l'exil ,j'entendais prononcer son nom ,réciter ses poèmes,évoquer sa
mémoire lumineuse ,son génie et sa fin tragique....Ma musique prétend agir comme un lance-pierre qui propulse  ses vers haut et fort ...Composer une musique qui ,par amour ,épouse la poésie
.Toujours plus près des mots ,plus près des poètes . Tel est ma vocation ,mon credo , ma passion ,ma raison de vivre ."


Merci à vous encore . Le choix a été difficile ,tant l'ensemble de l'oeuvre de Pradal autour de Lorca me transporte .La "Romance de la pena negra " m'a semblé  celle qui
accompagnerait ma chronique au  plus intime ...


                        Bien à vous .


                                          
Hécate



Gertrude 04/06/2012 22:38


"Qui a fauché la tige


de la lune ?


(Mais l’eau


nous laisse ses racines)"


 


C'est vrai que le phénomène nous échappe et pourtant il n'y a rien de plus rassurant.


Vraiment une belle image et vous savez nous faire découvrir des merveilles.

Hécate 04/06/2012 23:30



Ay!....GERTRUDE !!!....La Lune se drape de noires dentelles parfumées de tubéreuse assassine ,vous le
savez bien ...et la tige en est bien dissimulée .


"Au carrefour


 rond,


six vierges


dansent .


Trois de chair


et trois d'argent ."


Je pensais voir ici GERTRUDE ROSE ...


mais  le Capitaine du Triblog est  doté de plus d'un Crâne ...


jamais celui auquel s'attendre ,voilà de quoi intriguer l'Âme d'une


                                                                                                  
....Magicienne
                                                                                                           
Hécate Triple ...



Hélène 04/06/2012 21:59


Bonsoir Hécate, tu écris de très beaux articles très joliment illustrés. Je te remercie de tes passages sur mon blog. Je suis passée moi aussi quelquefois te lire. Bonne soirée à toi,

Hécate 04/06/2012 22:35



HELENE , c'est très agréable d'avoir une visite ornée de compliments ,les illustrations de celui-ci sont d'un Enchanteur ,comme j'aime à le nommer ,auregard de poète qui m'a fait don de ces
photos superbement adaptées à l'univers de Lorca .


Puis-je sans rougir te demander si tu te souviens de nos premières rencontres ? Ma mémoire ,ce soir est en panne ...J'en suis confuse .


Merci à toi .A une prochaine fois ,si...tu veux bien .Bonne nuit .


                                                                                                
Hécate



•-~•*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*•~-• 04/06/2012 18:02


ses écrits ne laissent pas indifférents


ti bo et belle fin de journée 


 


 


 


•.¸.•*♥ Ś Ő Ń Ŷ Á ♥*• .¸.•  

Hécate 04/06/2012 23:21



SONYA ,bonne nuit à toi ...


                               
Hécate



ariaga 04/06/2012 14:35


Sur moi aussi grâce à ta note la griffe des années s'est desserrée et la grâce du génie à fait son travail. J'ai passé un moment inoubliable à lire ta note que je relirai certainement encore et
encore. Tout y est  : ton texte impressionniste une musique exaltante et les très belles illustrations d'Aiolos. Merci amie.

Hécate 04/06/2012 16:24



Ariaga ...Touchée par tes pensées exprimées ,et ,si la griffe s'est un peu desserée ,grâce en soit à Lorca ,à ses  vers où la nature est entière et frémissante ,bruissante
d'élans multiples .Et merci aussi pour ton regard sur les illustrations d'Aiolos qui donnent  présence et couleurs à ma chronique !...


L'amitié est lumière .Merci de la tienne .


                                                                     
Hécate



Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories