Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 11:06

 

Barcelone sous la plume de Daniel Arsand est un visage. Celui d’un garçon. De Barcelone nous ne saurons presque rien si ce n’est la « hautaine placidité affichée » de cet Alberto dont la blondeur vénitienne va être fatale à l’or pur d’un amour torturé. « Un œil gris bleuté » répond à la description de la Plaza Réal : « elle est de mica et de pierre dans la nuit ».

Tout est en place. La nuit. L’arrivée du narrateur à Barcelone. La rencontre bouleversante dont il se souvient et qu’il décrit avec une encre trempée à même la déchirure d’aimer.

 

L’auteur du magnifique roman « Des amants » se livre ici, à ses lecteurs avec l’audace de ceux que la pudeur a étouffés trop longtemps.

Avec un lyrisme sans concession, il avait usé de l’envoûtante somptuosité de son verbe pour peindre les pulsions, les violences, les passions irrépressibles dans « La province des ténèbres ».

 

Avec « Alberto » il n’est plus qu’une voix confidentielle avec des aveux très intimes. Cette « voix » touche tout être qui, un jour, s’est confronté avec le désir d’aimer et d’être aimé. Ou celui qui en rêve. Ou qui en a rêvé.

Cette voix déjà dans « Le petit étang qui sent le suicide » préludait Barcelone, effleurait le mal-être, ces « troublants mouvements intérieurs sous l’écorce de l’être », elle annonçait « L’ivresse du fils », celle qui fouille ses plaies, qui les offre toutes vives au lecteur avec une sincérité toute en délicatesse où la révolte cède en de brusques dérobades au détour d’une phrase.

Avec « Alberto » elle revient cette voix, nous faire entendre les battements d’un cœur dévoré d’un romantisme latent, difficile à porter, un cœur aux prises avec les tumultes de la chair, les balbutiements éblouis d’un premier amour, la fragilité d’être tout à coup bien vulnérablement exposé.

Tout chavire. Le doute de tout ce qui a été chéri, même les livres préférés sont remis en cause. Les certitudes deviennent incertitudes. Qui sait mieux exprimer cela que la voix de l’auteur qui se souvient avec une lucidité encore dans l’émotion de sa jeunesse ?

« Pendant deux heures je dialoguai avec mon reflet dans la vitre » écrit-il au début, dans un train qui l’emporte vers tous les possibles de ses rêves. Il a vingt six ans : « A quel garçon dirai-je enfin des mots d’amour ? »

 

Daniel Arsand ne cesse de dialoguer avec lui-même, avec ses lecteurs. Il a cette voix qui nous prend à la gorge. La simplicité de ses mots, atteint les zones mystérieuses, celles dérobées aux non-dits de l’être. Daniel Arsand déshabille ses phrases de tout ornement superflu. On approche au plus près de lui-même, de nous-même. Avec lui, la solitude n’est plus. On n’est plus tout à fait seul quand on  l’écoute ; Un homme se regarde et regarde celui qu’il était et qu’il est encore.

Petit livre. Grand livre. Lecture brève. Forte et ardente.

 

Illustré par José Maria Gonzalez en quelques traits, ils sont là les garçons des nuits de Barcelone. Esquisses de silhouettes, traînées de rouge ici et là, répondent à la phrase… comme du sang, celui de Lorca. « Un cœur en écharpe enseveli sous des roses et du jasmin ».

Non, Alberto, n’a pas entamé la fidélité de Daniel Arsand à tout ce qu’il aime. « Je songe à ce garçon qui fut moi et je songe à l’homme que je suis, ils diffèrent peu l’un de l’autre. »

 

Il faut lire ce livre, il faut découvrir cet écrivain si on ne le connaît pas encore, car il est la voix qui sait nous parler de ce qu’on attend sans oser se l’avouer.

 

Hécate



Les éditions du Chemin de fer. 2008.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate - dans Avis de lectures
commenter cet article

commentaires

aiolos 08/04/2012 18:32


" Le petit étang qui sent le suicide" Il ne faut pas que trop j'y pense... Mais j'ai la "Magicienne" qui veille...

Hécate 08/04/2012 18:38



AIOLOS !.............


"Le petit étang qui sent le suicide ..." .Non ,non....La Magicienne te surveille ...


                                                                  
Mais tu parcours vraiment le boudoir cramoisi de long en large ....Tu ne peux t'imaginer quel plaisir tu me fais ...


                                                                                        
Hécate



apsara 25/09/2011 11:54



je ris jaune !!!



apsara 25/09/2011 10:58



tu les nourris avec quoi tes compagnons???et tu t'étonnes que tes amis s'en aillent!!! humour noir petite corneille



Hécate 25/09/2011 11:31



humour pas si loin de la vérité


                                                            
H



apsara 24/09/2011 19:07



iL NE VAUT MIEUXPAS ALLER CHEZ TOI SI JE COMPRENDS BIEN !



Hécate 25/09/2011 10:46



..je ne vois pas ce que tu veux dire ?...


                                                                    
H



apsara 23/09/2011 19:25



Bon me voilà tassurée!ils aiment les steaks c'est bien,je suis carnivore!!



Hécate 24/09/2011 18:43



et moi ...aussi rassurée , d'une certaine façon  !!! Je sais que ça peut paraître un peu obscure
,mais je me comprends



apsara 23/09/2011 19:11



Ha me voilà plus à l'aise avec toi!!la question de la nourriture me terrorisait un peu;je pensais qu'ils amenaient des lombrics chez toi!!!l'horreur!



Hécate 23/09/2011 19:15



Non et quand tu penses qu'ils ne veulent même pas aller sur le balcon ....ça ne risque pas !!!!


Les lombrics ,c'est quand ils cherches des protéines et dans la nature ,les steaks ne poussent pas !!!



apsara 23/09/2011 18:58



berk!!les haricots verts,je déteste,pauvres bêtes!!je croyais qu'ils ne mangeaient que des " tout nus "!!!



Hécate 23/09/2011 19:03



Que non !...Très pratique un corbeau à nourrir ,il mange comme nous ...Ils sont très délicats et ils ont la "gueule fine" ....:)


et méticuleux La gâterie tendre c'est de venir prendre sur les lèvres une douceur ...Le bec est une caressse...Tu n'imagines pas !!!!!!!!!!!!



apsara 23/09/2011 17:42



J'aime mieux chet!!!!



Hécate 23/09/2011 18:42



...bien sûr ils ne crachent pas sur un petit morceau de viande et les pognons de pins et le fromage pardi  !


Odin après des années de bouderie sur toute nourriture de couleur verte mange des haricots verts !!! J'en suis baba ...


 



apsara 22/09/2011 13:48



SI TU LE DIS !!!


A l'avenir désormais


je ne te demande pas ce que mangent tes compagnons!!!?



Hécate 22/09/2011 18:31



Mes z'ailés compagnons ...mangent principalement ...des croquettes pour chat !



apsara 21/09/2011 12:11



parce que tu as eu des histoires nettes???moi jamais!!!



Hécate 22/09/2011 09:54



Ce n'était qu'indirectement mon histoire ...et tant mieux !


                                                                                             
H



apsara 20/09/2011 19:35



je sais pas j'ai senti une relation entre toi et un éric!!pas grave!!u isais moi et mes impressions,ça craint!


douce nuit à toi chère hécate


caresses à tes amis


à demain



Hécate 20/09/2011 19:43



En fait...tes impressions ne sont pas fausses...Un Eric ,oui...j'ai connu .Mais il y a des lustres !!! Une histoire ...pas nette .


                          A +


                                     
H


                                 


                               



apsara 20/09/2011 19:16



Eric,ça ne te dit rien???



Hécate 20/09/2011 19:19



....ça devrait ?


 ...sur l'instant ...je ne vois pas trop .  



apsara 20/09/2011 13:36



C'est tentant!!!!



Hécate 20/09/2011 18:45



N'est-ce pas !...


                                  
H



apsara 19/09/2011 13:41



j'ai toujours rêvé d'un homme insaisissable qui me laisse sur ma faim!je suis sûre que je l'aimerais éternellement!



Hécate 19/09/2011 20:26



Un être pareil existe ,un goût d'infini ...Le type d'homme à disparaître en disant qu'il a l'éternité devant lui !


                                                                                                                                                      
H



apsara 18/09/2011 08:36



qui es-tu hécate???Je te sens insaisissable!!!c'est fabuleux non .



Hécate 18/09/2011 10:05



Difficile de répondre à une telle question !!!


                                                      
C'est fabuleux l'insaisissable ...


                                                                                                         
HHH



apsara 17/09/2011 13:57



la superbe ambiguité des sentiments!



Hécate 17/09/2011 17:35



Oui...Un petit livre qui tient dans la poche . Un grand écrivain qui regarde vers sa jeunesse . Alberto était un écrivain . Daniel Arsand devenu éditeur ,passeur, des livres
étrangers a publié un de ses livres ( que j'ai lu !... )....


                      Hécate


                                                                                                                          



Humanimalités 29/01/2010 21:28


Réélement une inoubliable rencontre


Hecate 08/08/2009 12:38

Ah! Sonja,c'est que je lis bien moins qu'autrefois...Mais ,oui,j'ai lu tout ce que j'ai pu de Daniel Arsand.Un coup de coeur ,cela arrive!...Et j'ai eu envie de partager en toute simplicité.Les parutions sont si nombreuses,parfois bien formatées aussi à une mode du moment.
J'ai eu le grand plaisir de rencontrer cet écrivain à Lyon ,cette année lors d'une rencontre littéraire à la Villa Gillet où il parlait de son frère-d'âme Klaus Mann. Un très grand moment d'émotion...
C'est vrai,Roanne est partout dans ses livres,et je suis bien contente que le hasard place sur mon chemin une habitante de cette ville et d'avoir quelques lignes sur cet auteur.
Bien amicalement.Hécate

sonja 08/08/2009 11:12

Bonjour
Comme tu commentes cet écrivain. Tu as du passionnément dévorer cet autre roman de lui. Il t'entraine à chaque page vers des dialogues fabuleux et entreprenants.
A l'image de tes autres commentaires sur tes pages, tu lis énormément, cela se sent. C'est palpable.
C'est assez agréable de savoir qu'on lit pour nous, et qu'on peut ainsi aller choisir un livre d'auteur, avec un peu plus de confiance. C'est vrai que parfois on a des hésitations quand on ne connait pas la plume qui l'a composé.
Bonne journée et à bientôt

Noëlle Combet 11/04/2009 21:09

Tout ce que je lis dans votre blog me reconduit à Deleuze lorsqu'il évoque, en contrepoint des vecteurs bien tracés de nos vies ces "lignes de fuite" qui peuvent conduire aux plus stupéfiantes créations à condition qu'elles ne tournent pas en lignes de mort, "suicide dans l'étang".
il faudrait pour cela que des passerelles se fassent médiatrices, compliquant l'écheveau, sans doute, mais nous retenant aux abords de l'abîme.

Humanimalités 10/03/2009 21:33

"Il n'y a pas d'outrance en amour. Quiconque a éprouvé, ne serait-ce qu'une fois, le peu qu'il nous en est accordé de connaître et de gouter sait que l'amour est tout. Si l'absolu a un sens, c'est le sens que l'amour lui donne dans le parcours d'une vie."
Raoul vaneigem (Le Chevalier, la Dame, le Diable et la Mort) cette citation me paraît tout à fait en adéquation avec la lecture de ce livre.

Callophrys 12/02/2009 11:17

encore!!!! fascinant surement

Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories