Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 22:26

Marcel Schwob.

Le Livre de Monelle.



Lecture d'extraits par Hécate....


Edition ALLIA



Marcel Schwob (1867-1905) est l'une des figures les plus originales et attachantes de la fin du XIXe siècle. Ami de Mallarmé, de Jules Renard, il fut celui que se choisirent pour maître les jeunes Paul Valéry et Alfred Jarry. Son œuvre protéiforme se compose aussi bien d'essais critiques nourris de son immense érudition (ses études sur l'argot et sur Villon font toujours autorité), que de contes fantastiques. Le Livre de Monelle, publié en 1894, donne les clefs de cette œuvre et peut être regardé comme le testament spirituel de Marcel Schwob. Monelle, «celle qui est seule», petite prostituée sortie de la nuit, est la sœur lointaine de la pauvre Anne de Thomas de Quincey. Ses paroles initiatiques sont un appel à jouir du moment, à épouser le mouvement de la vie. Tout détruire, tout oublier, sont les conditions d'une vie nouvelle. Dans de brefs contes de fées amers et cruels, Schwob retrace la vie des sœurs de Monelle, l'égoïste, la voluptueuse, la rêveuse, la perverse, etc. Ces femmes-enfants éclairent de leur grâce intemporelle ce récit allégorique, transparent et grave, qui tend sans cesse vers le poème en prose.










Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

La bête humaine 21/01/2011 17:48



Vous êtes tros bonne avec moi chère magicienne



Hécate 21/01/2011 17:49



..........


                   H



La bête humaine 21/01/2011 17:20



Je xais je radotte un peu mais il y a bien longtemps que tu ne nous a pas offert le charme d'une de tes lectures à voix haute.



Hécate 21/01/2011 17:46



Mais non ,mais non   :)


                                      
H



écureuil bleu 20/01/2011 23:18



Bonsoir Hécate et merci pour ta visite. Je ne connais pas cet auteur. Merci pour tes extraits et ton résumé. Brigitte



Hécate 21/01/2011 17:56



Il y a toujours à découvrir ,à partager .Merci de ta visite également Brigitte  :)


                                                                                                  
H



Vincent 09/08/2010 03:45



...Bonsoir Trés Chère Hécate...Instant captivant de voix et de mots...la poésie d'un géant crépusculaire...La musique me fait penser à des "soubresauts" sonores situés entre Einstürzende
Neubauten, Magma et Art Zoyd...En tous cas, elle donne à cette lecture une couleur nouvelle emprunte de gravité...Au dernier mot de ce texte, dans le silence de la pièce, un craquement vif
d'une de mes poutres...étrange coïncidence...quand l'Imaginaire "frappe" le réel! ...Je vous souhaite une nuit emplie d'étoiles rêveuses...



Hécate 10/08/2010 14:15



Que vous ayez écouté ces passages du "Livre de Monelle " me fait vraiment plaisir ; j'ai mis tant d'années à me procurer cet oeuvre ,et n'en connaissais que des fragments qui
m'avaient fascinée .


Votre intérêt quand à la musique me touche ,mon choix fût totalement improvisé alors ,et je n'ai point noté les divers noms des groupes .Pour la plupart ,ce sont des
enregistrements autour des années 94 , pour beaucoup d'entre eux  je les ai sur des cassettes audios compilées en fonction de mon attrait.( via des émissions de radio )


Je suis certaine que Magma n'y figure pas . J'écoutais pas mal Neubauten ,et je pense qu'il y a des extraits d'Arcana ..(mon CD favori est Dark Age of Raison ).Disons que
l'interrogation oscillerait de Mégaptera  à Raison d'être, Suicidal Comity....etc .


Merci encore de votre oreille attentive ,ces sonorités pour ma part me paraissaient s'accorder aux mots ,leur conférer une dimension nocturne aux confins de l'étrange
...


Et si l'une vos poudres a réagi ,quel grandiose instant !!!....


                                                                                
votre Hécate



Hecate 01/07/2009 10:06

Je n'étais plus sur mon fil...j'étais dans la plaine avec les soeurs de Monelle à errer par les sentiers des rêves,à croiser des Rois masqués d'or,à naviguer par les océans,parmi les enlacements des poulpes des Chants de Maldoror. M'avez -vous croisée avec l'ombre d'une vie ,celle du comte de Lautréamont?
Votre Hécate

Iougenaie 01/07/2009 00:03

J'ignore si vous êtes encore sur la toile alors je vous souhaite une bonne nuit, je penserai à vous en m'endormant, peut être alors je rêverais de vous ! A bientôt mon Hécate.

Votre Eugénie.

Hecate 30/06/2009 23:12

J'ai tojours désiré écrire,ensuite lire et dire des poèmes ,en écrire,ce que j'ai fait,jouer de la musique,danser,rêver,mettre en scène des pièces de théàtre, et j'ai au gré des vents fait un peu de tout celà dès que j'ai su dessiner,écrire etc...Et maintenant je suis un peu "Magicienne"...
Bonsoir Eugénie et à bientôt. Moi non plus je ne vous oublierai pas.
Hécate

Iougenaie 30/06/2009 23:05

Surtout la notre, il est indicible, notre histoire l'est aussi..
Savez vous que mon aimé m'appelait toujours "mademoiselle" au début. A cause du "ma", il disait pour me séduire, qu'il espérait que je serai sienne. Encore un drôle de Hasard.
Je voulais vous prévenir que je pars trois jours, je ne vous oublierai pas. Seulement, je ne pourrais ni lire, ni répondre à vos messages (si il y en a).
Arrêtez moi si je suis trop indiscrète, mais quel métier à intéressé votre âme ? Que faites vous de vos jours ?
Je vous embrasse.
Douce nuit, beaux jours mon Hécate...

Hecate 30/06/2009 22:59

"La valeur n'attend pas le nombre des années" ,chère Eugénie et je vous souhaite d'être heureuse.
Roméo et Juliette étaient eux aussi , très jeunes ! je vous éspère plus longue vie ,et William Shakeaspare est mort,personne ne saurait écrire votre histoire,il est préférable de vivre plus longtemps.
Oui,je vais bien.Bonsoir mademoiselle Eugénie...
votre Hécate

Iougenaie 30/06/2009 22:18

"Tout peut commencer quand rien n'est fini de la puissance d'aimer !" Cette phrase est belle, elle résonne en moi. Petite, sans doute moins aujourd'hui, je rêvais à de grandes passions amoureuses autant qu'à de grandes aventures solitaires, et je souhaitais comme l'homme que j'aimerai concilie les deux. C'est chose faite. Si jeune, je ne devrais pas y croire, mais je rêve !

Si je ne me trompe pas trop, c'est que vous êtes un imaginaire. Une héroïne ramener à l'existence par la vie, on ne sait pas trop pourquoi.

Comment vous portez vous mon Hécate ce soir ?
Votre Eugénie.

Hecate 30/06/2009 22:09

Pourquoi,chère Eugénie?...Parce que les gens sérieux diraient que cela ne l'est pas,mais Hécate pense que le rêve construit la vie si on ne se repose pas que sur lui ; ce que vous faites ce soir, car tout en rêvant vous faites un pas vers le rêve en m'écrivant.
Vous ne vous trompez pas trop,mes lèvres ne sont point si rouges,mais ma jupe est longue étagée de volants de tissu et de tulle,noire et brodée ici et là de noir où étincellent quelques perles ,noires elles aussi...
J'ai toujours été Catherine et Heathcliff.
Dans le roman ,c'est même un cri:"-je suis Heathcliff!"
La passion a toujours habité mon coeur aussi loin que je me souvienne!
Ai-je jamais été ce que les adultes nomment :enfant?...
Il suffit de se rappeler de quelle avidité de découvertes se compose une enfance !
Emily Brontê en renouvelant une autre histoire avec ces enfants que tout devrait séparer et qui s'aiment ,nous lègue ce message subtil que vous avez si bien exprimé, que rien n'est tout à fait achevé...et tout peut commencer quand rien n'est fini de la puissance d'aimer!
Merci de me faire entrer dans vos rêveries...
Avec vous,encore un peu...
Votre Hécate

Iougenaie 30/06/2009 20:45

De celle qui ne passe pas inaperçue...

Voici ce que j'imagine avec votre voix, vos plumes, et votre manière d'écrire. Une femme pâle aux lèvres très rouge, vêtue d'une longue robe à volants noirs, qu'elle agrémenterait au gré de ses humeurs d'étoles et de châles de couleurs toujours un peu sombres, mais que j'imagine plutôt violines, coupés dans une matière douce et fripée. Cette femme marche dans la nuit, ses plumes virevoltent à l'humeur de la brise légère qui les caresse. Votre voix m'évoque aussi une ombrelle brodée, rouge. Et, je me suis dis la première fois que j'ai entendu votre voix, qu'elle pourrait être celle de Catherine. Vous pourriez vivre (selon votre voix encore une fois) ces grandes passions éternelles et déchirantes, mais vous en sortiriez sereine après un temps. Et vous seriez des sages, à la fin.

Pourquoi ne serait ce pas sérieux ma chère Hécate ?
Votre Eugénie.

Hecate 30/06/2009 17:51

J'oubliais: vous me conterez les histoire que vous imaginez avec ma voix qui vous inspire très sérieusement ,mais dites-moi,est-ce bien sérieux,chère demoiselle???...
A bientôt
Hécate

Hecate 30/06/2009 17:48

Vous me feriez rougir ,chère Iougenaie si je n'étais si pâle de stupeur sous votre admiration, belle?...Disons que chacun a sa notion de la beauté,et que je suis dit-on de celle qui ne passe guère inaperçue , voici une observation qui a été faite ;je me garde bien de vouloir m'évaluer.
Que ma voix vous plaise me fait plaisir,alors confidence pour confidence,elle plaisait beaucoup lors des spectacles poétiques que j'ai eu la joie de pouvoir animer.
Vous allez presque tout savoir de moi!
Bien à vous ,votre Hécate

Iougenaie 30/06/2009 14:36

Je m'arrange pour bercer de votre voix ce petit mot. Votre voix, Hécate, votre voix ! Elle est sublime. Je suis toujours intriguée par les voix, avec les plus belles et envoûtantes d'entre elles, je me tricote des histoires au fil de mon imaginaire.

Vous devez être très belle Hécate. D'ailleurs, pour moi, vous êtes la plus merveilleuse.

Votre Eugénie, tendrement.

Hecate 22/06/2009 22:25

Au plaisir Lost , d'une prochaine fois.Si l'insidieux climat de Schwob vous attire c'est prometteur!
Merci de cette venue à la tombée du jour...Hécate.

Lost 22/06/2009 22:12

Envoutant. Presque enivrant. Vous semblez donnez vie, avec justesse, aux lignes de cet extrait. Je repasserais sans doute.

Hecate 17/06/2009 09:24

Margritis, ces pages vous sont ouvertes, bienvenue sur le fil d'archal et, si quelques unes vous retiennent plus que d'autres,dites-le ici.

Hecate 16/06/2009 20:29

Eh!bien...me voici bien pensive,cher Plaiethore.Sommes-nous encore de ce monde?...Nous serions-nous rencontrés dans quelques plaines lointaines jadis....

Plaiethore 16/06/2009 17:42

Tilo Wolff de "Lacrimosa" en effet.
Et oui le monde de la toile est petit lorsque les âmes savent se trouver ; vous vous en rendrez vite compte ma Chère Hécate.

Hecate 16/06/2009 11:41

Point de regret ,Plaiethore,je n'y vois qu'une connivence bienheureuse !

Plaiethore 16/06/2009 10:41

Je suis sincèrement désolé d'apprendre cette histoire pas drôle du tout...
Et moi qui parlais d'oeil depuis ce matin.
Mais je crois que j'ai vraiment le chic pour mettre les pieds dans la soupe.

Que cette agitation sous paupière ne vous empêche en rien de faire tournoyer la magie, c'est ce que j'espère.

Margritis 16/06/2009 00:55

Ah, amoureuse des mots ! Je vais me plaire ici.
Prendre le temps de parcourir vos pages. Vibrantes oui.

Belle nuit à vous.
Margritis

Hecate 15/06/2009 18:53

Voila un commentaire qui me dit que la graine semée va lever...

MP 15/06/2009 18:02

Voilà qui donne envie de lire.

Hecate 15/06/2009 15:14

La démence du temps jamais n'égalera la clémence de votre présence,et nulle aliénation de mots ne saura être le mal d'une folie qui mérite la camisole du silence ! Cher Plaiethore, donc autant qu'il vous plaît,soyez donc épinglé à l'incarnat du velours de ce théâtre! Hécate l'écarlate

Plaiethore 15/06/2009 11:28

Le risque de l'aventure en valait bien l'épingle chère Hécate.

Je partirai à la recherche de votre bonheur aujourd'hui, entre deux temps qui se veulent décidément démentiels.

Hecate 15/06/2009 10:58

Messire Plaiethore, c'était là le risque de vous aventurer en loisir et liberté sur un fil qui vous lie tant soit peu au grimoire acceuillant des qualités de flamme et d'esprit dont vous êtes ornés,couronné d'orties voilà peu de banalité en saison de fleurs et lauriers ,assez pour retenir l'attention de quelques autres acrobates de passage,et vous le souhaitant bien...et vous donnant divines pensées divinatoires de futurs plaisirs, à ne point regretter de vous être glissé sur l'incandescence d'ici. Vote Hécate

Plaiethore 15/06/2009 00:49

Me voici épinglé sur votre grimoire...
De quoi esbaudir mes orties.

Bien à vous Hécate de nuit.

Hecate 14/06/2009 16:12

A vous revoir alors,Arielle ? A bientôt...

arielle 14/06/2009 14:01

très intéressant ! merci pour la culture.

Hecate 14/06/2009 10:39

Bonne surprise des rencontres !...Revenez Maud96 comme il vous plaira, le fil d'archal est à disposition de qui veut tenter le délire de lire et d'écrire!

Maud96 13/06/2009 14:42

Merci d'un com qui me permet de (re?)trouver un blog d'élite...
Ca me fait drôle de placer un com ici, à la suite du sieur Plaiethore...
En trop bonne compagnie, qui me surpasse, je me retire en reculant à coups de courbettes, par crainte de mots trop rustres.
Ceci en tout humour : non, je vais au contraire folâtrer avec plaisir sur ce pré littéraire.

Plaiethore 11/06/2009 20:26

Ô Magicienne, chère Magicienne, vos dons ne sont pas perdus ; ils se nichent à présent dans mon antre... et je compte bien les garder tous crocs d'orties dehors et tout velouté d'orties pour vous !

Hecate 11/06/2009 18:29

Ah! ma légendaire infortune informatique m'a joué quelques tours! Hormis tenir la plume voyez- là la cause probable des ces missives perdues! J'ai inscris mes mots sur ce qui indique écrire à l'auteur!...Et tout s'est volatilisé!...Me voici autant navrée que vous cher Plaiethore!

Plaiethore 11/06/2009 15:10

Chère Hécate je vous assure de rien avoir reçu de votre part sur mon écritoile et vous me voyez fort courroucé de savoir vos missives perdues... Comme j'aurais aimé à les lire...

Avez-vous bien cliqué sur les orties qui se trouvent dans une baignoire qui trône au bas de chacun de mes articles ?
Pardonnez-moi par avance si j'insiste, mais ne pas comprendre me couvre d'urticaire...

Bien bien à vous.

Hecate 09/06/2009 19:10

Comme vous êtes ...si...vraiment je,...cher Plaiethore, comment mieux ...vous..faire... comprendre...Vous rends l'exquisité de ce bonsoir...à bientôt vous revoir... est l'humble souhait de votre ...magicienne.
De ce lôtos avons quelque réserve...à votre bon vouloir.
Hécate

Plaiethore 09/06/2009 18:56

je le suis et je le, me le, vous le, dois Hécate, très chère :)

Belle soirée à vousse.

Hecate 09/06/2009 18:53

Voila deux tiraillements bien savoureux,l'un amer comme une absinthe, l'autre bien délicieus comme un breuvage des Dieux...Ulysse fit un long voyage...et rencontra bien des enchanteresses et des sirènes...ce qui me semble assez votre actuelle position ,cher Plaiethore!...
J'avoue avoir pour les héros quelque faiblesse,toutefois je n'en attends pas des exploits, soyez naturel, je vous en prie...
votre Hécate

Plaiethore 09/06/2009 18:23

Que vous disais-je chez notre crâne ami chère Hécate ?...

Me voici tiraillé à présent entre deux pulsions contraires et qui s'attirent dans un même temps ; je me sens comme Ulysse qui aurait perdu ses talons pour s'en retourner chez lui et pourtant l'envie d'avaler encore du lotos pour endormir mon ego qui souffre (et s'en porte à merveille) déjà de poussées intempestives de croissance... Magicienne !!!

Hecate 08/06/2009 23:36

Chère Noëlle , Marcel Scwob possédait une érudition profonde qui émerveillaient ses amis et condisciples pourtants eux aussi très fins lettrés.Une criosité commune fourmillait dans toute l'Europe artistique et nombreux furent ceux qui étaient prêts à remettre en cause les fondements de leur pratique, les peintres, les poètes, les écrivains...Merci à vous de le rejoindre à travers le temps dans cette quête via le fil d'archal.
Bien sincèrement.Hécate

Noëlle Combet 08/06/2009 18:22

cette magnifique méditation,qui réunit la philosophie et le poème me parle intensément : c'est une célébration de la transition et des passages, question qui me travaille et que je travaille actuellement, avec l'appui des "Transformations silencieuses" de François Julien. J'en dirai un jour quelque chose.
Merci pour cette vibrante lecture.
N.

Hecate 06/06/2009 10:51

De votre merci Plaiethore,qui en valent mille ,ainsi apporté, vous lire chez Gertrude me fait encore éblouie du flambeau de votre inspiration parcourue d'éclairs saisissant comme des oracles!...
On deviendrait mendiante de ce masque mystérieux d'où source une telle profusion d'images qu'on semble avoir goùté un fruit qu'Ulysse se fit offrir chez les Lotophages...
votre Hécate

Plaiethore 06/06/2009 02:27

Hécate, délirante Magicienne, je ne vous ai pas dis merci pour votre pluie d'étoiles jetée chez Gertrude... Merci.

De vos mots ici aussi, merci.

Vous dis le bientôt.

Eric LOW 04/06/2009 14:21

tu as mon mail dans les infos sur l'émetteur de ce commentaire (quand tu cliques sur le com' dans ton "tableau de bord" (dans Administration du blog")

Hecate 02/06/2009 12:24

C'est l'enchantement qui entre ici..ô infant des névrose délirantes,bienvenu chez Hécate,ses trois têtes sont parcourues de mille pensées"...crois bien qu'i y aura toujours de la solitude sur la terre pour ceux qui en seront dignes" a écrit Villers de l'Isle -Adam, à quoi je retorque qu'il s'agit de la briser en autant de faisceaux, car ici se construit un Château d'acceuil dans un espace Cyber où réunir les exentriques de l'Espérance de tous les songes les plus incroyables...l'allée qui y conduit est large..."il est d'étranges soirs,où les fleurs ont une âme"(A.Samain)et soyons sans repentir de la respirer!...( en choeur!).

Bien à vous ....votre Hékate

Plaiethore 02/06/2009 11:56

Ô Magicienne des visions de nuit, puisse votre passage chez moi apporter nombre de vers qu'un serpent des enfers s'empressera de dévorer !
Puissent mes délires vous faire dérailler encore et encore et honorer ainsi les êtres hybrides qui habitent ma cocotte sans soupape !

Vous savez Hécate, ce n'est pas la première fois que je rampondule jusque chez vous ; les potions que vous préparez ont un goût à satisfaire les papilles les plus aigues et je crois (et je ne crois pas en grand chose) bien avoir compris qu'il est un don et un art que d'offrir belle pitance écrite aux volatiles terrestres.

Si nous nous sommes croisés effectivement chez des perles de lecture et d'image-ination, c'est que nous délirons alors en parallèle et sans hasard bizzaré mais bigarré.

Oh ! Pour vous répondre, bien sûr que vous pouvez m'écrire directement chez moi... Approchez... Regardez... Un escargot... Des orties... En bas d'article...
Chatouillez leurs la voûte crânienne et ils vous pondront des frottements qui bourdonnent.

Bien à vous, chez vous, chez moi, chez eux.

Hecate 01/06/2009 20:53

Le double d'Eric Low ,Eric le Rouge emporte certainement dans ses voyages vers le Serpentrion une besace avec un livre :"Le coeur double"
de Marcel Schwob...(entre autre!...)

Hecate 01/06/2009 20:29

Eric Low est-il ce "Roi au Masque d'Or" ?...de Schwob..."A l'extrémité de la salle, le roi saisit une torchère d'airain qui dardait ses langues rouges dans les tènèbres..."( à Eric le Rouge...)

Hecate 01/06/2009 20:22

A Vincent venu dès ce matin saluer M.Schwob qui , avec "Le livre de Monelle" a su transposer le réalisme douloureux de ses amours de jeunesse sous le couvert poètique et poser sur le visage de la misère un masque d'or, celui forgé de ses mots merveilleux...
Bien amicalement.Hécate

Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories