Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 20:56

youngdylan

 

 

 

 

  Dylan Thomas

(1914 - 1953)

 

 

 

 

 

"Dylan Thomas était un clown merveilleux et un merveilleux poète."

(Lawrence Durrel)

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi, le premier né

je suis le fantôme de cet

ami anonyme, sans prénom

qui écrit les mots que j'écris

dans une chambre tranquille,

dans une maison imbibée d'envoûtements.

 

Je suis le fantôme de cette maison

remplie des langues et des yeux

d'un fantôme sans tête

que je crains pour toujours

jusqu'à la fin anonyme.

 

          "J'ai voulu écrire de la poésie parce que j'étais tombé amoureux des mots. Les premiers poèmes que j'ai connus, avant de savoir lire, étaient des comptines, j'ai aimé leurs mots, leurs mots seuls. Ce que les mots représentaient, voulaient dire ou symbolisaient, n'avait qu'une importance secondaire. Ce qui importait c'était leur son, tel que je l'entendais la première fois sur les lèvres de lointains adultes incompréhensibles...C'était le temps de l'innocence, les mots me sautaient à la figure...Les mots jaillissaient à la source, humides de la rosée de l'Eden, en giclant dans l'air...J'aimais la forme et l'ombre et la taille des mots qui fredonnaient, pianotaient, dansaient la gigue, galopaient."

 

          On dit que l'œuvre de Dylan Thomas est l'une des aventures les plus singulières de la poésie anglaise, l'une des plus fertiles interrogations de l'aventure singulière d'exister.

  dylan house swansea maison natale

          Né le 27 octobre 1914, il remplace le premier enfant mort et son père le prénomme Dylan comme le Prince des Ténèbres du Mabinogion. C'est un enfant précoce fasciné par les mots et les images poétiques. C'est toute l'ivresse de son monde intérieur que cet Orphée gallois ne cessera de nous offrir !

 

          "Le monde que Dylan Thomas reconstruit pour nous, c'est celui que nous avons déserté peu après notre entrée dans l'humaine condition...Il nous parle de ce vertige fondamental que nous portons tous au fond de nous : c'est le manque de l'Autre qui nous constitue." (Alain Suied)

 

Qui

Es-tu, toi

Qui nais dans

La chambre à côté

Si fort près de la mienne

Que je peux entendre la matrice

S'ouvrir et l'obscur soudain courir

Au-dessus du fantôme et de l'enfant délivré

Derrière le mur aussi fin qu'un os de roitelet ?...

 

          Il n'a pas encore seize ans et il écrit des poèmes qu'il récite en se promenant quand vient le crépuscule :

 

Mon âme est façonnée

sur des modes intra-charnels :

secrètes et passionnées

jaillissent mes pensées

du puits de furtives luxure

ivres des ruines de l'Enfer.

 

          "Si je regardais dans une vitrine l'image reflétée de la rue, je voyais un gamin coiffé d'une casquette écarlate avec de grosses galoches aux pieds déambuler au milieu de la chaussée et je me demandais qui c'était."

 

Lorsque, répandues au fond de la tombe,

mes cendres seront

poussière et muette provocation

d'étoile menaçante...

 

          "Je déclamais. Un jeune couple, bras dessus bras dessous apparut soudain entre les maisons , sortant d'une ruelle en arrière de la rue. Je cessai de déclamer et fredonnai un air en les croisant. Ils devaient ricaner stupidement tous deux, serrés l'un contre l'autre, abjects. Va donc, cheveux à l'artiste, loufoque, lope ! Je poussai un vigoureux coup de sifflet, cognai du pied dans une porte...

          Et voici Warmley, la maison de Dan où j'entends un grand tapage de musique. il était compositeur et aussi poète ; à l'âge de douze ans il avait écrit sept romans historiques et il jouait du piano et du violon...Il me montre ses livres et ses sept romans. Dans ces derniers il n'étaient question que de batailles, de sièges et de rois." Des œuvres de jeunesse, sans plus " précise-t-il. Il me permit de sortir son violon et de le faire miauler...

          Je lui lu tout un cahier de poèmes. Il écoutait d'un air grave, comme un gamin centenaire, la tête inclinée de côté et ses lunettes tremblotaient sur son nez tuméfié." Celui-ci s'appelle Perversion, annonçai-je..." ("Jeux de mains " extrait de Portrait de l'artiste en jeune chien.)

 

          "Toutes les biographies sont absurdes. Avec la mienne on pourrait faire rire un chat."

 

          Il a dix sept ans, il a quitté l'école et fait du journalisme, il correspond avec une jeune poétesse londonienne et se décrit ainsi :

 

" Taille : un mètre soixante-quinze. ( environ ).

Poids : quarante-cinq kilos.( environ ).

Cheveux : d'un brun de rat.

Yeux : grands, bruns et vert ( comme si l'un était brun et l'autre vert, les couleurs sont mêlées).

Signes particuliers : trois grains de beauté sur la joue droite, une cicatrice au bras, une autre à la cheville qu'on ne voit pas car je porte généralement des chaussettes.

Sexe : masculin, je pense.

Voix : de baryton, il me semble, mais elle monte parfois jusqu'au ténor et descend parfois vers la basse. Sauf dans les moments d'hilarité, je crois que je parle sans accent."

 

          Son ami, le poète Vernon Watkins dit qu'il est beau comme un ange avec un visage de chérubin ; Pamela Johnson dit : "Il était petit et très frêle. Sous son imperméable aux larges poches, dont l'une contenait une flasque de brandy et l'autre une masse informe de poèmes et d'histoires, il portait un col roulé gris et un pantalon qui paraissait trop grand pour lui. Il avait le corps d'un enfant de quatorze ans, une tête remarquablement grosse, mais couverte d'une toison d'or mat dont les mèches et les boucles se séparaient à partir d'une raie médiane."

 

Insouciant sous les pommiers en fleurs

Jadis, Je fus un enfant

Auprès de la maison joyeuse

Heureux car l'herbe était verte

Et la nuit recouvrait le vallon étoilé...

Ô temps, laisse-moi regrimper pour saluer toutes choses

Et recouvrer, glorieux, l'âge d'or de mon regard

Quand les charriots étaient carrosses

Et les pommeraies ville dont j'étais prince

Et que jadis, avant le commencement du temps,

Je gouvernais les arbres et les feuilles

Et suivais, dans les rivières de la clarté,

Le sillage des épis et des marguerites."

 

      cover en jeune chien    "J'étais un noctambule solitaire et un habitué des coins de rue. J'aimais errer après minuit dans la ville, sous la pluie, quand les rues étaient désertes et les lumières éteintes aux fenêtres, seul être vivant sur les rails luisants du tram dans la Grande-Rue morte et vide sous la lune, une tristesse gigantesque dans l'âme, longeant les chaussées humides près de la spectrale chapelle d' Eben - Ezer. Et jamais  je ne me sentais plus profondément intégré dans ce monde lointain et écrasant ou débordant d'amour, d'arrogance, de pitié et d'humilité, non seulement pour moi, mais pour les créatures de cette terre où mes tourments étaient sans fin et pour les astres impassibles des sphères célestes, Mars, Vénus, Brazell, Skully, les habitants de Chine, saint Thomas, les femmes hautaines et les femmes faciles, les soldats, les marlous, les agents de police, les rats soupçonneux des librairies d'occasion, les putains en guenilles qui vous donnaient la secousse contre le mur du musée pour une tasse de thé et les femmes distinguées et inabordables dont la silhouette se découpait sur sept pieds de haut dans les journaux de mode et qui défilaient lentement dans leurs fourreaux glacés parmi le verre, l'acier et le velours..." (extrait de Portrait de l'artiste en jeune chien)

 

En novembre 1936, il écrit à Caitlin MacNamara qui sera la femme de sa vie :

          "Je ne veux pas te voir un seul jour (même si je vendrais mes doigts de pieds pour te voir dès maintenant, mon amour, pour une seule minute et une seule petite grimace : un jour- c'est la durée de vie d'un moustique : je te veux pour la durée d'une vie d'un grand animal fou, un éléphant par exemple...) Je t'aime tant qu'il ne me sera jamais possible de te l'exprimer entièrement ; je suis effrayé d'avoir à te le révéler...Les refrains des chansons sont toujours exacts :"je t'aime corps et âme" ; et je suppose que "corps" signifie que je veux te toucher, être avec toi dans un lit, et je suppose que "âme" signifie que je peux t'entendre et te voir et t'aimer dans toute chose dans notre monde, que je sois endormi ou éveillé."

Dylan Thomas and Caitlin Thomas

          En juillet 1937 Dylan Thomas épouse Caitlin de la flamboyante famille des MacNamara, célèbre dans le comté de Clare en Irlande ; ils auront trois enfants. Mais l'angoisse du monde revient dans l'angoisse du couple merveilleusement non préparés , au niveau social et domestique aux rigueurs conjugales. Caitlin est danseuse, Dylan hante les pubs. Le chérubin est devenu le chien parmi les fées.

 

          "Dans un poème, la part magique est toujours accidentelle." Faire l'acteur, faire le bouffon... cover visions

 

Ni pour le prétentieux, ignorant

la lune qui fait rage, j'écris

sur ces pages mouillées d'embruns,

ni pour les morts trop hauts

avec leurs rossignols et leurs psaumes

mais pour les amants, leurs bras

enlaçant les chagrins du Temps

qui n'accordent ni attention, ni salaire

ni éloge à mon métier, mon art morose.

 

          Dylan Thomas ivre de mots, ivre de paradis réinventés, d'innocence à jamais perdue se regarde sous les masques dont il joue jusqu'à la dérision, lucide et titubant dans les flammes de l'éthylisme." - Pourquoi buvez-vous ? - Parce que c'est ce qu'on attend de moi."

Sa poésie puissante, fougueuse, lyrique et romantique murmure, chuchote, s'envole et crie !

 

O puisse la vérité de mon cœur

           Se chanter  Toujours

Sur cette colline où tournent les Saisons !

 

N'étant que des hommes, nous marchons dans les arbres

Effrayés, abandonnant nos syllabes à leur douceur

De peur d'éveiller les freux,

De peur d'arriver

sans bruit dans un monde d'ailes et de cris.

 

Enfants nous nous serions penchés

Pour attraper les freux endormis, sans briser de brindilles,

Et après une douce ascension,

Elevant nos têtes au-dessus des branches

Nous nous serions émerveillés des étoiles inaltérables.

  dylan thomas grave

          En 1953 au cours de sa tournée promotionnelle à New-York, il perd connaissance après avoir trop bu.  Dylan Thomas meurt au St Vincent Hôpital , d' une pneumonie et d'une faiblesse du foie. "Après 39 ans, c'est tout ce que j'ai fait.". Son corps rapatrié au Pays de Galles sera enterré à Laugharme qu'il aimait tant.

  

Hors des soupirs quelque chose naît

Qui n'est pas le chagrin, car je l'ai abattu

Avant l'agonie. L'esprit pousse

Oublie et pleure.

Autant ne pas aimer si on n'aime pas à la folie.

Cela reste vrai après une défaite perpétuelle.

 

          En 1954  Igor Stravinski qui avait rencontré le poète peu avant sa mort et désirait travailler avec lui sur un projet d' opéra,  pendant les mois qui suivirent sa disparition pensa à composer quelque chose à la mémoire de D. Thomas . Ce sera un chant funèbre pour ténor, quatre trombones et quatuor à cordes .

          " Aucun poème de lui ne pouvait mieux s'adapter à mon projet qu'un poème qu'il avait composé à la mémoire de son père."

(I. Stravinski )

 

N'entre pas sans violence dans cette bonne nuit,

Le vieil âge devrait brûler et s'emporter à la chute du jour,

Rager, s'enrager contre la mort de la lumière.

 

Bien que les hommes sages à leur fin sachent que l'obscur

est mérité,

Parce que leurs paroles n'ont fourché nul éclair ils

N'entrent pas sans violence dans cette bonne nuit...

 

          Cette création de Stravinski In Memoriam Dylan Thomas d'une durée de 8 minutes a eu lieu le 20 septembre 1954 à Los Angeles. ce monde est mon partage cover

 

Et la mort n'aura pas d'empire.

Les morts nus ne feront plus qu'un

Avec l'homme dans le vent et la lune d'ouest.

Quand leurs os becquetés seront propres, à leur place

Ils auront des étoiles au coude et au pied.

 

Même si les amants se perdent, l'amour ne se perdra pas,

Et la mort n'aura pas d'empire.

 

          Dylan Thomas est dans les dédales de ses poèmes, ses paysages de mer et d'orties,  tous les élans ensorcelés de sa voix vibrante nous feront longtemps dériver sous un vent de feu où ses images ont rugi et fusé sur les pentes du ciel, et si Dylan Thomas est ce démon incarné en serpent phraseur et Dieu le violoneux de garde qui d'un coup d'archer fait descendre le pardon, alors...

 

Y eut-il un temps où les danseurs et leurs violons

Dans les cirques d'enfants pouvaient calmer

leurs chagrins ?...

Mieux vaut ne jamais savoir de quoi la vie est faite...

 

          Dylan Thomas publia des poèmes, récits, nouvelles et romans, des pièces radiophoniques et des scenarii. Il est désormais considéré comme un des plaffiche-The-Edge-of-Love-2008-2us grands poètes lyriques du XXème siècle.

          "The Edge of Love" de John Maybury est un film britannique de 2008 inspiré de la biographie de David.N.Thomas "Dylan : A farm, Two Mansions and a Bungalow. inside boathouse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                         
   Hécate
 
Pour compléter je propse un lien sur Maisons d'écrivains :

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate - dans Avis de lectures
commenter cet article

commentaires

Daniel 06/08/2013 21:06


Merci de m'avoir fait connaître ce poète à la fin tragique. Moi auusi j'aime les mots, surtout leur son. Les poèmes sont des compositions musicales venues d'ailleurs.

Hécate 09/08/2013 12:34



DANIEL...j'apprécie ce commentaire que je trouve très en accord avec la poésie. Heureuse de ce partage avec Dylan Thomas. Merci pour lui.


                                                                                             
Hécate



Sonya 06/08/2013 02:12


coucou 


je tiens à t'informer que je change de plateforme 


je n'aime pas la nouvelle version d'OB


voici ma nouvelle adresse


 


http://sonya972.eklablog.fr/


gros bisous 

anne6329 05/08/2013 22:21


Je hante ce lieu comme un fantôme !!!!! Coucou

Hécate 06/08/2013 10:23



Ah!.....je comprends ....Il va falloir que je pense à tourner la page ...


Bonne journée à toi.


                          Hécate



FRUITS CONFITS 05/08/2013 18:46


BONJOUR HECATE


je passe chez toi avec plaisir je viens de reprendre mon blog après quelques semaines d'absence


j'espère que tout va bien pour toi


j'ai ailer ce poète aussi j'ai programmé un billet sur lui pour dans quelques jours


BONNE SOIREE


BISOUS HRCATE


DANY

Hécate 05/08/2013 18:55



Bonsoir DANY, merci de ton passage, c'est très sympathique. Il faudra que je vois ton programme Dylan Thomas.


Le temps est plus agréable, moins torride.


J'espère que tu vas bien. Amicalement à toi.



Ariaga 05/08/2013 09:20


Est-ce que tu réfléchis à ton prochain texte ou est tu en mode "été". Je pense que tu vas aimer la symboique de l'univers de a conteuse. Amitiés.

Hécate 09/08/2013 12:35



ARIAGA...non je n'avais pas décidé de quoi que ce soit...Amicalement.


                                                                           
Hécate



MICHEL 04/08/2013 18:08


Bonjour... De retour enfin ! Sur ce blog littéraire de qualité. A bientôt, ce plaisir de laisser quelques lignes en commentaire. Donc, à +++ !

Hécate 04/08/2013 18:59



Michel...quelle surprise de te lire brièvement ici ! Il y a dans la poésie de Dylan Thomas quelque chose qui devrait ne pas te laisser indifférent. Donc, à +++ !


                                                                         
Hécate



anne6329 01/08/2013 13:55


Coucou coucou !!!! Merci !

Ariaga 01/08/2013 11:41


Pendant qu'il fait encore un peu frais, je suis venue déposer chez toi une amicale pensée.

Hécate 04/08/2013 19:01



Bonsoir ARIAGA...Un peu plus frais , oui...Juste ce qu'il faut . Amicalement.


                                                                                                                
Hécate



Bersagol-Bersagol 31/07/2013 23:04


http://www.youtube.com/watch?v=GOLiFwD6eO8

Hécate 01/08/2013 17:34



Mille mercis cher cosaque toujours à cheval par monts et par mots !


                                                                                               
Madame Klimt



Baïne 31/07/2013 07:09


coucou Hécate


à chaque fois je me dis je vais trouver un nouvel article sur lequel je pourrais me lacher mais cet homme au regard puissant me captive toujours autant va comprendre


Bonne journée Bisous

Hécate 01/08/2013 17:21



Coucou BAÏNE...eh! oui...toujours Dylan Thomas il semble aussi me captiver, je n'ai pas tourné la page...


Bonne soirée et bisous chaleureux.


                                                
Hécate



Baïne 29/07/2013 07:25


un p'tit coucou rapide je ne t'oublie pas mais peu de temps pour le blog en ce moment tu sais que notre ami va bientôt revenir sur son blog (Aiolos )


Bisous

anne6329 28/07/2013 22:52


Petit coucou Merci !!!!

Hécate 31/07/2013 11:02



Merci à toi !!!...


                      H



Ariaga 27/07/2013 15:52


L'orage gronde, le vent siffle, j'ai pensé à toi ... Amitiés.

Hécate 31/07/2013 11:04



Chère ARIAGA...après quelques orages la chaleur revient... Aller se cacher dans la fraîcheur de quelques douves ....Amitiés.


            Hécate



Cendrine 26/07/2013 20:06


Bonsoir Hécate,


Je suis profondément sous le charme de cette écriture. Les mots de Dylan Thomas sont en résonance intime avec ce que je ressens... Un démiurge ce poète, à l'instar de ceux qui insufflent la
poésie autour d'eux mais il y a quelque chose "en plus" dans son art, je me souviens de longues promenades en compagnie de ses vers, de sa vision hallucinée et sensuelle de l'instant, de
l'écriture, des sonorités enveloppantes. Tu as écrit un superbe article, je m'y love l'espace d'un long moment de plaisir absolu, merci beaucoup. Ce sont de passionnants "fantômes" qui prennent
corps...


J'espère que la chaleur ardente de cet été ne te fait pas trop souffrir. Je viens peu sur les blogs mais je pense à mes ami(e)s, je dois faire attention, mon épilepsie me fait "cadeau" d'une
crise par jour ou par nuit, mes hémorragies sont violentes et quasi-quotidiennes. J'ai passé de longs mois en compagnie des médecins, des personnes profondément humaines que j'ai rencontrées, des
humanistes au sens noble du terme, nous avons beaucoup réfléchi ensemble après des années de connaissance de ma pathologie, leur impuissance n'est pas stérilité mais il n'y pas d'opportunités
pour moi. Les autres médecines, alternatives, magnétisme, etc... ne peuvent rien non plus en l'état. Je mène ma barque sur les eaux tumultueuses et très rouges puisque je viens d'apprendre ce que
nous pensions, j'ai une forme d'hémophilie très particulière et complexe d'où ces saignements violents, je tiens le coup, je coagule juste à temps pour ne pas mourir mais à chaque nouvelle
hémorragie mes proches sont sous le choc et il ne faut pas paniquer, tâcher de faire avec, cette nuit encore...


La poésie est une planche de salut, un moyen de "penser" à autre chose, c'est un cadeau très précieux, merci encore pour ce très bel article. J'espère que tu vas bien, je te souhaite une
excellente soirée, gros bisous


Cendrine



Hécate 30/07/2013 18:40



Bonsoir CENDRINE


Merci pour tout ce que tu prends le temps de m'écrire ici. C'est émouvant ce que tu me dis de la poésie de Dylan Thomas, je ne savais pas que ma chronique éveillerait des souvenirs...C'est
formidable !


Je suis navrée pour ta santé et cette pathologie si particulière qui t'éprouve tant ; c'est à serrer le coeur. Dommage que le magnétisme ne puisse te soulager, il y a parfois des résultats si
incroyables !...Mon père quand il était enfant a été sauvé par une guérisseuse à distance...Personne ni les médecins ne croyaient cela possible.


Les hémorragies sont impressionnantes...Je ne sais quoi te dire, sinon te remercier de t'ouvrir si simplement à moi. Je t'embrasse chère Cendrine et courage à toi .


Bien amicalement.


                             Hécate



EPHÊME 26/07/2013 12:13


Grand merci, je viens de découvrir un immense homme grace à ton blog. J'aime beaucoup lire, mais peu de poésie car trop souvent deçu par un certain hermétisme contemporain ; là, rien de ça, mais
ue évidence magique.


EPHÊME

Hécate 26/07/2013 12:22



EPHEME je lis beaucoup comme tu peux le voir via mes chroniques, la poésie m'a toujours touchée par coup de coeur, la poésie pour moi doit être une rencontre émotionnelle sinon je reste
extérieure, voir indifférente.


Je suis heureuse de partager avec toi la découverte de ce grand poète Dylan Thomas.  


    Hécate



Pâques 25/07/2013 19:38


Un personnage attachant, romantique et talentueux !


Merci, pour la découverte :-)

nays 25/07/2013 16:48


Bonsoir Hécate


 


un petit passage chez toi :o)


j'espère que tu vas


bisous :o))

Hécate 25/07/2013 19:05



Bonsoir NAYS ,c'est sympathique de passer ici , ça peut aller il fait chaud mais pas d'orage. C'est l'été .


Bisous


             Hécate



Baïne 24/07/2013 22:19


coucou Hécate


je ne suis plus en état à cette heure là ma journée boulot travaux fait de moi une femme fatiguée (rire) mais je ne t'oublie pas Bisous

Ariaga 22/07/2013 12:52


Une "chaude" pensée pour toi. Je voulais te dire que Éphême à écrit chez moi un texte assez truculent dont je crois que l'humour littéraire te plaira. Amitiés.

Hécate 22/07/2013 12:56



ARIAGA je vais aller lire ce texte d'Ephème. A très bientôt, merci à toi.


                                                                                                       
Hécate



Baïne 21/07/2013 22:55


coucou Hécate


je ne suis pas trop sur le blog pour le moment toujours dans les travaux et avec cette chaleur pas facile le soir j'suis HS (rire) Bisous

Baïne 18/07/2013 22:53


coucou Hécate


merci pour tes gentils coms j'suis un peu débordée en ce moment mais je ne t'oublie pas ici il fait lourd très lourd et mes paupières se ferment malgrès moi (rire) HS la mamie
Bisous

Hécate 21/07/2013 17:17



BAÏNE...Il fait plus que lourd , très chaud en ce dimanche...Alors que tes paupières se ferment quoi de plus normal. Bon dimanche. Je t'embrasse.


                                                  
Hécate



elisabeth 18/07/2013 22:01


Merci beaucoup de nous faire découvrir si amplement ce poète que je ne connais pas d'ailleurs. Sa vie a été brève mais il nous a quand même laissé de belles choses. Bonne soirée et merci.

Hécate 21/07/2013 17:13



ELISABETH...merci de ton passage sur l'oeuvre et la vie d'un grand poète dont on parle moins qu'il y a quelques années. Mais on réedite ses nouvelles. Peut-être qu'en 2014 d'autres livres
viendront .


Bon dimanche , très chaud en Touraine.


                                                                 
Hécate



FRUITS CONFITS 16/07/2013 06:55


BONJOUR HECATE


juste un mot pour te dire que l'opération de mon oeil gauche a été annulé un incident technique a eu lieu en salle d'opération et le chirurgien n'a pas voulu
prendre de risque et comme il part demain en congés l'intervention est reportée au 18 AOUT voila tu imagines dans quel état d'esprit j'étais hier mais que faire rien sinon subir et attendre
BONNE JOURNEE
BISOUS
DANY

Hécate 20/07/2013 11:45



CHERE DANY...je découvre ton commentaire ce matin. De quoi devais-tu être opérée de cet oeil ? Un tel souci qu'une opération qui touche la vue !...La période des congés est difficile quand on
souffre de quelque chose, j'en ai fait l'expérience hélas .


Bon courage à toi. Bien amicalement.


                                                 
Hécate



Phène 15/07/2013 09:56


J'ai remarqué que pour certains le poète était en effet un clown et pour d'autres un esprit habité. Pas de demi-mesure dans l'appréciation de ce personnage ! ... Belle journée, très
chère Hécate

Hécate 21/07/2013 17:15



PHENE un poète est un jongleur de mots qui cherchent le sens de la vie et de la mort. Et Dylan était ainsi.


Amitiés.


                      Hécate



Baïne 14/07/2013 20:14


coucou Hécate


Toi tu rêvasser et moi je bossais pour quelques pièces au ramassage des bottes de paille en petites sandalettes  je rentrais les pieds en sang (par les restes
de tiges au sol )dont j'ai oublié le nom ? ensuite on jouait à faire des tunnels dans la paille où l'on se cachait pour s'amuser quel imprudent nous étions à cette
époque mais au combien heureux


Bonne soirée Bisous

Hécate 15/07/2013 15:52



BAÏNE ...il y a des moments pout tout...C'est vrai qu'une fois coupée, ce qui émerge de la terre n'est pas tendre...Je n'ai jamais fait de tunnels dans la paille...Courageuse
blondinette  aux piécettes !...


Je me souviens avoir marché dans les hauts blés ,les écartant des bras , allant comme dans une forêt géante parmi les coquelicots et les bleuts. Très petite je devais être...


                                                                                                         
Bonne fin de journée


                                                                                                                                 
Hécate



Andolphe Thiers le nain 14/07/2013 16:56


Ci-dessous, un meurtre au couteau !


http://lantitete.overblog.com/

Hécate 15/07/2013 13:12



AÏE !...Une enquête en perspective...


                                                                                                     
Hécate



Baïne 13/07/2013 20:57


coucou Hécate


il a fait super chaud mais voilà aujourd'hui c'était magasin de bricolage (rire) Bonne soirée Bisous

Baïne 10/07/2013 22:15


coucou Hécate


ils m'ont toujours impressionnés quand ils ondulent par grand vent avec le bruitage des feuilles comme fond musical ....Bonne soirée Bisous

fbd 10/07/2013 16:41


oui, j'aimerais bien voir ce film aussi… j'aime bien voir le cinéma…


il fait chaud en effet, pour peindre et pour le reste, mais bon, le soleil est là…! je t'ai envoyé un petit mot par le mail de ton blog. Bien des bises

Hécate 15/07/2013 15:56



FRANCOISE...j'aime beaucoup les films, celui-là j'aimerais le revoir...mais voilà...pas facile de le retrouver. Oui, j'ai eu ton mail, merci. Je vais répondre...Il fait chaud pour tout...Nous
n'étions plus habitué...Mais c'est de saison. Je t'embrasse.


                                 
Hécate



Jean-Michel 10/07/2013 16:19


Merci Hécate pour ce magnifique hommage à ce très grand poète.


Amitiés,

Hécate 15/07/2013 15:57



JEAN-MICHEL , heureuse que cette chronique vous soit agréable !


Amicalement.


                  Hécate



alain BARRE 10/07/2013 15:56


Magnifique présentation de celui qui fut le meilleur poète du siècle dernier de langue anglaise !


cordialement


alainB

Hécate 10/07/2013 19:18



ALAIN merci...et bonne soirée à vous.


                                         
Hécate



Baïne 08/07/2013 20:22


coucou Hécate


j'ai passé la journée dans le marais il faisait très chaud mais ma boite à images me disait là regarde vite saisit moi ce moment et là encore mais active toi Baïne (rire) elle est
terrible tu sais jamais fatiguée celle-là


Bonne soirée Bisous

baïne 06/07/2013 20:15


bonsoir Hécate


Pourquoi ce visage me pertube chaque fois que je le vois comme si je voulais entrer dans son monde ou le fuir  une fragilité qui me ressemble existerait ' il un code pour
se rédécouvrir face à l'autre mais  je délire une fois de plus pardon ......Bisous il fait beau profite en !!!!!!!!!!!!!!

Hécate 07/07/2013 18:42



BAÏNE...peut-être parce que ce visage ouvre sur des yeux qui invitent à suivre un monde intérieur, à partager délires et ivresses, à rire au bord des larmes...à mélanger les souvenirs, à
recomposer l'enfance dans ses merveilles et ses angoisses, surtout dans ce qu'elle avait de formidablement unique comme celle de beaucoup d'entre nous qui n'ont rien oublié des peines et des
joies.


Il fait très chaud...L'eau d'un moulin qui jase...un papillon qui vole...des oiseaux ...Quelle surprise m'attend chez toi ?...Bises ( j'y vais voir...)


                                                               
Hécate



Sonya 06/07/2013 19:38


belle fin de journée


ti bo et très bon weekend Hécate

Hécate 07/07/2013 17:37



Merci SONYA...un bon dimanche à toi.


                                                  
Hécate



Ariaga 06/07/2013 11:47


Une pensée pour toi et pour Dylan.

les cafards 05/07/2013 20:25


tu donnes envie de le lire, merci !

Hécate 06/07/2013 18:02



ça me va droit au coeur ! Merci pour Dylan Thomas.


                                                                              
Hécate



fbd 05/07/2013 15:52


Quel bel article! et les liens aussi. J'avais déjà quelques photos de sa maison à Laugharne, mais jamais autant…! c'est passionnant!

Hécate 10/07/2013 16:22



FRANCOISE  je suis contente que les liens avec Maisons d'écrivains t'aient intéressée. J'avais vu le film que je cite et cela m'avait alors donné envie de lire ses poèmes, d'aller plus
encore dans son oeuvre  Merci d'être venue lire mon billet.


Amicales pensées vers toi.Peut-être es-tu occupée à peindre, dessiner par ces chaudes journées ...


                                                                     
Hécate


                                       
Hécate



baïne 04/07/2013 22:03


petite je m'inventais des histoires pour combler les manque......ils sont devenus mes meilleurs amis dans ce monde d'adultes mais qui suis je vraiment je ne sais pas femme enfant Bisous

Cordée-Clarisse 04/07/2013 19:21


Bonsoir, 


Merci de votre visite.


je ne connaissais pas du tout cet écrivain.


Univers particulier, sombre et attachant...


Merci.


Bien cordialement.

Hécate 04/07/2013 20:20



Oh! c'est très sympathique votre visite sur ce poète qui même si il peut paraître sombre n'en était pas moins très attaché à la vie, aux paysages de son enfance qu'il décrit avec  humour
et  tendresse .Il a passé ses jours les plus heureux dans une petite maison de pêcheur à Laugharne. 


Bonne soirée CLARISSE.


                                                                                                                               
Hécate



NéO~ 03/07/2013 22:25


Fort beau

Hécate 04/07/2013 19:02



Merci....


                                                     
Hécate



baïne 03/07/2013 19:23


Bonsoir Hécate


je ne suis pas une litérraire mais ce personnage me facine comme si je le devinais mais c'est peut être encore un bout de moi qui se balade dans cette lecture va savoir Bisous

Hécate 04/07/2013 19:02



BAÏNE, il n'y a pas besoin d'être littéraire pour se laisser emporter par ce que dégage une phrase, un vers, c'est avant une affaire de sensibilté intérieure, un univers émotionnel . Une part
d'enfance se balade dans l'écriture de Dylan, alors certainement un écho à celle qui se promène en toi !


Bises et bonne soirée.


                                   
Hécate



fanfanchatblanc 03/07/2013 13:19


J'écoute "In memorian D.T. en posant ce commentaire


https://www.youtube.com/watch?v=clcXXYLWSeQ


Quel personnage attachant que tu décris ci-bien par le choix de tes citations et le choix subtil du chemin qui nous mène à lui, avec au final cette vidéo d'un poème magnifique (même si mon
anglais est plus que médiocre). J'ai pu apprécier la musique de ses mots et sa voix si profonde.


Tu m'as donné envie de lire en particulier "Portrait de l'artiste en jeune chien".


Merci Hécate pour ce billet remarquable.


Bises. Fanfan


 

Hécate 04/07/2013 11:11



FANFAN merci pour le lien In Memorian D.T de Stravinsky que j'ai écouté aussi.


Dans mon article il y a un extrait du poème lu dans la vidéo. " N'entre pas sans violence dans cette bonne nuit,


Le viel âge devrait brûler et s'emporter à la chute du jour ;


Rager, s'enrager contre la mort de la lumière...


...Et toi, mon père, ici sur la triste élévation


Maudis, bénis-moi à présent avec tes larmes violentes, je t'en prie.


N'entre pas sans violence dans cette bonne nuit.


Rage, enrage contre la mort de la lumière."(D.Th)


Portrait de l'artiste en jeune chien a été réédité en mars 2013. POINTS. Editions de Minuit.  Une dizaine de récits, nouvelles où s'entremèlent les lieux et souvenirs, personnages de
l'enfance du poète.


Merci chère Fanfan d'avoir été attentive à l'ensemble de mon billet sur Dylan Thomas ; j'aime beaucoup sa voix même sans comprendre l'anglais, tant il  passe nuances et émotion dans ce
poème écrit pour son père sur un rytme de villanelle.


Je t'embrasse.


                Hécate



Martine 03/07/2013 10:02


Bonjour Hécate,


Un poète que je découvre grâce à ta belle plume. Je l'ai écouté. Quelle voix prenante! Dommage qu'il soit parti si jeune. La vie donne et reprend si facilement.


Douce journée  à toi Hécate


Martine

Hécate 06/07/2013 18:06



MARTINE , oui une très belle voix pas près de s'éteindre dans nos mémoires je l'espère. Sa voix présente encore dans ses textes. Vie brève mais si pleine, si impétueuse.


Bon week-end.


                Hécate



Cathy 02/07/2013 18:22


Bonjour Hécate,


Dès les premiers mots du premier poème de ton article, j'ai pensé à un autre enfant né avant lui et dont il "aurait pris la place" (comme stipulé ensuite)... Cela se ressent très fort, comme dans
d'autres de ses poèmes, d'ailleurs.


Un être entier, qui avait soif d'amour manifestement, érudit, et précoce, mais qui ne manque pas de faire preuve d'auto-dérision...


Un personnage intéressant.


Merci et amitié,


Cathy.

Hécate 03/07/2013 12:36



Chère CATHY en effet ce frère disparu n'a cessé d'être comme un double, d'autant qu'il semble que sa mère ait confondu dans ses pensées ses deux enfants. Dylan Thomas a eu une petite enfance
entourée de femmes, très choyé du fait de sa fragilité. Mais très vite il a compensé ces périodes par une grande turbulence n'hésitant pas à se bagarrer avec les autres garçons plus forts que
lui. Certains de ses amis disaient qu'il avait quelque chose d'un peu efféminé. Pas évident à cette époque d'être d'apparence frêle.


Son érudition il la doit à sa passion pour les mots, son absentéisme scolaire était presque légendaire ! Le dernier de sa classe, sauf en anglais. A quatre ans son père lui lisait
Shakespeare.


Lyrisme et humour sont tour à tour les traits de sa personnalité. " Débarasser l'âme de ses voiles et le corps de ses cicatrices. Atteindre à une liberté intérieure est l'objet unique ..."
écrivit-il à un ami  en 1933.


Comme tu le devines, j'aime beaucoup ce poète.


Merci à toi d'être venue me lire et le lire. Mes amicales pensées.


                                                                                               
Hécate



anne6329 02/07/2013 13:10


Merci pour cette biographie avec mots  à l'appui !!! Je ne connaissais pas ... Je découvre avec plaisir ! Merci

Hécate 02/07/2013 19:12



C'est agréable de partager ! Merci d'être venue découvrir un peu Dylan Thomas .


                                                                                                                             
Amicales pensées à toi.


           Hécate



baïne 01/07/2013 22:20


je me demande où commence le conscient dans le parcours de cet homme qui provoquait les mots


Bonne soirée Bisous

jean-luc saint-marc 01/07/2013 18:52


Bah, c'est Clare !


 


!!! Pardon, c'est clair !


Pour tout le monde


;-]

jean-luc saint-marc 01/07/2013 18:44


La gloire de Cymru dans le comté (sans "p") de Clare


une mer Celtique comme une marche continentale


ou comment avoir des vents entre les oreilles ?


Sous ces bonnes latitudes, c'est idéal !


 

Hécate 01/07/2013 18:48



JEAN-LUC...merci pour le comté...une étourderie  !!!


Bonne soirée.


                Hécate



baïne 30/06/2013 23:28


copucou Hécate


la valse des mots n'est qu'une ritournelle sortie du fin fond de notre enfance aprés les avoir avalés dans nos galères soit Des  pleurs et des rires   ils se
transforment en un  cocktail de lettres provoqué par nos ressentis  bisous

nays 30/06/2013 11:56


hello Hécate


 


souvent le destin de personnes douées mais hyper sensibles


oh oui on voit comme il a changé...


bon dimanche Hécate


bisous :o))

Hécate 02/07/2013 19:06



NAYS...oui...beaucoup changé physiquement, cela se voit sur les photos. Très doué et d'une sensibilité aussi vive que son intelligence. Malgré des difficultés pécunières il n'a pas renoncé a
surmonter ses moments de découragement.


Bonne soirée .


          Hécate


                                



Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories