Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 22:02

poeUne nuit avec

Edgar Allan Poe

  { 2 }

« Tout ce que nous voyons ou paraissons n’est qu’un rêve dans un rêve »

(E. A. Poe)

La vie d’Edgar Allan n’avait été que de très longues et obsédantes fiançailles avec la Mort. Chaque chant un prélude funeste, chaque mélodie s’achevait en requiem.


           « La journée la plus heureuse – l’heure la plus heureuse

              Mon cœur endurci et brisé les a connues. »

 

-               On ne connaît de moi que des portraits de brocante regardés dans de mensongers faux jours…

La tristesse de sa voix portait au frisson.

-               Comment a-t-on pu jeter sur moi tant de honte !… Lorsque ma Virginia sombra dans la maladie nous étions démunis de tout… Comment a-t-on osé dire que j’aurais tenté d’assassiner ma bien-aimée épouse pour trouver l’inspiration du « Corbeau » !

L’affreuse jalousie de cet unique retentissant succès que j’eus. La seule gloire de ma brève existence !

        

Il s’était sans doute relevé, sa silhouette plus ténébreuse que le ciel l’occultait. Il s’était tourné vers la fenêtre. Etait-ce une hallucination, sa voix me parvenait caverneuse, déformé, étranglée.

         Un chat miaula plaintivement quelque part au dehors. Qu’en avait-il été de son union avec cette femme-enfant d’à peine 14ans (Edgar Allan en avait alors 26). Virginia était sa cousine, on lui reconnaissait de grands yeux de houri, un teint très mat, d’une parfaite pâleur.

 

         Un témoin de l’époque rapportait avoir vu la jeune femme secouée deVirginia Eliza Clemm Poe terribles frissons, enveloppée dans le grand manteau de son mari, avec un grand chat couché sur son sein. Le couple avait en leur logis une chatte noire nommée Catterina. (Edgar préférait les chats de cette couleur). Cette bête merveilleuse refusait toute nourriture en l’absence de son maître.

         Bien sournois de la part de l’entourage d’alors de vouloir confondre le chagrin de l’époux à l’âpre volupté de son aptitude supposée à la nécrophilie. L’engrenage des déductions horribles avait pesé lourdement sur les épaules du poète qui guettait les prémices tant redoutées de la métamorphose d’un corps ruiné. Etait-il facile d’échapper à l’hérédité aux tares de sang. Fils d’alcoolique, névrosé, doté d’une cérébralité obsessionnelle où s’était ajouté tout ce qu’on supposait : une absence douteuse de lucidité, à la limite de l’impuissance, une tendance à l’homosexualité décelée dans ses nouvelles. Marie Bonaparte qui s’était penchée sur son œuvre, n’avait fait que disséquer ses travers aux lumières de la psychanalyse naissante.

 

         La main du Malheur toujours le rattrapait inexorablement. Dans la Mort n’était-ce point l’avidité désespérée de la vie qu’il cherchait à retenir.

 

         Je n’avais pas allumé, cependant ma vue s’accoutumait si bien que je distinguais sans effort et de plus en plus nettement l’emplacement du mobilier tout comme sa silhouette sanglée de noir. Il n’y avait plus de séparation entre le réel et l’irréel. La densité de cette présence inexplicable, si elle m’emplissait de stupeur me semblait être la conséquence de quelques liens oubliés. Nous aurions pu être lié par une amitié ancienne. Son comportement était loin de m’être inconnu. C’est la particularité de certains songes.

 

         Aux abords de quelle frontière étions-nous cette nuit là ?

 

         Même si j’eus un léger tressaillement, je m’attendais au geste qu’il eut. Seul le bruit de son doigt heurtant l’huisserie de la fenêtre en fut la cause. Il s’amusait. Il avait été tant de fois sollicité à déclamer les strophe de son fameux poème au succès tapageur qu’il voulait sans doute parodier le coup de bec de l’oiseau plutonien qu’il en renouvelait l’attraction tout à coup par facétie me montrant comment il avait dans l’âme le goût de la mise en scène.

 

" Une fois, sur le minuit lugubre, pendant que je méditais, faible et fatigué, sur maint précieux et curieux volume d’une doctrine oubliée, pendant que je donnais de la tête, presque assoupi, soudain il se fit un tapotement, comme de quelqu’un frappant doucement, frappant à la porte de ma chambre. « C’est quelque visiteur, – murmurai-je, – qui frappe à la porte de ma chambre ; ce n’est que cela et rien de plus. »

 

Ah ! distinctement je me souviens que c’était dans le glacial décembre, et chaque tison brodait à son tour le plancher du reflet de son agonie. Ardemment je désirais le matin ; en vain m’étais-je efforcé de tirer de mes livres un sursis à ma tristesse, ma tristesse pour ma Lénore perdue, pour la précieuse et rayonnante fille que les anges nomment Lénore, – et qu’ici on ne nommera jamais plus."... ...


 

Nous n’abordâmes point les dérèglements dont il fut la proie au sortir de son deuil ; épuisé, à demi fou à attendre, à redouter, à souhaiter la mort sans cesse reportée de Virginia (ce qu’il avait confié au seul ami qu’il eut de véritable) il s’était précipité dans des passions simultanées avec une telle fougue, que bientôt le scandale l’auréola. Il ne cessait de courtiser plusieurs femmes, leur écrivant des lettres presque semblables avec un égarement et une sincérité confondante ! Sa confusion était troublante et ardent son désir de se trouver une nouvelle compagne. Présenté à Annie Richmond, il oublia Jane Locke. La faille intime qui le rongeait faisait qu’il s’attachait ardemment à quiconque lui témoignait de l’affection ou même seulement de la gentillesse.

 

SarahHelenWhitman-Brown         Sa rencontre avec celle qu’on surnommait la Prophétesse de Providence, Helen Whitman l’agita. Drapée de voiles dans lesquels elle s’emmêlait, elle se targuait de communiquer avec l’au-delà et était d’une distraction éthérée. Se promenant ensemble dans un cimetière, il brigua sa main. De six ans son aînée, elle prétexta son refus par la fragilité de sa constitution.

 

« Ma très chère Helen, j’ai tant pressé votre lettre sur mes lèvres et l’ai tant baignée de larmes de joie ou d’un divin désespoir. J’ai pleuré pendant une longue, longue et hideuse nuit de désespoir. »


      «Pour être avec vous en cet instant - et pouvoir murmurer à votre oreille les émotions divines qui m'agitent - je renoncerai volontiers à ce monde et à tous les espoirs d'un autre, j'y renoncerai joyeusement.»
 

Ainsi écrivit-il à Annie Richmond avant d’avaler la moitié des deux onces de laudanum qu’il avait acheté, se réservant de prendre l’autre moitié lorsqu’elle accourrait après avoir lu une lettre qu’il voulut porter à la poste. Jamais la lettre ne fut expédiée ! La raison le quitta avant d’atteindre le bureau postal. Rien ne semblait apaiser sa peur. La mort qui apaise n’étant point dans ses conventions.

 

         Nous savions que les mots devenaient superflus par un accord tacite de nos pensées à cet instant. Il s’était tourné sur le côté et la blafarde clarté d’Astarté me dévoila ses yeux clairs brillants comme deux étoiles.

 Crâne corbeau chat gough poe

-         Mémorable  hiver que celui du Corbeau ! L’ascension du succès sur les ailes de l’oiseau plutonien. Le comble pour un volatile censé être de mauvais augure !...

 

         La renommée de son Corbeau avait fait sensation jusqu’en Angleterre. Elizabeth Barret  Barret à sa lecture avait ri. Un peu plus tard, elle lui avait adressé un courrier afin de narrer que des personnes étaient hantées par ce « Nevermore » lugubre, que des amis en subissaient la terreur, d’autres la musique… Et même l’une de ses connaissances qui avait le malheur de posséder un buste de Pallas n’osait plus le regarder le crépuscule venant !

         Edgar Allan émit un bref rire mi-plaisant mi-sarcastique. On disait toujours qu’il ne riait jamais.

 

-         Vous savez bien, les biographes écrivent n’importe quoi. Mes ossements eurent bien des tribulations !

Vingt six ans d’attente avant que me soit dédié un cénotaphe de granit et de marbre, un beau discours, et le Stabat Mater de Rossini. Une gerbe de camélia, de lys et de roses et un très remarqué grand Corbeau floral tressé de noires immortelles.

 

         Il marqua une pause, puis il reprit comme reporté à cette époque où l’on se pressait autour de lui.

 Edgar-Allen-Poe-j'étais le Corbeau





-        
Le noir est ma couleur. Je n’en ai jamais porté d’autre. Avec ce poème, dès que j’entrais dans un salon, pour tout le monde j’étais le Corbeau.

 







-        
Jamais plus…

 

Avais-je imaginé ce murmure ? Peut-être était-ce l’imminence de la séparation qui le soufflait ? Probablement un avertissement mystérieux distillé par l’heure avancée. La nuit glissait doucement vers l’aube comme une draperie tirée par une main invisible. J’avais toujours à portée de la mienne, près de mes stylos familiers, quelques plumes de mes chers corvidés. Obéissant  à une impulsion irréfléchie, je pris la plus grande, la plus belle, la plus noire, chatoyante comme du jais et la lui tendis…

 

                                                                                                                                               Hécate

... ... « Que cette parole soit le signal de notre séparation, oiseau ou démon ! – hurlai-je en me redressant. – Rentre dans la tempête, retourne au rivage de la nuit plutonienne ; ne laisse pas ici une seule plume noire comme souvenir du mensonge que ton âme a proféré ; laisse ma solitude inviolée ; quitte ce buste au-dessus de ma porte ; arrache ton bec de mon cœur et précipite ton spectre loin de ma porte ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

 

Et le corbeau, immuable, est toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, – jamais plus !

 Maison du Corbeau

                                                                                                                                                                          


(Fin de la deuxième partie)

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate - dans Essais
commenter cet article

commentaires

Martine 07/05/2013 20:48


Bonsoir Hécate,


Je viens de lire tes deux billets sur Poe,  à la suite. Ben mainteaant, j'ai envie de le redécouvrir... Cela fait si longtemps...


Douce soirée  à toi


Martine

Hécate 09/05/2013 18:18



MARTINE ,voilà une nouvelle qui me fait très plaisir. J'avais écrit ce long billet avec beaucoup de ferveur. Merci de ta lecture . Belle soirée à toi.


                                                 
Hécate



madmoiselleCha 21/01/2011 18:35



N'ayant lu aucun des livres présents sur ce site, je suis allée directement vers un des rares auteurs/livre qui me parlait. Oui tout est possible quand on rêve, mais pour ma part, je sais que
lire a restreint mon imagination, en fixant des routes toutes tracées, des autoroutes de l'imagination, et j'en perds de vue les petits sentiers!



Hécate 21/01/2011 18:45



C'est très étonnant  que lire puisse restreindre l'imagination ? ...La lecture a décuplé la mienne !


Et ,bizarrement ,un livre point trop réussi ,me donne des envies de l'écrire à ma façon ...Ce que je ne fais pas
!


Mes articles sur les livres que j'aime ne sont que fait d'en l'espoir qu'ils puissent susciter l'envie de les ouvrir  :)


                            Merci de ces mots ici 
mademoiselleCha


                                                                               
Hécate



Catharsis 08/11/2010 13:13



Tout ce que nous voyons ou paraissons n’est qu’un rêve dans un rêve


 


J'adhère pleinement.


Quant à la mort qui apaise, loin d'être l'une de mes conventions, c'est bel et bien ma conviction.


 


Je découvre ton blog, littéraire jusqu'à plus soif, une thématique qui est d'ailleurs l'occasion des études actuelles de ma muse Mimesis. Personnellement, je suis beaucoup moins porté que vous
vers la littérature, privilégiant plutôt des lectures d'odre philosophique ou scientifique.


Cependant je reviendrai, car j'aime constater comment les autres vivent les mots...


 


A bientôt donc!



Hécate 08/11/2010 14:50



Merci de cet arrêt sur mon blog ,Catharsis...


Il semble être vu comme étant littéraire ; il reflète les lectures qui m'ont transportée ,qui m'ont amenée à me questionner aussi .


La lecture  a nourri ma soif indicible de connaître à travers l'écriture des autres  ce qu'ils avaient ressentis ,éprouvés ...


La philosophie je l'ai abordée par le biais d'un roman : j'ai voulu aussitôt lire  Nietzche  !


Mes lectures philosophiques sont aussi impulsives que celles des poésies où des romanciers , des liens qui traversent et lient entre eux  l'intuitivité de ma quête intime ...dont
à vrai dire je ne sais rien à l'avance .


Chaque moment de lecture s'accorde à un état d'un moment . Edgard Poë  m'a fascinée très précocement ,j'y reviens de temps en temps...le charme opère ,mais à d'autres
niveaux  ; la perspective de mes pensées variant .Langage ,dessin ,musique ...autant d'échaffaudages du Rêve ...


              Merci encore pour ces mots ici...


                                                              
Bien sincèrement


                                                                                                     
Hécate



india 03/05/2010 20:14



Tout à fait d'accord pour la richesse des différences. Personnellement j'aime autant les affinités que les divergences, toutes deux poussent à la reflexion, à la remise en question parfois ou à
l'inverse, au renforcement de ce que l'on pense et tous les entre deux qui me semblent souvent les plus probables.


Dans cet article et surtout les commentaires, tu comprendras je pense pourquoi je n'aime pas Baudelaire. Que mon côté direct ne t'effraie pas, je fais du yoga..


http://indya.over-blog.com/article-le-desir-de-peindre-46905715-comments.html#anchorComment



Hécate 04/05/2010 23:50



Rien de plus passionnant que la richesse des divergences ! Elle offre la possibilité de sonder plus encore son propre opinion ,ou de le regarder sous un autre angle .


En ce sens ,nous sommes d'accord  . Sans me départir de certaines de mes positions dans certains cas ,je ne
refuse jamais d'envisager celles d'autrui quand les arguments sont dits sans agressivité .


Je suis allée lire tous les commentaires de ton lien ,tu le sais . Merci encore.


Non,ton côté direct ne m'a pas effrayée . Mais quel rapport avec le yoga ???


J'avais une dizaine d'années environ ,quand je fus attirée par "Autobiographie d'un yogi " de Yogananda .( Sa photographie ne m'a plus jamais quittée ).


              Voilà un croisement bien intéressant : celui de nos échanges.


                                                                           
Bonsoir India .


                                                                                      
Amicales pensées


                                                                                                            
Hécate



india 02/05/2010 19:48



ouh la, mais c'est richement documenté par ici. Tes articles me semble extrêmement riches et fournis. Tout ce que j'aime !


je viendrai fourmiller par ici si tu le permets, j'ai repéré quelques affinitinés dans tes choix. Sauf Baudelaire que perso je n'aime pas trop mais à qui je reconnais beaucoup de génie. BOnne
soirée



Hécate 02/05/2010 21:42



Bien sûr que je permets  que tu reviennes !...


Les affinités sont très agréables ,mais j'aimerai  aussi savoir pourquoi  tu n'aimes pas trop Baudelaire ? On apprend beaucoup en discutant sur des
avis opposés ...


    A bientôt alors !


                Bonsoir et merci de ta visite 


                                                                    
Hécate



Iougenaie 27/04/2010 22:02



Un présent pour vous : http://iougenaie.cowblog.fr/pensees-crepusculaires-a-l-aube-2990768.html


Anthologie de poèmes sur le thème de la mort, Baudelaire m'accompagnait.


J'ai romancé les dernières pensées d'un mourant.


Douce nuit mon hécate,


Eugénie.



Hécate 27/04/2010 22:29



Merci chère Eugénie...Ce présent est bien émouvant pour moi en ces heures...


                                A
bientôt,bien amicalement


                                                       
votre Hécate



Vincent 27/04/2010 02:22



...cette maison est à elle seule un Conte fantastique...



Hécate 27/04/2010 14:52



...vous dites vrai cher Vincent !


                                                 
votre Hécate



bari 26/04/2010 12:15



à l'ouest rien de nouveau... alors je repasserai



Hécate 26/04/2010 18:37



Je suis un peu débordée en ce moment Bari ,et il est vrai que je laisse le temps entre deux publications ,mes articles étant parfois longs  ...  :)


                               C'est très
aimable  ,cette visite .


                                                                               
Hécate


                                                 



Kaa 25/04/2010 18:30



Je te remercies, c'est très sympa :)



Hécate 25/04/2010 18:42



Je l'ai fait très d'un élan sincère :)


                                                     
La Magicienne aux Corbeaux   



Ole 25/04/2010 02:29



Ah, très chère magicienne, figurez-vous que cette chère comtesse devrait hanter nos salles obscures depuis le 21 avril! Or je n'ai pas, non plus, eu vent de sa présence sur les écrans des
environs... Guettons-la tout de même, on ne sait jamais...


Et la tourmente que vous bravez, Dame, s'apaise-t-elle?


 



Hécate 25/04/2010 12:27



Oui ,oui je le savais ...mais rien au programme de la gazette locale  !...Peut-être la semaine prochaine ,qui sait. La bande annonce et les entretiens avec la réalisatrice (hier ...)
sont très prometteurs ...


La tourmente ? Oh! je vais vous en dire plus prochainement ...Ole chère ,que la journée vous soit agréable .


                                                                                                                     
votre Magicienne



Pascal 23/04/2010 21:11



E. Allan Poe me faisait flipper enfant quand je lisais 'les histoires extra' mais j'aimais bien qd meme. a+



Hécate 24/04/2010 09:41



C'est certain que lire Edgar Allan POE ne fait pas voir la vie en rose !...Mais c'est prenant ...:)


 Tout comme les films qui étaient inspirés de ses nouvelles . "La chambre des tortures " est tirée du "Puits et le pendule " ,les frissons étaient garantis .


                                                                                               
Hécate



bari 22/04/2010 13:53



c'est sympa... hier vous m'avez parlé de poems à écouter il me semble (ou alors j'ai mal compris) mais je ne les trouve pas sur votre blog. où sont ils?



Hécate 22/04/2010 21:50



Bonsoir Bari ,je vous conseille d'aller sur le côté droit du blog ,voir la liste des articles .


"Marcel Swob : Le livre de Monelle ".


"Quelques poésies des enfants Brontë "


"Remy de Gourmont : Les oraisons mauvaises"


"Jehan-Rictus "


Sur ces articles là ,que vous trouverez ainsi plus aisément ,il y a des poésies à entendre .


 Je vous souhaite une bonne écoute selon vos choix . Merci à vous .


                                                                                              
Amicalement .


                                                                                                                        
Hécate



vkarole 22/04/2010 11:11



Je connaissais son nom, mais pas sa vie, qui est trés interrésante , et même passionante , je suis ravie d'avoir visité ce blog ; bonne continuation et bonne journée



Hécate 22/04/2010 21:52



Eh! bien...j'en suis bien contente Vkarole ...


 Merci de me faire part de votre ressenti .


                              Bonne soirée
.


                                            
Hécate



hanternoz 17/04/2010 01:04



Bonsoir.


Un article très intèressant et instructif, mes souvenir sur cet auteur méritaient bien une bonne remise à jour !


Amitiés



Hécate 19/04/2010 21:38



Voilà bien surprenante hantise en vérité que votre apparition sur cette Nuit avec E.A. POE  !


Toutefois ,un rapide survol chez vous me démontre que la poésie est aussi sous votre ...plume . Dois-je davantage m'étonner ?


                                 
Hanternoz ,je vous souhaite un bon soir ...


                                                                                         
HECATE



Ole Lukoje 15/04/2010 21:03



Ce n'est pas surprenant, le personnage d'Erzébeth n'est pas de ceux que l'on aimerait voir arriver à l'improviste dans son salon... x)
Ah, j'en ai eu vent, et j'aimerais également le voir. Saviez vous, à ce propos, que l'acteur qui joue le jeune amant de la Comtesse est précisément le même qui campe le rôle de Paul Krantz dans
Was nütz die Liebe in Gedanken? =)



Hécate 15/04/2010 21:19



Non...Je ne savais point ,ni ne me serait rappelée du nom de cet acteur ,ma mémoire n'est pas aussi performante que la vôtre  :)


Merci de me l'apprende ,ce qui va renforcer mon désir de voir cette "Comtesse " ...( Mon quotidien n'est pas des plus aisé à gérer actuellement ,et ,les sorties des films sont variables selon
les villes).


 Je ne pense pas qu'il puisse y avoir beaucoup d'amateurs ,quoique ...Rares sont les réalisations autour de cette sanglante Bathory ,pour ma part je n'en ai point vue une seule .Ce qui
n'est pas une référence  absolue !!!


                                      
votre H.



Ole Lukoje 15/04/2010 20:39



C'est toujours un plaisir, Dame, que de recevoir un courrier émanant de vous! =)
Ah, n'est-ce pas qu'il marque, ce film! =) Moi qui ne suis pas une grande amatrice du genre, je ne pensais pas m'y laisser prendre... Pas tant, dirons-nous =).



Hécate 15/04/2010 20:47



Oui ,il marque ce film..Et ,vraiment vous avez bien fait de le mentionner , cela s'est levé très vite à ma mémoire...Et je n'avais point eu l'occasion de partager cela !


J'ai visionné les liens que vous donniez ,et oui ...cela a renforcé ma certitude ,c'était bien à ce film que je pensais .


               Bien votre Dame Hécate



Atom-of-the-end 14/04/2010 22:10



(Vous constaterez que niveau police d'écriture, je suis particulièrement bien outillée par la nature (La police d'écriture étant l'organe génital de notre personnalité internet))


 


(Non en fait c'est à cause du Ctrl-c Ctrl-v; sorry)



Hécate 15/04/2010 11:47



Je ne doute point de votre personnalité organique d'internaute :)


Vous pourriez passer une heure à vous expliquer sur la cause de ce que vous me dites si courtoisement que je serais tout à fait comme une momie brusquement éveillée dans une
réalité stupéfiante !!!


Votre présence ici est EXTRAORDINAIRE ...


(Il est vrai que depuis cette Nuit avec Edgar ,rien ne devrait m'étonner ..)


                                                       
votre Hécate



Atom-of-the-end 14/04/2010 22:08



"et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, – jamais plus !"


 


Mais cette phrase rontudju ! Cette phrase, qui résonne en moi encoe quinze ans après avoir lu le corbeau. Raaaaaaaaaah.


 


(Oui, tout à fait : Raaaaaaaaaah)



Hécate 15/04/2010 11:54



Raaaaaaaaaaah...C'est que vous êtes ici dans une corbeautière !!! ( l'antre d' Hécate )



Maud96 13/04/2010 22:52


Entre Edgar et Virginia (et les autres !), entre corbeau noir et chatte noire, je me suis un peu perdue dans ce rêve un peu fou d'un pauvre don Juan cherchant désespérément à combler en lui-même la
faille du désir jamais exaucé. Merci pour cette histoire d'écrivain maudit (c'est vrai qu'ils sont tellement plus attachants que ceux qui décrivent des bonheurs conformes)


Hécate 14/04/2010 20:37



Il y a des bonheurs qui s'enfuient emportés malgré tous les efforts pour les retenir Maud  !


Edgar n'a pas eu de POE !!!


Un nommé Geoges Graham a consigné plus tardivement son impression lors du fatal déclin de la jeune femme d'Edgar ": je l'ai vu tourner autour
d'elle pendant sa maladie  avec la tendre anxiété d'une mère pour son nouveau-né - la moindre toux le faisait sursauter ,lui pénétrait le coeur comme d'un froid de glace ...Cette
anticipation quotidienne de la perte de Virginia devait faire de lui cet homme triste et pensif ,et nourrir de sa mélodie son chant immortel ".


Edgar Poe s'est battu pour défendre les droits d'auteurs. L'absence d'un copyright  international  était l'objet de sa colère !...


                                                                 
Hécate



Old-Luck-Oie 13/04/2010 22:38



Ah, chère Magicienne, j'ai reçu aujourd'hui vos deux cartes, et suis fort attristée des nouvelles dont vous me faites part. J'y répondrai plus longuement par des voies plus traditionnelles
et moins.... publiques.


Toutes mes pensées convergent vers vous en ces temps de déchirures.



Hécate 14/04/2010 14:23



Mes chers messagers vous transmettent les miennes  ,recevoir les vôtres si promptement sont comme un chatoiement sur le jais qui ornent ma tristesse ,
plus sourde à présent mais qui pèse sur mon âme ...Chère Old -Luck-Oie ,merci de votre passage ici ...


 J'espère que mes  cartes auront allumé votre  sourire tout de même ...


                                                                                                                        
votre Magicienne  



Marie-claire 12/04/2010 22:49



Je ne lirai pas tes articles ce soir Hécate. Je les imprimerai pour les lire tranquillement. Et je reviendrai t'en parler !


Un passage comme un signe amical ...



Hécate 13/04/2010 09:15



Je prends volontiers ce signe amical, Marie-Claire...


Deux parties à lire ,oui cela prend du temps . Reviens m'en parler quand tu auras une disponiblité . Ce sera pour moi un plaisir,les échanges apportent beaucoup .


                                                                                                       
A +


                                                                                                                  
Hécate



Guern' de Bé 12/04/2010 16:51



L'Astrologie est née avec l'astronomie et les noms des planètes ont un rapport étroit avec les dieux de la mythologie grecque qui donne la base de l'interprétation astrologique... Si tu connais
la mythologie grecque, t'es déjà presque astrologue .



Hécate 12/04/2010 20:51



Certes ,certes...En ce qui concerne notre "oiseau Plutonien " ,il ne pouvait point y avoir une référence à cette planéte de la part d'Edgar Allan Poe ,puisque celle nommée Pluton
n'a été découverte qu'en 1930 !


Donc ,c'était vraisemblablement au dieu  des morts chez les romains qu'il fait allusion . Ce corbeau nous aura fait bien bavarder chère Guern'n .


Merci d'être revenue . A chaque poète son "nevermore " ( Verlaine qui se disait Saturnien ) et notre Edgar avec le" nevermore" des stances du " Corbeau " ...sans compter d'autres
auxquels je ne pense pas ,ou ne connaîs pas  .


                             Bonne soirée
au clair de Lune


                                                           
Hécate



Guern' de Bé 12/04/2010 09:00



C'est vrai que c'est un feuilleton la vie de cet homme...plus délétère que rocambolesque...


Je pense que "l'oiseau plutonien", c'est plutôt le Phénix (qui renait toujours de ses cendres)...Le Corbeau est plus "saturnien", de mon avis d'astrologue en herbe !


 



Hécate 12/04/2010 11:54



Astrologue en herbe ,Guern'de Bé ,eh! bé ...:) Je ne mets pas en doute tes connaissances en la matière ; sauf qu'ici Edgar POE ne fais pas allusion à l'astrologie ,mais se réfère  au
Dieu des Enfers ,Pluton . Le Corbeau étant ici messager du Royaume de la  Mort . D'ailleurs au cours du long poème il dit " ...ton Dieu t'a donné ,t'a envoyé le répit -le répit et le
népenthés de tes souvenirs de Lénore ..."Le plumage noir du corvidé s'accordant au sombre Domaine d'Hadès . Plutôt les rivages de l'Enfer que le Néant semble nous dire Poe ...


Le Corbeau perché sur le buste de Pallas est vivant ,et il " parle "...


                                                          Toujours
des questions très fouillées ,c'est bien .Une bonne façon de peaufiner les intentions de l'auteur !


                            Bonne journée .Ici un vent
...d'enfer !!!


                                                                                   
Hécate



Iougenaie 10/04/2010 00:20



Oh ce n'est pas grave. J'apprends plus en lisant quelques unes de vos lignes, qu'en allant six heures par semaine en cours de français, bien que la prof ne soit pas si mauvaise.


Je pars demain jusqu'au 22, j'espère qu'à mon retour nous aurons plus amplement le temps de discuter.


Je vous embrasse, à bientôt, douce nuit chère Hécate.


Eugénie.



Hécate 10/04/2010 21:29



Alors ,merci de votre indulgence chère Eugénie .


Passez d'heureuses vacances . Mon emploi du temps est assez bousculé actuellement ,mais j'espère aussi que bientôt nous pourrons échanger plus largement quelques pensées .


Je suis sensible à la fidélité que vous témoignez au Fil d'Archal ...


                                                                        
votre Hécate



Ole Lukoje 08/04/2010 23:15



M'en viens gratter à votre fenêtre... Il y a un petit moment que je n'ai eu de vos nouvelles, Dame Magicienne... Quelles sont-elles? =)



Hécate 09/04/2010 23:09



Les nouvelle aujourd'hui sont meilleures que celles que j'aurais eu à vous dire précédemment .


Merci de penser ,chère Ole ,à votre Dame Hécate. Elle vous dit à bientôt  :)



Iougenaie 08/04/2010 21:01



Non, jamais je n'ai vu un de ces films...


 


Vous savez, l'autre après midi, alors que j'étais en cours, et que nous parlions de Baudelaire, est venue la question du Dandysme. Et, j'ai posé la question qui était de savoir si il existait des
femmes dandy, elle restée sans réponse.


Pourtant, je me disais qu'Anna de Noailles était peut être une sorte de Dandy ?


Votre Eugénie.



Hécate 09/04/2010 22:37



Roger Corman en était l'un des spécialiste ...Mario Bava ,et d'autres que je n'ai plus en tête ,ce soir.


Votre question ,chère Eugénie est bien interessante .Je m'étonne un peu de l'absence de réponse de votre professeur.


Certainement vous a-t-elle dit que le Dandysme est essentiellement au masculin . Ce qui est notoire . Le dandy anglais a été le modèle de Baudelaire. Tout est venu de Brummel qui par
sa manière d'arborer du linge blanc se démarquait de la noblesse qui négligeait sa mise . Brummel a lancé la mode en étant lui-même , ne pouvant s'offrir des tenues voyante ,il fut celui qui osa
porter des gants si fins qu'ils moulaient ses doigts ,Baudelaire fit de même  ,les ponçant pour en accentuer l'usure ...La classe tenant avant tout à l'élégance du maintien et non à la
richesse d'un habit.


Les dandies étaient étroitement mélés aux fashionables ,et on les nommaient aussi les "lions" ,et si il n'y avait pas de dandy femme ,il y avait alors les "lionnes " des femmes
opposées aux canons d'alors ,les évanescentes ,les pâles et timides . Les lionnes montaient à cheval ,pratiquaient l'escrime ,pleines d'audaces ,bravaient l'opinion . Certaines portaient
pantalons et redingote ,fumaient le cigare ...


Anna de Noaïlles fréquentait Robert de Montesquiou qui était de cette race mystérieuse des dandies ...Le dandy ,raffiné dans ses manières aimait s'entourer de femmes ,en dépit d'un
certain côté mysogine  ( très accentué chez Brummel  qui tombait rarement amoureux ) .Byron innova le dandysme romantique mêlant  passions tumultueuses et audaces
.


On dit souvent que le premier dandy remonte à l'antiquité avec le bel Alcibiade !...


Sans doute ,je m'écarte un peu de votre question ,je suis un peu fatiguée ce soir car je n'ai pas le nom d'une "lionne " célèbre à vous citer .


                                       
Je vous souhaite une belle nuit


                                                                                             
votre Hécate



AneverBeen 07/04/2010 20:19



Hécate, dame des corbeaux...


Etonnamment, ou pas, cela ne m'étonne pas ! En effet, j'imagine bien le personnage, qui n'est pas ou est comme tous, d'Hécate en la compagnie de ses oiseaux
d'ombre... =)





La jalousie. Je ne doute point. Poe avait un don, ne le nions pas. Il savait s'inspirer avant d'imaginer pour ensuite poser les mots de sa griffe singulière.
Cela ne pouvait-il pas attirer la mauvaise foi de ces autres ? ... Il est si simple, pour les mauvaises langues, de se défendre par des dires faux mais qui suscitent bien des doutes chez ces
autres qui, bien souvent, au final, finissent par y croire ; faute de savoir se faire un avis propre. Cela cause bien des torts aux victimes de ces mêmes calomnies.


Mais qui veut garder de ses intimité et mystère préfère encore laisser les bruits du couloir se répandre plutôt que de se mettre à un niveau qui leur paraît
bien bas.





Swindburn... Je ne connais pas. J'ai tenté une recherche via le net mais rien n'y fait. Hécate pourra alors, peut-être, prendre le temps, un jour, de nous, à
AneverBeen comme à ces autres, le présenter sur son espace.





Ainsi, nous avons avec Hécate, un autre auteur en commun :)


 



Hécate 10/04/2010 11:23



Oui ,AneverBeen ...Hécate ,Dame des corbeaux . Ces beaux oiseaux sont fascinants ,d'une grande intelligence .


 


J'ai sans doute mal écrit le nom de Charles SWINBURNE ,poète anglais du 19ème ,que je présente un peu dans mon article "Les Préraphaélites " (Deuxième partie )


Auteur d'un roman épistolaire "Les contre-feux de l'amour ",et aussi d'un autre ,inachevé mais très important "Lesbia Brandon ".Un huis clos où couve une passion incestueuse ,et l'ambiguë
relation d'un précepteur et son élève. De magnifiques ballades poètiques ponctuent l'oeuvre ,qui me faisaient songer aux poèmes d'Edgar Allan Poe .


Baudelaire ,Maupassant ,Hugo prisait beaucoup Swinburn .


J'espère que ma réponse vous donnera satisfaction.


                         Bien amicalement .


                                         
votre Hécate



mentale 06/04/2010 21:13



bonne soirée cher hécate!!



Hécate 10/04/2010 11:24



Merci ,avec retard ,certes ...


                                      
votre Hécate



Jean-Michel 05/04/2010 23:07



Merci Hécate pour votre délicate réponse. De Poe tirons quelques belles lumières qui vont si bien avec le jour des morts.


Jean-Michel



Hécate 10/04/2010 21:33



Les ténèbres savent être lumineuses ...:)


Merci Jean-Michel d'accompagner au cours des mois le Fil d'Archal ...


                                                                                 
votre Hécate ( un peu irrégulièrement sur la toile ,ces derniers jours )



René 05/04/2010 10:34



Bonnes Pâques chère amie






Hécate 05/04/2010 21:02



Un oeuf en chocolat noir ,celui que je préfère...Merci René !


                                                                          
Hécate



Iougenaie 05/04/2010 00:07



Oh Hécate ! Je ne sais pas si vous avez eu mon autre commentaire mais bon sang ! C'était envoutant, captivant. J'ai hâte de lire la suite.


Je ne sais même que dire. Je connais peu Poe, comme je vous l'ai dit, je commence juste les histoires extraordinaires traduites par Baudelaire.


Douce nuit Magicienne,


Votre Eugénie.



Hécate 05/04/2010 21:29



Oui ,chère Eugénie ,j'ai bien eu votre précédent commentaire . Je suis bien heureuse que cette Nuit avec Edgar Allan Poe vous captive . Et ,coïncidence plaisante ,vous commencez à lire ses
" Histoires Extraordinaires ".


 


Deux sortes de genre chez Poe ,le roman d'aventure ,policier ,ou aux frontières du fantastique . N'avez-vous jamais vu un des nombreux films inspirés par ses contes ?


                                            
Je vous souhaite de doux rêves


                                                                                
votre Hécate



Eric LOW 04/04/2010 22:34



toujours ce talent pour la biographie & pour déclencher des envies de (re)lecture


bravo, Magicienne !



Hécate 05/04/2010 20:59



De votre part Maître Low ,c'est un éloge !...


 


                                                  
Merci


                                                                votre
 Magicienne



Gertrude 04/04/2010 11:25



Je reste en la rumeur d’un rivage par le flot tourmenté et tiens dans la main des grains du sable d’or — bien peu ! encore comme ils glissent à travers mes doigts à l’abîme, pendant
que je pleure — pendant que je pleure !


E. A. P.


Un rêve dans un rêve



Hécate 05/04/2010 21:33



Pour cette poudre endiamantée de rêve dans le rêve ,chère Gertrude ,je vous remercie ...


 Que GERTRUDE demeure longtemps ,longtemps dans cet Espace où le Songe est plus fort que la MORT !


                                                                                       
votre HECATE



mentale 03/04/2010 21:44



joyeux weekend de pâques!


 



Hécate 05/04/2010 21:37



Je m'excuse de vous remercier un peu tardivement Mentale


              Bonne soirée à vous


                                       
Hécate



nettoue 03/04/2010 17:52



Bonne fêtes Pascales Hécate, soleil et chocilat si possible !


Bises


Nettoue



Hécate 05/04/2010 21:00



Merci de ton souhait ,Nettoue mais les évènements furent contrariants ,hélas !


                                                                                              
A +


                                                                                                     
Hécate



Caro 03/04/2010 17:40



franchement, je préfèrerais , de loin, une nuit avec George Clooney ...



Hécate 05/04/2010 18:23



Franchement j'aimerais que l'on me dise pourquoi ?


                                                                  
Hécate



AneverBeen 03/04/2010 11:26



Une suite intéressante. Poe et les chats... AneverBeen et ses chats, noir y compris =)... Poe est le corbeau. AnB a un faible pour cet oiseau...
Discret.


Il se peut, en effet si ce n'est certainement, que l'on est exagéré les traits de Poe, son comportement, ses goûts...


Nous avons tous une part d'ombre en nous, mais de suite lorsque l'individu se fait visuellement plus sombre, on le catégorise !


Poe avait le goût du noir. Et alors ? Il était aussi un romantique, peut-être même un néo-romnatique puisqu'à travers certaines de ses nouvelles, l'on
perçoit les côtés poète et sentimental de l'écrivain. Mais ce noir ne fait pas forcément de lui un personnage sombre, sans désirs et joies.


Qu'il apprécie les femmes, les hommes ; n'est-ce pas là son droit ? Cela ne pourrait-il pas être le cas de tous si l'on n'avait pas instauré un modèle qui
consiste à mettre à l'origine d'un nouvel organisme un homme et une femme ?


Ce qui me dépasse le plus ; c'est la nécrophilie supposée de Poe ! Les cadavres étant le reflet de la Mort, ne serions-nous pas tous, et d'une certaine
manière, fascinée par cette même si bien à travers nos peurs, comme notre curiosité et certitude de la rencontrer un jour ? 


On dit, on écrit...


Nous devrions penser "Les bruits du couloir ne sont que ce qu'ils sont : Bruits".





Un auteur que nous avons découvert : Troyat qui écrit, également, des nouvelles... Ce n'est pas du Poe mais son style ne nous a pas déplu. Libre à Hécate
de le découvrir ou non.


Vous m'avez espérer ; nous n'en demandions pas tant ; voyez que nous avons tenu parole. =)


A bientôt, Hécate.


 


 



Hécate 05/04/2010 18:22



Eh! bien si AneverBeen a un faible pour cet oiseau noir ,Hécate qui partage sa vie avec trois corbeaux a pour eux un faible ...très fort !


Poe était issu d'une classe sociale peu prisée de la société ,et les jalousies donc se sont renforcées autour de ses dons, de son aisance à écrire dans toutes sortes de styles ,scientifique
,poétique ,fantastique ,satirique ,et même dans ce qui deviendra le roman policier .


 


Le noir se portait beaucoup ,et ,oui ,pourquoi le lui reprochait-on ?...Les romans qui faisaient fureur était des romans gothiques très sombres ,des meurtres ,des fantômes,le genre
s'essoufflait ,et Poe lui a redonné un essor unique en Amérique qui manquait singulièrement d'auteurs ayant une griffe personnelle !


 


Néo-Romantique de par sa vie ,certes ,pour moi Edgar Allan en est un de ses profils les plus marquants . Ses poésies me font penser à celles de Swindburn qui étaient très impreignées des
vieilles ballades entendues dans son enfance ,en cela il est un précurseur des Préraphaélites,les femmes peintes par Rossetti portaient souvent cette pâleur morbide ,cette fluidité du corps d'où
la vitalité se retire ,maladie ,misère...


La Mort des êtres ,celle qui fauche les êtres dans la fleur de l'âge ne peut que laisser des traces profondes dans un esprit sensibilisé ,et Edgar portait le sceau de cette fatalité . Comment
ne se serait-il pas épris de femmes frèles ,instinctivement le coeur s'émeut d'un rappel d'une émotion ,comme un retour de l'autre ...Peut-être espérait-il rompre la fatalité ,triompher de la
Mort ...Il est tant de façon d'expliquer ce qui paraît un travers ...


Les bruits qui le déservirent furent trop tardivement évincés ...Il est bien que le mystère autour de lui demeure ,c'est là sa part d'intime ,et n'avait-il pas tout fait pour la préserver
?


Si il ne fût pas tendre envers ses pareils dans les journaux ,c'était bien là son droit ! ...Il était un critique acerbe ,certes...Il désirait vivement  que l'Amérique possède des
littérateurs dignes de ce nom .Il lui fallait se montrer exigeant . Comment le lui reprocher ?...


Hécate a lu bien des ouvrages écrits par Troyat il y a bon nombre d'années. Biographe aussi a ses heures et sans que cela soit rébarbatif.


Merci à AneveBeen d'avoir comblé l'espérance d'Hécate  :)


                                    Elle
est toujours très contente de vous lire.


                                                                              
H.



ledif trocas 03/04/2010 03:34



pardon pour les fautes de frappe
la fatigue peut-etre... à cause de Juliette...
Ah, la femme est l'excuse de l'homme...



Hécate 05/04/2010 22:00



Oui ,oui ,c'est très pratique   ,je retiens ...


                                                    
votre H...



ledif trocas 03/04/2010 03:30



Effectivement je suis cette nuit essoufflé
à cause de Juliette qui m'a beaucoup "pompé".
"quand la pompeuse est bonne
le pompé déballonne"*
Ne prenez pas ombrage: entre elle et moi c'est sexe
les choses de l'esprit la laissent un brin perplexe.
Mais revenons à nous, c'est "nous" qui interesse
et nous sommes très loin du niveau de la fesse.
Loin au dessus s'entend, car plus bas c'est le pied.
Mais je vois comme de Poe je me suis éloigné
j'en ressens quelque honte. Mieux vaut que m'en tienne
là. De mes dents je ferm' la barrière et la chaine.
Ah si tout de m^me: Σ΄ευχαριστω πολυsimplement signifie: "merci beaucoup" merci!


ευχαριστω que vous prononcez "eukaristo" est à l'origine d' "eucharistie" (si vous voulez vous signez prenez le temps mais vous n'^tes pas obligée)
quant à πολυ dites "poly" et pensez aux malheureux polygames et à leur vie harrassante.
je vous souhaite soit une bonne fin de nuit, soit un grand lever joyeux et un bon petit déjeuner avec lapsang souchong pain beurre miel de lavande et la dernière de Souchon ou plut^ot de Bashung
plus dans votre univers.


ps: en raison d'un problème technique jesui complexé du circonflexe... excusez-moi



Hécate 05/04/2010 21:58



Cher Ledif ,je suis bien éberluée


Je me sens soudain déplumée


De mes idées en vers et en nuit


Je préfère le calme Olympien


A des dimanches  de chien !


J'aime bien toutes les fantaisies


A vous lire c'est de l'ambroisie !...


                                            
Bonne nuit à votre Juliette ,et à vous mille et une nuit de délices ...


                               votre
Hécate



Jean-Michel 02/04/2010 23:00



Chère Hécate, je me souviens de Poe comme un des écrivains les moins rébarbatifs de la Littérature. Et au risque d'être inconvenant quand il faut trier, je trie Poe. Poe tance parfois ses amis,
mais loin de faire peur cela fait plutôt sourire, et bien plus quand Poe lisse sa martiale petite moustache. Sa mère quand il était lycéen ne manquait jamais de lui répéter : "Poe tache d'être à
la hauteur". Poe cédant, ça jamais, mais Poe cible des plus infâmes jeux de mots, voilà une bien triste réalité. Peu importe. Pour moi, il est encore beau.



Hécate 05/04/2010 17:14



Cher Jean-Michel ,voilà sur POE un commentaire tissé d'humour et de mots comme autant de jeux qui en dresse un portrait drôlatique . Des dettes de jeux ,on dit que Edgar en eut ...


A tant faire pour être à la hauteur des fréquentations de ses comparses étudiants il tomba de haut !


Son père adoptif le destinait au droit ,Edgar Allan alla tout droit dans le lieu intermédiaire entre le Ciel et l'Enfer  avec les quatre cent et un vers d "'Al Araaf ",un Purgatoire dont
il voulait faire un Eden...


               Merci de vous être attardé sur cette Nuit avec Edgar  :)


                                                                               
votre Hécate


 



Joris 02/04/2010 22:52



La lumière seulement (http://www.lighteux.com) et exclusivement!


L'essence même d'une rumeur n'est elle pas d'être déformée? :) 



Hécate 02/04/2010 23:11



Certes...une rumeur est comme un coup de vent ,l'ombre masque ,la lumière élargit la féerie...


            Merci ...Joris-Des-Lumières...


                                                    
votre Hécate...



Joris 02/04/2010 22:27



La fumée et la brume nocturne sont mon terrain de jeux, j'y exerce même mon métier.


Cependant?



Hécate 02/04/2010 22:39



Vos terrains de jeux...Cela veut dire beaucoup et bien peu...Tant de jeux !...


Votre métier,vraiment ?...Vous êtes illusionniste ,c'est cela...Lumière,ombre,oiseaux de nuit ...?


Dites-moi...Suis-je sur le bon carrefour ?...


                                                          
votre Hécate



Joris 02/04/2010 22:17



J'en ai eu vent, en effet.


Une surprise bonne ou mauvaise reste une surprise. C'est toujours mieux que... "rien"? L'enfer la terre ou le ciel, du moment que j'ai un paquet de Marlboro... :)



Hécate 02/04/2010 22:27



Rien...?


C'est trop peu !...Les surprises ici relèvent de la magie de l'heure ,alors avec ou sans fumée ,point de fumisterie ...


A le Vent ...il en murmure des choses...


                                                     
votre H...



Joris 02/04/2010 21:52



parce que je devrai avoir peur?



Hécate 02/04/2010 22:07



C'est à vous de voir Joris ...Vous connaissez la réputation d' Hékate ,probablement .


                                                                                                              
votre H.



ledif trocas 02/04/2010 21:47



naturellement, lorsqu'ils franchissent la barrière de mes dents se présentent en grec. Ceux-là signifient:



Hécate 02/04/2010 21:52



...? Vous entretenez le mystère... ...Ou vous en avez perdu le souffle ,Ledif cher ?...


                                                                                                
votre  H...



Joris 02/04/2010 18:27



Déranger? jamais!


Sinon, oui, en effet!



Hécate 02/04/2010 19:59



Jamais ? ....Fichtre !...


              Vous savez doser vos effets Joris ...


                                                                           
Hécate



ledif trocas 02/04/2010 17:05



Σ΄ευχαριστω παρα πολυ



Hécate 02/04/2010 19:47



Fidel ami ,cher Ledif ...vous pourriez avoir la courtoisie de traduire ,ou est-ce par trop indécent ...?


                                  
votre Hécate -Du-Carrefour



ledif trocas 02/04/2010 16:06



bien plus que Baal
je craignais Pal
qui perçant les fondements
vous trouillote absolument
comment après nous promener
sans attrapper le goutte au nez
dans vos jardins de l'Empyrée
plus beaux que ceux de l'Elysée
mais je vous sent brunir
serait-ce pour me punir
ou pour mieux soutenir mon ardeur inlassable
qui nous fera rouler peut-^tre jusqu'au sable.
Après ,à nous la mer!
fini le terre à terre!



Hécate 02/04/2010 16:34



Des mélodies du charmant  ange Israfel


Ou d' Eblis étant aussi  le vassal fidel


Jamais ,non jamais ne se lasse


Ni la plume vaillante ne se casse


De Ledif Trocas ,ni ne trépasse ,


Lorsque les feux des Pléïades scintillent


Le verbe de ce poète  plus encore brille


Jamais ,non jamais de  son Inspiration


Jamais ne trépasse  la Passion ...



nettoue 02/04/2010 15:20



En fait, les opinions ne s'opposent que sur des écrits interessant voir passionnant ! L'uniformité des jugements est une forme d'indiffèrence. Et je ne suis jamais indifférente !


Merci hécate


Bon Week-end


Nettoue



Hécate 02/04/2010 16:42



La dicussion est passionnante ,rien n'est plus morose que l'indifférence !


Je ne le suis pas non plus  :)


                               
Merci Nettoue et toujours au plaisir de nos échanges .


                                                                                                               
Hécate



ledif trocas 02/04/2010 14:47



et cette faute affreuse en plus je l'ai doublée?!maudit soit  Belzépute qui me l'a inspirée!
moi qui désirais époustouffler Hécate
et déposer en elle ma sève délicate
me voici à ses pieds, implorant son pardon,
impatient  d'obtenir de lui la rédemption



Hécate 02/04/2010 15:02



Vous l'avez doublement ébahie


Et s'en apercevant toute étourdie


Elle s'apprêtait à effacer ce doublon


Pour vous épargner le sort du larron...


A présent voici qu' elle hésite


Ceci devenant historique...


Allons ,les Portes de l'Empyrée


Ne vous serons point fermées.


Astarté ne vous livrera point à Baal le cruel


De vous seraient privées bien trop de belles !...


                                                                            
votre Hécate



Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories