Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 13:08

COVER 

 

Physionomies végétales

Datura

 

 

 

 

Portraits d’arbres et de fleurs,

d’herbes et de mousse

 

Elie Reclus

 

A l’Enchanteur Aiolos

 

 

 


             C’est là une livre fort curieux écrit par Jean – Pierre – Michel Reclus qui naquit le 11 juin 1827, toujours connu sous le nom d’Elie, dû à son parrain un parent éloigné.

 

             A l’âge de deux ans Elie a eu un accident assez grave. Au-dessus de la maison familiale aux grandes et rares fenêtres à demi-fermées par des volets rouges, un grenier formait un deuxième étage. Par un de ces trous, où se glissaient les chats et les rats, le petit garçon eut le malheur de s’insinuer à son tour, et c’est de là qu’il tomba, le front en avant, d’une dizaine de mètres, sur le pavé disjoint. On le crut mort : crâne fendu, sang ruisselant entre les pierres. Elie survécut, ne gardant qu’une cicatrice au côté gauche du front.

 

 

 

             Cette aventure permit plus tard aux professeurs plus ou moins facétieux de plaindre Elie « d’être timbré » quand ses questions  paraissaient trop intelligentes !

 

 

 

             Elie était un enfant très doux, silencieux et rêveur. Pendant un de ses séjours chez ses grands-parents maternels, un beau soir d’été alors que la pleine lune montait au levant, Elie, sur sa petite chaise ne disait mot. On l’appela pour le coucher, l’enfant ne bougea pas.

-          Es-tu sourd ? A quoi penses-tu ?

-          C’est que je voudrais tant être assis sur la lune, et me promener dans le ciel comme les étoiles !

             Désormais pour une bonne partie de la famille, Elie fut un songe-creux, un chevaucheur de nuées.

 

             C’est là un livre très curieux, oui… qui parle entre autre de la dualité de la Douce – Amère, une plante qui abonde dans les lieux humides.

             Elie  Reclus un amoureux des plantes, des fleurs , des arbres… trop peu connu de son vivant pour ses écrits là !

 

 

 

          DOUCE-AMERE   « La Douce – Amère, c’est la Proserpine, c’est Vénus Libitina, charmante et redoutable. De la fleur de cette Solané part une effluve bleu, une effluve jaune. Tout ce qui est doux devient amer et tout ce qui est amer devient doux. C’est la grande contradiction qui est dans les choses et fait le fond de la morale de la vie.

 

             Ce dualisme universel est exprimé par la Douce – Amère qui a revêtue deux couleurs qui se haïssent : le violet et le jaune.

             C’est une dissonance chromatique et, en fait une beauté et une harmonie supérieure.

J’aime le nom de la Douce – Amère parce qu’il me fait rêver. Elle est ceci, elle est cela. J’aime la Douce – Amère, car elle rappelle ceci ou cela. J’aime la Douce – Amère. Elle me dit de belles choses et je me souviens de beaucoup par les visions qu’elle évoque. Car cette fleur est ceci, elle est aussi cela.


 

            Il est impossible d’aimer sans mélange. L’amour est le concentré de la douceur et de l’amertume. »

 

 

             C’en fut assez pour m’enthousiasmer. J’aime autant la botanique que je la méconnais. C’en fut assez pour que prise d’engouement pour ce livre, je me sois mise à écrire ce billet, assez pour décider de le dédier à un Enchanteur qui m’emporte aux nue avec ses ciels, ses fleurs et ses oiseaux et ses histoires égrenées comme le vent sème ses rêveries au soir quand dorment les grues !

 

             « Vous rappelez-vous dans « Faust » la double scène d’amour ? Vont et viennent dans les allées du jardin fleuri le beau Faust et la belle  Marguerite, Méphisto et Marthe, l’impudique créature ? Vont et viennent les deux couples ; ici l’extase et la tendresse, là, la gaillardise de l’impudicité. Là il roucoule, là il ricane… tout se joue sur le même air, la même mélodie exprime les douceurs et les malpropretés, le même clair de lune, le même parfum des œillets et des cytises, des iris et des tubéreuses sont chargés ici de volupté, allume ici de tendres flammes, là des feux impurs. Ce n’est qu’une différence de degré.

 

             Le savoir est l’eau-de-vie et l’ignorance est de l’eau fraîche.

 

             J’aime la Douce – Amère… »

 

             Quelqu’autre s’il vient à me lire, peut-être sera intrigué par les pages qu’Elie Reclus a consacré au pissenlit.

 

          Pissenlit   « Le pissenlit roi de la prairie, évoque l’idée de radiation : cette Composée est l’image d’état harmonique. Ses feuilles sont radiantes ; le pissenlit radie, il va du centre à la circonférence et revient de la circonférence au centre. 

             Cette fleur qui est un soleil, devient une voie lactée, un monde d’astres après la floraison. Elle passe de vert en jaune et en gris-bleu.

              La fleur est simple ; chaque fleur est si tranquille, est tout à fait chez soi et veut sa part de lumière, de chaleur, du monde entier dans le minimum d’espace.

             La splendeur du pissenlit, son moment de beauté suprême, est avant son complet développement. Les pétales du pissenlit sont jaunes, mais les étamines sont oranges. Quand le rouge s’y met, on pense à la chaleur, à la passion. L’orange enthousiaste évoque l’admirable élan des idéalistes. »

 

 

            Elie Reclus a treize ans, a été placé dans un collège des Moraves, à trois cent lieues de pays et de frontières des siens, Neuwied sa nouvelle demeure ; il savait que la barrière de séparation serait très effective, son exil réel. Ses parents étaient pauvres, les missives postales coûtaient alors trente-huit sous de port, somme trop élevée pour que sa mère pût écrire plus d’une fois tous les deux mois.

 

             Loin de sa Dordogne natale, une grande dépense cérébrale fut pour lui l’occasion de doubler sa force. En peu de semaines, il comprenait les leçons, devinait le sens des vers. La différence subtile de tout mot germanique lui fut bientôt révélée, il sut pénétrer mieux que la plupart de ses condisciples allemands le fond même de la langue et en découvrir le mystère.

             Un autre avantage de ces deux années de séjour chez les Frères Moraves fut de pouvoir étendre son amour instinctif pour la nature, grâce à de fréquentes promenades, la vallée du Rhin n’était pas ce qu’elle est devenue de nos jours… explique Elisée Reclus en 1904 à propos de son frère dans des pages destinées aux amis qui avaient connu Elie. 

 

         ElieReclus par Nadar    « Elie Reclus avait l’orgueil de se considérer comme un travailleur anonyme dans le champ de ses recherches où d’autres depuis se sont fait un nom. Je fis sa connaissance en 1898, incidemment nous parlâmes de folklore et spécialement de folklore botanique. Le jeune homme que j’étais fut frappé de constater que ce vieillard, tout en gratifiant son jeune visiteur des richesses de son savoir universel, prenait l’air d’apprendre du disciple.  Vaguement, en passant il mentionna des histoires sur les fleurs qu’il avait écrites autrefois, avant 1870.

 

             -  Prenez tout cela et étayer ces notes par des investigations sérieuses. Vous y trouverez quelque chose et vous serez capable d’étendre à l’infini ces recherches. Tâchez d’en faire usage. 

            C’est parmi ces dossiers que je découvris la plupart des « Physionomies végétales ». (B.P. Vandervoo)

 

          stramoine   De la Stramoine, Elie Reclus nous conte les pérégrinations et les noms multiples qui furent siens, « Trompette du jugement dernier dans le midi, Tatorrha en arabe, dont on a fait Datura et comment les mécréants l’expédiaient secrètement à quelque nécromant de Séville ou de Cordoue qui à grand’peine et à travers mille hasards la faisait parvenir aux adeptes de Paris, Prague, Cologne ou  Regensbourg. 

 

 

             D’origine patricienne – n’est elle paDaturas fille de l’enfer ? – ayant pour chef de famille la Datura fastueuse, elle a su accepter la pauvreté et l’indigence.

 

              Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, il faut la respecter et compter avec elle, qui se prête à son milieu pour le dominer.

 

Que désire le sage ? Être toujours soi, et toujours en harmonie avec le monde ambiant. »

  

 

 

             Il serait trop long et trop imprudent d’éventer les méandres où nous entrainent ces « Physionomies végétales», l’émerveillement de la Drosère, la rosée du soleil qui n’a d’existence que pour ceux qui savent regarder à leurs pieds...

 

drosera              

 

 

            « La vieille école ne veut voir dans les plantes que des tissus, à peine plus vivant que les cotonnades de Mulhouse et de Manchester…

             Les feuilles de la Drosère, qu’on râcle et gratte, qu’on écorche, frémissent et se tordent, changeant de position pour échapper à la torture. Racontez cela à un mandarin de l’Académie : il niera le fait d’abord…il vous expliquera que l’irritation de la plantiole sous le couteau est causé simplement par un phénomène d’irritabilité végétale.


             Haïssez-la si vous pouvez ; aimez-la si vous l’osez ! »


             Je choisis d’achever cette chronique avec la Rose ou le Secret de la Beauté parce que Elie Reclus avait voulu se révolter contre elle.

 

             « C’était au moment où certains jeunes garçons peuvent être bêtes et si désagréables, de onze à treize ans, dans la période que les Allemands ont appelée celle des Flegeljahre.

             Sans doute je trouvais alors que la rose était réellement jolie… J’étais révolutionnaire alors, et révolutionnaire je suis resté ; mais comme un petit niais, je débutais par m’insurger contre la Reine des fleurs… Et cependant je fais plus aujourd’hui qu’admirer la rose, je l’aime. Elle plait par modération des couleurs, parce qu’elle est rose et non pas rouge. Entre parenthèses, ceux qui cherchent la rose bleue sont des insensés…

             La Rose préférée de tous, sera toujours une rose relativement simple, ce sera la plus belle dans une variété spéciale.

 

             Pourquoi est-elle la fleur préférée de tous ?rose

 

             C’est qu’elle a toutes les qualités, de manière à rallier la majorité des suffrages et faire plaisir à tous.

             Le vulgaire adore ce qui n’est pas pour le vulgaire. Cela suffit pour que tout le vulgaire profane se pâme d’admiration pour la Rose… Il lui faut se parer d’une rose. Pourquoi ? Pour que la Rose le méprise du fond de son âme !

             Nous voulons la résistance. La Rose nous plaît parce qu’elle est belle, parce qu’elle nous défend de l’approcher, et parce que nonobstant, nous mettons la main sur elle, et grâce à son impuissante résistance, nous jouissons d’un triomphe facile.


             C’est qu’enfin elle a des épines…


            L’enfant ne désire si fort la lune que parce qu’on ne peut la lui donner.

Noli me tangere est le grand secret de la Beauté. »

 

             En conclusion, un extrait des «  Fragments » où Elie Reclus s’interroge sur la vie végétale, l’âme végétale. « Qui nous en révélera les mystères ? Qui a pu les deviner ? Qui a pu les sonder ?...

             Vaut-il mieux mourir ou ne pas mourir ? Vaut-il mieux être chêne ou cyprès, if ou hêtre, un arbre à feuilles qui tombent ou bien un arbre à feuillage persistant ?

 

             L’amour passe sans passer. L’amour est une sensation intime et profonde dans les arbre automneorganes mêmes de la vie ; c’est une volupté avec le maximum de bonheur et le minimum de conscience. On s’y perd, on s’y égare.


             Parfois, et même souvent, la livrée d’automne est plus éclatante que ne fut la livrée de printemps… la feuille est satisfaite… Elle  se fait belle pour mourir, meurt avec grâce, meurt avec le plus beau des sourires. »

             (Zurich 1876)

 

 

 

 

Editions Héros-Limite

géographie(s)

Dessins de Marfa Indoukaeva (à l'encre noire )

2012.

 

                                                                                                   Hécate

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate - dans Avis de lectures
commenter cet article

commentaires

dominique 01/09/2012 15:22


Merci, j'aimais la douce-amère sans savoir quel était son nom..j'ai appris un peu, ce matin, encore. Merci.  J'aime bien le "chevaucheur de nuées" c'est pas loin de notre '"pelleteux de
nuages".. 

Hécate 03/09/2012 17:33



Bonjour DOMINIQUE, merci de venir m'en faire part ; pelleteux de nuages , c'est une expression très imagée aussi. Je ne la connaissais pas
!


Merci et bonne journée.


A bientôt


                   Hécate



nettoue 27/08/2012 17:25


J'admire beaucoup Elie et ses prof ne méritent pas le titre d'enseignant ! Quel magnifique histoire mêlée de ce que j'aime la nature


Conne toujours je reviendrai pour une seconde lecture


Bises Hécate et à Bientôt

Hécate 28/08/2012 10:32



Bonjour NETTOUE,


les enseignants sont parfois moqueurs envers les rêveurs !...Merci d'être venue sur un aperçu de la vie d'Elie et de sa passion pour la
botanique.


                                                                                                              
A bientôt, j'espère que tu vas mieux.


                    Hécate



666 25/08/2012 22:27


Bonsoir magicienne,
De retour de congès mais encore paresseuse ...
J'avais tant besoin de me "déconnecter" au propre comme au figuré.
Je suis venue à plusieurs reprises. J'ai lu, je me suis délectée. J'ai adorée. Comme souvent. Tes choix. Mais, je n'ai pas commenté.
Ici, l'histoire derrière l'écrivain. L'écivain. Ses écrits. Ses "physionomies végétales".
Rendre les plantes, les fleurs, anthropomorphes. Mais avec poésie, coeur, âme, vécu.
Encore un bel ouvrage que j'ajouterai à ma longue liste ...
J'ai peu lu durant mes congés. J'ai fait le vide surtout. Et aucun de ma liste. J'ai été attirée par ce titre "Le Cimetière de Prague". J'ai acheté. Je dévore ... qd je peux.
Mais, mm si tu ne les as pas chroniquées, mes lectures me ramènenent vers toi ...
Parfois aussi la musique que j'écoute. Surtout lorsque le groupe est allemand. Ces temps-ci : Ewigheim. Pr la langue, la voix, ce spleen.
Qques mots ... de moi à toi.
Pour toi. Que tu saches que je te suis ... même tel un spectre. Tjs fidèlement.
Ta sorcière.

Hécate 25/08/2012 23:35



Chère SORCIERE ,


toute enchantée de te voir dans mon Salon de Verdure....Tout un chapître est voué à la Mandragore...:)


"Le cimetière de Prague", oui...j'ai vu ce livre, on en a parlé beaucoup.D'Umberto Eco j'avais dévoré "Le pendule de Foucault " fourmillant d'Histoire,d'occultisme etc...Rien lu
d'autre de l'auteur du "Nom de la Rose "; les périodes de vie ont des périodes de type de lecture et c'est bien ainsi aussi .Il est important de saisir une envie de lire un livre au vol.Rien
de meilleur !


Tu me parles de Ewigheim que je ne connaissais pas ; je viens d'écouter un peu au hasard, cela me ferait peut-être penser à Empyrium "Weiland", mélodiquement et le phrasé allemand que
j'aime beaucoup. "Lacrimosa" j'ai aussi beaucoup écouté, les premiers albums ont ma préférence...Pas de découvertes musicales depuis un bon moment.Merci de m'orienter ...un peu. Oui, pour la
langue, le spleen, je comprends tout à fait...


J'ai en préparation une chronique, la rentrée littéraire toute proche.


Très touchée que tu viennes vers moi chère Sorcière avec ce ton confidentiel si amical. Belle soirée à toi.


                               
ta Magicienne Aux Corbeaux


                                               



alain BARRE 25/08/2012 08:12


Quelle belle découverte, Hécate ! 


Meilleur souvenir,


Cordialement


alainB

Hécate 25/08/2012 23:08



Bonsoir ALAIN,


merci de votre passage sur les "Phyisionomies végétales" qui m'ont entthousiasmées .


Tout au plaisir encore de notre rencontre lors de votre exposition.


                                                                                             
Bien amicalement.


                                                                                                                           
Hécate



nays 24/08/2012 18:57


coucou Hécate


 


un tit bonsoir dans ton petit chez toi


 


bisous :o))

Hécate 24/08/2012 19:04



Oh! NAYS !....


C'est tout gentil ça...Je t'embrasse.Bientôt une nouvelle chronique.Je suis en retard un peu.


                                                  
Hécate



danielle 24/08/2012 17:57


songe-creux, noli-me-tangere... la poésie des mots ...

Hécate 24/08/2012 19:00



DANIELLE,


la poésie est partout .....Bonne soirée je te souhaite.


                                                                             
Hécate



Christian Jannone 23/08/2012 18:34


Deux mots, si vous le permettez, sur le blog des éditions du faune qui vont publier le Trottin : elles se réclament de l'aesthetic movement anglais, des préraphaélithes, des décadents, de
Lautréamont etc. Tout un programme, j'en suis sûr, qui devrait vous plaire.

Hécate 23/08/2012 21:29



CHRISTIAN,


deux mots qui justifient votre retour dans mon Boudoir .Dès que j'ai un moment,je vais y glisser un regard...


                         Hécate



if6 23/08/2012 15:25


Bonjour Hécate, j'aime beaucoup cette note et ce genre de livre en général. Celui-ci édité par une maison d'édition qui fait des choses de qualité j'ai bien envie de le lire  Bonnes vacances
Hecate, profitez bien du bonheur de l'été. amitié.

Hécate 23/08/2012 18:31



Oui ,un grand bonheur à lire, une évasion à fleur d'âme et de pétales et de branches, sans oublier les mythes et l'histoire.


Bonne soirée à toi,et , merci de ton passage dans mon univers .


                                                                                                       
Hécate



ariaga 22/08/2012 20:22


Une pensée pour toi. Bientôt la rentrée littéraire ? Amitiés.

Hécate 23/08/2012 18:27



Oui ARIAGA, bientôt la rentrée littéraire. En lecture donc je suis.


Amicales pensées.


                             
Hécate



Christian Jannone 22/08/2012 20:21


J'ai toujours apprécié les naturalistes et les botanistes. Au fait, le blog des éditions du Faune annonce la publication du Trottin sous forme de feuilleton. Attention, ce sera une version un peu
édulcorée tout en demeurant sulfureuse.

Hécate 22/08/2012 22:21



Cher Christian,


Je suis bien aise de vous savoir apprécier les botanistes, et je souhaite bonne chance à la publication de votre Trottin, le feuilleton lui conviendra fort bien.Edulcorée mais
sulfureuse...tout une exquisité...:)


                          Bonsoir à vous.


                                                  
Hécate



Caro 19/08/2012 21:45


je reviendrais quand je le sentirais, quand je serais en phase. Je me delecte en ce moment du magnifique album de Lisa Marie presley " Storm and Grace" ainsi que de la lecture de divers blog,
comme le votre. Merci pour votre delicate attention, j'en suis touchée.

Hécate 19/08/2012 22:01



C'est très sincère Caro, n'en doutez pas. Je vais essayer d'écouter un aperçu de cet album qui vous plait.A vous retrouver le moment venu pour vous.


                                                           
Hécate



Caro 19/08/2012 11:42


bonjour Hécate


j'ai supprimé mon blog (envie d'autres choses, de tourner une page) mais je te dirais quand je serais de nouveau sur la toile

Hécate 19/08/2012 21:39



Bonsoir CARO ,


voilà bien une nouvelle qui me laisse pensive...Mais c'est votre choix ; dites-moi, oui quand vous reviendrez, et, j'espère que vous retrouverez la toile .Nous nous croisons depuis assez
de temps pour que votre absence ne soit pas un rien de mélancolie ...


                              A bientôt
?....


                                                              
Hécate



Gertrude 19/08/2012 11:23


 


Comme toujours, chère Hécate, je semble traîner des pieds (que je n’ai pas) ou plutôt du céphalopode pour enfin me décider à commenter vos articles. Or il n’en est rien, je suis juste là
immobile, retenant mon souffle à vous lire et relire, à voir croître toute cette ébullition intelligente et admirative autour de votre écriture ; mais cela n’est rien à côté de cette
sensibilité toute particulière que vous avez à humer les parfums de l’air qui flottent et se conjuguent dans une atmosphère commune, de cette résonance que vous arrivez à produire, d’un je ne
sais quoi d’extra lucidité qui fait que vous arrivez toujours à rentrer en conjonction avec les personnes et leurs sentiments.


Comment faites-vous, sacrée Magicienne pour deviner si bien ?


Car si vous avez pensé de façon spécifique à moi ces derniers temps, ce dont je ne doute pas, sachez que j’ai découvert votre article alors que je ramassai de modestes coquilles et brindilles, le
crayon et le carnet de Marguerite sous la main et que Clémence pistait de son objectif les bourdons dans un jardin occitan.


Incroyable découverte que ce récit sur Élie Reclus ! Dans votre article tout est dit comme d’habitude, et vous nous amenez voyager à chaque fois sur une autre planète avec toujours ce
rapport sensible entre le texte et l’image que nous ouvrons toujours avec le même plaisir et la même gourmandise que nous ouvrions les albums fabuleux de notre enfance. Que vous dire de plus… je
crois que bien d’autres sont passés sous cet article, et surtout Marguerite dont je connais la grande érudition, et je ne souhaite pas redire plus mal ce qu’ils ont exprimé ; je suis bien
moins cultivée (le mot prend tout son sens ici), et je ne connaissais pas Élie Reclus, un peu plus Élisée (et encore) et j’étais bien loin de soupçonner la richesse de cette fratrie
exceptionnelle.


Continuez à nous faire rêver, Magicienne !

Hécate 19/08/2012 21:34



Chère GERTRUDE ,


si je parviens à faire rêver avec mes chroniques, c'est  parcee que  dans ce que j'ai lu quelque chose  vient me cueillir et
m'emporter...Je ne sais rien  dire de plus  !...


 


Je ne savais rien des Reclus. Je suis un peu comme ces herbes bohémiennes qui sont  là où le vent les  a semées.


C'est un plaisir pour moi que de vous retrouver si expansive en mon boudoir tout de verdure  en ce moment où l'exubérance de la nature est à son apogée.
oui ,je pensais à vous, et plus précisément...mais les raisons s'en trouvent multipliées...vous comprendrez pourquoi bientôt...:)


Je n'ai pas tout dit de cet ouvrage, loin de là, et Marguerite saura mieux vous le dire encore tant elle semble bien connaitre l'oeuvre d'Elie Reclus. Un
choix est toujours délicat...Choisir, c'est délaisser ceci , ne point parler de cela, cruel tourment !.....


 


Sylvia Plath a écrit : "Ce que je redoute le plus je crois, c'est la mort de l'imagination."


 


Et, j'ajoute en conclusion, que ce je redoute c'est le jour où plus rien ne me fera rêver... Certains se fon chercheur de trésors, moi je cours après
les rêves...et je voudrais que les jours soient comme les nuits peuplées de songes tous plus extraordinaires les uns que les autres, toujours...plus magiques
!!!...................


                                    
votre Hécate



Marguerite 18/08/2012 17:45


Je me suis régalée moi aussi de ce très joli livre qui m'accompagne  dans mes errances botaniques en tout genre. Comme vous, bien sûr, j'aime la façon dont Elie Reclus parvient à dresser ses
"physionomies végétales" entre science et poésie.


J'aime aussi beaucoup la famille des frères  Reclus, Elisée, Onésime, Armand et Paul en plus d'Elie, dont le patronyme étrange contraste si fort avec leur grande ouverture d'esprit : tous
scientifiques et libres penseurs.

Hécate 19/08/2012 09:19



Bonjour chère Marguerite....votre visite est bienvenue sur ce livre que vous connaissez bien. La vie d'Elie Reclus est étonnante, autant que sa façon de rêver autour des fleurs, des
plantes...Herboriser est une aventure de poète et bien au-delà.


Merci à vous...d'y ajouter une Marguerite !... :)


                                                                   
Hécate



elisabeth 16/08/2012 16:25


Merci pour cette belle découverte. Moi je ne peux pas faire sans la nature, il faut au moins qu'une fois par jour je m'y baigne. Sinon je souffre. Pour la datura, je sais que cette fleur est
dangeureuse. Merci et bon après midi.

Hécate 18/08/2012 11:16



ELISABETH


le Datura était en usage dans l'antiquité pour ses effets particuliers hallucinogènes.


Bonne journée qui sera très chaude aujourd'hui.


                                                                         
Hécate



FRUITS CONFITS 16/08/2012 15:19


BONJOUR HECATE


un petit passage pour prendre de tes nouvelles je ne sais si chez toi il fait aussi chaud que chez nous mais tu peux me croire difficile de faire quelque
chose d'important même je crois de réfléchir il faudra attendre que la température revienne un peu a la normal


BONNE APRES MIDI


BISOUS HECATE


DANY



Hécate 17/08/2012 12:40



Bonjour DANY,


oui aujourd'hui la chaleur revient, mais si peu de véritable été cette année  dans ma région que je n'ose m'en plaindre.


                          Hécate



Guern' de Bé 15/08/2012 22:24


En lisant ton article, je me suis dit "ce qui est petit est grand"... Le monde végétal est plein de surprises. Sais-tu que les scientifiques pensaient que plus on avait de gènes plus on était
supérieur tant que c'était l'Homme qui en détenait le record, et jusqu'au moment où ils ont découvert que le riz en avait deux fois plus ?


Ce nom d'Elie Reclus me disait quelque chose, je suis donc allée vérifier sur google et en effet, je le connais par l'histoire de la Commune.  

Hécate 16/08/2012 19:37



GUERN' de Bé


tu as une excellente mémoire, oui Elie Reclus a eu une part active  lors de la Commune; je n'en ai point fait allusion ici, le texte étant sur ses
écrits moins connus sur les plantes  et les fleurs.


Bonne soirée à toi, et merci pour ta pertinence .


            Amicalement


                                    
Hécate



Hélène 14/08/2012 19:54


"Chevaucheur de nuées" ... j'aime beaucoup ce terme. bonne soirée Hécate,

Hécate 14/08/2012 22:02



Chevaucher les nuées !....Quel beau rêve.... que  de vertiges, de beautés fascinantes à découvrir de si haut...


                 Belle soirée Hélène


                                                                                                     
Hécate



Just say Yes 13/08/2012 15:50


George Sand aimait les plantes. Elle était fascinée par le Datura et enveloppait son cigare dans un feuille de Datura...La bise !

Hécate 13/08/2012 21:06



Que dire !....Jean de Loup...


Je reste sans voix....Surprise une fois encore par ce que tu m'écris là .Je croyais connaître relativement bien la vie et l'oeuvre de George Sand, ayant
beaucoup lu ses livres, très divers ,au passage celui que j'ai lu et relu est " Lélia", celui où elle a mis le plus d'elle-même, de son intime.Je connais sa maison de Nohant, j'ai vu ses
robes, elle était très petite Aurore Dupin ...J'ai vu ses bijoux, ses dessins ( au Musée de la Vie Romantique à Paris ), je ne savais point ce détail concernant ses cigares !!!!!!....Ou je l'ai
oublié...mais aurais-je pu oublier cela ?....


                                                           
Merci...de tes lumières  et avec


                                                                                          toute
mon amitié


                                                                                                                        
Hécate


 



aiolos 13/08/2012 14:12


Quelques feuilles de la plante morelle douce-amère glissées dans un oreiller aident à dissiper un chagrin d'amour et à retrouver le sommeil...Un sourire à ma belle !

Hécate 13/08/2012 19:24



Cher Enchanteur....


 


que voilà bien étrange chose que tu me souffles là...J'étais par la ville, seule, vagabondant toute encore sous l'emprise inconsciente de ce remède
déposé dans mon Boudoir .Et, tout à coup, mon esprit saisi singulièrement se souvint qu'un des récits d'Edgar Poë portait ce nom : Morella !...


 


Retrouver le sommeil ?...oui ,oui, une fatale certitude emplit mon coeur, Edgar Poë très féru des plantes, des fleurs et de la dualité de l'être ne
pouvait avoir choisi ce nom comme prénom  d'une femme ...par hasard ! 


" Elle fuyait la société, et,  s'attachant à moi seul, elle me rendit heureux. Etre étonné, c'est un bonheur ;- et rêver, n'est-ce pas un
bonheur aussi ?


L'érudition de Morella était profonde...Mais en vérité, le temps était maintenant  arrivé où le mystère de la nature de ma femme m'oppressait comme
un charme..."


 


Morella se prit de dépérissement quand elle réalisa que son époux n'avait pour elle qu'une affection dont les feux n'étaient point ceux d' Eros. "-Je
vais mourir, cependant je vivrai." dit-elle un soir d'automne....


Je ne vais point narrer toute l'histoire de cette nouvelle intitulée " Morella".


Merci  Aiolos d'avoir éveillé mon attention sur le pouvoir de la morelle douce-amère...Car doux-amer et terrible est le sens de ses doubles
charmes  contradictoires  et dont  a usé l'auteur du "Corbeau "  d'une façon ô combien stupéfiante !


                                     
Un sourire pour toi,  l' Enchanteur !...


                                                                                  
Hécate



fbd 13/08/2012 12:45


oh si, d'ailleurs j'ai souvet peint des fleurs etc… pour les réponses, pas de problème, en été c'est un peu relâche…

Hécate 14/08/2012 12:49



Pas tant l'été que répondre un peu dans le désordre ... ! ....


                            Les fleurs sont
toujours nues....et pourtant quelles parures elles ont !


                                                                       Bonne
journée Françoise. Il fait gris ici


                                                                                                                                  
Hécate



Sabine 13/08/2012 06:47


Je viens de t'envoyer un autre mail ...au sourire fleuri !


Ti bisou du lever du jour : sabine.

Hécate 14/08/2012 21:51



oui SABINE , oui j'ai bien eu ce sourire fleuri ...


                         une bise à la nuit tombée quand se
lève la lune


                                                                                                         
Hécate



Sabine 12/08/2012 22:32


Tu me diras, hécate, si tu as enfin reçu ce long mail (j'envoie toujours un avis de confirmation de lecture avec, à me renvoyer).


Vous embrasse tout plein mes z'ailés : sabine.

Hécate 12/08/2012 22:37



Oui SABINE , j'ai bien reçu ton mail cette fois . Tu sais, je ne sais pas très bien me servir de la technique, alors, je n'ai point vu cette
confirmation à te renvoyer  : dans la Lune, sur une autre planète je suis.....


        Bien amicalement à toi


                                                    
Hécate


 



Sabine 12/08/2012 22:06


C'est fait, hécate !


Je m'étonnais également de ne pas recevoir de réponse à ce très long mail (Bon courage, mais tu aimes lire !)


Bisous.

Hécate 12/08/2012 22:40



SABINE chère, je te réponds bientôt....Nous pouvions nous interroger longtemps....chacune de notre côté....


Je t'embrassz et te souhite une bonne nuit avec de beaux rêves.


                                                                                                      
Hécate



Sabine 12/08/2012 21:33


Que m'as-tu envoyé depuis la carte de Loches dans son enveloppe délicieuse ?


Je vais voir de ce pas dans ma boîte aux lettres et te reprends aussitôt ...............................................


Rien de spécial te concernant dans ma boîte (j'ai été déjà suffisamment gâtée !).


A moins que tu n'aies pas reçu un certain mail, qu'il soit passé dans tes spams...je te le renvoies !


T'embrasse tout plein : sabine

Hécate 12/08/2012 21:39



Chère SABINE,


rien d'autre depuis cette carte...Mais pas reçu de mail, celui-ci ce sera perdu.....C'est rare,mais cela arrive, hélas.


Merci de me l'envoyer de nouveau.


                                      
Bises


                                                   
Hécate



Sabine 12/08/2012 11:32


Hécate, tant de choses ressenties, encore, dans la chair de mon intime familier, avec ce billet, et qui vibrent au rythme de tes mots, parfumés de terre !


Déjà les mots "chevaucheurs de nuées" m'emportent loin avant même d'emprunter ton chemin ...là où j'aime aller, m'asseoir (comme Elie sur sa lune) voguer, voler chaque jour ...


Je m'attache d'autant plus à tes mots car certaines évocations m'intriguent, comme le violet et le jaune qui se haïraient, ou cette notion du savoir que tu "sembles" trouver enivrante ...je ne
sais  s'il faut trop chercher à savoir, aller se noyer dans ces puits sombres ? Tandis qu'ignorer ouvre tant de portes au pur ressenti, au rêve .......écouter les choses nous parler d'abord
et nous livrer, à chacun, leur secret de l'instant ! Et là, la comparaison avec "l'eau fraîche" n'en est que d'autant plus merveilleuse ....!


J'ai infiniment aimé "la Douce-Amère" et, pour te répondre, je t'offre à mon tour les mots d'une penseuse-pèlerine que tu connais bien et, par là même, tu découvriras ce qui sommeille encore dans
le cocon de ma plume :


"La fleur, résultat de l'union entre une graine de solitude et une graine d'extase"


"Nous sommes nés de cette histoire d'amour entre la nuit et le jour"  


"Nous somme tous, au fin fond de nous, des oiseaux tant épris que blessés, ivres de tout et sûrs de rien" (Sabine).


Je n'aime pas forcément la rose, hécate, du moins elle est loin d'être ma fleur préférée (serais-je la révolutionnaire des révolutionnaires, peut-être ?).


Comme je n'aime pas ce qui est trop beau, ce qui attire au premier regard ! L'écorché ne m'écorche pas, il ferait plutôt naître un sourire dans mon regard, alors que tout ce qui brille à l'excès
me fait fermer les paupières !


Je partage ta pensée sur l'automne ...je le ressens comme un enfant écervelé bravant tous les interdits et les convictions ! Né entre le grisant de l'été et la peur de l'hiver, il n'écoute rien
du murmure des hommes pour vivre sa propre passion et il n'en est que sublimement lumineux !


J'irai même plus loin, en te citant ce que j'ai écrit sur l'hiver :


"L'hiver où tout se devine et se dit à mi-mot, où notre regard ne peut qu'être pur face à un décor vide de tout superflu ...."


Tout, tout est racine de beauté et de vie en nous et autour de nous ......, tout est racine d'émotion , à ce propos j'ai encore écrit :


"L'herbe pleure sûrement nos instincts de défrichement !"


De pied en cap, je crois à tout ce qui vit sous nos pieds, les herbes, les plantes, comme je crois aux légendes, cet humus divin qui nous nourrit !


En vacances, nous avons passé un après-midi entier dans un musée de "croyances populaires" (je compte d'ailleurs lui consacrer un article), où maints phénomènes et personnages fascinants y
étaient évoqués mais également la force et le pouvoir des plantes, des pierres, des eaux .......comme la mandragore, la pierre à venin, les arbres fées, les fontaines guérissantes, les pierres de
foudre, la médecine analogique..........!


Du simple frémissement de ta plume, tu m'y as transplantée ............MERCI !


Quant à Elie, il fut aussi passionnant que les personnages rencontrés au sein de ce musée, nous rappelant que tout souffle de vie, quel qu'il soit, et même issu de l'étrange, est à vénérer
..........


Avez-vous entendu mes z'ailés adorés, du temps que j'écrivais, ce doux galop parcourant ces sentes à la fois faites de terre et de ciel ........ce sont mes baisers chevauchant vers votre coeur :
sabine.


 


 


 

Hécate 12/08/2012 19:44



Chère SABINE


lorsqe tu descends chez moi, c'est toujours cet emportement lyrique qui te porte et me laisse saisie  d'un même plaisir, toujours renouvelée
pourtant !


Je me laisse prendre aux rêveries, jamais blasée du merveilleux qui peut surgir aux moments les plus soudains comme un sentier au beau milieu d'un
inextricable fouillis de ronces et de  feuillages....Mais, oui le besoin de fouiller dans le "savoir" vient, et faire le tri ensuite selon des convictions qui relèvent de l'intime fait
partie de moi.


Ecouter les choses nous parler, oui....


 


Les pensées du cocon de ta plume, je vais extraire la substance ....toutes leurs nuances  délicates. Merci....à toi.


 


Tu n'aimes pas forcément la rose ???


Sais-tu qu'Hécate( la Déité dont j'ai adopté le nom comme un reflet très secret d'une parcelle de mon âme ), sais-tu qu'Hécate a été souvent décrite avec
la tête couronnée de roses ?  oui, tu dois le savoir ....:)


Je m'étonne un peu que la Rose, symbole cosmique, mystique ( sculptée souvent dans les confessionnaux) , "Sub Rosa " l'expression latine  signifiait
"sous le silence "...Que cela me semble magnifique !.... je m'étonne un peu...


Païenne, panthéiste aussi la Rose, puisque l'on couronnait  Dyonisos de cette fleur aux fêtes où l'on dansait et buvait ...afin que la fleur puisse
modérer les excès de l'ivresse.


 


"Qui donc a marié les roses à la croix ?  Leur guirlande se renfle afin d'envelopper / Avec  douceur le bois rugueux, de toutes parts./ Et de
légères nues d'argent, telles qu'au ciel/ flottent dans leur essor entraînnant croix et rose, / Et une vie sacrée vient sourdre de leur centre/ En un triple rayon naissant d'un point unique..."
écrivait Goethe.


 


Assez parlé de la rose !....:) Il est tant et tant de roses.....Et, toutes fleurs ont leur attrait...Mais oui, j'aime les roses....et les lys
....et....


 


La contradiction des couleurs, j'y vois des symboles et des superstitions. Le violet et le jaune.


Le jaune longtemps considéré comme celle du Malin ( un certain jaune, le Diable sur certains vitraux est de cette couleur), le violet couleur de la
tempérance, des ardeurs refroidies, bague violette des prélats religieux, le violet censé modérer ivresses et passions...voilà une des explications plausibles de la haine de ces deux
couleurs.


Ceci n'est pas dans le livre d'Elie Reclus. ( Le jaune, couleur de l'exclusion sous la Sainte Inquisition, et, plus proche de nous, l'étoile jaune
imposée aaux juifs ...Mais je ne tiens pas à dépasser le thème ...


 


Elie Reclus aborde ce côté des plantes et fleurs magiques, dont la fameuse Mandragore....


De ceci, tu sauras nous conter les fruits glanés de tes jours de pélerine ...


Je t'embrasse et te souhaite une belle soirée. Peut-être as-tu reçu l ce que je t'ai envoyé ?...J'espère que cela ne s'est point
égaré....


                                                                                
Mon amitié  vers toi, confiée à l'un de mes zélés messagers...


                                           
Hécate


 



Michel Cristofol 11/08/2012 21:56


Il semblerait, à vous lire, que cet ouvrage permette d'aborder la botanique de façon plus ludique et nous la fasse découvrir sous un angle moins officieux. Le lecteur serait invité à
découvrir le langage des fleurs, des plantes, des arbres qui, lorsqu'on les aiment bien nous le rendent bien à leur façon. Voilà qui devrait faire l'affaire de ceux qui se sentent
proches de la nature et souhaiteraient en pénétrer davantage les secrets, la mienne en l'ocurrence !   

Hécate 12/08/2012 11:29



Bonjour MICHEL


c'est en effet ce qui m'a vivement intéressée, une perception plus ouverte, plongeant aux sources mythologiques parfois, l'etnologie, mais toujours avec un
regard très personel, fécétieux aussi, bien que sérieux comme les grands rêveurs. Je pense à Bachelard....et à sa poétique de la r^verie...Je m''éloigne un peu du thème...peut-être bien
:)


Merci de vous être aventuré jusque chez moi. Je précise que les illustrations de cet article ne sont pas celles du livre.


Bon dimanche à vous.


                                          
Hécate



Plume A l'Encre Criée 09/08/2012 17:40


 


Je ne suis plus trop lecture en raison de la fatigue... mais sincèrement Hécate, tu m'as donné très envie de lire ce livre... j'ai le sentiment de m'y retrouver quelque peu... et les
illustrations sont superbes...


La douce amère m'intrigue et me fait penser à de très anciens saints écrits, et à certains rituels iniatiques...


Je suis là bien songeuse.... Merci Hécate pour le partage... La prochaine fois que je vais à la médiathèque, je vais essayer de trouver cet ouvrage...


Je t'embrasse de toute mon amitié


A bientôt et prends bien soin de toi


Plume

Hécate 10/08/2012 13:52



Chère Plume,


tout de suite je te précise que les illustrations-ci ne sont pas celles du livre, mais un choix que j'ai fait pour donner une visualisation plus
agréables. Le contenu est tout à fait captivant.


 


"La douce-amère, tel est le nom qu'on devrait donner à la vie, car cette plante la représente toute entière."( E. Reclus)


Cet ouvrage a été publié cette année.


Merci d'avoir pris le temps de lire et regarder  cette chronique, bonne journée à toi.


                                                                                                                        
Hécate



Cristophe 09/08/2012 13:33


Je connaissais le nom d'Élie Reclus sans le situer dans une époque, sans une idée de ce qu'il a écrit... Me voilà content d'en savoir pluss, et pas seulement pour ma culture.

Hécate 11/08/2012 12:35



CRISTOPHE


déjà connaître le nom c'était un début ...."Un songe-creux " très attachant....et il en savait des choses !....


  Bonne journée


                   Hécate



kamilou 08/08/2012 07:46


BONJOUR,


Ce livre a l'air d'être très interessant et reposant aussi, tout ce qui est nature j'aime bcq


bonne journée ensoleillée


bizzz

Hécate 11/08/2012 12:39



KAMILOU,


oui ce livre est très intéressant et original comme celui qui l'a écrit  :)


Beaucoup de soleil, et un vent léger qui est agréable .


        Bon week-end je te souhaite


                                              
Hécate



Phène 07/08/2012 20:45


Bonjour chère Hécate,


Quel personnage atypique (j'aurais aimé l'avoir pour ami)! Poète à l'esprit cristallin, Elie laisse la nature le pénétrer, lui permet d'écrire sur son coeur, puis lit à voix haute ce que ces
signes lui inspirent... et nous voilà comblés !... Merci pour ce très bel article. Bien chaleureusement

Hécate 10/08/2012 15:46



Bonjour PHENE


Oui avoir pour ami un tel être quel lien précieux ce devait être !...J'imagine les longs dialogues, le silence  partagé et contemplatif devant une
fleur, un arbre...


                                                                  
Un merci amical pour cette pensée


                                                                                                                 
Hécate



Nokomis 07/08/2012 11:50


Merci pour ta visite, c'est très gentil.
Toujours pas allée acheter ce bouquin, il faut que je la fasse !
Aller en ville, quelle corvée pour moi ;-(
Bonne journée 

Hécate 07/08/2012 19:54



Bonsoir NOKOMIS


j'aime bien voir ce que tu fais, et ces photos decircaettes étaient si belles.


En ce moment, ic, la ville est un chantier,des travaux partout,à faire fuir les touristes!


Et,je ne sais pas si toutes les librairies ont ce livre.Les Editions Héros-Limite  bénificient du soutien de la Ville de Genève.18 euros.


                                         
Hécate



Paesaggio 07/08/2012 10:56


Incroyable. Je connaissais Elisée Reclus, le célèbre géographe, mais j'ignorais qu'il avait un frère épris de botanique et aussi original que lui. Tous deux sont nés à Sainte-Foy-la-Grande non
loin de Bordeaux. Merci pour cette découverte, Hécate.

Hécate 07/08/2012 11:15



JEAN-MICHEL


vous m'en voyez toute effarée !...Je ne connaissais ni Elisée, ni Elie Reclus avant de lire cet ouvrage.


Toute la dernière partie de ce livre est d'Elisée  et oui,ils sont nés sur la rive gauche de la Dordogne à l'endroit que traverse la route de
Bergerac à Libourne.


Incroyable et heureux hasard !..." Une fraternité à toute épreuve" est-il écrit dans la préface d'Alexandre Chollier.


Merci à vous encore .


                         
Bien amicalement


                                                      
Hécate



Sonya 06/08/2012 21:15


un ptit coucou pour te souhaiter une très belle soirée


ti bo



Hécate 06/08/2012 23:02



Merci SONYA


bonne nuit à toi,et merci de ton second passage chez moi.En retard sur mes réponses.


                                                                                                                           
Hécate



apsara 06/08/2012 19:51


Me voici éclairée,merci ma belle


bonne soirée!!!il y a de l'orage ici

Hécate 07/08/2012 14:31



C'est bien, tu y verras plus clair la nuit !


                                                                       
Hécate



Dadette 06/08/2012 16:49


Bonsoir mon Ami, je te remercie de penser à moi, je suis absente en ce moment de l'ordi. encore des soucis de santé, je viens de lire ce charmant "timbré" très touchant et que de
connaissances. J'espère que tu vas bien et que tu profites des rares moments de soleil si tu es en vacances. Excuses moi pour mon silence, je vais revenir tout doucement. Je t'envoie ma sincère
amitié avec mes douces pensées. A bientôt je te l'assure...

Hécate 07/08/2012 21:36



Chère DADETTE


je suis bien navrée de te savoir encore avec des soucis de santé, pas trop graves je l'espère, surtout que tu ne souffres pas trop.


Un été instable, pas de vacances, des ballades ici ou là,si le temps est clément, et des lectures car bientôt la rentrée littéraire.


Toutes mes pensées amicales.


                                       
Pas d'imprudence surtout.Tu n'es pas oubliée, tu le sais.


                                                                                  
Hécate



apsara 06/08/2012 11:47


Diamant connait pas!!!et en est très vexé!!!

Hécate 06/08/2012 14:28



APSARA


Beltane,Belteine...un rite ancien, païenqui célèbre le passage de l'ombre à la lumière,comme Walpurgis...Des feux étaient allumés célébration de l'arbre
de vie.


Pas de quoi se vexer chère ...Druidique,celtique....multiples déclinaisons de ces feux...Déesse Mère...etc...


                                                                                                       
Hécate



apsara 06/08/2012 08:39


Hécate préfère-t-elle l'ombre des croix et le silence des caveaux au rutilant soleil et aux feux de la rampe ???


tendresse belle enjôleuse

Hécate 06/08/2012 11:16



APSARA


peut-être qu'Hécate préfère les feux de Belteine...



FRUITS CONFITS 06/08/2012 08:15


BONJOUR HECATE


je ne sais si aujourd'hui mon com va passer car hier soir impossible de le faire partir


je ne connaissais pas cet auteur j'ai pris plaisir a lire les définitions de ces plantes surtout la douce-amère car dans l'intimité on m'appelle douce-amère
pas vraiment pour les mêmes raisons que la plante on me dis douce avec les autres amère avec moi même je dois moi aussi être un peu "timbré" je suis heureuse que tu aimes ROBERT DESNOS on lui
reproche d'être compliqué je ne trouve pas il faut prendre son temps pour le lire c'est tout rien de plus


lors de mon voyage au CANADA j'ai eu l'occasion de lire un livre d'une auteur (( je n'aime pas ce mot au féminin )) Canadienne dont je ne me souviens plus le
nom le titre " l'autre moitié de l'orange" je l'ai trouvé sublime j'aurais du prendre des extraits dommage


BONNE JOURNEE J'ESPÈRE QUE CELLE CI SERA MOINS CHAUDE QUE CES JOURS DERNIERS


BISES HECATE


DANY

Hécate 12/08/2012 21:23



Bonsoir DANY,


ton commentaire est bien passé, merci de ta persévérence.


Ainsi on te nomme Douce-Amère....Décidemment les  plantes sont dans lesconfidences  de bonnes intermédiaires.


Amère avec soi-même, cela est un point de recul qui peut être une qualité, une autre forme de modestie aussi.


Oui, j'ai beaucoup lu Desnos, j'ai aimé son lyrisme sensible comme son humour surréaliste...Compliqué, non...je ne pense pas, juste se laisser prendre par la sonrité des vers, l'évocation des
images...mais quand on aime la poésie, il est plus aisé d'y entrer par toutes sortes de portes !


La romancière canadienne ...? Je ne vois pas...Par contre ,cela me fait songer au livre de Jean-Louis Bory " Ma moitié d'orange ". Cette moitié que l'on cherche, la partie coupée de nous-même
comme l'expliquait Platon...


             Très bonne soirée à toi DANY.


                                                                          
Hécate



chevrette13 05/08/2012 20:27


ce matin cueillette de menthe, ici pas de problème de soleil et chaleur, juste la sècheresse!!


bonne soirée

Hécate 11/08/2012 12:31



CHEVRETTE


le soleil est de retour, la chaleur aussi.


Oh! le parfum de la menthe fraîche .....


                          
Bon wee-end


                                                   
Hécate



Pâques 05/08/2012 16:22


Un joli boyage au pays des plantes...


J'ai aimé la "Douce-Amère";


Pour la grande contradicion  qui est dans les choses et fait le fond de la morale de la vie...


Quelle philosophie !

Hécate 08/08/2012 14:59



Chère MARCELLE


il est difficile de résister aux charmes de la nature et de ce livre .Et, je n'ai rien dit du pourpier et de son amour pour le soleil S'il n'est là cette
fleur ".. si le ciel reste trouble, elle laisse ses boutons se flétrir et s'effeuiller. Elle préfère mourir, elle préfère ne pas naître."


                                                                            
Bonne journée ensoleillée


                                                                                                                     
Hécate



michèle 05/08/2012 15:27


Magnifique reportage pour inciter l'esprit vagabond à diriger ses pensées en allègres découvertes botaniques...


Là, en cet espace...un plaisir toujours renouvelé de venir s'instriure gracieusement...


Que fin de journée soit remarquable par sa douceur...

Hécate 07/08/2012 22:14



MICHELE


en quelque sorte, oui un peu un reportage si on veut et qui dépasse la simple botanique déjà si complexe.


                 Bonne soirée


                                        
Hécate



ariaga 05/08/2012 14:47


Je suis venue relire pour déguster, comme j'aime après la surprise de la première lecture. Jai été particulièrement attirée par la symbolique du pissenlit. Cette "radiation", ce processuf
progressif d'harmonisation avec le centre me fait penser au lent cheminement par intégrations successives vers la totalité de l'être, vers ce que nous sommes entièrement, bref, l'individuation.
Amitiés.

Hécate 10/08/2012 15:55



ARIAGA


oui le pissenlit ...


"Il n'est pas jaloux de la rose qui appartient à un monde tout autre." dit encore Elie Reclus dont il me serait trop long ici d'exposer l'ouverture
philosophique ...


                        A bientôt, et
amicales pensées


                                                                          
Hécate



apsara 05/08/2012 11:50


Etre en marge...n'est ce pas un privilège???


TEDRES PENSEES

Hécate 05/08/2012 13:12



Un privilège à assumer, ce que j'ai fait puisque je suis revenue ici incognito, en marge du grand jour !...


                                   
Tendresses à Apsara ...


                                                             
Hécate



apsara 05/08/2012 11:09


Bienheureux les songe-creux et les chevaucheurs de nuées,eux seuls  détiennent la magie des espaces,des univers inconnus,entendent le langage des dieux,des fleurs , des animaux;ils
détiennent la clef du monde invisible au pauvre mortel!


bon dimanche chère magicienne

Hécate 05/08/2012 11:46



APSARA ,


oui, je suis en osmose avec ceux-là, ils ont la clef qui ouvrent les portes magiques de la liberté d'être sans entraves ni coformées à des idées reçues .


Comme y faisait allusion un "visiteur" dans un commentaire ici, en marge je suis et je reste,c'est écrit dans les lignes de ma main, de mon Destin....Ainsi suis-je
et ainsi je partirai un jour de cette terre ...


J'ai le respect d'autrui, et le culte de l'ämitié...Je ne juge jamais, les qualités invisibles sont précieuses,et de la simple ombelle à la fleur la plus maudite
vont mes rêves et ma fascination !


                                         
Je t'embrasse  Diamant ....


                                                                            
Hécate Triple



Fethi 04/08/2012 22:16


Une belle et intéressante découverte. Bonne fin de soirée

Hécate 07/08/2012 19:56



FETHI


merci de ton passage. Bonne soirée.


                                                   
Hécate



maud96 04/08/2012 22:10


Un article passionnant à lire : je crois bien que je serais tombée amoureuse du jeune Elie !

Hécate 04/08/2012 22:17



Bonsoir MAUD ,


...seulement ,là ,c'est une histoire d'amour impossible , trop tard pour une rencontre !...Ah! le temps joue bien des tours ,traître trop tard dans un monde trop vieux ,comme disait un poète romantique ...


Merci de ce cri du coeur,et ,surtout prends bien soin de toi .


                                                                                   
Hécate



fbd 04/08/2012 18:49


tiens, de petits échos violets et végétaux qui ricochent d'ici à chez moi, ou l'inverse… nous sentons les plantes qui elles nous ressentent, c'est sûr… merci Hécate pour ce jardin de mots qui
vient parfumer ma soirée…

Hécate 13/08/2012 09:06



oui ,de petits échos....:)


de quoi peindre à loisir....toutes ces fleurs et ces plantes........................ça ne t'inspire pas un peu ?


                                                                                         
Un peu tardive à  te répondre chère Françoise ....


                                                                                                                                   
Hécate



Noëlle Combet 03/08/2012 14:32


Un régal! La douce-amère et sa multiplicité (le nom indique à la fois les contrastes et les passages de l'une à une autre "ambiance"), la datura et son tact expressif, l'épineuse rose qui nous
donne à connaître l'attrait et la défiance...ce billet m'a emportée ailleurs : dans l'infini des jardins, des champs, rêves, des fantasmes.


Une nouvelle fois, merci Hécate...

Hécate 13/08/2012 08:34



Chère NOËLLE


la Douce-Amère remporte la majorité des commentaires, sa multiplicité de contraires en fait son attrait.


"Sapho décrit l'amour comme un monstre charmant, doux et amer...Comme Sapho, Socrate relève aussi l'union constante du plaisir et de la douleur." écrit
encore Elie Reclus.


Ce livre est un voyage qui emporte loin dans la nature et ses mystères.


Merci à vous de m'y accompagner .


                                                   
Hécate



dominique 03/08/2012 13:02


Bonjour, 


Ça semble délicieux à lire.  J'aime la description qu'il fait du pissenlit. C'est rendre hommage à une plante vraiment particulière et devenue destestée par les "pelouseurs du dimanche".
Pourtant une salade de jeunes pissenlits.. c'est si bon.


Et sa description de la rose. Savoir pourquoi c'est la fleur préférée de tous :


"c'est qu'enfin elle a des épines".. c'est tellement vrai.


Merci pour ce partage. 

Hécate 13/08/2012 08:47



Bonjour DOMINIQUE


ça semble délicieux, et cela l'est !


Le pissenlit sous la plume d'Elie Reclus est un régal, il donne toute sa valeur à ce qui n'est souvent considéré que comme une simple salade agréable à
manger. Je ne regarderais plus jamais un pissenlit du même oeil après avoir lu les pages qui lui sont consacrées.


C'est le poète baroque Hohberg qui en 1675 affirmait qu'i n'existe "aucune rose sans épines".


                              
A bientôt...


                                                 
Hécate



Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories