Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 15:54

ô Verlaine

Ô Verlaine !

 

de

Jean Teulé 

 

 

Du faune sous les buissons des rimes, de l’amoureux à la lyre sous la lune blême, du chantre des Fêtes galantes, du poète éperdu des Romances sans paroles, Jean Teulé dresse dans un Paris goguenard une fresque pittoresque et furieusement criante de la fin du Pauvre Lélian, ses trébuchements, ses chutes, ses lits dans les garnis ou plus souvent encore à l’hôpital.

 

Syphilis

Altération sanguine

Diabète

Souffle au cœur

 

Cirrhose du foie

Erysipèle infectieux

Hydarthrose jambe gauche

Pneumonie.

 

-        Avez-vous lu les deux beaux quatrains ?

-        T’as tout ça ?

 

Paul Verlaine par Cazals en tenue d'hôpital« Fréderic – Auguste Cazals, Bibi – la – Purée et Henri – Albert Cornuty n’en revenaient pas. Leur vieil ami souffrait de tant de maladies qu’il avait fallu accrocher deux panneaux à la tête de son lit pour toutes les énumérer. »

 

Autour du vieux faune des lubricités, la faune amicale ne manque pas. Aussi variée que la faune et la flore du Jardin des Plantes.

Henri – Albert Cornuty est venu à pieds de Béziers jusqu’à Paris pour voir Verlaine. Un adolescent dont l’oncle débite des bêtes mortes à l’abattoir de Paris – Bestiaux.

 

« Leurs gueules étrangement renversées semblaient rire de cette position catastrophique. Des employés les conduisaient, sabots aux nuages, sur des charrettes en fer vers la fonderie industrielle où leur chair deviendrait savon, huile, suif à chandelles comme celles à la lumière desquelles écrivait Verlaine la nuit, à Broussais. »

 

«  Vingt ans, blond, avec une mèche lui barrant le front sous un chapeau à large bord, il était vêtu comme un inc’oyable. Gillet d’un mil huit cent trente extravagant, pantalon en spirale et quelle redingote à carreaux verts et jaunes. » C’est là Cazals celui qui a été la dernière grande amitié passionnée de Verlaine, outrancier en tout, esprit, talent et costume.

 

Toujours avec son grand carton à dessin l’ami Cazals croque le poète Saturnien qui le croquerait bien d’une autre façon !

 

verlaine au caféUn beau soir le Ronsard de la Cour des Miracles arrive au café François- 1er. Il s’installa sur la banquette près de Cazals qui parlait avec des amis.

« C’est alors que Frédéric – August sentit la paume de Verlaine remonter le long de sa cuisse… mais remonter si haut qu’il s’en saisit, se retourna.

-        Hé, Paul !

-        Tiens, je t’ai écrit le début d’un poème. C’est une œuvre d’anticipation.

 

Même quand tu ne bandes pas,

Ta queue encor fait mes délices

Qui pend, blanc d’or, entre tes cuisses

Sur tes roustons, sombres appas.

 

Cazals ne sut pas s’il devait se fâcher ou éclater de rire : - Mais pourquoi tu m’as écrit ça ?

Le vieux faune cligna des yeux.

-        Tu ne voudrais pas vivre avec moi ? je te rendrais heureux.

Cazals protesta, ahuri, il avait une petite amie Marie. Verlaine insista.

-        Tu crois que ta femme voudrait bien de moi ?

-        Oh ! Paul, ça suffit !... »

 

Puisqu’il ne comprenait rien à l’art, le mythologique poète reprit son journal où il avait griffonné ses vers et demanda l’adresse du petit paysan de Béziers.

-        Mais t’es fou, Paul. C’est un enfant !

 

Le soir le poète était titubant dans la rue, s’accrochant à des réverbères et hurlant :

-        Rimbaud !

« Tout à l’heure dans un café, Léon Bloy en avait mal parlé. Paul, assis en bout de banquette du Soleil d’Or où l’on acceptait l’entassement de ses soucoupes, avait entendu le virulent polémiste dénigrer l’œuvre de l’adolescent de Charleville. (Ardennes)

-        Bloy, cessez ses plaisanteries aux dépens d’un absent… Et quel absent !

  Rimbaud & Verlaine

Puis il était sorti sur la place Saint – Michel en hurlant :

-        Rimbaud !...

Vacillant, se cognant à des roues de calèches garées, lui qui n’avait jamais eu de logement - Je ne demeure pas, je loge à la nuit - ne savait où aller. Dans la même journée, il avait été refusé par une giletière, une putain, une irréductible hétéro, peut – être un chien…le souvenir irradiant d’un Fils du Soleil.

Perdu dans la rue il vomit sa solitude, son absinthe, ses amis disparus ; Villiers de l’Isle – Adam - Tu nous fuis, comme fuit le soleil sous la mer -, ses amants, ses maîtresses. - J’ai toujours été amoureux d’un sexe ou deux.

A la vue de son pitoyable spectacle, les bourgeois se tordirent de rires…  

 

Paul arriva chez Guignard où les gueux du quartier dormaient à l’abri pour un sou. Dans l’ancien frigidarium des Thermes du Nord, les pauvres venaient maintenant dormir à la corde. A un mètre cinquante du sol, Guignard tendait une ficelle le long du mur en guise de balustrade, et les indigents alignés y posaient leurs avant – bras, debout, une joue au creux d’une épaule. Quand l’un d’eux bougeait, tous les autres ondulaient comme des barques sur la mer.

Il en était là.

Lui, né dans la bourgeoisie de Metz, n’en revenait pas de sa dégringolade.

-        Ah ! quand même, c’est emmerdant la misère lorsqu’on a su ce que c’est d’être un peu à son aise… »

 

Ecartelé entre les deux pieuvres qu’il a aimé, qu’il aime encore, il a besoin d’une femme et, elles en usent et en espèrent ces deux là, la Nini Mouton et l’autre, la Philomène qui le trompe avec un cocher et qui travaille pour le souteneur Lacan. La petite ardennaise de dix neuf ans avait vendu ses manuscrits laissés à l’hôtel.

-        As – tu vu mes bottines, comme elle sont du dernier v’lan ? Je voulais te rendre tes sous, mais tu sais comme je suis, j’ai tout dépensé… Est-ce que tu pourrais écrire d’autres poèmes d’amour sur moi ? Des longs.

-        Je voudrais que tu m’aimes.

Le faune dolent était jaloux des clients de la petite catin. Il cherchait à en rire, mais ça le torturait…

 

Paul Verlaine par Gustave BonnetDe la Sagesse aux Fêtes galantes, que la Bonne Chanson est triste…et le Bonheur illusoire !

Eugénie l’accueillera à bras ouverts, le maternera, le pouponnera, puis lui reprochera de ne pas davantage profiter de sa renommée.

De l’or des Illuminations, de l’or des rêves tomber dans l’ordure de l’affreuse réalité que c’est dur !

 

Je suis venu, calme orphelin

Riche de mes seuls yeux tranquilles,

Vers les hommes des grandes villes :

Ils ne m’ont pas trouvé malin…

 

A vingt ans un trouble nouveau,

Sous le nom d’amoureuses flammes,

M’a fait trouver belles les femmes :

Elles ne m’ont pas trouvé beau…

 

Eugénie savait qu’elle partait des poumons, mais elle s’accrochait à l’argent du poète, celui qu’il n’avait plus, qu’il n’avait pas, ou si peu…

Le jeune prêtre que Verlaine a horrifié à confesse est plus terrifié encore du comportement de Nini Mouton.

-        Et les fameux billets de l’étranger, c’est quand qu’on en verra la queue d’un ?

-        Quand j’aurai écrit.

-        Ecris ! Un fainéant qui n’écrit plus… Mais si tu ne me laisses rien Paul, de quoi je vais vivre quand tu seras mort.

 

Le buveur de rêves, le musicien des mots, le poète des exquises impressions, des douceurs sanglotantes dans les silences du soir, c’est Verlaine…

 

Les choses qui chantent dans la tête

Alors que la mémoire est absente

Ecoutez, c’est notre sang qui chante…

Ô musique lointaine et discrète !

 

Ecoutez ! C’est notre sang qui pleure

Alors que notre âme s’est enfuie,

D’une voix jusqu’alors inouïe

Et qui va se taire tout à l’heure.

 

Entre les lignes, entre les mots de Jean Teulé, se glissent les miens, se glisse le fantôme du Pierrot lunaire aux yeux de mongol, au front large qui s’affolait de ne pas être plus agréablement tourné.

 

-        Rimbaud ! reviens…

 

« La dernière fois qu’il l’avait vu, c’était dans la banlieue de Stuttgart. L’autre l’avait roué de coups et laissé à demi-mort au bord du fleuve Neckar. Il avait voulu retrouver l’Arthur en Allemagne pour tenter de le convertir au catholicisme.

« Verlaine est arrivé ici l’autre jour, un chapelet aux pinces… Trois heures après, on avait renié son Dieu et fait saigner les 98 plaies de Notre Seigneur » raconta Rimbaud.

 

Ô les ombres du passé… La mort avait fait sa moisson. Elle avait emporté Lucien Viotti… Lucien Létinois…le pâle reflet où il cherchait encore le Fils du Soleil… Dans la fleur de l’âge !...

Il n’avait plus été que l’ombre de Femmes, l’ombre de Hombres. (Publié sous le manteau et vendu nulle part.)

 

Ces passions que seuls nomment encore amour

Sont des amours aussi, tendres et furieuses,

Avec des particularités curieuses,

Que n’ont pas les amours certes de tous les jours.

 

Dans le paysage du désespoir, une orgie de luxures…

 

Chair ! Ô seul fruit mordu des vergers d’ici bas…

 

Si Rimbaud avait la Magie, Verlaine se dira un peu Sorcier. De son éditeur Vanier qu’il accusait de le voler en gros il disait qu’il se vengerait ; - Je lui ai dit que quand je crèverai, il mourra dans la même année.

Verlaine ne s’était pas trompé.

 

A l’hôpital, adossé aux oreillers, il recevait comme un Mandarin des lycéens - rimeurs de Condorcet piqués de bonne heure par la tarentule poétique. Ils se présentèrent :

Les Vers-libriste

Les Magnifiques

Les Instrumentistes

Les Egotistes

Les Amoraux

Les Désenchantés, mouvement sans élan.

 

Ces adolescents avaient découvert les poèmes de Paul chez Vanier. « - Mais on ne savait pas que vous existiez. Les professeurs ne nous avaient pas dit. Heureusement le bouche à oreille…

 

-        Hier, ils étaient à la liqueur vos chocolats. Ce que j’aime dans le chocolat c’est la liqueur.

 

En quittant l’hôpital ils se lamentèrent.

La légèreté de Verlaine a quelque chose de déprimant… sinon les autres furent ravis. Un Amoral avait même glissé sous son oreiller une petite fiole interdite. L’absinthe, sa fée verte, son lait de sorcière…

 

Des violences de satyre en colère, des tendresses à n’en plus finir…quand dégrisé, l’absence de Jadis lui parle de Naguère. Des grains de chapelet, des grains de caprice et des grains de raisin chapardés à Bacchos quand il fait la rime à Eros. Eternellement jeune d’élan et d’âme dans un corps usé jusqu'à la corde !

C’est la fin et c’est le début de la Gloire. Le vieil enfant est un Prince au Pays Poésie, et ses admirateurs ont la jeunesse qu’il aimait sous un ciel de diamants !

 

« Le mercredi 1er janvier 1896, Verlaine sentit à de mystérieux signes que la mort rôdait autour de lui…

-        Mon père et ma mère sont morts un mois de janvier…

 

La nuit du 8 janvier : « Verlaine gisait, à demi nu, sur les tomettes près d’un seau hygiénique renversé. Un vent glacial soufflait par le trou du papier huilé de la fenêtre. »

Nini Mouton descendit pour demander de l’aide, puis finalement resta dormir chez les concierges.

« Quatre étage plus haut il n’y avait plus de feu dans la cheminée. »

 

Liturgie intime et ultime. La congestion pulmonaire l’emporta.

 

verlaine sur son lit de mort par cazals« Cazals sortit des crayons et des feuilles de papier à dessin. La nuit tomba. Cornuty alluma les trois bougies roses qui ornaient la cheminée, et contempla le poète. Les reflets des bougies roses animèrent les ombres et comme Verlaine eut toujours le teint blême, son visage sembla à peine plus pâle que d’habitude et il donna l’illusion, à cause de cela d’être moins mort que les autres morts. »

 

«Ah, dans ces deuils sans rachats

Les Encors sont les Déjàs ! »

 

«  Ils furent cinq mille, dix mille selon la police !

Quand le cortège se reforma, la rue Soufflot fut noire de monde. C’était un long trajet de cinq kilomètres pour aller au cimetière des Batignolles.

Ce fut une promenade un peu débraillée, un désordre bon enfant qui aurait plu au Pauvre Lélian. Toute impression funèbre avait disparu. Verlaine entrait dans la gloire. Et cette radieuse matinée d’hiver fut pour tous le début de son apothéose… »

 

A la tombée de la nuit le bras tendu de la statue de  la Poésie qui décore le faîte de l’Opéra s’était détaché avec la lyre d’or qu’il soutenait et vint s’écraser au sol à l’endroit exact où le cercueil de Verlaine était passé le matin même.

 

Ô Verlaine !...

 

Le ciel est, par-dessus le toit,

Si bleu, si calme !

Un arbre, par – dessus le toit

Berce sa palme.

 

La cloche, dans le ciel qu’on voit,

Doucement tinte,

Un oiseau sur l’arbre qu’on voit

Chante sa plainte…

 

                                                                                                                                                                                  Hécate.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate - dans Avis de lectures
commenter cet article

commentaires

FRUITS CONFITS 19/04/2012 12:31


BONJOUR HECATE


je viens de relire tout le billet de VERLAINE un réel plaisir de relire toute cette tragédie dont a vécu ce poète que j'aime que j'adore c'est
magnifiquement expliqué c'est un régal pour le cerveau embué par les âneries de certaines personnes 


comment te remercier tout simplement en mettant d'autres personnes que j'aime tiens a moins que je ne l'ai vue MALLARME j'adore


MERCI HECATE DE CE MAGNIFQUE PARTAGE


BONNE JOURNEE


BISOUS HECATE


DANY

Hécate 19/04/2012 12:44



BONJOUR DANY ,


oui Verlaine lu longuement ...et relu lors de cette chronique plus encore .


Merci de venir explorer mes publications ; tours j'ai plaisir au partage et suis sensible aux opinions qui sont déposées ,même si on peut ne pas abonder dans mon sens parfois . Tant que tout
est dit dans la bonne humeur et le respect de l'autre  :)


                                                                
Bonne journée


                                                                                    
Hécate



aiolos 08/04/2012 21:02


Mais pourquoi tu m'as écrit ça ? Un poème d'anticipation ?

Hécate 08/04/2012 22:58



AIOLOS !!!!!


POURQUOI ?....


 pour boire une absinthe bien verte avec toi ,pardi !!!!!!!!!


                           Poète du vent....ça te dit
???


                                                 
Il n'est pas trop tard ,qu'est-ce que tu en penses ?


                                                                            
Que la lyre ne te tombe point des mains....surtout !


                                                                                                                               
Hécate


                                       



johan 13/02/2012 19:00


Il aurait aimé que sa main remontât vers l'aine


Comme une liane  ou un serpent  lascif


Inverti de reins beaux et de mauvaise haleine


Alccolique d'un désir excessif 


 


 

Hécate 13/02/2012 19:19



Johan bien le bonsoir ...


A la plume bien agile


Aux rimes bien habiles


Ivresse des verres


Avide  encore de vers ....


                                                            
Hécate



dalinele 11/01/2012 06:25


c'est  une chose qui me met mal à l'aise, je crois pouvoir dire comme ça... le décalage entre les beaux vers et la déchéance, enfin ce n'est qu'une partie des choses. mais je me demande
pourquoi... et pourquoi la foule tout de suite quand quelques heures avant il crevait comme un chien abandonné?

Hécate 12/01/2012 11:17



DALINELE ,


Verlaine n'est pas le seul à avoir eu une fin de vie  misérable .Ses beaux vers sont nés de sa vie ,de ses tendances à la mélancolie, à ses amours contrariés ...Pourquoi ,tant de
pourquoi  ?....


La mort provoque toujours des sursauts ,elle fait prendre conscience du talent .Tellement plus facile que du vivant de l'auteur !....Verlaine reste terriblement ...humain .


Lautréamont a bien failli tomber dans un oubli total  ...La mort de Baudelaire aussi a été horrible .Un si grand poète !


                     Pourquoi ?...oui ,pourquoi ...


                                                             
Hécate



Binh An 03/12/2011 10:12


Magicienne, je m'en vais acheter ce Teulé  ! Les autres fois j'ai résisté, mais cette fois, ton texte, lu et relu avec bonheur, ne me laisse aucune chance.
Bon WE à toi.

Hécate 03/12/2011 11:44



Binh An ,il me reste à te souhaiter une bonne lecture . Et si tu as le temps tu me diras tes impressions .


C'est le premier livre de Jean Teulé que je lis et ,comme j'avais très envie de parler de Verlaine depuis un bon moment , cet ouvrage m'a enthousiasmée  ,entre autre par les
descriptions d'un Paris fin de siècle si bien évoqué et aussi par la fin de vie du poète trop souvent esquivée .( J'ai lu bon nombres de documents autour de Verlaine ,et ce que dit Teulé rejoint
bien  ce que j'en sais .) Quelques petits dessins ,et quelques poèmes aussi ( autres que ceux qui illustres mon article ) .


                                                                                                        
Bon week-end à toi . Il pleut ce matin.


                Hécate



Fethi 01/12/2011 21:59


Un auteur qui nous réconcilie avec la poésie!Bonnesoirée

Hécate 02/12/2011 18:37



Si tu le dis Fethi  !...Merci de ta visite . Et bonne soirée à toi .


                                                                                                
Hécate



Binh An 30/11/2011 23:34


Tu ne peux pas imaginer tout le bonheur de revenir te lire, longuement, amoureusement, après une si longue absence. 
(Verlaine, ainsi qu’il est, tout ça ? Et ma maîtresse ne m’a rien dit…)
………….
Bientôt minuit, Magicienne….Quel silence….
Je m’en vais. Je reviens demain…..

Hécate 01/12/2011 11:02



Cher Binh An c'est un grand bonheur que te lire ici en ce premier jour de décembre . Une longue ,longue absence ...j'espère que tu vas bien ?


Oui Verlaine c'est tout ça ...Verlaine et Rimbaud ,deux poètes qui ont tellement accompagnés mes années . Et Verlaine dessinait sur son lit ,ses lits ,à l'hôpital ....


Je n'arrive plus à tourner la page ...ils sont tellement là avec moi  :) 


" Avant que tu t'en ailles ,


 Pâle étoile du matin ,


       _ Mille cailles


Chantent, chantent dans le thym._


 


Tourne devers le poète ,


Dont les yeux sont pleins d'amour,


      _L'alouette


Monte au ciel avec le jour ._ " ( P. V )


                                                                                     
Merci Binh An


                                                                                                                    
Hécate



apsara 30/11/2011 18:52


Toujours le cirque pour aller sur certains blogs dont le tien!


je suis sur le pied de guerre,je prévois une nuit très chaude...je vais coucher ma mère,et aller faire un tour dans les bois,cela m'aérera les neurones,putain ils ne comprennent rien ces
cons!


belle soirée chère hécate,toi tu comprends,je le sais!

apsara 29/11/2011 19:01


Je ne sais pas si ce com va passer!!!


belle soirée à toi,tu me manques sur le blog!!j'ai rien dit hein!!!


beezoo à tous les quatre

Hécate 30/11/2011 11:16



Apsara ,c'est bien passé ...


Je n'arrivais pas à aller sur mon administration  ce matin ...


Je vais revenir bientôt .


Merci de ta visite :)


                                     
Hécate



Dadette 28/11/2011 23:29


Bonsoir, Je viens sur la pointe des pieds, voir si tu as mis un autre article, je suis heureuse de passer quelques minutes "longues" avec les divers articles. Vois-tu, j'apprends
beaucoup et pour cela je te remercie. Quel sera le thème du nouveau ? je suis impatiente. Bonne semaine à Bientôt je t'envoie mes douces pensées

Hécate 01/12/2011 12:31



Bonjour DADETTE , un peu de retard dans mes réponses ,je pense revenir bientôt avec une nouvelle chronique ,mais je n'en dis jamais rien avant .La surprise sera donc au prochain
rendez-vous !...


Merci de ton passage ici ,et de tes douces pensées .


                                                                                     
Amicalement.


                                                                                                                 
Hécate



ariaga 28/11/2011 17:32


Beaucoup de "mou" physique et psychique en ce moment. toutes ces histoires de pannes me fatiguent. Une pensée pour toi.

Hécate 01/12/2011 12:26



Ariaga ,merci de ta pensée chez moi .Je suis à répondre lentement encore .A bientôt . Et ,comme tu as vu ,il y a le grand plaisir de revoir Binh An .


                                                                                                            
Hécate



Djemaa 27/11/2011 14:59


Bonne semaine pleine de livres et d'articles ! Pascal, journaliste.

Hécate 28/11/2011 18:16



Merci   et


           Bonne soirée



Gertrude 27/11/2011 11:18


MAGICIENNE!!!!!!!!


Vous avez plein de coms en retard! Demandez vite un nouveau tapis volant au Père Nono!


 


(Ô Verl' m'a TUER!)


 


Revenez vite... :(

Hécate 27/11/2011 11:46



Gertrude !....Vous avez vu ce retard  Ô cher Os !....Quand je parviens à dix minutes d'accès par jour à mon tapis volant ,c'est un miracle ...La saison des
brouillards...


Je ne pouvais quitter ni Rimbaud ,ni Verlaine ...Et voilà le résultat  ...


Merci d'être venue ...


Votre Magicienne ( derrière ses tentures cramoisies ...)


                                                                                              




gertrude 26/11/2011 22:50


Et bien! On dirait que Verlaine est une entreprise qui marche!


Ô!

Hécate 27/11/2011 17:39



Dès que je ne suis plus là ,c'est la bousculade ici ...


Ô bien étrange !..


La Poésie avait perdu son bras ,et moi...je perds l'entrée de mon Boudoir cramoisi...GERTRUDE ,vous ne trouvez pas ça un peu...louche ?



EvaJoe 25/11/2011 23:44


Hécate quel bonheur que de lire  au travers Jean Teulé ce poète qu'était Verlaine.C'est mon poète préféré et je ne sais la raison mais naguère quand on apprenait ses poèmes j'ai souvent eu
la chance d'être interrogé et de réciter ses beaux vers dont tu nous en as mis quelques extraits.


J'ai eu l'impression d'un retour en arrière.Merci O merci.


 


Lorsque j'écris des sonnets j'aime le faire à la manière de Verlaine...


 


Ecoutez la chanson bien douce
Qui ne pleure que pour vous plaire,
Elle est discrète, elle est légère :
Un frisson d'eau sur de la mousse !

La voix vous fut connue (et chère ?)
Mais à présent elle est voilée
Comme une veuve désolée,
Pourtant comme elle encore fière,

Et dans les longs plis de son voile,
Qui palpite aux brises d'automne.
Cache et montre au coeur qui s'étonne
La vérité comme une étoile.

Elle dit, la voix reconnue,
Que la bonté c'est notre vie,
Que de la haine et de l'envie
Rien ne reste, la mort venue.

Elle parle aussi de la gloire
D'être simple sans plus attendre,
Et de noces d'or et du tendre
Bonheur d'une paix sans victoire.

Accueillez la voix qui persiste
Dans son naïf épithalame.
Allez, rien n'est meilleur à l'âme
Que de faire une âme moins triste !

Elle est en peine et de passage,
L'âme qui souffre sans colère,
Et comme sa morale est claire !...

Hécate 28/11/2011 18:08



EvaJoe ,excuse mon retard ,j'ai des incidences technologiques..


Verlaine chante dans la mémoire ,c'est vrai . Merci de ta confidence ; et c'est bon de revenir vers nos chers poètes Ô oui !...


J'ai aussi quelquefois succombé à la tentation d'éccrire à la manière des poètes que j'aimais ...C'est un jeu qui est un hommage aux "maîtres " qui nous inspirent ..


                                  
A bientôt            


                                                           
Hécate 



Sabine 25/11/2011 14:22


Verlaine a dû pleurer trop fort, faisant de mon espace ..."la complainte des oiseaux !"


C'est un sansonnet qui, cette fois, vous attend les zoiseaux ....N'en oubliez pas "mon aigrette et son cygne" pour autant !!!!


Immenses bisous et merveilleux week end : sabine.

Hécate 27/11/2011 16:21



Sabine ..."Le hibou s'envole " comme dirait Verlaine laissant Hécate sous la Lune ...Brouillard non complice qui se fait muraille infranchissable ...Elle attend le retour de l'heure
propice ...


Patience encore pour l'aigrette et son cygne  ...Je glisse si lentement ....:)             


                                                                                                            
A + ,à +...


                                                                                                                            




gogol d'auvergne 24/11/2011 21:37


http://www.youtube.com/watch?v=EdHFxkd7s0s

Hécate 27/11/2011 17:46



Tout tombe ...même la lyre ... Merci cher Gogol ...même si la nouvelle est triste ...Je reviens dès que possible .


Bien votre  H



gogol d'auvergne 24/11/2011 20:48


jour de tristesse


http://www.elperiodico.cat/ca/noticias/oci-i-cultura/mor-soprano-montserrat-figueras-als-anys-1234544


 


http://www.youtube.com/watch?v=iF1VClOAeyE

Hécate 27/11/2011 11:48



Gogol...comme un peu de musique berce le coeur en détresse ...



ariaga 23/11/2011 15:23


On est loin de la poésie, en ce moment. Toi c'est l'ordi, moi c'est hautetfort qui déraille complètement et je reste des heures sans pouvoir accéder au blog. Quand j'ai une fenêtre je suis
tellement écoeurée que je n'ai plus envie ... Les sanglots longs ... Amitiés.

Hécate 23/11/2011 19:19



Ariaga ,une trêve  de mon ordi en panne ( il est à soigner son cerveau chez un réparateur ) m'autorise à te lre ,et à te répondre : la poésie n'est jamais tout à fait absente
...La poésie comme le rêve est un espace de liberté ...J'espère renouer le dialgue un peu interrompu  bientôt .   


       Amcales pensées ...


                                         
H              



Sabine 21/11/2011 19:10


Coucou magicienne !


Ton problème d'ordinateur s'est-il résolu ?


Je te sens, là à l'instant, plongée dans les méandres d'une nouvelle aventure ...


Verlaine, viens me dire au coin de l'oreille ! Quel parfum l'envoûte, dans quelle ruelle sombre cette fois-ci va-t-elle surprendre cette plume dont elle va nous livrer toutes les fièvres ?


Toi, tu sais, j'en suis sûre, elle te l'a dit ....GRRRRRRRRR !


Les z'oiseaux, si je dis à mon aigrette de vous faire les yeux doux ...même pas !


Bon, un ti bisou à tous, mais tout ti ti alors ...je vous laisse comploter en équipe : Sabine.

Hécate 23/11/2011 19:23



Sabine ...problème non résolu encore .Je profite de brefs instants de grâce pour te faire signe .Je reviens chez toi dès que je peux...Un peu trop éroutée pour reprendre la
plume...Que l'aigrette m'attende...:) 


Amitié d' H                



apsara 20/11/2011 11:07


Bonjour chère hécate!!je ne reçois rien de chez toi;j'essaie de me réinscrire à ta newletter mais en vain!


bon dimanche jolie magicienne


beezoo au trio zélé!!!

Hécate 28/11/2011 18:29



Apsara ,tu sauras si la newletter fonctionne quand je pourrais publier un nouvel article .


Bonne soirée à toi de la part du Trio  :)


                                                                   
Hécate 



Sabine 17/11/2011 15:24



Les z'oiseaux....y'a une belle belle histoire d'amour , tout là-bas, dans ce lieu interdit par la conteuse maraîchine ......


Mais je sais que vous allez vouloir y aller ............L'aigrette vous y attend !


A bientôt ..........................



Silken Claws 15/11/2011 01:10



L'entendez-vous, ce bruissement contre votre plafond? La voyez-vous, la noire demoiselle qui tisse jusqu'à vous son mince filin lunaire?


J'ai été navrée d'apprendre que la Plaie s'est refermée... Fort heureusement, la cicatrice, elle restera indélébile... =)


Votre humble tisseuse ne vous oublie pas.


O.



Hécate 15/11/2011 10:01



Ô ...est-ce donc  Vous  ?....Oui...Je devine la noire demoiselle qui tisse ...et qui revient discrétement vers moi .


Navrée ,plus que navrée ...pour la Plaie .Hélas !....


                              Humble
tisseuse...merci de ce signe dans la soie de la nuit .


                                                                                                                         
votre Hécate



Sabine 14/11/2011 19:34



Je suis sûre que Verlaine (et même Rimbaud) auraient aimé flâner là où je t'invite à venir te promener ce soir ............Les zoiseaux, pour vous ce sera ...tout bonheur !


Des bisous vous arrivent au fil de l'eau ...........Sabine.



Hécate 14/11/2011 23:28



Sabine chère amie ...j'ai attendu le clair de lune . Et j'ai pris par la main ces deux flâneurs ...ces deux amis ,ces deux poètes que seule la Magie des
vers  peut encore convoquer ...la Nuit venue à chercher leurs ombres dans le Miroir de l' Eau ....


                                                                                          
A tout de suite...


                                                                                       
A cette heure le Corbeau dort ...:)


                                                                                                                                               
H....



ariaga 14/11/2011 17:49



Hier, c'était l'horreur sur hautetfort et overblog et je pensais à "l'espoir luit comme un brin de paille dans l'étable" du cher Verlaine. Mais rien ne luisait ! ils ont quand même du culot, sur
des blogs payants, de nous laisser ainsi ramer des journées entières ... J'ai été contente que tu viennes me remonter le moral par ton com. Quand on sait que l'on est pas la seule cela
réconforte. Amitiés.



Hécate 14/11/2011 18:10



Ariaga ,merci ...


Je découvre ce soir ton com. via mon administration et ,OB n'annoncait plus rien depuis samedi !...Là ,les annonces des commentaires refonctionnent ,ô miracle  :)


Oui ,n'être pas seule dans les moments un peu pébibles est un réconfort ,c'est bien vrai .


J'ai pensé à cette "longue patience " sous la plume de Rimbaud...


                                                                                                                 
Bien amicalement à toi.


                                                                                                                                       
Hécate



Dadette 12/11/2011 00:47



Bonjour, je te remercie d'être venu me voir, mais à la lecture de ton blog, je me sens si petite... Paul Verlaine est l'un des poètes que mon coeur affectionne.


  "Il pleure dans mon coeur, comme il pleut sur la ville... je l'ai appris enfant, c'est comme si je l'avais lu hier.  Je t'envoie mes amitiés.



Hécate 12/11/2011 08:48



Bonjour Dadette ,


C'est le hasard qui a fait que je suis passée chez toi . La poésie m'a adressée un signe ,comment résister ! ...


Oui ,Verlaine est l'un des poètes qui reste en mémoire ...depuis l'enfance .Je ne savais pas lire encore quand j'ai eu un petit recueil de poésies  avec un extrait de Verlaine "
Aurore" :


"Avant que tu t'en ailles,


 Pâle étoile du matin ,


                  -Milles cailles


Chantent ,chantent dans le thym - "....


 


Il ne faut pas te laisser impressionner par mon blog  :)


J'aime l'échange ,le partage ...


                                       
Au plaisir d'une prochaine fois .


                                                                                                
Hécate



Guern'de Bé 11/11/2011 21:16



Wouah ! Ca marche !



Hécate 12/11/2011 08:40



Génial !....


                                         
H



Guern'de Bé 11/11/2011 21:15



Le 19ème siècle est vraiment le siècle des poètes...Rimbaud, Verlaine, Baudelaire, Appollinaire...Je ne les cite pas tous mais ceux-là ont chacun leur mélodie. D'ailleurs, ils ont inspiré pas mal
de chanteurs du 20ème...


J'inaugure mon nouveau matériel informatique et c'est le premier commentaire que je publie, donc je fais pas trop long...J'espère que ça va marcher !



Hécate 12/11/2011 18:04



Ô cher 19ème siècle !....


Apollinaire est plus un poète du début 20ème ( né en 1880 , mort en 1918) ,poète que j'aime  beaucoup aussi .Comment ne pas aimer "Le pont mirabeau "  !!!


Vive l'inauguration de ton nouveau matériel 


                                                   
Bonne soirée GUERN 'de BE  ....


                                                                                               
A une porchaine fois


                                                                                                                                   
Hécate



alain BARRE 11/11/2011 07:45



VERLAINE, comme CARAVAGE dans un autre registre, est un Génie imparfait ! Ce que l'on demande aux génies, c'est de faire une belle oeuvre, pas d'avoir une vie édifiante !...


cordialement


alainB



Hécate 11/11/2011 10:19



Bonjour Alain ,


Peut-être que sans l'imperfection le génie artistique manquerait d' indicible et singulière beauté !


                                                                                                                     
Cordialement votre


                                                                                                                                               
Hécate



Sabine 09/11/2011 19:56



J'ai suivi l'écharpe rouge et la lueur de tes bagues ...et viens te faire le tendre ti bisou du mercredi , jour des enfants..."notre jour" !


Tu aimes toujours lire les contes ? Alors ...viens suivre mes rires ...!


A très bientôt ....Bien sûr que vous pouvez suivre les zoiseaux !!!! Bisous GEANTS.



Hécate 09/11/2011 20:53



..............Ah! quelle soirée SABINE !....:)


                 Je vais mettre mes mitaines de dentelles ...et j'arrive .........


                                                                                         
Hécate



AneverBeen 09/11/2011 10:13



Bonsoir Dame Lunaire,

C'est en cette fin de journée, et entre deux temps, et donc un moment limité, que j'ai pu et su me rendre au sein des allées qui sont vôtres...

Quelle surprise ce fut de découvrir le nom de Jean Teulé, auteur qu'AneverBeen rencontra par le biais de l'une de ses oeuvres qu'elle n'aura pas hésité à recommander : Le magasin des
suicides.

Par contre, elle mentirait si elle avancait connaître Verlaine en dehors de sa relation avec Rimbaud, qu'elle connait plus même si ce même ne se retrouve pas si facilement sur ses étagères...

Je savais Rimbaud torturé... Je découvre qu'il en était autant pour Verlaine.

Il semblerait qu'il y avait plus qu'une simple relation mais une fusion entre les deux hommes... Un bien, un mal car deux torturés pouvaient compatir sur leur cause commune mais aussi s'y
entraîner...

Il se peut qu'AneverBeen se trompe. Peut-être, bien que j'en doute peu, que la Dame Lunaire pourrait lui en apprendre plus... ?

Bien à elle ; à cette Dame Nocturne...



Hécate 09/11/2011 21:10



Bonsoir AneverBeen ,


J'ignore ce qui se passe dans ce magasin ...sinistre ? A moins qu'il ne soit drôlatique !...


J'aborde seulement Jean Teulé à cause de Verlaine ...


Une fusion entre les deux poètes ,ô oui...indéniablement !


Verlaine était dans ses vers et, dans ses verres tout entier...Le jeu de mot lui aurait arraché un sourire plein de larmes ...Le tourment qui torture a plus d'une flèche à son arc et il
blesse de tant de façons le coeur qui s'émeut .


On peut toujours en dire plus et encore ...J'ai tant dit déjà que je crains la répétition ...Je lui laisse la plume :


" Il ira , calme et passera


 Dans la férocité des villes ,


Comme un mondain à l' Opéra


Qui sort blasé des danses viles.


 


Même ,- et pour tenir abaissé


L'orgueil qui fit son âme veuve ,


Il remontera le passé,


Ce passé ,comme un mauvais fleuve  ! "


Jamais Verlaine n'oublia celui qu'il appelait "son péché radieux "...Sans lui ,que saurions-nous des oeuvres de Rimbaud ?...


                                             
Merci AneverBeen ...demain la Lune sera pleine ,et pleinement ravie de saluer ce soir d'un bonsoir AneverBeen !


                                                             
Hécate


 



Sabine 07/11/2011 19:41



Que ta semaine soit belle, hécate !


As-tu trouvé le chemin de ma musique ? (Hi hi !). BISOUS : Sabine.



Hécate 07/11/2011 20:12



Sabine ,piteusement j'avoue ne pas être retournée essayer ....:(


Demain ,car j'y pense ,j'y pense ....Et je n'oublie pas ,non ,non ....:)


                                                                                            
A bientôt ....


                                                                                                              
H   H     H....



tilk 07/11/2011 18:09



j'ai passé un très bon moment à te lire


amitié


tilk



Hécate 07/11/2011 18:38



Bonsoir Tilk et merci de la pause lecture chez moi ...


                                                                       
Hécate



jean-luc saint-marc 07/11/2011 14:39



Hoy todos !


 


Perso, je suis un peu comme Cristophe ...


j'ai beaucoup aimé le Grand Jeannot, quand il était chroniqueur de son temps. Aujourd'hui qu'il a enfilé le costard de biographe, je me sens sur le paillasson, à côté de la plaque ... et puis,
entrer dans les bas de soie ou les pansements des légendes, je n'ai pas trop les clefs ...


Mais, venir parcourir les critiques de Hey Cat, c'est un peu comme de ces chaleurs au coin d'une cheminée, en bonne compagnie, à l'époque des chataîgnes et du vin nouveau !


Santé !






Hécate 07/11/2011 18:37



Jean -Luc ,c'est que Teulé chez "Montespan "ou" Charly" ...je n'ai pas fait le pas ! Donc...Il a fallu Verlaine pour me lancer dans cette aventure Parigotte ...


 


"Roule ,roule ton flot indolent , morne Seine .-


 Sous tes ponts qu'environne une vapeur malsaine


 Bien des corps ont passé ,morts ,horribles ,pourris ,


Dont les âmes avaient pour meurtrier Paris .


Mais tu n'en traînes pas ,en tes ondes glacées ,


Autant que ton aspect m'inspire de pensées !


........................................................................


- Toi , Seine tu n'as rien .Deux quais ,et voilà tout ,


 Deux quais crasseux ,semés de l'un à l'autre bout


 D'affreux bouquins moisis et d'une foule insigne


Qui fait dans l'eau des ronds et qui pêche à la ligne ,


Oui ,mais quand vient le soir ,raréfiant enfin


Les passants alourdis de sommeil ou de faim ,


Et que le couchant met au ciel des taches rouges ,


Qu'il fait bon  aux rêveurs descendre de leurs bouges


Et ,s'accoudant au pont de la Cité , devant


Notre-Dame ,songer ,coeur et cheveux au vent ! ...." ( extrait de Nocturne Parisien :P. Verlaine )


 


Voilà ,voilà...Il a chanté aussi Le Point -du-Jour ,l'Ouest de Paris ...,les bateaux ,les trains et l'Aube à l Envers ....à cause de la Lune  ,à cause de son coeur fadasse agacé de
lui-même et se raillant ...et le Trocadero  et les feux de l'automne ...


Santé ! ...:)


                       Hey Cat



manouche 07/11/2011 11:35



ça bouchonne chez OB...je déteste les ralentissements!!!je cours chez ma mère et reviens!



Hécate 07/11/2011 20:13



et là ,ce soir ,ça lanterne ....:(


                                                                     
A +


                                                                               
Bonsoir Manouche ...


                                                                                                            
H



netchaiev 07/11/2011 08:49



Sur ton article...la trilogie...impossible d'envoyer mon com!!!grrrcet internet c'est l'enfer!!!


les couleurs s'envolent vers un lointain incertain où chaque larme est une arme,chaque pleur une fleur!



Hécate 07/11/2011 10:25



Il y a eu un ralentissement sur OB annoncé ,momentané. C'est peut-être la raison de l'impossibilité de poster ton com !!!


Le lyrisme ne te manque pas pour autant netchaiev


                                                                                          
H



Marie-Claire 06/11/2011 21:41



"Rêvons, c'est l'heure.
Un vaste et tendre
Apaisement
... Semble descendre
Du firmament
Que l'astre irise ...
C'est l'heure exquise"


 


Non, c'était ceux là ... Je ne suis pas toujours les saisons ;-)


Une réponse à un élan tout particulier dans un moment trés particulier.


Je t'embrasse


A bientôt Hécate !


 


 


 



Hécate 06/11/2011 21:50



Marie-Claire ,


L'heure exquise est de toutes les saisons ! Et Verlaine n'aurait qu'approuvé ...:)


                     A cet élan donc tout particulier  !...


                                                     la
tournure de ta phrase me plaît ...particulièrement ...


                                                                                                                         Hécate



netchaiev 06/11/2011 08:40



bon dimanche belle évadée



Hécate 06/11/2011 21:22



Un dimanche sous le vent qui emporte les feuilles aux extrêmes couleurs ! Une splendeur !....


                                                                                                      
Merci Netchaievev  :)


                                                                                                                                  
H



Marie-Claire 05/11/2011 23:47



J'ai un sourire aprés avoir lu ton article ... Ce matin, je cherchais des vers de Verlaine pour les adresser à ma fille, je viens de mettre un commentaire chez "hélèna" qui le citait elle aussi
... et je le retrouve à nouveau chez toi.


Hasard ?  Non, décidément pas.


Un bel article, Hécate. Comme toujours.


 



Hécate 06/11/2011 21:31



Marie-Claire ...un sourire c'est un rayon de soleil sur les feuilles qui vont descendre sous le souffle du vent !


Hasard ?...


Tu cherchais sans doute des vers de Verlaine sur l'automne ? ...C'est l'habit qui le vêtait au Pays Poésie  quand la brume douce brouille les larmes ...


                                                 
Merci d'être venue sur la musique tendrement douce-amère d'un grand poète tellement humain ...


                                                           
Hécate dans  " La nuit rêveuse ,bleue et bonne "...


 



ariaga 05/11/2011 19:24



Chez moi, amie, quelque chose pour toi ...



Hécate 06/11/2011 10:34



Ariaga ,j'ai deviné ....


" Le prince était le Génie . Le Génie était le Prince ."


           Quand Ariaga et Rimbaud se rencontrent Alchimiquement ....


                              Amicales
pensées  :)


                                                                    
HHH



EvaJoe 04/11/2011 16:54



C'est nsur ces derniers mots le ciel est par dessus lestoits de Verlaine que je dépose ses quelques mots en te disant que je met mon blog en pause pour une semaine, mais j'ai laissé sur une
souche de bois ma plume, qui sait elle t'emmènera peut être dans quelques écrits.


J'aime beaucoup Verlaine et ta recherche est vraiment complète Merci pour ce beau partage.


 


Amicalement


 


EvaJoe



Hécate 06/11/2011 10:26



EvaJoe


Je me suis envolée rejoindre la plume et la souche ce matin ...


Merci pour Verlaine ..." Ô lecteur de bon sens ,ne fuyez ! "


                                                                                                                     
Hécate



sixfrrancs21 04/11/2011 16:05



J'ai lu "Parle-le leur de batailles, de rois et d'éléphants" (mais tu as vu mon intervention sur un de tes anciens articles et tu m'as répondu) et aussi une courte nouvelle de Francis Scott
Fitzgerald : "l'Etrange histoire de Benjamin Button" (46 pages !) et vu le DVD du film de 2009 avec Bratt Pitt et Cate Blanchett ( bon, mais trop long ! 2 heures 40 ! face à la très petite
nouvelle de Fitzgerald écrite au début des années 20; tout ça pour dire que j'ai relu tes 2 articles sur Rimbaud et Verlaine et 
  et je les ai trouvés beaucoup trop longs. Les poèmes de ces deux-là sont en général brefs et (comme
le genre de la chanson) exprime beaucoup de choses en peu de mots, il faudrait (excuse-moi ... je fais toujours mon ancien métier de prof) qu'en face de leur densité, de leur légèreté
lourde, tu sois plus concise. Ah ! l'art de la litote ! Ceci est une critique positive  :0010:



Hécate 04/11/2011 16:35



Bonjour Francis ,oui...j'ai vu et j'ai répondu ...:)


Ah! libre à toi de trouver trop longs mes articles sur Rimbaud ,et aussi celui sur Verlaine !...


Pour Rimbaud c'est un survol de l'oeuvre et de la vie du poète ,un ressenti ...avant tout . ( Il se trouve qu'on m'a demandé des explications complémentaires sur Rimbaud ! Comme quoi ,tout
dépend... ) .


L'article sur "Ô Verlaine " est conçu autour du livre de Jean Teulé ( 332 pages ) auquel j'ai mêlé mon ressenti du poète et de l'ensemble de son oeuvre . Les Poésie Complètes de
Verlaine comportent 700 pages ,et certains poèmes sont assez longs ) .


Ceci dit ,chacun a le droit de dire ce qu'il pense ,et ,je te remercie d'avoir prit la peine de me lire et relire .


                                                                                                          
Merci à toi


                                                                                
....l'élève Hécate  :)



clovis simard 04/11/2011 10:59



Blog(fermaton.over-blog.com).No.13- THÉORÈME DE BABEL.


L'Oublie est un VOLEUR ?



Hécate 04/11/2011 12:59



Le Temps est un voleur quand il efface les souvenirs .


                                                                                       
H



nikita 04/11/2011 08:51



des trésors de tendresse et de beauté dans les main des jolies fées


mille émeraudes dans les yeux verts de la belle ribaude


des frissons inconnus dans l'horizon perdu


d'un prince en mal d'amour


qui plaNe dans les nues


nuit et jour...



Hécate 05/11/2011 22:10



.........................


....Merci ...


                  H



JCP 03/11/2011 18:49



... jusqu'à nommer mon blog "La Chanson Grise"...


A bientôt,   Jean-Claude



Hécate 03/11/2011 18:59



Ah! ça ...c'est un signe en effet !...


C'est Reynaldo Hahn qui avait je crois donné le titre des poemes mis en musique .  O cher Verlaine ...:)


                                                                                                  Quelle
chance de se rencontrer autour de ce poète !


             Bonne soirée Jean-Claude ,il pleut ici ...Encore un accord verlainien.


                                                                                                     
Hécate



MANOUCHE 03/11/2011 14:07



sans aucun doute


sur ma route


sur mon chemin


 je ferais miens


les ors et les liens....



Hécate 03/11/2011 14:10



Va Manouche ,


Ceuillir les diamants que personne ne voit


Va ...le ciel te fasse une couronne


De nuages tressées d'anges et de démons beaux comme des Dieux !


                                                                                                       
H



JCP 03/11/2011 09:35



Bonjour,


Fan de Verlaine et heureux de découvrir ce blog.


Bon tuyau de lecture le livre de Jean Teulé...


Je reviendrai,  Jean-Claude



Hécate 03/11/2011 14:16



Jean-Claude ,


C'est un plaisir que d'avoir ici un fan de Verlaine !...


Ne pas hésiter à revenir ,c'est un plaisir que le dialogue ,les échanges  :)


                                                                                                 
A une prochaine fois ...à +


                                                                                                                                        
Hécate



MANOUCHE 03/11/2011 08:43



Ouvre tes beaux yeux


magicienne ...


et tes persiennes


à l'aurore


t'implorent


les miséreux


,les gueux


les meins tendues


vers l'absolu ...



Hécate 03/11/2011 13:56



Mes yeux ouverts aux cieux


Ont vu ,Ô grand Dieu ...


L'orage faire des siennes


Derrière mes persiennes  !


Pauvres gueux  arrosés


Mieux à la pluie ,la rosée


Le temps est un malin


Qui se rit des malandrins !...


                                                
Que ton ciel soit plus clément Manouche ...:)


                                                                                                     
Magicienne


 



gogol d'auvergne 02/11/2011 21:31



Si on me disait de prendre un seul livre de ma bibliothèque avant de partir en urgence pour un long séjour aux Kerguelens et Crozet, j'crois que je prendrais ma vieille Anthologie
de poèmes de Verlaine... En fait je crois pas , j'en suis certain ! 



Hécate 03/11/2011 13:50



Cher ami Gogol d' Auvergne ,voilà qui est dit et bien dit  !


C'est avoir une tranche de vie avec soi que d'emporter Verlaine ,il y a tout là-dedans ...Humain ,tellement humain ...et cette gouille un rien bonhomme dans sa prose à la ligne ,quel courage
en somme ,être payé à la ligne et alors ,il faut bien vivre et rire de soi ...et s'exploiter soi-même plutôt que d'en laisser le soin aux autres !


Et cette énigme du mot de la fin : "François "...? Hein ?....


                                                                                 
Hécate


                                                                   



Sabine 02/11/2011 20:51



Coucou toi !


Je viens offrir un bain de frénésie à tes oiseaux...Si tu viens me voir, n'oublie donc pas de les faire grimper sur tes épaules, et ...mets également la musique, tu sais à quel point ils sont
virtuoses ! Je t'embrasse très fort : Sabine.



Hécate 03/11/2011 14:18



SABINE !


Un bain de frénésie ?..........ah!.......................? Oh!.....


                                                         
Dès que j'ai une minute......nous arrivons !


                                                                                                                          
H



Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories