Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 20:54

Mystères de lisbonne couvertureMystères de Lisbonne

 

De

Camilo Castelo Branco

(1825 – 1890)

 

Avertissement

 

« Essayer d’écrire un roman est un désir innocent. Le baptiser d’un titre pompeux serait un prétexte ridicule. Prendre une nomenclature, éculée et vieillie, la graver au frontispice d’un livre et s’enorgueillir d’avoir un parrain original, cela, chers lecteurs, est une supercherie dont je suis incapable.

Ce roman n’est ni mon fils, ni mon filleul…

Ce roman n’est pas un roman : c’est un journal de souffrance, véridique, authentique et justifié. »

 Camilo Castelo Branco

 

            Pour la première fois « Mystères de Lisbonne » paru en 1854 est traduit et publié en France aux éditions Michel Lafon en 2011. Son auteur Camilo Castelo Branco enfant naturel né à Lisbonne en 1825 perdit sa mère à l’âge de deux ans et son père à huit ans. Recueilli par une tante, puis par une sœur aînée, il quitta sa ville natale pour le nord du pays. Un curé de village s’occupa de sa première instruction.

            Il semble que la fiction romanesque pourrait bien être brodée sur le canevas des réalités de la vie très mouvementée de Camilo…

 

 

            « J’étais un garçon de quatorze ans, et je ne savais pas qui j’étais.

            Je vivais en compagnie d’un prêtre, d’une dame que l’on disait sa sœur et de vingt garçons, mes condisciples. Parmi eux, certains plus instruits des choses du monde me demandaient parfois si j’étais le fils du prêtre. Je ne savais pas quoi répondre.

            Bien que ce prêtre, semblât un homme fort vertueux il n’aurait pas été extraordinaire que je fusse son fils.

            Je voulais savoir qui j’étais.

  

enfant            Serais-je le fils d’un cordonnier ? Serais-je une chose que ce prêtre avait trouvé au coin d’une rue, comme il aurait trouvé un chat ? Serais-je le fils d’un voleur exécuté que l’abbé aurait accompagné à la potence ? Ces questions commencèrent à ronger mon cœur.

            Je n’étais que João. Et mes camarades donnaient à mon nom des intentions moqueuses. Ces enfantillages me faisaient rire, mais c’était un rire que l’on aurait pu appeler un sanglot. »

 

            Essayer de narrer l’avalanche des événements qui s’enchaînent et se déchaînent tout au long de ce fabuleux roman serait déflorer le plaisir d’en tourner les pages, pages qui sont comme les rideaux d’un théâtre où se dissimulent des secrets qui à peine révélés entraînent vers de nouveaux mystères. João que protège le Père Dinis donne d’emblée le ton de la sensibilité douloureuse et ardente qui parcourt tout le roman. Roman étourdissant, fascinant qui effare par sa dramaturgie. Oserait-on encore écrire ainsi ? Et pourtant que de délices dans cette écriture brûlante où les passions toutes d’ombres et de sang sont entre larmes et prières !

            Un trait acidulé, parfois virulent et plein d’humour fait naître un sourire et tempère le paroxysme romantique d’une tendre mélancolie.

 

            « La pudeur a un instinct qui devine non les secrets, mais l’embarras des personnes susceptible de les raconter. Des circonstances de ma naissance, je me passais volontiers, c’était l’histoire de mon père, dont j’avais gravé dans mon imagination, comme si je les avais embrassé mille fois, les traits du visage, dessinés par l’abbé, profonds et saillants. »

 

            « N’idéalisons pas trop, (nous dit Camilo Castelo Branco) car le temps ne s’y prête pas. Matériellement, rien n’est explicable ; tous comprennent. Les subtilités de l’esprit, laissons-les à ceux qui sentent en eux l’éther d’extases communicatives. »

 

            Le père Dinis dont les identités sont multiples est l’un des personnages qui détient les fils emmêlés de la vie des hommes et des femmes qui hantent d’abondance toute l’œuvre…

            Au XIX° siècle le droit d’aînesse réduisait au néant la destinée des jeunes gens de la noblesse. Riches de titres, pauvres matériellement l’amour ne les conduisait qu’aux affres du tourment. Les grilles des couvents n’étaient que des protections précaires.

 

            Lorsque João rencontre sa mère Angela de Lima, devenue Comtesse de Santa Barbara, ce ne sera que pour la perdre bientôt. Comme dans un roman d’Anne Radcliffe le passé étend sur cette femme éplorée l’obscurité obsédante de son passé. Episode gothique que le récit de sa séquestration, s’il n’était teinté de la désespérance farouche de son mari le Comte de Santa Barbara face à l’indifférence forcenée d’une épouse pareille à une esclave morte dont le cœur n’appartenait qu’à celui qu’elle appelait son ange de nostalgie ; le père de João… Le bourreau s’avère être le père de la Comtesse, le marquis de Montezelos…

 Père Dinis

 

            « - Je suis le dépositaire de vos biens. En voila une énigme… déclara le Père Dinis à João …c’en est fini de ce Joãozinho … monsieur Dom Pedro da Silva.

…Je ne sais quoi vous dire en ce tournant hasardeux, et le plus inattendu de votre vie.

            Ce que je puis vous prédire, c’est que la femme à qui vous accorderez votre première affection vous sauvera ou vous perdra… »

 

 

            Ce n’est là qu’une infime partie de ces aventureuses histoires et confidences qui sont comme autant de confessions…

Gitans, flibustiers, marchandes de morue, nonnes, salons, alcôves, duels apparaissent le plus naturellement du monde, tel un certain Alberto de Magalhães étalant les merveilles d’une richesse fabuleuse.

 « Ses voitures déprimaient l’orgueil des courtisans. Son manoir, édifié avec une promptitude magique et paré des plus superbes inventions en or, avait irrité la rudesse insolente des seigneurs détenteurs de terre.

 

Alberto            Alberto de Magalhães venait du Brésil. Quand et d’où il était parti, personne ne le savait, et il ne donnait pas l’occasion qu’on le lui demandât. La propension pour ce qui avait trait au mystère s’était chargée de le rendre célèbre. L’homme portait beau. Il avoisinait les quarante ans… »

 

            « - Qu’ai-je à voir avec Alberto de Magalhães ? » se demandera Pedro da Silva.

 

 

            J’ai lu « Mystères de Lisbonne » avant de voir le film de Raoúl Ruiz dont j’étais impatiente pourtant, mais les caprices des programmations en salle en avaient décidé autrement. Le hasard a voulu que je me jette avec avidité sur l’œuvre en un premier temps. Cette édition est préfacée par le cinéaste.

 

            « Personne n’échappe à son destin, disaient les anciens Germains. Et les fictions de Camilo le confirment, mais c’est le destin lui-même qui nous échappe. Le Fatum…

            Les médecins aliénistes des XVIII° et XIX° siècle distinguaient deux types de comportements extrêmes chez les fous : enthousiasme et mélancolie.  Camilo, lui, les confond, nous invitant à voyager dans un monde de joyeuses infortunes et de triomphes pénibles. Et le monde de l’« incroyable mais vrai » des péripéties propres aux Mystères de Paris cède la place à celui du « vrai parce qu’incroyable » des Mystères de Lisbonne.

Et quand Paulo Branco m’a proposé de réaliser les Mystères de Lisbonne, j’ai compris que j’attendais en fait ce genre de proposition depuis des années. »

 

Les éloges autour du film sont des plus mérités. La mise en scène est somptueuse, onirique tant par la beauté des couleurs, de la lumière et le temps est suspendu… Les heures glissent, la camera s’attarde, virevolte, caresse…

Les héros de Camilo Castelo Branco prennent corps, vont, viennent comme de fantomatiques disparus ramenés à la vie. L’enchantement est total. Visages, châteaux, paysages…baignent dans l’irréalité d’un songe.

ThéâtreLa musique de Jorge Arriagada et de Luís de Freitas Branco (1890 – 1955) compositeur classique portugais, accompagne majestueusement ce long fleuve de plus de quatre heures. Les chapitres sont ingénieusement signalés par un petit théâtre en carton absolument délicieux, un jouet d’enfant, dont le décor se renouvelle aux grès des intrigues.

 

Les six épisodes destinés à la programmation télévisée complètent le film avec bonheur. (ARTE le jeudi 19 mai et vendredi 20 mai 2011 à 20h30).

Dois-je dire que je vais du film au livre, et du livre au film?  Inséparables désormais dans la complétude l’un de l’autre.

 affiche

 

 

 

« Si quelqu’un me demandait de résumer ma position par rapport au film Mystères de Lisbonne, (écrit Raoúl Ruiz), je dirais qu’elle fut celle d’un jardinier.

Un jardinier d’amour

Arrose une rose puis s’en va.

Un autre la cueille et en profite.

Auquel des deux appartient-elle ? »

 

 

 

 

                                                                                                                             Hécate

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate - dans Avis de lectures
commenter cet article

commentaires

Martine 20/02/2013 06:57


Ton enthousiasme est communicatif! Tu en deviens lyrique. Et bien, si l'occasion se présente, je suivrai ton conseil. Merci Hécate


Douce journée à toi


Martine

Hécate 22/02/2013 16:59



Bonjour MARTINE....merci pour ce retour en arrière sur une chronique écrite dans l'enthousiasme !


Ah! quand le vent de l'inspiration souffle  :)


                                           
Hécate



gogol d'auvergne 31/08/2011 21:07



http://www.franceculture.com/emission-hors-champs.html-1


 


semaine Ruiz ; hors champs



Hécate 01/09/2011 10:57



Merci cher ami...


C'était un grand monsieur ...Une grande perte pour l'Art .


                                                                                          
Hécate



sixfrancs21 17/06/2011 14:34



J'ai lu dans un commentaire que tu t'appelais Angélique ! "ange" va-t-il avec "Hécate" ? que deviens-tu ? à chaque fois que  je passe, c'est toujours "les mystères de Lisbonne" ! que nous
réserves-tu en exclusivité ?



Hécate 17/06/2011 17:55



Ah!.........Angélique ,ce n'est pas moi ,c'est Evy ...une blogueuse !


Tu as du flair Francis ,car tu arrives au moment où ma nouvelle publication est sur le point de paraître . Un rien de patience ...Ce soir si tout va bien ...


                                                                                                              
Ta visite me fait bien plaisir


                                                                                                                                                             
Hécate



ariaga 16/06/2011 12:27



Un passage pour relire car la première fois j'avais lu trop vite et je n'avais pas bien compris. Amitiés.



Hécate 17/06/2011 17:58



Bonsoir Ariaga...Je vais venir bientôt chez toi  . Un peu prise par mon futur article .


                                                                                                     
Amicalement


                                                                                                                
Hécate



Fethi 12/06/2011 14:31



Bon dimanche !



Hécate 13/06/2011 10:31



Bon Lundi Fethi  :)


                                
H



Evy 08/06/2011 22:18



Bonsoir


 


Notre petit passage dans ton monde 


 


passe une bonne soirée bisous angélique Evy & Prisca



Hécate 09/06/2011 21:31



Bonsoir Evy...Le ciel est gris,l'odeur des herbes et des fleurs s'exhale mystérieusement à la tombée du jour ...


                                                              
H



Phène 08/06/2011 21:05



Bonsoir Hécate,


Les romans ne me passionnent pas vraiment par contre j'adore lire les résumés que tu nous offres...Belle soirée



Hécate 09/06/2011 11:08



Bonjour Phène ,


Les romans  sont mes voyages ,à travers eux j'ai appris beaucoup ...C'est presque un paradoxe  que tu aimes lire mes articles :) , mais pourquoi pas ! Merci de ton passage .


Ces derniers temps je n'arrivais pas à mettre un commentaire chez toi .Les mystères de l'informatiques...


                        A bientôt


                                               
H



Oleck Oblivion 06/06/2011 09:06


Non, pas le mystère, lui, il reste entier... Je parle de ce que l’on possède... du fait paradoxal, étrange et mystérieux, qu’à l’instant où l’on se saisit d’une chose, nous la perdons... J’ai
trouvé cette idée dans le texte, et là encore à nouveau, il se peut que cela soit le fruit d’une illusion. La conscience de la conscience n’est pas une nécessairement une surconscience, mais est le
plus souvent une forme sophistiquée d’aveuglement.


Hécate 06/06/2011 11:23



Naître ,être , cela reste un mystère ...


Ce que l'on possède ? ...Les mots nous possèdent ( parfois) ,et que sont-ils donc ces mots dont nous nous servons ? Plus je poursuis leur sens ,plus je sens qu'un même mot à une signification
qui m'appartient ( mais que je ne possède pas , c'est illusoire ,avec les jours ,les années le même mot prend une ampleur ,ou ,se recroqueville ,perd de son âme ,parce que moi ,tout en étant moi
,je suis autre ,l'écho du mot ,d'une phrase s'est transformé insensiblement .)


Raul Ruiz ( à propos de la lecture des "Mystères de Lisbonne "  :" ...récapitulons ,...et je tente de me rappeler l'un des trois récits qui se superposent ...et je ne parviendrai qu'à de
vagues réminiscences ( l'une des nombreuses définition du mot saudade ne renvoie-t-elle pas à la nostalgie de quelque chose qui n'a jamais eu lieu ? ) Il en va exactement  de même lorsque
j'essaie de convoquer les personnages des "Mystères " dans ma mémoire. Je ne parviens à retrouver que des bribes d'histoires fantômes jamais écrites mais flottant dans l'espace incertains 
où s'inscrivent ,dit-on ,les événements jamais racontés ,pourtant bien présents dans l'au-delà des mots couchés sur papier ,des récits implicites ,en somme .Non transcrits ,mais presque ".



evy 05/06/2011 13:57



Bonjour


Petite coucou du dimanche sous les orages et la pluie dans le var!! passe une bonne journée bisous Angélique de nous deux Prisca & Evy






Hécate 07/06/2011 20:30



Bonsoir Evy , merci pour tes mots sympathiques .Belle nuit des Anges Noirs  :)


                                                              
Hécate



Mucus Crédul 01/06/2011 04:25


C’est en le perdant que nous nous offrons une chance de le retrouver.


Hécate 04/06/2011 10:44



Le mystère....?



eva48 30/05/2011 22:40



belle façon de traiter un sujet


beaucoup de travail et de recherche


bonne soirée






Hécate 02/06/2011 09:57



Merci Eva ,plus de temps à lire et à regarder  pour le plaisir que de travail  !


                                                                                                 
Bonne journée .


                                                                                                                         
Hécate



Guern' de Bé 30/05/2011 07:52



J'ai adoré "les mystères de Paris", une lecture de jeunesse. Celui-là me paraît aussi passionnant qu'un bon polar...En tout cas, tu m'as donné envie de le lire et de voir le film.



Hécate 31/05/2011 12:01



Et moi ,Guern'  tu me donnes presque envie de me plonger dans "Les mystères de Paris " ; je n'ai dû en lire que des versions expergées  et des versions filmées de qualité moyenne .
Le bouquin d'Eugène Sue est en vitrine en librairie actuellement ,bien aussi volumineux que celui de Camilo Castelo Branco .


                                                                                                                      Hécate



Fethi 29/05/2011 13:19



Je n'ai pa lu le livre mais j'ai apprécié la série sur ARTE!  Bon dimanche



Hécate 29/05/2011 17:38



Très sympathique Fethi de venir me donner ton appréciation ,d'autant que j'ai eu peu d'avis sur cette programmation  d' ARTE .


                                                                   
Bon dimanche à toi aussi .


                                                                                                                       
Hécate



Pâques 28/05/2011 15:29



Zut! J'ai raté le fim ( trop occupée, rénovation de la cuisine).


Mais je pourrai  lire les Mystères de Lisbonne pendant les vacances :-)


Amicalement



Hécate 29/05/2011 17:35



Ah! Marcelle ...bien sûr que des rénovations  chez soi ne favorisaient  guère  la chose  !


                                                                                                                         
Merci de ta fidélité  à me lire .


         Hécate


                                                                                                                



sixfrancs21 27/05/2011 14:51



                     Je n'avais pas vu les trois premiers épisodes, mais j'avais la ferme
intention de regarder les trois suivants le lendemain (j'avais un lourd handicap ...) j'ai arrêté au début du 5ème :  l'intrigue était trop compliquée et je ne comprenais rien à cette
histoire de famille "en tuyau de poêle" (on dit ça chez moi !) alors je suis retourné  avec Des Esseintes dans
ma lecture du "A rebours" d'Huysmans  (ah ! toujours la décadence !)



Hécate 28/05/2011 18:35



Sans le début ...c'était fatal !


                                                                   
Huysmans fait partie de mes auteurs favoris ....


                                                                                                      
Merci et ,à une autre fois Francis .


                                                                                                                                                         
Hécate



Plaie 27/05/2011 01:02



Magicienne Mia, un guéridon ne suffirait pas à reposer mes coudes fatigués de tenir ma tête, qui elle actionnerait sa bouche afin de vous raconter tout ce que j'ai à vous... Raconter...


 


Je ne vous oublie pas... Mais mes pas sont si loin... M'ont porté si loin...


... Il faudrait que je vous parle Nom di diou ! :)


 


Bien votre Plaie



Hécate 28/05/2011 18:32



Plaie ,si vous ne m'oubliez pas ...c'est rassurant .


Quand allez-vous me racontez ....tout ça  ?


                                                                                          
votre magicienne



FRUITS CONFITS 24/05/2011 20:26



BONSOIR


MERCI INFINIMENT DE VOTRE PASSAGE SUR MON BLOG


l'histoire du "" petit "" JOAO "" me parait très interessante je n'ai pas eu l'occasion de le lire quand au film certainement pas car je n'aime pas le
cinéma je me sens très mal a l'aise dans cette salle obscure et fermée


au plaisir de vous revoir sur mon blog et moi sur le votre


BONNE SOIREE


AMITIES


DANY DU SUD D'EN BAS


 


 






Hécate 26/05/2011 11:02



Merci Dany , si l'histoire du petit Jão est si émouvante ,c'est que l'auteur a eu  aussi des débuts de vie bien compliqués . La vie de Camilo Castelo Branco ,plus je m'y penche est le
reflet  de ce qui agite  les héros de ses "Mystères de Lisbonne " ...


                                                                    
A une prochaine rencontre ,qui sait ?


                                                                                                            
Hécate



ariaga 24/05/2011 16:25



Plus portée sur les livres que sur les films je vais me précipiter ... tu as une manière de me donner envie de lire un livre qui me fascine ! amitiés.



Hécate 25/05/2011 12:32



Ariaga , ce livre est dans la grande tradition du feuilleton  si en vogue au 19ème siècle ; si j'ose dire il y a eu une éclosion de titres  de livres comportant  ce mot
"mystères " ...Rédacteurs de journaux ,éditeurs voulaient que chaque ville soit dotée de ses "mystères"  !!!


"Les mystères de Paris " d'Eugène Sue  ,"Les mystères de Londres" de Paul Féval ,et ceux de Marseilles sous la plume de Zola ....et d'autres que je n'ai plus en tête
...


Celui de Camilo  Castelo Branco ,j'en rêvais depuis longtemps ...Va savoir pourquoi ! Peut-être parce que l'âme portuguaise a un petit quelque chose d'à part comme le disait Raul
Ruiz à propos de ce film ,qu'il avait très envie aussi de faire . C'est un cinéaste qui a la passion des livres .


"Que racontaient les histoires des drames populaires ?


Rien  en particulier et tout en général  ( être heureux  ,trouver le grand amour ,accéder à la postérité , etc ...) " R. Ruiz .


                                                                                                           
A bientôt


                                                                                                                                       
Hécate



Paulo 24/05/2011 16:21



Bonjour Hécate,


Comme je te disais la dernière fois le film dont tu parles ici n'a pas intéressé mes parents, mais parle leur de foot et là tu as toute leur attention.


Mais à part ça et toi comment vas tu ?


Bonne journée.


Amicalement Paulo.


Gros bisous.



Hécate 25/05/2011 12:14



Bonjour Paulo , bien sûr quand on est tributaire du choix de son entourage ,point facile ...


J'avoue que le foot  et moi ça ne le fait pas !  On peut aimer aussi le foot et les films ...Ce
n'est pas le cas ici ,tu n'y es pour rien .


Merci d'être venu poster tes mots . Je vais bien .


                                                                                      
Bonne journée à toi


                                                                                                                   
Amicalement


                                                                                                                                                      
H



l'ambuleuse 24/05/2011 12:24



"C'est nâitre qu'il aurait pas fallu"   Louis-Ferdinand CELINE (Mort à crédit)



Hécate 24/05/2011 21:56



J'ai adoré ce livre ! ! !


                                   
Inoubliable bouquin !


                                                                                         
Hécate



Gertrude noire 23/05/2011 22:37



Je n'ai pas lu, je n'ai pas vu....  Je suis née.... mais comme la sensation d'un rêve orphelin où tous les possibles sont réunis contre la triste réalité.


 


Gertrude veut bien être orpheline, elle n'en naitra que plus.



Hécate 24/05/2011 21:04



Les orphelins rêvent ,se questionnent ? Un jour Joao découvre qui il est ,d'où il vient ,et c'est alors que le destin va faire de lui un orphelin ...Est-ce un rêve conçu dans la fièvre
?...Est-il malade ,au bord de la Mort ,la Vie est-elle un Théätre ?....


Le roman est un tourbillon,vies ,morts et Mort ...


GERTRUDE est une Morte si Vivante .........


                                                           "   
Amor à Mort "....


                                                                                                                   
votre Magicienne



rené 23/05/2011 15:15



Bonne semaine chère Hécate, merci d'être vous ☼☼☼



Hécate 24/05/2011 22:04



Merci René ! Il y avait si longtemps que vous n'aviez glissé un petit mot ici 



fbd 23/05/2011 12:38



je n'ai pas vu le film ni lu le livre, qui ont l'air plein d'intrigues et de rebondissements… je suis touchée par la remarque de Ruiz sur la rose…!



Hécate 24/05/2011 22:03



Ruiz est un cinéaste fabuleux ,modeste ,un humour fin ,une culture qui sait restrer discrète ...


Toi qui peint ,tu aurais apprécié la beauté des compositions des plans ,la lumière ...Des tableaux  ,et que de tableaux du reste dans tout le film !


                                                                               
Merci pour le petit mot sur la rose ,j'ai tellement aimé cette façon qu'il a de faire passer ce qu'il ressent ...


                                                                                                           
Bonsoir Françoise .


                                                                                                                                                         
H



Cathy 22/05/2011 15:28



Bonjour Hécate,


Les 19 et 20 mai sont passés sans que je puisse regarder ce film qui devait être intéressant. J'aime Arte qui diffuse souvent de très belles émissions.


Je serais plus attentive la prochaine fois.


Merci d'avoir partagé ta lecture... Je n'aurai pas tout perdu.


A bientôt,


Cathy.



Hécate 25/05/2011 12:08



Merci Cathy d'être venue sur le fil ...Il est rare que je mentionne un film ;le rapport du roman avec le film étant vraiment complémentaire j'ai opté de les réunir en une chronique
.


                                                                                         
A une autre rencontre


                                                                                                                      
Hécate



monochrome 22/05/2011 12:44



J'ai lu ton article le 19 mai, et pourtant, j'ai manqué les films (faute de temps !). Ce n'est pas grave, il reste ton article. Si ce livre tout entier est ainsi, "un journal de souffrance,
véridique, authentique et justifié", il devrait pouvoir me parler. De toute façon, lorsqu'un texte n'est pas sincère, on le sent immédiatement, pas vrai ? Et puis, il fallait que je te dise : la
citation que tu as laissée sous mon article est incroyable. Non pas en tant que telle, mais parce que tu es tombée tout pile, tout juste. C'est exactement le genre de mots capables de me
récapituler... ou de me disperser pendant des heures dans des rêveries liées. As-tu lu Europa, de Romain Gary ? (Je parle sans cesse de ce livre mais il m'a tant marquée !)



Hécate 22/05/2011 17:49



Dommage pour le film....


Délicat de t'affirmer que le livre soit tout entier  tel ces mots dans l'AVERTISSEMENT qui est aussi partie intégrande du roman . Les souffrances n'y manquent pas ,les ressorts
de la dramaturgie sont là ,Camilo Castelo Branco eut une vie qui ressemble à un roman ...Et ,il écrit qu'il y a des coïncidences dans la vie qu'un romancier n'oserait inventer. ( la citation est
dans cet esprit ,je n'ai pas la phrase sous les yeux )


Il a écrit un court roman que je vais lire prochainement "Amour de perdition " écrit lors d'un séjour en prison ,ses amours furent passionnées ,et son oeuvre  l'est aussi
.


Je suis allée relire ce que je t'avais écrit dans l'impulsion de l'instant . Je comprends ce que tu veux dire  :)


 


Non,je n'ai pas lu Europa !!! Romain Gary est un écrivain  que j'ai lu ,mais ce titre là . J'avais aimé son style ,sa façon d'exprimer les choses .


Me voici intriguée par ce livre ? C'est une façon de connaître  l'autre que de découvrir l'oeuvre  qui marque . Je vais chercher de quoi il est question .


Merci encore Monochrome pour ce dialogue . Bonne soirée à toi .


                                                                                                                     
Amicalement


                                                                                                                                                      
Hécate


 



Sabine 22/05/2011 09:12



Je venais t'envoyer une bouffée de bonheur aux ...parfums de rose (tu verras pourquoi !)


Mais je venais aussi faire de GROS CALINS à tes adorables corbeaux ...Enfin, bien sûr, tu les feras pour moi ! Ton histoire est vraiment des plus merveilleuses ....


Tu me fais rêver, Hécate .............délicieusement rêver ! Passe un splendide dimanche, GROS BISOUS A TOI AUSSI : Sabine.



Hécate 22/05/2011 18:03



Bonjour Sabine ,rêver fait du bien ...:)


Je transmettrais à mes plumes noires  ...Un salut à Coco quand il passera


                                                                                                         
A une prochaîne fois


            H



nettoue 20/05/2011 15:17



Je suis à nouveau heureuse de renouer le fil, Hécate. Cet avant gout est prometteur, merci à toi. Je reviendrai en soirée le savourer à loisir


Bonne journée


Amicalement à toi



Hécate 22/05/2011 18:04



Nettoue ,les péripéties ici sont pleines de rebondissements...ça devrait te plaire !!!


                                                                                                                     
A +


                                                                                                                             
Hécate



sixfrancs21 20/05/2011 15:10



Hier je n'avais pas vu ton article, donc je n'avais pas prévu de regarder la 1ère partie des "Mystères de Lisbonne", la critique était bonne sur mon programme TV (mais j'avais prévu autre
chose) bien qu'ils mettaient que cette fresque était alambiquée après avoir écrit qu'elle était somptueuse et mystérieuse, mais surtout ce qui m'a fait reculer, c'est qu'elle continuait
aujourd'hui (je fuis toujours ce qui est en plusieurs parties par peur d'être prisonnier en regardant deux soirs !). Je regarderai la 2ème partie ce soir en espérant comprendre ... Promis



Hécate 20/05/2011 18:34



Bonjour Francis ,


J'ai vu que ces premiers épisodes de "Mystères de Lisbonne " diffusés hier soir sur Arte ,peuvent être revus sur ARTE TV 7 ,le portail vidéo  dès maintenant
,et durant une semaine . Via le plein écran de l'ordinateur ,c'est mieux que rien .


Voilà tout ce que je puis te dire  .Les prix qui ont été donnés à ce film sont mérités . Prix de la Critique  au festival international de São Paulo ,
sélection officiellle  de celui de Toronto  ,et prix du meilleurs Réalisateur  au festival de San Sebastiãn  ,et le prix Louis -Delluc en France .


                                                                          Bonne
soirée  à toi


                                                                                                     
Hécate



Zeherit 20/05/2011 12:15




Eh bien Hécate, voudriez vous me faire quitter le Septentrion pour découvrir d'autres
lumières, d'autres contrastes – et d'autres brumes ?


 


C'est que votre article m'entraîne sur certains chemins auxquels vous avez d'ailleurs peut-être pensé, mais dont je souhaite néanmoins ici vous faire part.


Les enfants sans père – essentiellement des garçons – fleurissent au XIXème siècle et semblent voués à de grandes aventures, missions ou quêtes, comme si
l'interrogation sur leurs origines les poussait à chercher dans l'avenir de quoi éclairer leur passé...


Je n'arrive pas à trouver d'explication à cette épidémie d'orphelins et d'ailleurs je n'en cherche guère – devrions-nous d'ailleurs en trouver une ? L'explication
psychanalytique, quoique plausible, ne me satisfait guère, justement parce qu'elle est si plausible qu'elle paraît toute empreinte du rationalisme des « esprits forts » qui
emploient toutes leurs forces à désenchanter le monde sous prétexte de le comprendre ! « Puisque ces événements nous dépassent, feignons d'en être les organisateurs ! »


Mais je m'égare...


L'explication sociologique que vous esquissez est une piste plus intéressante, car faisant appel à l'histoire des peuples – un tel ressenti peut sans doute
s'inscrire durablement dans la culture d'un peuple, dans son imaginaire... Ou bien serait-ce-ce une réminiscence de la saignée des guerres napoléoniennes ?


*


La rose appartient-elle au jardinier ou à l'acquéreur ? Voilà que me revient à l'esprit l'histoire de Cardillac, qui tuait ceux qui achetaient ses créations par
désespoir de devoir s'en séparer...


Bien à vous et merci de cette découverte.


 


Z






Hécate 21/05/2011 11:41



Vous faire quitter le Septentrion Zeherit  ?....Vous entraîner vers d'autres brumes ,peut-être ...:)


Je pensais en vous lisant à la coupe du Roi de Thulée jetée dans les flots ...aux légendes qui  n'en finissent pas  autour de l'Empire perdu des lusitaniens
,aux chimères  qui hantent les écrivains ,les poètes ,ã cette attente  du retour de ce jeune roi Sébatião partant au combat avec ses compagnons ,aux cent mille guitares brisées ,au sang
répandu ,lors de cette expédition  désespérée à Ksar -el- Kébir ...Un chant du XIème siècle  relate  ce qui fût ...Le corps jamais retrouvé du jeune roi  est un mythe qui
perdure ,aux détours d'une page que ce soit dans une oeuvre de Eça de Queiros ,Pessoa ...


 


Il y a de cela aussi ,plus déguisé ,plus voilé chez Camilo Castelo Branco ,mais avec ses personnages  qui n'en finissent pas de mourir ,de disparaître et qui réaparaissent 
alors qu'on les croyait perdus ...Et ce prêtre ,ce Père Dinis dont l'un de ces autres noms était Sébastiao de Melo ,comment n'y point déceler un clin d'oeil  au Sébatianisme
.... 


Et Camõens  qui refit le parcours de Vasco de Gama ,écrivit les "Lusiades " ,perdit  un oeil ,je crois dans cette épopée et tout cela pour les offrir à ce jeune
roi  ,qui disparaît au moment où lui revient  au Portugal ...


Les ophelins  sans père fleurissent  au 19 ème siècles  dites-vous ...Oui ,c'est un sujet souvent pris par les romanciers ( il y avai  aussi "Les deux orphelines "
,ma mémoire fait un saut d'un coup ! )


Peut-être qu' en  cette époque  on se sentait orphelins d'un idéal compromis ,les repaires se perdaient ,le monde était en mutation . La lucidité des Romantiques 
décuplait une énergie  inouïe ( Novalis ,Hölderlin...) mais le désenchantement dévorait leur force ,abrégeait leurs jours  pour certains .


Camilo Castelo Branco situe ses "Mystères de Lisbonne " tantôt en 1837 ,mais ,comme les morts parlent par les confidences ,confessions ,il navigue aussi au XIIIème siècle ,la
révolution française est évoquée ,les guerres napoléoniennes aussi ....Point limité à Lisbonne ,point limité dans l'Aventure ...Très lusitanien en cela !


Cardillac m'a intriguée bien sûr ,et l'intrigue relance le mystère , Hoffmann  là dessous  ,j'aurais dû m'en douter !!!! ( Il me faut vraiment lire ,relire ce conteur 
! )


 


J'ai pensé hier ,tout à coup que Castelo Branco était mort tout juste l'année où naissaît Mario De Sã-Carneiro ( un poète à la vie brève ,que j'aime particulièrement )  et qui
écrivit ceci :


"- LE MYSTERE...


Oh!  Depuis l'enfance  cette obsession me trouble ,son enchantement m'anéantit ...."


Assez de divagations ,la nostalgie portuguaise  me parle ,comme me parle un lied de Schubert ...:)


"Pour une larme de toi ,je me serais laissé tuer " disent les paroles d'un fado ...


Chez Branco j'ai retrouvé cet état d'âme  :" Puisque tu m'as rendu malheureux ,pleure une larme pour moi ! "


                                                                         
Votre Hécate


 



alain BARRE 20/05/2011 07:36



Castelo Branco est un raconteur d'histoires. Chaque langue, chaque pays doit en avoir un pour forger une culture, une mémoire commune. Il semble bien que les portugais aient trouvé le leur !...


cordialement


alainB



Hécate 20/05/2011 09:57



Un raconteur d'histoire que je découvre ...Et l'Histoire est au coeur de ses histoires en toile de fond ...


Merci Alain ...


                                   
Bien à vous


                                                           
Hécate 



Gérard 19/05/2011 23:22



Que d'éloges pour ce film, je lis que le premier épisode était ce soir   alors demain peut-être mais tronqué.



Hécate 20/05/2011 09:37



Oui Gérard ...tu as donc manqué les trois premiers épisodes ...et ,je ne sais que dire sur le fait de prendre ces narrations  en cours ...


La version TV comporte des scènes suplémentaires ,mais d'autres manquent ,qui sont dans la version cinéma !!!


La version du film ( 4h 30) est plus majestueuse ,le tournoiement en plongée des plans séquences  plus sensible à l'oeil  .


Le regard d'un photographe comme toi est certainement plus qualifié que je ne le suis pour apprécier ces subtilités  :)


                                   
Merci de ta visite hier soir tout de même !


                                                                                              
Hécate



AneverBeen 19/05/2011 09:40



Bonjour Hécate,


Je n'ai pu venir avant ces jour et matin prendre connaissance du billet mais il semblerait que je sois tout de même dans les temps ;)


En lisant le billet, je peinais déjà de savoir que je ne pourrai me prêter de si tôt à la lecture du roman. Jé découvre qu'il y a une adaptation
cinématographique de ce même. Je prends note des références de cette dernière car même si j'ai Arte en ma disposition et ce de manière convenable (puisque ce n'est pas le cas de toutes les
chaines), je doute de pouvoir visionner la suite diffusée au vendredi soir et ne sais donc encore si je vais entamé le visionnage du film ce soir alors que je ne pourrai avoir connaissance des
suite et fin de ce même avant un temps indéfini.


Nous verrons, déciderons en temps voulu :)


Ma curiosié avait été suscitée et fut agréablement assouvie bien que nous sommes désormais en l'attente d'en découvrir davantage !


Bon jeudi Dame Lunaire.



Hécate 19/05/2011 11:05



Je me doutais bien que ce gros pavé de plus de 600 pages n'aurait guère sa chance ....Le plus ardu n'est point dans la lecture ,mais réside à tenir bon le poids du livre en mains
,surtout pour des poignets aussi flexibles que des roseaux (comme sont les miens !)


 


AnB il y aussi ,selon le matériel à disposition ,la possibilité de programmer le magnétoscope  afin de ne rien perdre de ces "Mystères de Lisbonne " .


                                     
La Dame Lunaire souhaite à AnB  de belles heures .


                                                                                                           
H



Anne Hecdoth 18/05/2011 21:29



Je me scotche devant la téloche demain et après-demain !



Hécate 19/05/2011 10:55



Ah! Soeur Anne ...L'Heure avec un grand H approche ...


                                                                   
bien votre HHH



Emile Zona 18/05/2011 16:53



Attendons l'adaptation télévisée sur Arte, ça a l'air bien!


Rappelons au passage qu' "Amour de perdition" ( considéré comme une des références majeures de la littérature portugaise) du même auteur, fut adapté à la TV, mais n'a pas eu la dimension du
roman.


Merci pour votre rubrique Hécate



Hécate 18/05/2011 19:58



Ah! Emile ...vous ici ,que d'honneur vous me faites !


"Amour de perdition " est au programme de ma future lecture ,chez le libraire ,ce petit roman  de Camilo Castelo Branco n'était plus là ! Je vais y retourner prochainement .


J'avais préféré commencer par "Mystères de Lisbonne "...


Je n'ai point vu ,non plus le film "Amour de perdition " .Je sais que Manoel De Oliveira avait réalisé une adaptation ,dont je ne peux rien dire de ce fait .


Je pense que la diffusion d'Arte sera égale en qualité  aux épisodes TV que j'ai vu .Raul Ruiz expliquait que le défilement télévisé est légèrement toujours plus rapide que la
projection en salle . Une affaire de technologie .Un autre mystère pour moi     :)


                                         
Merci à vous cher Emile


                                                                          
Hécate


 



maud96 17/05/2011 23:19



Encore une perle culturelle à "voler" sur ton collier d'Archal. Je ne serais pas là, malheureusement pour découvrir les émissions que tu signales sur Arte. Mais je retiens le nom de l'auteur (que
je découvre !)



Hécate 18/05/2011 20:05



Et qui sait Maud ,peut-être auras-tu l'opportunité de voir ce film qui est si enchanteur par la beauté visuelle  de ses plans et la lumière si irisée ...


                                                               
Merci de ton passage sur fil . Le collier d'archal ,que c'est là une appelation bien trouvée !


                                                                                             
Hécate



Binh An 17/05/2011 19:21



Merci, Hécate! Je guette donc les 19 et 20 Mai. C'est souvent dangereux de lire le roman avant le film, mais puisque tu dis.....
Pour la recherche des parents, j'en connais je ne sais pas combien de cas....On est en guerre, tu sais. C'est chaque cas très douloureux, et on ne peux pas comprendre de l'extérieur. On ne peut
pas comprendre de l'extérieur, Hécate, crois moi !



Hécate 18/05/2011 11:08



Enchantée de te revoir ici cher Binh An ...


Dangereeux de lire le roman et de voir aussitôt le film ,certes ,il y avait un risque . Mais ,bien au contraire ,là ,j'ai été suspendue aux images ,aux  séquences qui m'ont
subjuguée...Les quatre heures trente du film (juste une coupure centrale ) passent comme un rêve .


La division en 6 épisodes donnent tout de même  le climat ... ( 3 le 19 ,les 3 autres le 20 )


Ruiz ne savait pas si il parviendrait à achever son film ,très malade  alors , des médecins peu optimiste ...La vie tient à un fil ...


 


J'espère que ça va aller ...De l'extérieur ,tout est différent ...oui ,je crois . Je ne veux pas me montrer indiscrète . Mes meilleures pensées  magiciennes ...


                                                                                                            
Hécate



Sabine 17/05/2011 18:47



Coucou Hécate !


J'ai été moi aussi cette jardinière en te lisant, n'ayant pas trop envie de comprendre les liens, de déceler une intringue ...juste respirer comme pour "une rose" !


J'aime infiniment cette idée de page comme "un rideau de théâtre" (ton langage est délicieux !) . Très poignante l'idée également que Joao s'imagine un instant être le fils d'un voleur exécuté
que l'abbé aurait accompagné à la potence ...!


Je retiens ici un livre qui me parle ardemment ...Quant à la programmation sur ARTE, je brûle d'envie et enrage un peu car nous ne serons pas revenus pour 20h30 vendredi !


Le fait d'aller du film au livre ne me dérange pas ! J'ai  fait à ce propos une découverte intéressante (n'évoquant que mon pur ressenti, bien sûr !) ! J'ai lu un livre qui parlait du chemin
de Compostelle, peu de temps après j'ai parcouru à pied ce chemin ...Ce livre, que j'avais mis tant de temps à finir, je l'ai "bu" en revenant de mon périple ! En faisant ainsi, on n'ôte au livre
(il me semble) aucun charme, aucun mystère ...on en découvre un peu plus au contraire ! Et j'ai regretté de n'avoir pas marché avant de lire ! Le cinéma est fort aussi dans toute la réelle
palpitation dont il anime les émotions ....


Bon, sur ce ...vite mon marteau, mes clous, mes planches car, avec Hécate, je pense qu'on agrandit vite et de façon impétueuse sa ...


                                 bibliothèque !


Bisous bisous Hécate car je dois ...voler à ton secours (viens de recevoir ton message ! ) : Sabine



Hécate 18/05/2011 13:18



Sabine ,ton commentaire est délicieux ...comme la coïncidence de notre croisement . Elle s'inscrit assez bien dans les "hasards" de la narration de Castelo Branco ,aussi enchevêtrée que
des sentiers broussailleux ,ou que ces jardins labyrinthes dont le réalisateur Raul Ruiz a eu la pensée en tournant son film .


La première partie est celle qui s'ouvre sur João et son questionnement ...Ah! dommage de le manquer ,mais ...si c'est ainsi ...Ruiz sait faire passer ce qui n'est pas dit ,il compose ses
séquences comme un peintre ...


 


Le chemin de Compostelle ...un long chemin ...Voilà que je repense à un film qui date de pas mal d'années de Bunuel  "La voie lactée " ,peut-être un peu complexe dans sa symbolique et
toute l'histoire des diverses branches religieuses ( très gravement ,afin d'en saisir le sens ,je m'étais plongée dans l'histoires des Cathares et du Manichéisme ,un vrai casse-tête pour moi ! )
mais le surréalisme de Bunuel dans ce film était comme une auberge espagnole  :) ...


 


Là ,je me suis laissée porter par l'onirisme ,le romantisme ...Plus aérien que le roman  peut-être ,et peut-être aussi parce  que ,se laisser glisser dans une vision ,c'est comme
regarder ce qui se passe , de  derrière une porte ,un rideau , la trame d'un secret ,une parole qui parvient ...tout fait que le mystère plane ...on le laisse s'ouvrir comme
une lettre retrouvée dans un tiroir ...Et ,tout un pasé ressurgit ...


Je 'arrête là ...:)


Je vais partir en quête de Coco ...le corbeau ...maintenant que j'ai une piste ...


                                                                          
Merci Sabine pour ce moment avec toi .


                                                                                                               
Hécate


 



paesaggio 17/05/2011 10:59



Oui, je suis allé voir le très beau film de Raoul Ruiz au Jean Eustache de Pessac il n'y a pas si longtemps (version courte de 4 heures coupées par un pot bien sympathique). J'attends avec
impatience la version longue sur Arte. Pour le roman... ce sera plus tard !


Amicalement.



Hécate 18/05/2011 10:51



A Pessac ?...et point par la Touraine ...Ah! les mystères des programmations  :)


Le premier épisode ressemble à la première partie du film ,si ce n'est qu'une petite scène où les laquais apporte les fauteuils est absente ...Je vous laisse découvrir  un chapître qui
ne figurait pas dans le film .


Sur grand écran ce devait être encore plus envoûtant ....


                                                                                  
Merci Jean-Michel


                                                                                                         
Hécate



saint-marc jean-luc 17/05/2011 05:42



La Mer de Paille en spectacle libre



Hécate 17/05/2011 18:41



Le Tage ...Ah! tous ces navigateurs....   


                     Bonne soirée ami Cão
                                                                                              
Hécate



Déficience Mentale 16/05/2011 23:56



Publié pour la première fois en France en 2011 et déjà adapté en film !


Le scénario tient bien debout mais... encore une fois je viens d'être dissuadé d'écrire un roman, mince ! :)


J'imagine que tourner les pages de ce livre doit être plus passionnant que regarder tourner les images !


Bonne nuit à toi Hécate


Bisouilles



Hécate 17/05/2011 10:43



Ah! Déf ...Rien d'étonnant à cela . Le cinéaste ,comme le scénariste (portuguais) connaissait depuis longtemps ce roman de Camilo Castelo Branco .Le producteur Paulo Branco ( portuguais ) et
auteur de films ( dont "Le fleuve d'or " peu distribué en France hélas ) ont eu le désir de réaliser ce film . "Mystères de Lisbonne " est paru en 1854 au Portugal ,et même l'un des acteurs
connaissait aussi le livre . Grâce au film sorti en salle dans quelques villes en octobre 2010 ,le livre a été réédité tout dernièrement .


Les images du film sont vraiment splendides !!!...Aucune déception même après la lecture du roman.


                                                                         
Merci d'avoir pris le temps de passer ici  :)


                                                                                          
A bientôt Florian


                                                                                                                  
Hécate



666 16/05/2011 21:28



Voilà que grâce - ou à cause - de toi, j'en arrive à regretter amèrement de ne pas avoir la télé ... Car je n'ai bien entendu pas vu le film et pas lu le livre.


Bref, en voici un de + à rajouter à la liste des livres à acheter.


Par contre, j'ai enfin vu Bright Star. Un petit bijou. De poésie bien sûr.


Les décors, les costumes, les ambiances toutes + délicates et raffinées les unes que les autres - sont à tomber. C'est photographiquement magnifique. Subtil.


Merci magicienne ...



Hécate 17/05/2011 10:27



Pas de télé ? ...oui ,là je ne sais que te dire .Le film est sorti en octobre 2010 ,mais pas dans toute les villes hélas ! J'aurais fait le choix de le découvrir en salle .
Le coffret DVD collector est une consolation . Qui sait ,si plus tard ,un jour ...en salle enfin...là  où il ne fût point projeté .


Le livre contient plus de 600 pages...Je suis incapable de penser au roman sans penser aux somptueuses imageries du film...


Merci chère Sorcière de me donner tes impressions sur "Brigt Star " ,ce film m'avait tellement transportée !!! Et cela me fait plaisir d'avoir un autre regard que le mien sur un même
sujet .


                                                                                                 
Amitié Magicienne ...:)


                                                                                                                                                    
Hécate



Paulo 16/05/2011 18:05



Bonjour Hécate,


Je ne connais pas du tout cette histoire mais je la trouve fort intéressante, mais c'est tout à fait le genre de films qui n'intéressent pas mes parents mais heureusement que de temps en temps je
te lis ça me permet de découvrir d'autres choses et d'apprendre aussi de nouvelles choses.


Bonne soirée.


Amicalement Paulo.


Gros bisous.



Hécate 16/05/2011 18:49



Bonjour Paulo ,


Cela me fait plaisir que tu sois venu lire cet article consacré à l'un des plus grands écrivains du Portugal du 19ème siècle .Tu ne pouvais connaître cette histoire demeurée non
traduite en France jusqu'à cette année . Camilo a eu une vie pleine de tourments ;passionné ,facilement susceptible ,d'un tempérament nerveux ; autodidacte , il a réussi  tout de
même à atteindre la célébrité de son vivant et à vivre avec la femme qu'il aimait . Sa vue s'étant altérée ,incapable de supporter d'être aveugle , comprenant que c'est sans remède il se donne la
mort à l'âge de 65 ans .Il connaissait très bien la langue française ,et ,certains passages de ses oeuvres comportent des dialogues en français .


Dommage que tes parents soient peu attirés par cette diffusion télévisée .Le scénariste ,et plusieurs des acteurs sont portugais . Raul Ruiz (cinéaste  chilien ) a réalisé
là un film d'une beauté  visuelle exceptionnelle . Le romanesque ici  n'est ni mièvre ,ni excessif . Les intérieurs à la lueur des candélabres est douce ,chaude ,intime ...Un
romantisme authentique !


                                                                                   
Bonne soirée ,et à bientôt.


                                                                                                                             
Amicales pensées


                                                                                                                                                        
Hécate



Ariaga 16/05/2011 16:57



Je suis juste venue "jeter un oeil", et je reviendrai lire ton texte lentement. Amitiés.



Hécate 16/05/2011 18:52



Quand tu veux Ariaga , il faut prendre le temps...Au plaisir des moments favorables à te revoir  ici  :)


                                                                                                      
Amical bonsoir


                                                                                                                          
Hécate



Cristophe 15/05/2011 21:55



Le film n'est pas passé par chez moi et je n'ai pas la télé... Me restera à lire le roman. Je ne me lesuis pas encore procuré mais c'est prévu !



Hécate 16/05/2011 12:37



C'est frustrant cette absence de programation en salle !!!


Télévision et DVD  sont des compensations  (quand c'est possible .)


Le roman est vêtu d'une rutilante jacquette noire doublée d'un vif rose tyrien  ....


                                                
Amicalement à toi Cristophe


                                                                                        
Hécate



Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories