Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 18:20

cover Misericordia

  

  

MISERICORDIA

de

Jack Wolf

 

          «Il y a de la Miséricorde dans la Souffrance partagée, dans le Désir et dans l'Amour.»

Foisonnant, bourré d'aventures et de rebondissements, un roman hors normes qui mêle philosophie des Lumières, leçons d'anatomie à la bougie et amours maudites. Portée par une écriture flamboyante, une œuvre d'une richesse exceptionnelle.

Tristan Hart a vingt ans quand il quitte sa campagne du Berkshire pour rejoindre Londres et les enseignements du légendaire Dr William Hunter.

Étudiant surdoué, depuis toujours obsédé par la relation entre le corps et l'âme, son ambition de chirurgien est de soulager la souffrance.

Mais dans le secret de son cabinet d'études, il est une chose que Tristan n'ose s'avouer : le plaisir extrême qu'il prend à infliger la douleur.

C'est alors qu'apparaît dans sa vie la belle Katherine Montague...

«Le Bien, le Mal. Le Vrai, le Faux. Ces Termes sont bien piètres et impropres. En vérité, il n'y a qu'un seul Choix à faire c'est celui d'agir ou de ne pas agir.»

                Traduit de l'anglais par George-Michel Sarotte.

 

          " Je me rappelai soudain comment, lorsque la Pièce avait été le Salon de ma Mère, au temps où elle était encore en vie, je m'y étais glissé sans bruit pour l'entendre chanter en Ladino sa propre Langue, et en Allemand, alors que, assise devant la Cheminée, elle brodait des Fleurs sur les Gilets de mon Père ou en peignait d'après nature devant la Fenêtre donnant au Sud.

 

Blanca sos, blanca vistes

Blanca la tu Figura.

Blanche tu es, blanche tu sembles, blanche est ta Forme

Blanche Chouette."

 

          Dans ce roman tout est fascinant, insolite et audacieux. L'écriture arbore des majuscules comme en usaient les écrivains anglais du XVIIIème siècle.

          Si les phrases semblent porter perruques, l'imagination s'y présente aussi échevelée que délirante tant les enchantements de la campagne anglaise fusionnent avec les légendes horrifiques et les ballades anciennes qui ont captivé Tristan Hart dès sa plus tendre enfance.

          Tristan a pour ami Nathaniel Revenscroft de deux ans son aîné auquel il voue une intense admiration. Tristan est mélancolique et renfermé, il a des yeux noirs, un teint basané. Nathaniel est déluré et exubérant, il a des yeux verts et des cheveux blonds, les plus beaux et les plus fins que Tristan ait jamais vus et dont chaque mèche est aussi douce au toucher que du duvet...

 

          L'un est le fils d'un châtelain taciturne, l'autre a pour père un pasteur qui entend bien que ce fils suive la même vocation que lui.

 

          Faute de n'avoir la liberté de marcher sur le gazon semé de fleurs, d'écouter le cri des buses et sentir le vent violent dans ses oreilles, séparé de son ami pour un larcin qu'ils ont commis dans le verger, Tristan qui a beaucoup pleuré trouve sa consolation dans l'étude des philosophes et se met à rêver du jour où loin d'être un simple chirurgien il deviendra un géant de la physiologie.

 

          " L'Electuaire de la Raison possédait un goût délicieux et se révélait plus efficace  que le Calomel ou la Thériaque. Le Savoir pouvait guérir tous les Maux. Il assurerait le bon fonctionnement de mon Esprit et le Salut de mon Âme. Je mesurerais et circonscrirais même la Douleur."

 

          Roman d'apprentissage tourmenté où les désirs qui s'éveillent se dressent comme autant de démons en de cruelles pulsions dont l'emprise va être absolue...

 

          Tristan se remet tout juste d'une étrange maladie nerveuse très profonde lorsque après quatre années de séparation, Nathaniel vient le chercher et  l'entraîne dans une auberge. C'est la Nuit de Walpurgis où le voile s'amincit et où les Hommes et les Esprits marchent sur la terre...Tristan ne semble plus discerner la réalité de la fantasmagorie.

 

          " Qui osera diviser ce qui est un ? Qui tracera une Ligne de Séparation entre l'Ange et la Bête ?" déclame Nathaniel entouré des bohémiens qui vont chanter et danser. Il y a la senteur des jacinthes et des jonquilles, le parfum de la fumée de bois de pommier, il y a des guirlandes d'épines noires et des bouquets d'aubépine...

 

          Après la beuverie, vient le retour à travers les champs et peu avant l'aube quand le ciel se teinte de violet à l'Orient, Tristan découvre qu'il est jaloux si Nathaniel ne l'est pas. Il entend le battement d'un tambour ou le battement de son cœur...Est-ce une hallucination ?

          Comment expliquera-t-il ce qui est arrivé à la jeune bohémienne qui était avec eux, à présent qu'elle a disparu si bizarrement ? Que dire à Nathaniel qui le questionne :

 

          "-Que s'est-il passé Tristan Hart ?...Du sang sur le Visage pour la deuxième fois ce soir, et cette fois c'est le tien."

 

          Pour quelle raison avait-il fait mal à cette créature, ce n'était ni par haine, ni par dégoût. Une sombre joie l'avait envahi. Au fait de la passion, au-delà du plaisir et  de la peur le soulagement était possible.

          La concupiscence et un besoin pernicieux s'étaient emparés de Tristan et, la révulsion de ce qu'il avait fait, la stupéfaction de ce qu'il avait vu le chaviraient...

 

          Je n'en raconterais rien...

          Il y a tant à découvrir au fil des pages, ceci n'est que l'esquisse d'un commencement...

 William Hunter (anatomist)

          A Londres où son père accepte qu'il puisse étudier l'anatomie avec le grand chirurgien William Hunter, Tristan n'est plus l'innocent qui avait craint d'être diabolique ; il se met à fréquenter un élégant bordel à Coven Garden bien que depuis l'étrange nuit de Mai, il eut presque cessé de ressentir du désir charnel.

          Perturbant et perturbé jeune homme que Tristan Hart doté d'une intelligence précoce et d'une sensibilité excessive !

 

          "Foutre me procurait de temps en temps du Plaisir, mais de plus en plus rarement."

          Tristan ne trouve d'apaisement que dans le perfectionnement de l'art d'attacher de sorte à provoquer les douleurs les plus aiguës.

          "Les plus purs Hurlements suffisaient souvent à m'apporter une complète Satisfaction."

          Des doutes sur ses penchants l'avaient angoissé, mais à y réfléchir il se disait que son vice était véniel comparé à beaucoup d'autres puisqu'il ne désirait pas avoir des relations avec des enfants ou des animaux.

 

          Afin d'assister aux noces de sa sœur, au mois de juin Tristan retourne chez lui. Peut-être aura-t-il enfin des nouvelles de son ami Nathaniel?... C'est alors qu'il va être bouleversé par Katherine une jeune fille qui lui parait murée dans un purgatoire personnel, hors d'atteinte des hommes et peu désireuse d'en sortir.

 

          "Fasciné par elle je ne m'étais pas rendu compte que je la dévisageais." Elle a des yeux gris clair aussi lumineux que la lune et, très vite il découvre que si son vice est presque l'opposé du sien, elle trouve en s'enfonçant dans le cœur ténébreux de la douleur la même récompense que lui.

          "Nous étions tous les deux des Monstres, ou bien des Anges déchus..."

 

          Roman passionnant et déchiré sur la différence et la quête de l'être, du corps et de l'âme. Combattre rêves et chimères de l'enfance pourrait-il compromettre l'équilibre mental?

          Tristan Hart oscille sans cesse à la lisière des aberrations de l'Esprit et le récit de sa vie fort touchant suscite une empathie irrésistible.

          On peut deviner la transexualité de l'auteur Jack Wolf à travers le conte que Katherine écrit pour Tristan:

saule-pleureur 

          "Dans le jardin de la maison pousse un Saule qui est aussi svelte et aussi beau qu'une jeune fille. Les Feuilles ressemblent à des Mèches de Cheveux et l'Ecorce, à la peau la plus blanche et la plus douce. Lorsqu'il bruisse dans le Vent on dirait qu'il chuchote. Leonora rêve qu'elle est le Saule qui s'est animé et que le Saule est Leonora."

 

          Les questionnements de Tristan ne sont-il pas de tous les temps?

 

          "Si ma Mémoire et mon Imagination étaient aussi troublées que cela le laissait penser, alors ma Santé mentale apparente était aussi illusoire que les ombres sur le mur... Etait-il possible que l'Esprit de tous les Hommes fonctionnent ainsi?... Peut-être y avait-il des Ténèbres dans l'Esprit où l'œil de la Conscience ne pénétrait pas. Où se trouvait la Mémoire ordinaire quand elle n'était pas en train de se ressouvenir? Elle ne cessait pourtant pas d'exister..."Jack Wolf

 

           

"Transexuel, femme devenue homme, père de deux enfants, Jack Wolf a fait une brève carrière dans l'enseignement avant de se consacrer à l'écriture. Misericordia est son premier roman. Jack Wolf vit avec sa famille dans les environs de Bristol."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                 Hécate.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate
commenter cet article

commentaires

Guern' 23/05/2013 19:22


Je suis assez fan de SF  (j'ai commencé tôt avec Jules Verne) et en plus j'ai une grand-mère suédoise et ma soeur ainée vit en Suède depuis... au moins 40 ans. Donc, je ne pouvais pas ne pas
regarder. Dans la SF, il y a de tout, du meilleur au pire. Un peu comme dans toute chose !


Tu as mal au cou ? Heureusement, tu n'es pas une girafe  . Ma mère avait souvent des douleurs au cou et au dos
et j'ai hérité d'elle d'un petit coussin en forme de haricot (approximativement) et c'est très décontractant quand tu le mets au niveau du cou justement, c'est d'ailleurs fait pour ça !

nays 23/05/2013 16:46


Bon jour Hécate


 


eh bien ça quelle drôle d'idée un torticolis note que j'en ai quasi un en permanence toujours un peu raide d'un côté mais c'est comme je dors je pense :o)


alors soignes toi massage, je sais pas trop ?? j'avoue que je serais une piètre soigneuse infirmière ;o))


allez ça va passer bibises et bon week-end ♥

Hécate 24/05/2013 18:06



Bonjour NAYS...une drôle d'idée ? Je n'ai pas eu le choix ! Un peu de mieux aujourd'hui après des cataplasmes chauffants,et un foulard en soie la nuit autour du cou. Certainement une position
malencontreuse et un coup de froid. Et le temps aujoud'hui bat le reccord en baisse ...


Bisous.


                                 
Hécate



FRUITS CONFITS 23/05/2013 07:36


BONJOUR HECATE


je passe ce matin t'apporter le ciel bleu et le soleil de mon midi je sais que beaucoup de personnes l'attende avec impatience mais hélas il te faudra aussi
prendre le mistral qui va avec


BONNE JOURNEE


BISOUS HECATE


DANY



baïne 21/05/2013 22:35


coucou Hécate


A quand ton prochain article tu dois bien nous mitonner une petite histoire à rebondissements je t'imagine assise devant tes pensées qui jouent autour de ton vécu tu actives la
petite fille qui est en toi et qui va nous faire vibrer sur des notes écrites à l'encre de tes souvenirs bisous

dolorès jordi-armengol 21/05/2013 22:04


Ma chère,


Avez-vous lu quelques propos du calepin de dolorès ?


 

Hécate 23/05/2013 17:17



à Dolores..


oui ,j'ai en effet jeté un oeil sur ce calepin , l'écriture en est serrée pour mes yeux un rien fatigués, mais il me faudra m'y replonger ...c'est fou, cette histoire !



baïne 20/05/2013 23:35


coucou Hécate


merci pour tes coms laissés en mon absence j'étais partie revoir ma Normandie et fêter les 6 ans de mon pirate bisous

Guern' 19/05/2013 21:03


Les "Reals human", c'est une série suédoise dont la première saison est passée sur Arte. Une série de SF qui décrit un monde où les humains ont créé des "hubots", des humains robots, traités
comme tels, c'est-à-dire en esclave corvéable à merci, et même tellement humains qu'ils réclament la liberté. C'est très asimovien, mais c'est fait à l'américaine (sans les lourdeurs
moralisantes), sans toutefois perdre son authenticité suédoise (surtout quand tu connais un peu la Suède). Tu peux la regarder sur Internet si tu veux et/ou peux...


http://streamzzz.com/page/real-humans-saison-1-episode-1


 


 En tout cas, je regarderai la deuxième saison... qui est en train de se tourner.

Hécate 23/05/2013 17:24



GUERN'...merci pour le lien ; éventuellement quand j'aurais moins mal au cou qu'en ce moment. Scienc-fiction et robots ne sont pas trop dans mes attirances...généralement. Mais...qui
sait...Asimov, j'ai dû lire quelque chose de lui il y a longtemps. Les robots fascinent peut-être autant que les premiers automates d'une époque...


Amicalement.


              Hécate



sabine 19/05/2013 10:37


...."ne cessent de s'ouvrir sur des sillons lumineux ....." !

sabine 19/05/2013 10:36


Je pense qu'être "différent" est aussi une véritable richesse, qui mène sur des chemins merveilleusement insolites !


La souffrance vient souvent de la façon de l'aborder, de l'assumer, de la vivre ....


Dès lors que nous parvenons à l'assumer et la vivre pleinement, les portes de notre âme ne cessent de s'ouvrir ...!


Je vous z'aime mes z'ailés : sabine.

Hécate 19/05/2013 12:09



Oui ,la différence ouvre plus de chemins...permet de mieux comprendre bien des choses...même si c'est plus ardu...Point de frontières à l'âme !


                                             
H



sabine 19/05/2013 10:29


Car je ne m'imaginais pas la campagne anglaise ainsi ......si folle et si vagabonde !


Ces atouts je les attribuais davantage à l'Irlande (que j'arpente souvent en images et c'est aussi le pays de prédilection de Patrick).


Je viens d'aller voir sur Internet quelques images de la campagne anglaise que j'imaginais un tantinet austère, aux chemins plats, je ne sais pourquoi ? Sûrement une image vue durant l'enfance
......?


Mais oui, elle peut être éclatante également et aussi sensuelle que l'Irlande !


Nos deux chouettes hulottes sont restées bien 4 à 5 ans dans notre grenier puis, un beau jour, nous n'avons plus entendues leur souffle "incroyable" à travers la porte. Nous avons ressenti un
manque "fou" !


Mais elles ne sont pas loin du tout, ont fait leur nid près du porche et nous les entendons encore parfois, le soir ..........


Tendrement : sabine.

Hécate 19/05/2013 12:06



Eh! oui chère SABINE ,elle est folle et échevelée la campagne anglaise , j'en ai lu maintes descriptions dans les poèmes et romans anglais du 19ème siècle ,et quelques beaux films tournés au
pays d'Albion ont complétés tout ce que j'en imaginais ...


Ce doit être merveilleux d'avoir si près un nid de hulottes...


Bien affectueuses pensées vers toi.


                                                  
Hécate



sabine 18/05/2013 16:22


Comme toujours, tu as aussitôt suscité en moi l'envie de "boire" à chacune de tes paroles et, au cours de ma fulgurante trajectoire, je me suis tout à coup arrêtée devant une phrase, comme si
elle était inévitablement la réponse que j'attendais, cette phrase-ci "Combattre rêves et chimères de l'enfance pourrait-il compromettre l'équilibre mental ?". Je reste persuadée que "oui",
complètement, en ce qui concerne Tristan !


Une autre phrase vient en réponse, nous faisant déjà intensément partager la souffrance à venir de Tristan "Faute de n'avoir la liberté de marcher sur le gazon semé de fleurs, d'écouter le cri
des buses et sentir le vent violent dans ses oreilles, séparé de son ami pour un larcin qu'ils ont commis dans le verger, Tristan a beaucoup pleuré ..............."


Et on devine, à partir de là, tout un parcours intérieur à vif dont les mots-phare seront enfermement et torture !


Il sera chirurgien pour "réparer" ............"se" réparer comme, après un crime, on nettoie à grandes eaux tout le sang déversé !!!


De surcroît, le paysage et les senteurs que tu décris sont forts, presque plus irlandais qu'anglais...


Je repars, quelque peu déchirée moi aussi, imaginant Tristan enfant, contemplant de ses grands yeux noirs les doigts agiles de sa mère dansant sur la laine, entre deux craquements de bois......


L'évocation de la blanche chouette, me rappelle nos deux chouettes hulottes dans le grenier.......toute une ambiance !


Une fois encore, mon émotion est ......à son comble !!!


Chaque voyage chez toi me fait gravir des sommets tout aussi fascinants que  grandioses, humblement MERCI !


Avec ma plus vive tendresse : sabine.

Hécate 19/05/2013 10:07



Chère SABINE...je déguste ton inspiration...Je ne pense pas que l'on puisse oublier les rêves et chimères de l'enfance et les combattre sans danger non plus ! L'équilibre mental qu'est-ce
?...Etre différent apporte une souffrance qui se manifeste sous divers apparences...Mais Raison et Folie ont fait couler beaucoup d'encre !!!...


Pourquoi penses-tu davantage à l'Irlande qu'à l'Angleterre ici ? Le roman est situé dans le Berkshire, comté d'Oxfordshire, puis à Londres. En Albion , fleurs et légendes tressent leurs
féeries tour à tour charmeresses et effrayantes...Et les Contes sont vagabonds...


Je ne dirais rien de plus sur la chouette  dans le contexte du roman. J'aime beaucoup les chouettes et les entendre à la nuit tombée m'enchante. J'apprends que tu en as deux..oh!
oh!...:)


                                                                           
Je t'embrasse et te souhaite un bon dimanche.


                                                                                                                            
Hécate



nays 15/05/2013 10:22


un petit bonjour chez toi Hécate


bisous et douce journée :o)

Hécate 19/05/2013 09:39



NAYS, hier rien que de la pluie toute la journée .Un temps à ne pas mettre un chien dehors  .Caresses à
Lita.


       H



Christian Jannone 13/05/2013 21:51


L'auteur prépare un 2e roman transgenre se déroulant sous la Révolution française. Un excellent reportage vient de lui être consacré ce lundi dans l'émission "Entrée libre" de France 5.
L'avez-vous vue ?

Hécate 14/05/2013 12:36



Bonjour CHRISTIAN ,merci de me signaler cette émission manquée que je viens d'aller voir . Très intéressant . Un auteur à suivre. J'attends son prochain livre. Je retiens que Jack Wolf a cité
Keats, ce poète sur lequel j'avais écrit une chronique et dont l'oeuvre est si exaltante !


Bien à vous.


                            Hécate



baïne 12/05/2013 20:07


coucou Hécate


pas un grand soleil mais un temps très acceptable comme j'aime pas trop froid ni chaud pour la balade c'est mieux (sourire) je vais en passer quelques unes car j'en ai fait 1600 et 
oui quand on aime le clic clic ......Bisous

Hécate 13/05/2013 18:49



Bonsoir Baïne, pas de soleil du tout chez moi...Pas de pluie, mais des nuages gris ...Pas de risque d'éblouissement  ! Bises


                                       
Hécate



Plume A l'Encre Criée 12/05/2013 07:45


Kikou Hécate


Une petite, moyenne énorme et grandiose pensée pour toi mon Âme Mie...


J'ai reçu ta carte... merci ! ! ! Que du bonheur.... attention et délicatesse...


Je te répondrai dès que cela me sera possible Belle d'Âme...
de mon côté, les choses ne changent guère actuellement.... bcp de travail, bcp de rendez vous médicaux, bcp de soucis... et très fatiguée ; alors ne 'inquiète pas de mon temps long de silence et
d'absence : il ne m'empêchera en rien de penser à toi.... je serai de retour dès que j'y verrai un peu plus clair.

J'espère que pour toi, la santé est au rendez vous et que ton moral reste bon malgré la grisaille de ce temps mon Âme Mie...
Passe un bon dimanche, une excellente semaine, et surtout prends bien soin de toi...
Je t'embrasse très très fort Hécate avec la plus soyeuse des tendresses


Plume

Hécate 12/05/2013 15:28



Chère PLUME te lire me fait plaisir et me rassure sur l'acheminement de ma missive ; prends le temps et soigne-toi au mieux. Le temps instable me fatigue beaucoup et le moral regrimpe quand
me viennent des petits mots comme le tien...Il faut si peu parfois pour mettre du baume au coeur .


Je t'embrasse, et bon dimanche à toi.


                                                                                                                
Hécate



baïne 11/05/2013 23:24


coucou Hécate


je suis de retour d'une petite virée du côté de Toulouse Pau et leurs encvirons


Bonne soirée Bisous

Hécate 12/05/2013 15:35



BAÏNE, il faisait beau j'espère durant ta virée qui promet encore des trouvailles photographiques  Bises.


                                                                                                                                     
H



FRUITS CONFITS 11/05/2013 17:26


BONJOUR HECATE


je passe cette fin d'après midi te dire bonjour j'espère que tout va bien pour toi peut être as profité de ces plusieurs jours de fêtes pour partir en
vacances


BONNE JOURNEE


BISOUS HECATE


DANY



ariaga 11/05/2013 16:27


Une amicale pensée, en passant ...

telos 11/05/2013 07:07


la notion du bien et du mal.la religion est encore partout.. hélas!..à redéfinir ces notions. merci de ce conseil de lecture

Hécate 12/05/2013 15:33



TELOS merci de ton passage...ce que j'ai aimé entre autre dans ce gros roman c'est que cette notion du bien et du mal va par-delà la religiosité.


Bon dimanche.


                                   
Hécate



baine 10/05/2013 22:22


coucou Hécate 


je vois que le temps n'est pas avec toi moi pas trop mal alors j'en profite un maximum avant de reprendre le boulot  Bisous

Gertrude 09/05/2013 23:29


Chère Magicienne, un très beau reportage sur les corbeaux sur Arte en ce moment.... :)

Hécate 10/05/2013 10:15



Chère GERTRUDE , j'avais vu ce reportage sur ces oiseaux qui sont loin d'avoir une petite cervelle  . Il y
en a des choses sous ces petits crânes !!!!


                                                                                                                       
HHH



baine 08/05/2013 22:10


Coucou Hécate 


 faire le pont prend le temps et profiter des autres voilà un bonprogramme non! Bisous

Gertrude 07/05/2013 10:31


Je comprends mieux, à présent, pourquoi vous vous intéressez tant aux dissections de mon crâne!  :)))

Hécate 07/05/2013 10:43



Tristan Hart avait dans son bureau, des squelettes articulés, et le crâne d'un voleur exécuté dix-huit ans auparavant afin d'étudier de près la Structure d'Os soudés dans la Voûte
crânienne, et aussi un crâne d'enfant pour l'étude des comparaisons, celui -là , trop fragile, il évitait de le transporter avec lui.


Voilà , voilà...:))) chère Gertrude...


                                                          
Hécate



Annuaire téléphonique 06/05/2013 10:34


Bonjour. Merci pour cet article très instructif. C'est un homme que je ne connaissais pas encore, mais que je viens de découvrir, grâce à vous.


Merci et bonne journée !

Hécate 16/05/2013 18:37



Eh! bien...merci beaucoup de votre passage chez moi.


                      Bonne soirée


                                    
Hécate



Noëlle Combet 06/05/2013 09:38


Oui... Miséricorde pour l'humain qui "quand il veut serrer son bonheur il le broie". J'ai été très intéressée et touchée par cette approche des marges...peut-être pas si marges puisqu'elles
concernent ce qui peut caractériser tout un chacun. Et je n'ai pu m'empêcher d'entendre "loup" dans Wolf, me disant que chez ces animaux, l'instinct est clément: dans la lutte, un loup épargne
l'autre si, se retournant, il lui présente sa gorge. Mais dans le genre humain, il ne s'agit plus d'instinct mais de pulsion. C'est plus cruel. Alors...Miséricorde!

baïne 05/05/2013 21:02


coucou Hécate


je suis allée dans le marais il faisait beau alors ma boite à images à cliquée à tout va (rire) Bisous

Guern' 05/05/2013 19:55


As-tu regardé la série suédoise "Real Human" sur Arte ? Ca pose des questions sur la "normalité"...

Hécate 06/05/2013 09:57



GUERN' ,non je n'ai pas regardé "Real Human"...Et alors qu'en est-il ?


                                                                                                                              
H



nays 05/05/2013 16:17


coucou chez toi Hécate


j'avais oublié la NL


j'espère que tu profites aussi du beau temps


bisous :o))

baïne 04/05/2013 20:25


coucou Hécate


la difference celle qui t'isole  sans que tu en sois coupable mais voilà tu n'es pas dans le cadre .......


je suis cassée après une journée au jardin plus de mon âge (rire) Bonne fin de soirée Bisous

Phène 04/05/2013 17:48


Bonjour Hécate,


Fascinante, l'analyse. Et même s'il se présente sous forme de roman, à mon humble avis, ce texte relate les conflits intérieurs et bien réels de son auteur que je qualifierais "d'être
alpha-omega"... Bises et belle soirée, âmie

Hécate 05/05/2013 12:18



PHENE après la lecture viennent beaucoup de pensées tant en effet ce roman porte à l'analyse sous divers aspects. Ce qui ajoute au charme encore...


Bon dimanche, amicales pensées.


                                            
Hécate



FRUITS CONFITS 03/05/2013 16:15


BONJOUR HECATE


j'ai de suite pensé a toi quand j'ai lu cet article dans  " le nouvel observateur " a propos de ce bouquin


>


Philippe CHEVILLEY


je pense que tu as vraiment fait un bon chois je te mettrai un autre article la prochaine fois fort intéressant


BONNE SOIREE


BISE HECATE


DANY

Hécate 05/05/2013 12:29



DANY ton commentaire tombe bien ici . "Misericordia" pourrait me faire penser de par la profusion d'aventures,  d'expériences, la philosophie et la narration à ce roman de Goethe
"Les années d'apprentissage de Wilhem Meister" , je songe à l'ambiguitë de Mignon ... 


Bon dimanche Dany


                                                                                            
H



sixfrancs21 03/05/2013 15:43


Même si je suis coincé depuis le 17 avril par le nouvel OB, même si j'ai toujours accès à ton blog, même si je ne peux plus envoyer d'articles sur mon vieux blog, même si Over-blog a réduit
la liste de mes liens des 2/3, je te dirais que tu y es restée et que  ton étude du roman est très bonne et donne envie de le lire ... Comme je lisais ton article la semaine
dernière, j'ai découvert le même jour une publicité d'une 1/2 page pour Misericordia de Jack Wolf avec  la couverture du roman reproduite et 2 critiques : l'une des Echos,
l'autre du JDD. Je regardais le "palmarès livres" dans le Nel OBS n° 2528 du 18 au 24 avril, page 109. Bizarre le hasard ! Amitiés et bizzzz

Hécate 05/05/2013 12:12



FRANCIS c'est ce qui s'appelle être mis en quarantaine dans un port !!! Quelle situation bien âcheuse ...J'espère que ça va finir par s'arranger.


Oui la coïncidence pour Misericordia est ...plaisante. Merci de la partager avec moi. Quand j'ai eu ce livre entre les mains il n'y avait pratiquement rien sur la toile autour de ce roman.
Maintenant il y a quelques articles...C'est sympathique de venir chez moi. Après avoir lu Misericordia, j'ai relu des poèmes de John Donne...


Bien amicalement.


                              
Hécate 



baïne 02/05/2013 22:30


coucou Hécate


j'ai un peu de mal à faire surface trop d'images dans la tête encore demain et repos (rire) Bonne soirée Bisous

Christian Jannone 01/05/2013 19:57


Superbe ! Ce style d'écriture m'agrée ! J'écris d'une manière similaire lorsque j'aime à pousser loin le bouchon de la recherche littéraire... Tant pis pour les faquins qui me jugent illisible !

Hécate 05/05/2013 12:43



Cher CHRSTIAN....ce roman est totalement lisible...mieux encore il passionne !


Votre indignation un rien insolente est bien dite . La richesse du vocabulaire est la vesture même du style !


                                                                                           
Hécate



Cendrine 01/05/2013 19:03


Bonsoir Hécate,


Je viens t'offrir quelques clochettes parfumées et te souhaiter plein de jolies choses...


Gros bisous et belle soirée


Cendrine



Hécate 17/05/2013 12:48



CENDRINE , un grand merci pour ces clochettes de mai.Je réponds tardivement...Ton attention m'a fait très plaisir.


J'espère que tu vas bien. Amities.


                                                
H



baïne 01/05/2013 18:39


coucou Hécate


Me voilà de retour de ma petite virée en Bretagne


je vais avoir de la lecture


Bonne soirée Bisous



Guern' 01/05/2013 18:31


Ma connaissance en graphologie est très sommaire. Mais j'ai oublié d'ajouter que je n'ai rien contre les fous (et les folles). Et même que je les aime bien, et même que je les préfère à certains
"normaux" ! Mais bon, ça dépend aussi des fous. Y'a pas de règle.

Hécate 05/05/2013 19:50



Guern' il n'y a pas de règles en ce qui concerne la folie...c'est bien vrai que les originaux ont bien des attraits  et ce que tu me dis est rassurant, trop normal peut devenir inquiétant !!!


                                                                                                                    
Hécate



ariaga 01/05/2013 15:32


Une pensée et un brin de muguet, en passant.

Hécate 01/05/2013 15:47



Ariaga merci de cette pensée fleurie.


                                                     
H



FRUITS CONFITS 01/05/2013 13:14


BONJOUR HECATE


je passais sur la pointe des pieds pour te souhaiter un bon premier MAI et que ces quelques clochettes blanches t'apportent beaucoup de
bonheur


cet évrivain femme devenue homme comment vit il son changement ?? peut être aussi la raison d'écrire ce bouquin qui ne m'a pas l'air facile du tout mais
encore une fois je ne suis pas qualifiée pour répondre a cette question


BONNE JOURNEE


BISOUS HECATE


DANY



Hécate 01/05/2013 16:00



Bonjour DANY, merci pour cette visite de premier mai.


Jack Wol semble vivre très positivement son changement, il dit se sentir rajeuni . Son livre est érudit certes et ce XVIIIème siècle anglais était sous des courants de pensées scientifiques
et philosophiques très intéressants, mais jamais cela n'a entravé le plaisir de ma lecture. Il y a un large extrait du poème "Extase" de John Donne ( 1572-1631) . Je te dis cela sachant
combien la poésie t'est chère.


Mes amicales pensées.


                              Hécate



Guern' 30/04/2013 20:01


Ce type est fou. Voilà pour le diagnostic du docteur es grenouille...Je ne lirai pas ce livre, avec tout le respect et l'amitié que je te porte ! D'abord parce que fréquenter les bordels, c'est
vraiment la négation de la femme pour moi, pardon de la Femme, avec une majuscule dont il a l'air d'être friand (il en met partout, ce qui est un signe de folie certain en graphologie...).


Ceci dit, tu écris vraiment bien. Tu devrais nous écrire un roman... sans majuscule !

Hécate 01/05/2013 15:44



GUERN' le diagnostic est sans ambage ! ...Que Tristan Hart ait eu le profil d'un lunatique, certes...Quant au bordel ( lieu de passage quasi incontournable pour un jeune homme au XVIIIème
siècle) il s'en détourne relativement vite...


Je vois que ta connaissance en Graphologie semble étendue...Au début j'ai redouté que cette abondance de majuscules nuise à ma lecture, et pire encore que ce ne soit qu'un effet
grotesque  ( comme dans un livre que j'ai abandonné dernièrement )


Tes commentaires sont toujours les bienvenus. Amicalement.


                                                                                         
Hécate 



chevrette13 30/04/2013 18:56


déjà un homme qui devient femme, n'est pas chose courante, mais connue mais ici c'est le contraire et à ma connaissance c'est vraiment des cas que l'on peut compter,


je ne sais pas si je pourrais lire un tel livre, trop de tourments...de douleurs sans doute


bonne soirée

Hécate 01/05/2013 15:21



Bonjour CHEVRETTE, oui ce n'est pas ce dont on parle le plus cette mutation du féminin vers le masculin. Et pourtant...Merci d'y avoir fait allusion.


                                                    
Je te souhaite un bon dimanche de premier mai.


                                                                                                                       
Hécate



Jeanmi 30/04/2013 07:29


Quelle analyse de ce roman. Si après un tel article on ne précipite pas chez son libraire, c'est que l'on ne sait pas lire...

Hécate 30/04/2013 13:01



JEANMI, j'espère que cela sera. Ce roman mérite d'être lu. Merci de l'enthousiasme !


Bonne journée et bonne inspiration.


                                                                           
Hécate



fbd 29/04/2013 17:00


une œuvre qui semble bien étonnante pour un auteur qui ne manque pas d'originalité! (et qui bien sûr, a dû connaître de très près les affres de la douleur et du trouble pour en parler si
justement…)

Hécate 01/05/2013 20:29



Bonsoir FRANCOISE , oui l'oeuvre est peu ordinaire, elle m'a fait repenser à des pages que j'avais lues enfant, j'avais la fièvre alors, et il y avait des descriptions d'un papier peint où
les personnages semblaient s'animer et se mêler à la vie. A vrai dire je n'ai jamais su si c'est moi ou l'histoire qui racontait cela...Ces pages m'ont suivies un bon bout de temps, comme un
Conte, hormis que ce n'était pas un conte ; et là c'est la première fois je crois que je lis quelque chose qui procure cette sensation d'être dans une réalité irréelle, par instants je précise,
car tout est cohérent et l'auteur est aussi érudit que sensible.


                                                                                                      
Amicalement.


                                                                                                                        
Hécate



EvaJoe 29/04/2013 15:49


Coucou,


 


Je reviendrais te lire car je viens de voir que tu n'avais plus d'accès à mon blog je te donne mon lien pour me joindre, je t'envois pourtant mes news de mon blog vu que tu t'es inscrite.


Tu ne reçois pas mes news.


Bizarre


http://plumoboudesdoigts.apln-blog.fr/


 


Bisous 


 


EvaJoe

Hécate 29/04/2013 17:58



EvaJoe, merci d'être venue me redonner le lien de ton blog ; en effet je n'en retrouvais point l'accès ...Je ne reçois plus tes news, sans comprendre pourquoi. Je vais me réinscrire.
Le principal est de savoir que tu vas bien !


Amicalement.


            Hécate



Monique 29/04/2013 13:45


Dans votre blog vous parlez d'un livre que je viens de finir et que j'ai trouvé époustouflant. L'érudition de Jack Wolf impressionne littéralement. Sa précision historique, sa fine variation sur
les contes et légendes locales, sa connaissance exceptionnelle des philosophes des Lumières, et de la chirurgie sont surprenantes, on lit d'une traite et on en redemande......


Ce n'est pas tous les jours qu'un ovni littéraire façon XVIIIe siècle, nous aide à voir le monde autrement......


Je vais mettre votre brillant article sur mon facebook afin que d'autres puissent profiter d'une si belle lecture que vous expliquez juste comme il le faut, pour donner envie de lire sans en
dévoiler l'essentiel....un vrai suspens ! Merci beaucoup !


 

Hécate 29/04/2013 17:50



MONIQUE , je suis agréablement surprise que vous me laissiez un commentaire et plus encore  ravie de découvrir que vous aimez ce roman magnifique ! Merci de votre enthousiasme
pour ma chronique, votre avis m' est précieux  J'espère très sincèrement que ce livre sera apprécié par d'autres lecteurs et lectrices.


                                                                                                            
Bonne fin de journée à vous.


                                                                                                                                     
Hécate



baine 28/04/2013 22:44


coucou Hécate 


 je vois que nous sommes nombreux pour jouer moi je me prépare pour le Monopoly mon petit fils adore les jeux alors je lui fais plaisir Bisous

dadette 28/04/2013 10:04


Bon dimanche à toi, merci de ta visite, ton sujet est d'actualité, je ne peux comprendre tous ces débordements sur la vie de chacun. Le règne  de la peur est il revenu ? La
liberté de chacun est elle encore la ? Les erreurs de la nature ont existé depuis le monde, faut il jeter ce qui n'est pas conforme ? Un large débat, ne crois-tu pas. L'esprit humain a-t-il tout
oublié du passé ... Douces pensées à toi et bon dimanche à toi. Dadette

Hécate 05/05/2013 16:15



Chère DADETTE, un commentaire toute en finesse et bien dans l'actualité. Merci à toi de l'avoir souligné si justement.On oublie trop le passé et combien le hors norme était respecté dans
l'antiquité.


J'espère que tu vas bien. Mes amitiés.


                                              
Hécate



Gérard 27/04/2013 23:08


Un livre donc l'histoire semble bien complexe comme toutes les vies d'ailleurs, aussi nombreuses que compliquées et passionnantes. Bon week-end Hécate

apsara 27/04/2013 18:17


chouette hulotte,ces chouettes blanches sont merveilleuses et pas plus lourdes qu'un paquet de plumes...et si blanches...presque le symbole de la beauté et la pureté bafouées...si détestées par
de nombreuses gens...l'Inquisition somnole juste,un rien peu la réveiller avec son cortège d'horreurs et d'imbécillités...le Moyen-Age noir...mais nous y sommes encore!


Comment savoir,comment juger l'Autre?Nous qui ne nous connaissons à peine!


il neige encore!


belle soirée au boudoir

apsara 27/04/2013 15:58


je découvre un auteur et son oeuvre qui m'ont l'air joliment passionnants!


ange ou démon?Qui sommes-nous?Que sommes-nous?Plus j'avance en âge,mons je me connais;je est vraiment une autre!


Faut-il plonger dans les pires abysses pour enfin ressurgir purifiée,lavee de péchés que nous n'avons pas commis???


Bien à toi


Bel après-midi au chaud


je t'embrasse fort

Hécate 27/04/2013 18:09



Chère Apsara, il y a des vies plus complexes les unes que les autres...La crainte de la démence lorsqu'un être se sent différent des autres se trouve être un des noeuds de cette
narration  aux ramifications multiples, la Science et la Raison s'opposent aux Pulsions qui prennent corps si j'ose dire dans la part oubliée de l'enfance nourrie d'images, de souvenirs
douloureux ou heureux, d'illusions aussi.  


Pourrons trouver une réponse à ces questions ?...Au fur et à mesure que nous avançons dans la vie ,les perspectives changent...Et qu'est-ce que le péché ?...


Il neige donc chez toi...La Chouette des Neiges perd ses duvets au-dessus de ton toit et de ton pré...Une féerie...qui passe.


Je t'embrasse


                                             
Hécate



Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories