Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 18:05

Sans titre 4

 

 

MALDITO TANGO

 

 

 

 

 

 

« Le tango est plaintif et nostalgique. Pour chaque situation de la vie, il est un tango qui la représente avec un incomparable pouvoir évocateur, pouvoir mythique ».( Saul Yurkievich)

 

 

 

 

 

 

 

            Après l’Alcool et la Nostalgie, la nostalgie étant un pays sans frontière, je continue le voyage, même si je suis descendue du transsibérien, je n’ai pas cessé d’être en exil. D’un climat à un autre, on se retrouve enlacées étroitement, moi et la nostalgie.

 

« Nue elle s’est donnée

lorsque ma voix

a cherché sa peau

sous la lune…

 

Sombre conjonction de soif et de solitude,

bouches qui boivent une eau de paix.

Mais l’amour est un combat sans merci,

une lutte de fièvre, de feu et de fiel.

 

Tes lèvres

Me cherchent, me brûlent,

Nue je t’ai prise

sous cette lune

qui nous a donné son miel… »

(Julio Cortazar/ Edgardo Cantõn)

Lune du 03 07 2012 015

 

            Le tango c’est une musique, c’est une danse, c’est une confidence, une bruine dans la nuit des faubourgs de Buenos – Aires. Trottoirs de là-bas, ou d’ici. Trottoirs de Pigalle…

 

"Solo en la noche, cruzando voy

por una calle del vieux Paris.trottoir

Porteño y rante, tanguero soy

y anclé muy lejos de mi pais…"

 

 

chante Melingo dans un tango écrit en « lunfardo » (l’argot d’Argentine) où un argentin qui parcourt le vieux Paris évoque les tangos anciens de sa jeunesse.

 

            Les poètes du tango utilisent la gouaille pour dire la souffrance, la misère, la maladie, empruntent tous les labyrinthes du désespoir, du désir, de l’amour et s’expriment dans le langage populaire.

Le sens de la fête et du pathétique sont là.

 

            « Quelqu’un a dit que la poésie était le concentré de la douleur universelle. Si, tout comme l’amour non partagé, les injustices donnent naissance à des vers, ici les vers donnent naissance à des tangos. Des tangos qui ne sont pas le reflet de la vie de leurs auteurs, mais des symboles de leurs vies et de leurs expériences. » (Luis Alposta)

 

            Il y a des tangos maudits, comme il y a des poètes maudits. François Villon, Baudelaire, Rimbaud…

 

« Les blessures et les rêves

se sont rassemblés une nuit

Personne ne connaissait l’heure,

personne ne savait l’endroit…

Les larmes se sont cachées

par honneur et par mensonge

et dans les rides du passé

leur cœur a fleuri… »

 

            chante Cuarteto Cedron, ma première véritable rencontre profonde avec le tango il y a bien longtemps « Le lunfardo » est né du jargon carcéral, mais le premier dictionnaire lunfardo aurait été écrit par un commissaire de police à l’usage de son personnel !... Langues et dialectes italiens, espagnols, portugais, français, polonais et de tout être humain émigré en quête de pain, de paix, de travail et de liberté… (Juan Cedron)

 

            Le tango aux origines obscures est porté par la légende qui domine son histoire. Valses, habaneras, milongas, candombé. Le tango est devenu avant tout une fleur de pavé urbain.

 

                        « Le tango une pensée triste qui se danse.

 

tango

 

                        Le tango un univers où tout est posthume. »

 

            Toute la philosophie du tango se tient dans l’écart parfois douloureux entre ce qui n’est plus et ce qui n’est pas encore.

Astor Piazzolla a baptisé l’une de ses plus belles pièces : Lo que Vendra / Ce qui viendra.

 

« Terrible élégance : l’effroi et l’attirance. La peur et la beauté. Ce pourrait-être une bonne définition du tango. » (Gilles Tordjman)

 

« Quelle nuit pleine de froid et de dégout.

Le vent porte une étrange plainte…

Bruine, tristesse, même le ciel s’est mis à pleurer !

 

Les gouttes tombent jusqu’au fond de mon âme,

jusqu’aux os, nus et gelés

et cette torture, humiliée, passe

comme le vent,

en me poussant. »

(Domingo Enrique Cadimo 1943)

 sur01

« Comment t’oublier, bistrot de Buenos – Aires,

dans ma douleur,

tu es le seul dans cette vie

qui ressemble à ma vieille.

Mélange miraculeux

de crâneurs et de suicidés,

par toi, j’ai connu la philosophie

les dés, les tripots…

 

Tout petit je te regardais de l’extérieur

comme ces choses qu’on n’atteint jamais :

le nez sur la vitre…

J’ai pleuré le soir de ma première déception

sur tes tables qui ne posent jamais de questions

J’ai connu mes premières peines, j’ai bu mes années… »

          (Enrique Santos 1947)

 

 

« Où donc était Dieu quand tu es partie ?

Où était le soleil qui ne t’a pas vue ?

.................

Pourquoi une femme ne comprend-elle jamais

qu’un homme donne tout en donnant son amour ?

Je suis une chanson obsédante

qui crie sa douleur et sa trahison. »

(Enrique Santos / Discépolo 1945)

 

« Qu’est-ce qu’ils en savent,

ceux du gratin, les pomponnés, les petits maîtres ?

Qu’est-ce qu’ils en savent 

de ce qu’est le tango ?

Et que savent-ils de la cadence,

c’est ça, l’allure, la silhouette et l’élégance !

Et le maintien, et l’arrogance, et pour la danse

quelle classe !

 

Sentir au visage

le sang qui monte

à chaque cadence

pendant que le bras

comme un serpent

s’enroule à la taille

qu’il va briser.

Le tango se danse comme ça ! »

(Marril / Elias Raudal 1942)

 

            Rituel de sombre luxure, une couleur aussi, la couleur tango... couleur orange. Il a mauvais genre le tango… C’était ce que l’on me disait, quand adolescente, j’avançais que j’aimais cette danse, ces voix âpres, cette musique de cordes et de bandonéon.

 

            Comme un duel à la dague il se danse.

 

            On dit que le tango aurait surgi vers 1880 dans les  "Vieilles écuries" sur le sol de quelque épicerie pour garçons d’abattoirs, entre deux parties de cartes, dans une cour de terre battue…

 

            Tango de tavernes et de lupanars… « dont l’origine serait une danse mauresque adoptée par les gitans d’Espagne et transportée dans la République d’Argentine. D’Amérique, où elle prospéra dans les milieux nègres, cette danse revient en Europe en 1912, dépouillée en partie de sa mimique inconvenante pour devenir une sorte d’ondulation compliquée, avec marche cadencée, à deux temps, et chassée sur le côté. » (Larousse du XXème siècle)

 

« Me voila. Je suis le Corbeau,

Passionné de bastringue,

Et même si ça fait mal je continue,

Je fais l’imbécile, et danse le tango

avec encore plus de figures… »

(Florencio Iriarte 1918)

 

Te souviens-tu, frère de ce temps-là ?

C’étaient d’autres hommes, les nôtres plus hommes encore

on ignorait la coco, la morphine,

les jeunes d’alors ne se servaient pas de gomina…

 

Où sont passés les jeunes gars d’alors ?

Ancienne bande d’hier où es-tu ?

Moi et toi, seuls nous restons, frères

moi et toi, pour nous souvenir… »

(Manuel Romero 1926)

 

            La désillusion et les peines tel le chiendent qui s’accroche à l’âme sont dures à tuer.

            Comme un œillet sur l’oreille, elle se glisse la nostalgie…oeillet rouge

 

« Je veux saouler mon cœur,

pour éteindre un amour fou

qui plus qu’amour est une douleur ;

je viens ici pour ça,

pour effacer de vieux baisers

sous les baisers d’une autre bouche…

 

Je veux lever mon verre pour nous deux,

pour oublier mon obsession ;

mais elle revient encore et toujours.

 

Nostalgies : écouter son rire fou,

et sentir contre ma bouche,

comme un feu, sa respiration ;

et l’angoisse : me sentir abandonné,

et penser qu’un autre, près d’elle,

vite, très vite, lui parlera d’amour…

 

De ma triste solitude, je verrai tomber

les roses mortes de ma jeunesse.

 

Gémis, toi bandonéon, le tango gris,

peut-être souffriras-tu, toi aussi,

d’un amour sentimental

 

Pleure mon âme de pître,

seule et triste dans cette nuit,

nuit sombre et sans étoile… »

(Domingo Enrique Cadicamo 1936)

 

Ciel 014

 

            Entré dans la légende avec la mort de Carlos Gardel, le tango devient un opéra surréaliste. Astor Piazzola en compose la musique sur un livret de Horacio Ferrer.

 

« Je suis Maria, Maria du faubourg, Maria nuit, Maria passion fatale, Maria de l’amour de Buenos – Aires je suis, moi ! »

Maria, la rose d’un je-ne-t’aime-pas, c’est le tango de la fugue et du mystère, c’est le pressentiment du bandonéon qui d’une balle dans l’haleine devine sa mort. Mais son ombre doit revenir, torturée par la lumière du soleil. Corps enseveli de nuit, sans identité, sans souvenir, appelée par le Duende, Maria prédit aux hommes qu’ils entendront son tango la première et la dernière fois « qu’un certain vent-asthme du Sud, saveur d’Amen, mâle exilé - commencera son Tango…»

 

             Le Duende, Esprit ivre-mort dans le magique bistrot talismanier, Pauvre Esprit qui appelle et pleure désespérément.

 

« Et de moi où que tu sois, avec une force folle, comme un hymne saugrenu… un vieux violoniste aveugle jouera pour toi sur la tierce crasseuse de son stradivari…

Et dans un silence de croche arrivera ton jour : ton dimanche alezan te donna le jour et des plus laides feuilles d’un laurier-rose, l’étrange et angélique beauté de son bouquet.

 

C’est Dimanche : laurier et hasard…

C’est Dimanche : laurier Tortueux

Etrange semailles de ce Dimanche…

c’est Dimanche, et ils fainéantent

jusqu’aux septièmes tangos.

 

UNE VOIX DE CE DIMANCHE-LA

 

Fin et commencement veulent être

des gouttes des mêmes pleurs. »

 

Maria de Buenos-Aires

 

 

 

 

 

«En Maria s’unissent le Bien et le Mal, ce qui séduit, ce qui inspire. Il y a une tension dans le récit, dans la musique, dans le rapport entre la musique et les mots, dans l’idée qui est à la base de l’histoire et qu’on peut rapporter à n’importe quelle destinée humaine. » (Gidon Kremer)

 

            Le passé revient s’affronter à la vie, réverbère de la nostalgie, où errent les souvenirs qui enchaînent la rêverie, âme du tango.

 

 

 

 

 

« Mais le voyageur en fuite

tôt ou tard s’arrête en chemin.

Même si l’oubli qui détruit tant

a tué ma vieille illusion,

humble je garde une espérance cachée

pour toute fortune de mon cœur. »

(Alfredo Le Pera / Carlos Gardel)

 

En complétude de cet autre voyage au bout de la nostalgie, un de mes poèmes écrit en 1980 qui parle de ...

 

TANGO

 

Le soir est lourd comme un tango d’Argentine

Le vent s’est pendu dans les hautes branches

La glycine sur le mur s’est faite câline

Et ta caresse glisse doucement sur ma manche...

 

Musique tu es comme une grappe de raisin noir

Ecrasée sur ma bouche pour étouffer le silence,

Ta plainte lascive réchauffe la mémoire

Des cris de ton pays dressés comme des lances.

 

Le soleil est en deuil sur les oripeaux des rues

Et la voix âpre qui se plaint comme on danse

Résonne comme un appel vers les nues

Sur un rythme de circonstance,

 

Le jour tenant dans ses bras enlacée

La mélancolie fardée de sourires

Danse la vie et la mort fortement embrassées:

Ni le sang, ni les fleurs ne veulent mourir !

 

Hécate

 

 couverture livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate
commenter cet article

commentaires

Sabine 22/10/2012 11:03


Et j'oubliais .........jamais un tango ne m'a autant touchée, émue, que ce morceau de Daniel Melingo !


Il fait partie de ces parfums de voyage, de ces voix, qui me traversent la chair comme...celles de "Compay Segundo" ou "cesaria evora" ...


Merci, hécate, humblement MERCI pour ...ce grand grand moment !!!


Dans le bois de mon bâton de pèlerine, il y a ...ton amitié sculptée,


et, collée à mes chaussures, la poussière étoilée de nos mots .............


A bientôt, à toujours ...............Tendrement : sabine.


 

Hécate 25/10/2012 18:52



SABINE, cette voix de Melingo, ce chant là, je l'ai choisi car il me semblait bien accompagner ce que j'avais écrit. Je connais la voix de Cesaria Evora dans la saudade...mais pas l'autre
que tu me cites.


Dans mes pensées, tu le sais tu as ta place...même si ce n'est pas dans un bâton de pélerinage comme toi...Ton dernier poème est, je crois celui qui m'a le plus émue. ( Je n'ai pas tout
lu chez toi, certes,certes...)


A bientôt, à toujours :que voilà un bel élan de coeur et d'âme !!! Encore un peu de chemin ensemble jusqu'au bout des soirs étoilés...Par delà l'obscurité...aussi, peut-être !


                                                                                                            
Je t'embrasse


                                                                                                                               
Hécate



Sabine 22/10/2012 10:23


Hécate, j'avais encore deux voyages à faire chez toi en attendant les prochains, et c'est ici que mes pas ont eu envie d'aller ce matin ......


A glisser sur cette page une fois encore somptueuse, mes pas viennent de faire une sacrée découverte, me menant vers une plus large ouverture d'esprit, une plus large tolérance ...Oui, car je
t'avouerai que mon oreille n'a jamais retenu la voix du tango !


J'écoute son message pour la première fois aujourd'hui, grâce à toi...


A ces musiques dites "de mauvais genre", c'est le flamenco ou la capoeira qui me font réellement vibrer ...


Tango, cette "autre musique des entrailles" à qui je donnerai aujourd'hui cette définition, après avoir respiré cette page "Tango, mariage entre une quête et un frisson".


Musique de rue qui accroche aux larmes des égoûts de longues lianes parfumées ...


Tu vois, tu as réussi à ...m'initier, tes pages ont un tel coeur !!!


J'ai aussi aimé ces mots "soif et solitude" ou union entre "ce qui n'est plus et n'est pas encore" ou l'alliance entre "la peur et la beauté" de Tordjman ...Ces états d'être, nous les dansons
aussi en marchant sur les chemins ....!


Et toi, tu les danses en écrivant...je retiens, dans ton poème, cette "caresse qui glisse doucement sur ta manche" et j'ajouterai "pour atteindre ta plume, née de ce baiser de sang et de fleurs
............"


Sur les pavés et les tables des bistrots, dont parle Enrique Santos, est gravée cette danse du monde, comme un intense parfum de chair, où se reconnaissent tragédies et splendeurs humaines ...


Je te laisse à cette croisée de chemin pour te rejoindre ....quelques pas plus loin !


A tout de suite ...........et à tes pages, passionnément : sabine.


 

Hécate 23/10/2012 19:53



Chère SABINE ,en venant sur cette page tu combles un regret que j'avais  eu au moment je publiais, celui de ton absence ; cette page est une racine qui plonge en moi comme celle d'un
arbre sur lequel se pencherait la lune ...


Le nez sur la vitre, moi aussi je l'ai eu, je regardais danser le soleil, sans moi. Elle avait un goût amer et une couleur d'oeillet mon enfance emmurée...Je mettais des paillettes
dorées dans mes cheveux...illusion de joie. Toute la volupté des douleurs qui dansent et  chantent  sont un peu les miennes, comme une robe moulant ma chair. 


Longtemps j'eus le désir d'écrire sur le tango, mais il fallait l'heure propice...Et, oui j'ai ajouté ce poème que j'avais écrit, il avait une petite place pour achever la nuit qui tombe toujours
sur le tango comme le baiser de l'aube sur les cendres des rêves.


                   Je t'embrasse et merci encore pour ce détour sur la voix de Mélingo...Pour ce bouquet
à fleur d'âme que sont tes mots.


                                                                                 
Hécate



Guern' de Bé 15/08/2012 22:33


Je me suis laissée bercer par la musique (qui s'est mise en route toute seule dès que j'ai cliqué sur l'article), du coup, impossible de lire. J'ai juste lu ton poème "Tango" qui en est une
parfaite illustration comme si tu l'avais écrit en l'écoutant.

Hécate 16/08/2012 21:33



GUERN'


Ah! elle prend cette musique....Mon poème a été écrit bien avant que je n'écoute Melingo .L'état d'âme y est, ce doit être pour cela.


Il y a quelques jours, de loin montait vers ma fenêtre des échos de tangos d'une guinguette au bord de la Loire...J'ai soupiré...Ah!.....


                                                           
Hécate


                                                       
Hécate



apsara 05/08/2012 11:42



Hécate 07/08/2012 21:31



....:)


                       H



apsara 05/08/2012 08:47


que serait la beauté d'un être sans sa souffrance?


Je t'embrasse belle enjôleuse

Hécate 05/08/2012 11:03



Je t'embrasse Danseuse Céleste ...


                                                     
Hécate



sixfrancs21 02/08/2012 15:08


Tu es pardonnée, sorcière .... il ne faut pas être dans la lune !

Hécate 02/08/2012 15:28



OUI FRANCIS ...merci de ta clémence ,mais comment ne pas être dans la LUNE ,un soir de pleine lune  !!!!


Je voulais te répondre bien tranquillement installée dans mes quartiers ....


Je ne t'oublie point .


                                
Hécate


                           



sixfrancs21 30/07/2012 15:52


C'est un canal qui s'est pendu ! ma pôvre mémoire  ....

Hécate 02/08/2012 14:33



FRANCIS ,oui...c'est un canal ...Du moment que tu ne m'oublies point ,je suis rassurée sur ta mémoire LOL !


                            Voilà ,tu vois ,j'y
étais à te répondre ....:)


                                                                                                   
Hécate



sixfrancs21 30/07/2012 15:46


Je reviens sur ton poème de 1980 "tango" c'est loin, 32 ans déjà ! mais le temps a-t-il une influence sur nos idées dominantes ?


Ton texte est très beau et sombre, toutefois tu me l'as dit : le tango c'est "une pensée triste qui se danse". "le vent s'est pendu", je pense au Plat Pays de Brel, un ciel si bas qu'un
canard s'est pen(r)du et au poème magnifique de Baudelaire "quand le ciel lourd et bas pèse comme un couvercle ..." c'est sans doute le mot "lourd" au début de ce poème et du tien, spleen du
""coeur lourd" comme on dit !


   Seule note d'espoir, la glycine que j'aime tellement que j'en ai plantée une prés de ma maison et maintenant, elle atteint la haute terrasse avec ses fleurs bleues au printemps.


 Le tango n'est pas que tristesse & mélancolie, c'est aussi de tenir fermement sa partenaire "enlacée" et "embrassée" Gaîté de cette danse de feu couvant ....

Hécate 02/08/2012 14:29



FRANCIS


je te réponds enfin ,le temps ne semble guère avoir changé mes goûts ,ma nature intime .


"Le temps reste le même,je pense ,même sans en être certaine " ai-je écrit dernièrement quelque part . Si ,au moins nous étions pareil au temps !....


Contente que tu sois revenu lire mon poème . Je n'avais fait le rapport avec Brel ,une chanson que j'ai aimée beacoup pour son infinitude mélancolique .


Baudelaire ,oui...ce ciel qui pése ,comme aujourd'hui avec ce côté orageux suspendu entre ciel et terre .


Les glycines ,j'aime inlassablement ces grappes mauves ,elles font gonfler mon coeur d'un je ne sais quoi ....Elles embaument en plus ....


Le tango ,oui ,c'est se tenir enlacés ,mais...le temps d'une danse...c'est bien court!....


Gaîté? ...passion ,ardeur ,feu...joie ardente...j'y vois davantage .Rire en dansant le tango ???? Oh! non....


Amitiés à toi


                  Hécate



ariaga 29/07/2012 15:00


Sais-tu que je t'ai vue, dans l'ombre d'une voile, danser le tango avec l'esprit de Florencio Iriarte ... surprenant non ?

Hécate 30/07/2012 13:18



ARIAGA ....c'est là ,chose bien possible ...En ce domaine tout m'étonne sans me surprendre tout à fait ....:)


                                   
Hécate



apsara 29/07/2012 11:54


je perçois le tango comme une déchirure sanglante et douloureuse


beezoo

Hécate 30/07/2012 17:06



APSARA ....tu as certainement tes raisons ...Sang de la souffrance qui danse .


                                                                                                                        
Je t'embrasse


                                                                                                                                        
Hécate



fanfanchatblanc 28/07/2012 21:00


Bonsoir Hécate,


En compagnie de Melingo et de sa voix si envoûtante j'ai cheminé à traver tous ces hymnes à ce tango si mystérieux et si sensuel à la fois tant la vie il danse et chante. Quelques pas, un coup de
rein, un regard fier et le miracle opère. On s'étourdit en s'imaginant entre les bras d'un hidalgo langoureux ou dangereux, c'est selon, avec sousjacents : désir, rivalité, possession,
provocation, exaltation, mais toujours musique lascive et prenante. Un instant de vie envers et contre tout, et comme tu le dis si joliment et si puissamment :


"Danse la vie et la mort fortement embrassées


"Ni le sang, ni les fleurs ne veulent mourir"


Merci pour ce moment unique à la limite de la volupté. Que vive le tango.


Bisous mélodieux

Hécate 30/07/2012 17:15



FANFAN ...tu m'écris là tout ce qui fait l'âme du tango ,et , c'est très opportun que tu sois venue ,un plaisir pour moi et comme nous croisons chez
Francis qui nous a fait la surprise de nous réunir sous l'égide de Séléné ,  j'ai fait un pas vers toi que tu fais si bien à ton tour .


Merci pour ces danses de chez toi à chez moi ,toutes flambantes de passion en leur style .


Il pleut...


A bientôt  si quelque thème à venir t'inspire ...Bonne fin d'après-midi .


                                                                                                                    
Hécate



Cendrine 28/07/2012 02:45


Bonsoir Hécate,


Je suis emportée, au rythme de ces tangos, qui brûlent le corps et l'âme avec délices... C'est un supplice embrasé qui se savoure comme un baiser de mort et de vie. Je suis sous le charme infini
de ce superbe article et de ta poésie rouge feu, rouge sang et frisson de lune! Merci beaucoup...


Amitiés nocturnes


Cendrine

Hécate 29/07/2012 10:32



CENDRINE ,


je lis tes mots et suis en accord avec ce qu'ils expriment ; longtemps que je voulais écrire une chronique ,mais il me fallait l'heure propice ,que ce désir couve en braises avant d'être
dans la bleuité des clairs de lune quand s'embrase l'inspiration .


Un grand merci...


Un bon dimanche je te souhaite .


                                                        
Hécate



free pussy riot ! 27/07/2012 21:57



Hécate 28/07/2012 12:51



Ah! ....C'est donc ....VOUS !!!!


                                                       
Bien vôtre


                                                                            
HHH



apsara 27/07/2012 20:59


Bonne soirée belle envoûteuse!!


je t'embrasse fort

Hécate 28/07/2012 12:48



APSARA ,


je n'avais pas eu annonce de ton commentaire ...Jamais trop tard ,charmeuse  ,je t'embrasse !


                                                                                                                                             
Hécate



sixfrancs21 27/07/2012 16:01


J'ai mis qch sur mon blog !


Je voulais te parler de ton poème à la fin de ton article, j'y reviendrai ....

Hécate 27/07/2012 19:03



FRANCIS....j'arrive tout de suite .................Trop curieuse et impatiente !!!


                                                                                                                      
Hécate



apsara 27/07/2012 08:50


Envoûtant et lancinant tango qui nous colle à la peau,nous lacère l'âme et nous déchire le cerveau!


Beezoo chère magicienne


belle journée à toi

Hécate 27/07/2012 19:02



C'est tout à fait cela chère Diamant ....


Le temps s'est couvert ,le ciel est bas ...Ambiance qui se prête à la rêverie ,à des désirs indicibles ....à la nostalgie ,oui...très fortement
.


Je t'embrasse ,Danseuse Céleste


                                                                  
ta Magicienne



kamylou 26/07/2012 18:42


j'espère que tu supportes bien ces températures élevées, le week-end s'annonce plus frais, ma foi, on fera avec, une des choses que les humains ne peuvent pas contrôler


grosses bises

Hécate 27/07/2012 18:59



KAMILOU , hier la chaleur commençait à être très lourde . A l'ombre je supporte ,enfin...mieux que le grand froid . Le ciel est couvert ,aujourd'hui .


Bonne fin de semaine sans trop d'orages espérons-le .


                                                                                           
Hécate



nays 25/07/2012 15:52


Hello Hécate, comme je ne sais pas si tu suis le fil de discussion sur mon blog je te réponds chez toi aussi et j'en profite pour récouter la chanson 


 


là tu vois Hécate y a 34° je suis pieds nus mais c'est rare avant j'avais pas ça c'est le grand âge qui amène ces inconvénients certes pas graves du tout :o)),bisous

Hécate 25/07/2012 17:26



NAYS ,


juste au moment où tu arrives sur mon blog ,j'ai ta réponse chez toi ( j'avais ciqué sur le suivi discussion) .


34° ....là ,oui chaud ...pas besoin de pièces dans les chaussettes !  Plein d'astuces tu as contre le froid aux pieds ,j'ai vu . Danser le tango ,peut-être que c'est efficace aussi
...LOL !


Le grand âge ! tssssssss....


                                                  
Une bise à toi


                                                                               
Hécate



emile zona 24/07/2012 22:37


http://samytango.com/samytango/site_new/tangomiamor.htm


Le site de Sam à Toulouse

Hécate 26/07/2012 10:07



Merci EMILE .


          Amicalement


                           Hécate



Emile Zona 24/07/2012 22:34


Je viens de découvrir à Toulouse, une boutique assez insolite, quoique dans la ville natale de Carlos Gardel cela n'est pas très étonnant après tout. adresse.jpg  Sam de Toulouse qui fabrique de véritables chaussures de tango .

Hécate 25/07/2012 22:54



EMILE ,


oui le tango à Toulouse ...bien sûr ,de véritables chaussures de tango ...ça fait rêver ! Dans la revue consacrée à la danse ,il est notifié qu'on peut à "La Casa Del Tango " de
Paris  à deux pas des Buttes Chaumont acheter des chaussures en direct de Buenos Aires .


Merci de la visite cher Emile , tout le plaisir de vous revoir chez moi ...:)


                                                                                                      
Hécate



kamylou 24/07/2012 19:44


un petit passage pour te souhaiter une douce et belle soirée, je pense que tout comme moi en savoie tu as le soleil, journée piscine avec mes filles, que du bonheur.


bizzzzzzzzz

Hécate 26/07/2012 10:09



Oui KAMILOU ,


moi aussi beaucoup de soleil et grosse chaleur . C'est le moment de pprofiter de la piscine si tu aimes nager . Que du bonheur ,cela fait du bien .


Bonne journée


                      Hécate



FRUITS CONFITS 24/07/2012 18:07


BONSOIR HECATE


Toujours ce magnifique billet sur le tango qui fait rêver j'ai trouvé cette définition très juste pour cette danse


Le tango est foncièrement baroque. L’esprit classique avance droit devant lui. L’esprit baroque s’offre des détours malicieux, délicieux. Ce n’est pas qu’il veuille arriver plus vite. Ce
n’est même pas qu’il veuille arriver. C’est qu’il veut jouir du voyage (extraits de Buenos Aires de Alicia Dujovne Ortiz.


peut être je me trompe mais pour ma part je la trouve bien pensée


BONNE SOIREE


AMITIE HECATE


DANY



Hécate 26/07/2012 10:15



Bonjour DANY ,


elle est très bien cette définition du tango ...


Merci de la mettre là . Il a tellement voyagé le tango !.....D'un pays à un autre ,d'un climat entre nostalgie ,dérision ,ironie douce-amère ...


Bonne journée


                                              
Hécate



*MeL* 23/07/2012 16:09


OUI Hécate je suis froissée .


Il parait que tu as découvert mon écriture ...whah, étrange ça ! Je suis une piètre écrivaine ( j'aime  ecri-vaine ) et je ne suis pas connue pour en être une et j'avoue m'en foutre. Mais je
fais des images via des logiciels que tu peux user gratuitement ( comme moi..Apophysis ) à la portée de tous.


Mais là n'est pas le problème...en plus de dire des conneries tu ne sais pas regarder..suivre ta souris .


Chez-moi je respecte ceux que je nomme..


Tu me demandes si je suis froissée...avec un peu de recul...j'en ai rien à faire.


Mais à l'avenir ne pisse pas n'importe quoi chez-moi.


Apprends à user de ta souris.

Hécate 23/07/2012 19:12



MEL ,


je suis navrée de t'avoir froissée ,ce n'était absolument pas ce que je voulais .( Je ne voulais rien d'autre que de poursuivre les échanges avec toi ,chez moi ou chez toi en toute
simplicité ).


J'ai apprécié les commentaires échangés chez toi ,ce qui de ma part ne ciblait pas spécifiquement la forme écrite ,mais le contenu de tes réponses ,l'ambiance de ton blog que je ne
connais certes pas assez ,c'est bien possible . Si j'ai dit "des conneries" ,eh! bien...soit !...Je ne sais pas à quoi tu fais allusion ,mais si tu estimes que mes mots sont inadaptés ,je
m'abstiendrais  ,si c'est ce que tu souhaites me faire comprendre .


Je n'entends rien aux logiciels ,j'aime à voir ce que d'autres font avec ,j'avais pris plaisir aux formes ,aux couleurs ...naïvement sans doute .


Je reconnais être très maladroite avec l'informatique ,que la souris et moi avons réciroquement des surprises (j'ai pu me tromper d'articles ,mettre un commentaire où il ne fallait pas
,ça m'arrive ,oui .)


Je respecte toute personne et là ,je ne comprends pas ton propos .


Malentendu peut-être . Je te fais mes excuses ,encore une fois ,je ne cherche pas l'affrontement ,ni les querelles . Si avec le recul ,comme tu l'écris ,tu n'en as rien à faire ,eh!
bien...que te dire de plus ? ...


                                             
Hécate



*MeL* 23/07/2012 12:02


Que l'ambiance musicale ?Mais alors c'est à mes amis Musiciens que tu devrais rendre visite et pas à moi.

Hécate 23/07/2012 12:09



MEL ,


J'ai découvert ton écriture d'abord ( parfois je coupe le son ) et puis...l'ambiance musicale et ,depuis je le laisse quand je vais chez toi .


Ce sont tes amis Musiciens qui ont composé cette musique ?...Leur rendre visite ? Où cela ? ....


Pourquoi pas !...


Pas froissée au moins Mel  ?...J'en serais navrée .


                                                                              
Hécate



alain BARRE 23/07/2012 08:17


Très heureux de cette rencontre avec vous, Hécate, pour ce tango avec CARAVAGE !...


cordialement


alainB

Hécate 23/07/2012 09:01



Bonjour ALAIN ,


très heureuse aussi  de ce moment partagé  autour de CARAVAGE  et de vous avoir rencontré .Vous savez faire vivre votre passion de la photo et de la peinture et de la
théâtralité .


                                                                                                      
Merci de votre acceuil chaleureux.


                                                                                                                                             
Hécate 



*MeL* 21/07/2012 22:51


J'aime ton poème des années 1980

Hécate 22/07/2012 10:02



MEL ,


tu aimes mon poème ...Merci...Je ne trouve pas un mot autre que celui-là .


                                                    
Et moi ,j'aime l'ambiance musicale chez toi ....:)


                                                                                                                      
Hécate



Plume A l'Encre Criée 21/07/2012 16:49


Bonsoir Hécate,


Quel article... Mais surtout quelle poésie... bcp de sentiments, d'états d'âme s'y entremêlent... Tes vers sont s'y captivants, qu'on en oublie l'acte de lecture lui même...


J'aime cette merveilleuse fluidité... que dis-je J'ADORE... à quant ton prochain poème ?


J'espère que va bien Hécate, que ta santé se maintient ainsi que ton moral...


je t'envoie mes plus belles pensées amicales... et te souhaite une bonne soirée, ainsi qu'un excellent dimanche


A bientôt


Plume

Hécate 22/07/2012 10:00



PLUME ,


c'est très flatteur ce que tu m'écris là :faire oublier l'acte de lecture ! Je ne sais jamais si j'y parviens ,car c'est qui me lit qui peut me le faire savoir .Alors un
gracieux merci à toi   :)


Je vais bien mieux ,oui...Et les amitiés sont des baumes salutaires .


Cet article est une partie intégrante de moi ,de mes coups de coeur ,de ceux qui restent chevillée à l'âme .Mais ce n'est pas toujours suffisant à faire passer le ressenti...C'était le
bon moment  sans doute .


A quand le prochain poème ? Lors d'un autre Interlude ,peut-être ...


                                                                                                  
A bientôt Plume


                                                                                                                       
Hécate



Binh An 20/07/2012 08:03


Même parti, on ne quitte pas. Il y a musique, son, images, et mots qui me poursuivent. Je reviens lire et écouter cette fois.


Suis-je le seul ? Le tango me faire penser aux toreros. Chaque geste du toréador me semble être un pas de tango. Fierté, défi, gestion du corps, concentration extrême, recherche de l’absolu,
tout est là. Seulement, il y a la mort programmée et la lâcheté du programme qui gâchent tout.

Hécate 20/07/2012 21:29



BINH AN ,


"même parti on ne quitte pas" ...Aurais-je pu souhaiter mieux que ces mots là  !...


 


Oui ,on retrouve dans les phases du tango ,les gestes du toreador ,les passes ,les feintes ,le cambrement du corps et le défi où la concentration est
survie face au danger . Dans la rue ,à la lueur des réverbères les hommes dansaient entre eux . Affrontement, fierté ...Beauté et danger des milieux marginaux et populaires .La dague  prête
à la défense ...Recherche du meilleur de soi-même dans la bravoure comme dans l'arène aux heures d'autrefois quand rien n'était truqué et relevait d'un rite lointain ...loin des mises à mort
programmées .


 


"Fiancée chérie ,fiancée d'hier


Qu'est-ce que je retire à tant pleurer notre enfer,


Quoi de plus ...Quoi de moins ,la faim


Grava sur nous la grimace de nos rêves ". ( Paroles et musqique d' Enrique Santos Discépolo  1940)


 


Etre un champion ,un nom légendaire du football argentin ,tout cela aussi hante les textes du tango ,comme un espagnol pauvre hanté par la gloire de
devenir un grand roréro !...


                                              
Un chaleureux merci Binh An


                                                                                                   
Hécate



Gertrude 19/07/2012 17:29


Ma parole! Vous avez décidé de réchauffer l'été et de réveiller les morts! J'en tressaute de joie dans mon congélateur!


 





 


 


 

Hécate 20/07/2012 21:58



GERTRUDE ,


quelle idée de se confiner dans un congélateur !...Oui ,le tango réveille les morts ...un coktail  qui enivre et réchauffe les désillusionnés ,qui
nargue la vanité ,le tango est multiculturel , une couleur sonore incomparable:milonga ,rytmes afro-cubains du candombé,habanera hispanique .


 


Il y a dans "Maria de Buenos Aires " un Archange des bordels , de vieilles mères maquerelles,des  Analystes ,des mains pétrisseuses de macaronis
...


J'en parle ,puisque jusqu'ici point de questions ,point d'allusions à cet Opérita qui tient de l'Oratorio .Entre profane et sacré . SURREALISTE
!!


 


( Ne point tenter  une autre écoute que la version mentionnée dans ma chronique sous peine d'avoir les cheveux dressés sur la tête :expérience toute
personnelle ,le Tango ne pouvant supporter l'Hérésie ...)


 


"Tous les gens sont partis vivre


 le ciel pour un salaire de journalier  ! "....n'est-ce pas là ,ce qui pourrait être écrit aujourd'hui ?....


                                                  
Bonsuaire Gertrude ...:)


                                                                 
Merci de votre Os en ce dancing  !


                                                                                                                    
votre ...Hécate



Coucou c'est l'ami Gégouska 19/07/2012 16:57


Bonsoir charmante Hécate,


J'espère que tu vas bien,


je te souhaite une agréable soirée à bientôt amitiés



Hécate 20/07/2012 22:00



Bonsoir charmant GEGOUSKA ,


oui je vais bien et belle soirée .Merci de cette visite .


                                                                                
Hécate



Pâques 19/07/2012 14:46


J'aime danser le tango et me laisser porter par ce rytme envoutant.


Le tango, le fado, le flamenco, ces musiques grattent la surface lisse pour puiser dans mes racines et transposer ma vérité :-)


Merci encore pour tes choix, c'est superbe!


 


 

Hécate 20/07/2012 20:58



MARCELLE ,


j'apprends qui danse le tango avec cette chronique ...:)


Des musiques qui sont des extériorisations intenses de sentiments contradictoires .


Merci pour cette confidence .Bonne soirée d'été .


                                                                                    
Hécate



Noëlle Combet 19/07/2012 10:12


Philosophie de "l'écart entre ce qui n'est plus et ce qui n'est pas encore" comme vous le dites si justement...Double sens du "revivre"...douloureusement quelque chose au sens transitif ou tout
simplement "revivre" intransitivement en l'absence d'un objet déterminé...dans lles aubes nouvelles.


Merci Hécate pour cette approche éveilleuse de la sensibilité. Noëlle 

Hécate 20/07/2012 21:09



Chère NOËLLE ,


je n'ai rien à ajouter à votre vision de cette plilosophie de vie qu'est le tango,  reflet des mutations du monde qui l'engendre comme l'écrit S.Yurkievich .


Le tango perpétue un passé et élabore une légende de gestes ,de pas ,de rytmes ,de paroles sur la difficulté de vivre ,d'adaptation .


Merci à vous .


                            Hécate



fbd 19/07/2012 09:48


oui, tu me sembles bien mélancolique depuis un moment…

Hécate 19/07/2012 10:00



FRANCOISE ,


je me laisse aller à mes penchants naturels avant la rentrée littéraire ...:)


                                                                                                         
Hécate



ariaga 17/07/2012 17:42


Je suis venue reécouter un peu le tango. Amitiés.

Hécate 18/07/2012 22:20



ARIAGA ,


je vais aller voir ce que devient le bateau du Laboratoire ...


                                                                                      
Bonne soirée


                                                                                                                   
Hécate



Dominique 17/07/2012 12:41


bonjour, superbe "article". 


""le tango est une pensée triste qui se danse", j'aime ça.


je me suis souvent demandé s'il fallait être argentin pour comprendre ce monde particulier. ça m'a donné envie de  ressortir mes vieux disques de Piazzolla.

Hécate 17/07/2012 13:01



DOMINIQUE ,


d'abord merci d'être venu sur ma chronique  autour du tango . Non ,pas nécessaire d'être argentin pour aimer et entrer dans l'âme de ces chants
,danses ou états d'être ...J'ai quelques enregistrements de Piazzola aussi ....et aussi ,plus proche et qui ont fait du tango avec Cerdon ,Gotan Project ...( des remix assez ambiants ) Reprise de
La Cumparsita entre autre .En 2006 "Lunatico " .


Ravie de t'avoir redonné l'envie du tango !....


                                                                    
Hécate



maud96 17/07/2012 12:05


Un article instructif : je ne connaissais pas cette parenté du Tango avec les poètes maudits et l'aspect tragique de la vie... et je n'ai jamais dansé le tango

Hécate 18/07/2012 10:11



MAUD ,


le tango s'écoute ,se regarde ...même si on ne le danse pas . Et ,souvent oubliées ou méconnues sont les racines du tango ,de la milonga dont les paroles parlent de la vie de tous les
jours ,des malchances ,des doutes ,de la nostalgie ...


J'espère que tu reprnds des forces et que la fatigue de ton opération se fait plus lointaine . 


 Amicalement


                      Hécate



kamylou 17/07/2012 05:37


un bonjour matinal, je passe te donner des nouvelles, en fait j'ai un germe dû à mon stérilet, je dois attendre ainsi, et refaire un frottis de contrôle dans trois mois, au pire me rendre aux
urgences de la maternité si j'ai température, hémorragie pour faire une éccho afin de recherché une lésion ou abces pelvien


bonne journée, des bisous

Hécate 18/07/2012 12:10



KAMILOU ,je te souhaite bon courage ...


                                                              
Hécate



Gérard 16/07/2012 23:40


merci

Gérard 16/07/2012 23:24


merci Hécate ..si l’occasion se présente ...il passe à Tours ?

Hécate 16/07/2012 23:29



GERARD ,oui...au Studio ,jusqu'au 24 juillet .(les horaires changent à partir de mercredi )


                                                       
Hécate



Gérard 16/07/2012 23:08


J'ai vu la bande annonce, étrange..et sans doute émouvant..et pour cause !!

Hécate 16/07/2012 23:17



GERARD , oui...très émouvant oui....vraiment son testament ...De l'enfant à l'homme et que clins d'oeil à la littérature ,au cinéma ,aux rêves...Dommage ,que le
générique ne mentionne pas les musiques et chansons aditoinnelles ,qui font un écho singulier à ma chronique sur le tango....


Mais ,déjà bien beau que ce film soit là ...


                               
( Je n'avais pas vu la bande annonce ! ...)


                                                                       
Bonsoir à toi


                                                                                        
Hécate



Caro 16/07/2012 21:07


merci pour votre passage chez moi. Hécate. Oui, vous dansez sur des airs bien mélancoliques . Bon été à vous.

Hécate 18/07/2012 10:13



CARO , j'étais venue chez vous lire votre article sur Frida Kalho .Le film sur sa vie ne s'oublie pas .


                                                                                                        
Bonne journée


                                                                                                                       
Hécate



Phène 16/07/2012 20:05


Superbe poésie à deux temps sur laquelle tangotent les artistes inspirés. J'adore !!! Bien amicalement, chère Hécate

Hécate 18/07/2012 12:15



Phène ,


l'inspiration née de la vie et de ses fatalités est celle qui est l'âme du tango .


                                      
Merci ; je vais  passer chez toi bientôt


                                                                                             
Hécate



Binh An 16/07/2012 20:00


Je reviens lire cette fois, sacrifiant la musique.
Somptueux texte et magnifique poème Magicienne !


"Ma vie est un tango!" Chacun peut le dire, un peu, j'espère. Mais qui peut le dire, vraiment ?

Hécate 16/07/2012 21:33



Cher BINH AN ,


très touchée que tu reviennes  me lire . Un tango ,une milonga ...danses ,chants ,parcours d'instants ,d'années ,de ce qui est ,de ce qui a été ,alors oui ...chacun peut, peut-être
oser dire "Ma vie est un tango " ...


Mais il y a toutes sortes de tangos...alors ,voilà....J'attends ceux-là ,ou celles-là à venir ,qui viendront ,ne viendront pas...


"L'homme est poussière et temps :la musique est temps pur. " dit un tango signé Jorge Luis Borges .


 Nombreux commentaires déposés ici .Je n'en  osais espérer autant . C'est bien là un signe ....


 


Merci pour tes mots sur mon poème ... 


Il n'avait pas été écrit pour être publié ici ...Mais voilà ....Les circonstances de cette chronique  ont fait que je m'y suis décidée ,tout au final .


                                                                      Bien
amicales pensées Binh An


                                                                                                               
Hécate



Gérard 16/07/2012 09:19


Oui la journée de samedi s'est dégradée vers 16h et le concert de musique baroque place Velpeau s'est terminé  plus vite que prévu. Moi ..l'avatar plus 3 ans et moins de cheveux

Hécate 16/07/2012 09:59



GERARD ,


je n'y étais pas  à ce concert ,bien que j'apprécie la musique baroque .


A 3 ans près ...l'avatar doit être fiable . ( à savoir que je 'ai pas une vue
aussi développée que celles des corneilles ).


Alors ,qui sait ,le hasard .... ( hier ,j'ai vu le film testament de
R.Ruiz ,en salle "La nuit d'en face " ).


                                                                                       
Hécate


                                                                                                              



fbd 15/07/2012 19:34


en effet, l'âme en automne (et pas que le corps!), comme le feu qui brûle les feuilles, et l'eau qui les sépare…


tu parles de nostalgie?

Hécate 18/07/2012 21:09



Oui....FRANCOISE...


je parle de nostalgie ...


Aujourd'hui c'est la chaleur de l'été ,mais les souvenirs dansent avec toutes les saisons ...les larmes en collier brillent comme les facettes d'une boule de cristal...


Tu nous raconteras Venise ....avec tes crayons et tes aquarelles .... :)


                                                                                               
Hécate


                                                                                                        



ariaga 15/07/2012 16:48


Je commence par la fin de cette merveilleuse note. Ton poème d'une grande beauté qui te rend "légitime" pour parler du Tango. Ensuite la musique que j'ai écoutée et RE écoutée. On sent que comme
un instrument de musique est accordé ta sensibilité est tango. Je ne reviendrai pas sur tes illustrations de l'essence du tango, pourquoi répéter ce qui est bien dit,  mais je retiens
surtout l'idée du rituel d'une pensée triste tiste qui se danse, le gémissement sensuel qui devient cri et l'évasion. Coïncidence ? le bateau des vacances imaginaires de cette année, au
Laboratoire, s'appelle l'évasion. Je cherche une chanson de bord adaptée mais je n'ai pas réussi à en écrire une valable. Si tu te sens inspirée ? Amitiés fidèles.

Hécate 16/07/2012 21:45



ARIAGA ,


oui ...ma sensibilité se fait plus ardente et la nostalgie me prend quand l'heure tango est là ,et remonte comme une vague submerger mon âme .A la fois brisure et élan .Les vagues à
l'âme ,la lame à l'amer flot de l'océan appareille . Lame et dague ...arme blanche ,comme un éclair de lune  dans le ciel du soir ...


Mais brisons là !....:)


Le temps des vacances et le bateau du Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie ,bien sûr j'en suis !


Mais pour ce qui est d'une chanson ,j'ai préféré laisser  cela à qui fait cela si bien...


                                                                                 
A bientôt Ariaga et avec tes passagers et passagères ...


                                                                                                    
Hécate



alain BARRE 15/07/2012 09:48


Je vais présenter mercredi sur mon blog cette expo qui va se tenir à LOCHES, "de la peinture à la  photo"


cordialement


alainB

Hécate 15/07/2012 15:50



Merci ALAIN ,


j'irais voir sur votre blog .Cette expo m'intéresse .


                                                                                   
Hécate



apsara 15/07/2012 07:26


"UNe grappe de raisin noir écrasée sur ma bouche pour étouffer le silence";quelle juste et belle comparaison tu fais là Hécate!!!tellement vraie cette ardente nostalgie,feu et
langueur,douceur et violence,force et fragilité!


ti as su définir le tango mieux que personne sensuelle magicienne


je t'embrasse fort


bon dimanche

Hécate 15/07/2012 16:40



APSARA ,


c'est que tout ce qui âpre et doux ,comme le fourreau d'une dague où se glisse la lame qui fouaille les entrailles et l'âme, coule dans mes veines depuis la nostalgie d'être de mes
premiers jours d'exilée de l'ailleurs .


Je t'embrasse tendrement


                                      
Hécate



Gérard 15/07/2012 00:07


Il me faudrait un peu plus d'indices que les bagues..Non je n'exposais pas à Vendôme mais je suis allé visiter lundi dernier, si tu as l'occasion vas-y il faut une journée pour tout voir.
jusqu'au 15 septembre. Aujourd'hui Rayons Frais à Tours. Bon dimanche Hécate

Hécate 15/07/2012 00:20



GERARD ,


Rayon frais  ,oui....Tu as fait des photos ? Bien que le temps plus que frais ...et la pluie ...


Plus d'indices que les bagues ?...longues jupes noires ,chevelure aile de corbeau ...:)


Et toi ???....


                             Hé
...Hécate



Gérard 14/07/2012 23:05


Si,  j'ai mon avatar et un jour sur les Champs Élysées un type me tape sur l'épaule et me dit Photoplap .Gérard ? ..ce Bruno de l'Oise m'avait reconnu dans la foule !!!

Hécate 14/07/2012 23:27



GERARD ,


là il faut le faire !!!! ....
Crois-tu que ....tu saurais dire ...qui je suis ,si tu me croisais .-"Bonjour Hécate ".Et moi ,là...perplexe et pensive ...


Des bagues à tous les doigts....un indice  !!! .....


                                                                    
à +


                                                                                   
Hécate



Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories