Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 19:51

Kafka coverKafka,

l’éternel fiancé.

 

de

Jacqueline Raoul – Duval.

 

 

Il a passionnément aimé Felice, Julie, Milena, Dora. Elles habitaient Berlin ou Vienne. Il n’aurait jamais épousé une jeune fille de Prague. Il fallait que celles dont il faisait la conquête fussent loin pour avoir le bonheur de leur écrire et le soulagement de ne pas les voir dans leur réalité. Fiancé quatre fois, il échappe au mariage. Lorsque s’achève chacun de ses amours, il rédige d’une traite un roman qui lui, ne s’achève pas. « L’Amérique, Le Procès, Le château ».

            Sa vie ressemble au monde qu’il a créé : impénétrable, hérissé de pièges, mais où l’exigence de la vérité débouche sur la lumière. Aucun écrivain n’a suscité autant de livres, mais rares sont ceux qui font revivre, comme celui-ci, la vie amoureuse si singulière, de Franz Kafka. »

 

 

« Le 20 septembre 1912, il écrit sa première lettre à Felice Bauer. Une lettre à en-tête de la compagnie d’assurances ouvrières où il occupe un poste important.

 

…Il lui rappelle son nom, Franz Kafka, leur rencontre chez les Brod, leur projet d’aller en Palestine. Au cas où elle n’aurait pas de raisons de le prendre pour compagnon de voyage, pour guide, fardeau, tyran et tout ce qu’il pourrait devenir, il lui propose, de le prendre à l’essai comme correspondant. Il ajoute qu’il n’est pas ponctuel et en échange il n’attend pas qu’on lui écrive régulièrement.»

 

Cinq pages écrites à la main suivront cette première lettre. Franz, sollicite l’aide de son entourage, il veut briser ce silence que Felice lui oppose. Lorsqu’elle lui répond au bout de trois semaines, Franz exulte et s’engage aussitôt dans une correspondance frénétique. Il lui envoie une moyenne de trois lettres par jour.

 

« Je tremble comme un fou quand je reçois vos lettres, des palpitations me traversent tout le corps et mon cœur ne connaît que vous. »

 

… « Il n’y a guère de quarts d’heure de ma vie éveillée que je n’ai pensé à vous, et il y en a beaucoup pendant lesquels je ne fais pas autre chose. Depuis le soir où j’ai fait votre connaissance, j’au eu le sentiment d’avoir un trou dans la poitrine par où tout entrait et sortait comme aspiré hors de moi. Vous êtes intimement liée à ma littérature. »

 

De toutes ces lettres, émerge un portrait de lui-même : impitoyable, humoristique, fidèle, extravaguant. 

 

« J’aurai trente ans, le 3 juillet prochain. J’ai l’air d’un adolescent, c’est vrai. »

 

« Vous voulez connaître mon emploi du temps ? Très routinier. De 8 heures à 2 heures au bureau, déjeuner jusqu’à 3 heures ou 3 heures et demie et jusqu’à 7 heures et demie sieste au lit, puis dix minutes de gymnastique, nu et la fenêtre ouverte, puis une heure de promenade, seul ou avec un ami, puis dîner au milieu de ma famille. Puis vers 10 heures et demie (quelque fois plus tard encore), j’écris. Cela dure selon mes forces, mon envie et ma chance jusqu’à 1, 2, 3 heures du matin. »

 

« Ma façon de vivre ? Elle vous paraîtrait folle et intolérable. Je m’habille à la diable. Je n’ai qu’un costume pour le bureau, la rue, même pour l’été et l’hiver. Contre le froid, je suis mieux aguerri qu’une souche, je n’ai encore porté jusqu’à présent, au milieu de novembre, aucune espèce de par-dessus lourd ou léger ; parmi les passants emmitouflés, je fais figure de fou en petit chapeau de paille et costume d’été, sans gilet (je suis devenu l’inventeur du complet sans gilet). »

 

« Bien entendu, je ne fume pas, je ne bois ni alcool, ni café, ni thé !

Je fais trois repas par jour, dans l’intervalle, je ne mange rien, mais ce qui s’appelle rien. Le matin de la compote, des biscuits et du lait… Le soir, à neuf heures et demie en hiver, du yoghourt, du pain complet, du beurre, des noix et des noisettes, des châtaignes, des dattes, des bananes, des pommes, des poires, des oranges. Et je n’ai jamais mon content de citronnade. Ma très chère Felice, ne me rejetez pas pour cela, acceptez-moi gentiment. »

 

« Aucun détail n’est trivial, si il est exact » affirmait Kafka dont l’exigence de la vérité est obsession.

 

Dans son journal, il avoue ses audaces alimentaires, il s’examine :

 

           Kafka 2 « Je me suis trouvé mieux de visage que je ne le suis à ma propre connaissance. Il est vrai que c’était à la lumière du soir et que j’avais la source de lumière derrière moi, de sorte que seul le duvet qui couvre l’ourlet de mes oreilles était vraiment éclairé. C’est un visage pur, harmonieusement modelé, presque beau de contours. Le noir des cheveux, des sourcils et des orbites jaillit comme une chose vivante de la masse du visage qui est dans l’expectative. Le regard n’est nullement dévasté, il n’y a pas de trace de cela, mais il n’est pas non plus enfantin, il serait plutôt incroyablement énergique, à moins qu’il n’ait été simplement observateur, puisque j’étais justement en train de m’observer et que je voulais me faire peur. »

 

Lettres tour à tour angoissées, pressantes, véritable interrogatoire. Il a la tête pleine d’autant de questions qu’il y a de mouches sur un pré.

 

« Réponds exactement à mes questions, il me faut des réponses aussi rusées et aussi vives que des serpents… Moi, il faut que je t’écrive sinon la tristesse me tuerait. »

 

Il quémande, se lamente.

 

« Rien que deux lignes, un bonjour, une enveloppe, une carte, je t’en prie. Je t’ai envoyé depuis vendredi quatorze ou quinze lettres. Une folie. »

 

Le tourment lui devenant insupportable il écrit :

 

« Si je veux continuer à vivre je ne peux plus attendre en vain des nouvelles de toi. Ne m’écris plus. »

 

            Une lettre qui arrive et le voici dans le remords, le regret. Il supplie.

 

« Tu m’écriras encore n’est-ce pas ? !

Mon besoin de correspondance ininterrompue avec toi n’a pas son origine dans l’amour, mais dans ma malheureuse disposition d’esprit. »

 

Jacqueline Raoul – Duval sous une forme romancée, s’appuie sur les journaux et les correspondances de Kafka et en dessine un portrait intimiste. L’œuvre de Kafka s’est nourrie de ses lettres. Avant sa brève rencontre avec Felice, il n’écrivait pratiquement plus… Elle est l’étincelle qui va déclancher l’exaltation qui lui permet de se jeter dans la création de son œuvre.

 

« Mes nuits ne seront jamais assez longues pour cette occupation voluptueuse au plus haut degré. »

 

Max Brod l’ami de toujours s’est marié. Sa sœur Valli s’est mariée aussi. Franz se sent de plus en plus seul.

 

« Un homme sans épouse n’est pas une créature humaine, cet anathème du Talmud le poursuit. »

 

Il avait osé confier à Felice que pensant à elle, pris d’un désir violent il avait dû chercher la consolation… à la fenêtre dans le ciel gris.

Plus singulière lettre est celle où il se délivre de ce qui l’étouffe.

 

« Le vrai objet de ma peur, c’est que je ne pourrai jamais te posséder. Dans le meilleur des cas, je devrai me contenter, tel un chien éperdument fidèle, de baiser la main que tu m’abandonneras distraitement, ce qui ne sera pas acte d’amour, mais le signe du désespoir de l’animal condamné au mutisme et à une distance éternelle. »

 

FeliceL’auteur de « La métamorphose » va se fiancer avec Felice. Elle ne lit pas ses livres. Son éducation lui interdit de lui demander pourquoi il s’humilie avec tant d’obstination. Il lui est impossible de parler de sexualité.

 

« L’idée d’un voyage de noce m’emplit d’épouvante » écrit-il dans son journal lors de son voyage en Italie.

 

Plus approche la date officielle de ses fiançailles, plus il est en proie de maux de tête, d’insomnies. Tout les oppose. Ils ne sont d’accord ni sur leurs futurs meubles, ni sur la nourriture, ni sur la température de leur chambre.

 

Kafka ne cesse de renforcer ses règles de vie. Il ne mange pas avec ses parents. Il mange contre eux. Tout à la fois lié et séparé d’autrui.

 

 

Même quand il se met à cracher du sang, il plaisante. « Ma tuberculose n’est pas une maladie que l’on couche sur une chaise longue, c’est une arme qui m’est nécessaire, et nous ne pouvons pas rester en vie tous les deux, elle et moi. »

 

Max Brod n’a jamais vu Franz pleurer en public. Il s’effondre en larmes après avoir accompagné Felice à la gare. Il sait qu’il ne la reverra jamais.

 

Franz n’est plus le fringuant jeune homme décidé à conquérir Felice quand il rencontre Milena. Trente neuf ans, des cheveux blanchis. En promenade il s’essouffle vite. Milena a vingt trois ans. D’avril à novembre, environ cent cinquante lettres. Milena

 

« Les lettres, nées d’un tourment incurable, ne sont qu’incurables tourments. Les baisers écrits ne parviennent pas à destination, les fantômes les boivent en route » écrit-il à Milena. Elle est mariée à un homme qui la trompe ouvertement, accumule les dettes.

 

« A Milena, et à elle seule, il livre le récit de sa première expérience sexuelle, qui, dit-il, est à l’origine de sa peur du sexe. Il a vingt ans, il est étudiant en droit… !  Par la suite, son corps (il en parle comme d’un objet dont il a la charge) a été à intervalles réguliers insupportablement secoué de ce désir lancinant, ce désir d’une petite chose sale, répugnante.»

 

Il ne confie qu’à son journal son goût pour les bordels.

 

« Depuis qu’il connaît Milena, il n’est plus absurdement poussé dans un monde sale absurdement. Grâce à elle il n’a plus la nostalgie de la saleté. Il n’a plus peur… »

 

Elle est la seule personne à laquelle il confie ses volumineux cahiers bleus. Il se demande peut-être si Milena a pris la peine d’ouvrir l’un de ses cahiers…

Rejeté par Milena, banni, expulsé du monde des vivants, incapable, croit-il de se lier avec quiconque, il s’enterre : il se sauve dans le silence, dans la nuit de son terrier, le seul lieu où il se sente à l’abri. En neuf mois, il édifie son troisième et dernier roman « Le Château ».

 

« Jusqu'à sa mort, il a pensé que tout ce qu’il entreprenait, le piano, le violon, l’italien, l’anglais, l’hébreu, les études germaniques, l’antisionisme, le sionisme, la menuiserie, le jardinage, la littérature, les tentatives de mariage, il ne progressait que lentement. »

 dora diamant

     

  

C’est avec Dora, qu’il va connaître un bonheur qu’il ne croyait plus possible. Elle va le rejoindre à Wiener Wald, un sanatorium universitaire.

  

  

Franz a un visage décharné, des yeux brûlant de fièvre, des mains d’oiseau… Il commence à être atteint par une tuberculose du larynx. Puis ce sera le sanatorium de Kierling où Dora le verra tous les jours.

 

  

Presque aphone, sur recommandation des médecins, il communique par écrit, quelques phrases.

 

« Si un homme voué à la mort peut rester en vie par bonheur, alors je resterai en vie. »

 

« Le lilas c’est merveilleux, n’est-ce pas, il boit en mourant, il se saoule encore. »

 

Son dernier billet, écrit alors que le médecin quitte sa chambre :

 

« Voila comment le secours repart, sans vous avoir secouru. »

 

 Il ne peut plus s’alimenter depuis trois jours lorsqu’il reçoit les épreuves d’ « Un artiste du jeûne » texte écrit deux ans auparavant. Feuilles et crayons tombent par terre. Kafka pleure, il n’est plus en état de poursuivre ses corrections.

 

Le 3 juin 1924 l’inconcevable horreur de l’asphyxie l’arrache au sommeil. C’est le commencement des terribles noces avec la Mort de l’éternel fiancé !...

  

                                                                                                                                   Hécate.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate
commenter cet article

commentaires

etsivousosiez 13/02/2012 19:46


La quête sans fin, son infinitude, comme un caucgemar duquel on ne peut s'échapper car il n'est point de réveil lorsque l'on ne dort pas! D'un procès à un château, métamorphose ou pas, des amours
imaginaires ou imaginées, comme les douleurs sempiternelles ou obsessionnelles... celui qui se crée un monde intérieur débordant au dehors, ne sait plus s'il doit vivre ou dormir pour échapper au
cauchemar... phénoménologiste de son étant, pour à la fin s'y noyer...

Hécate 13/02/2012 22:24



Bonsoir Johan ,


merci d'être venu sur Kafka être à fleur de peau ,prodigieusement cultivé et d'une sensibilité exacerbée ...Tout est intense ,il suffit de croiser son regard sur cette photographie
pour être en étant de stupeur ...Les commentaires qui ont été déposés m'ont fait approfondir plus encore mon approche de l'intime de cet écrivain .


                                                                    
Bien votre


                                                                                  
Hécate



dalinele 07/12/2011 20:54


pour le tutoiement, j'ai adopté la "ligne" des blogueurs en général : je tutoie!  bonne soirée.

Hécate 09/12/2011 09:30



Dalinele ,


Si je ne le fais pas systématiquement ,c'est parce que tous les "blogueurs" ne l'acceptent point  ...!


Tout me va bien .Bonne journée à toi .


                                                       
Hécate



dalinele 07/12/2011 18:27


ces extraits me donnent envie d'essayer la lecture de ce livre, c'est un personnage déroutant, enfin, je ne sais trop comment dire. je note les références du livre.

Hécate 07/12/2011 18:43



Dalinele bonsoir ,


J'ai vraiment découvert Kafka à travers ce livre très bien documenté .Je veux dire ,l'homme qu'il était ,j'avais lu quelques uns de ses livres . Etonnant et déroutant Kafka 
!...Certes,oui ...


Si jamais tu lis ce livre ,ce serait sympathique de revenir mes donner tes impressions .( Je ne sais jamais si je peux tutoyer ,là ,je me lance ... )


                              
Merci du passage chez moi .


                                                                   
Hécate



Valmont 17/10/2011 09:05



Je reste persuadé que les histoires d'amour les plus intenses sont celles ou le lien de l'écriture est (omni)présent, qui confère sans doute à la passion véritable ce trait d'union imaginaire
sont le coeur, l'esprit et l'âme ont encore besoin alors, bien à vous !



Hécate 17/10/2011 18:40



Bonsoir Valmont ,oui l'écriture permet d'exprimer ce qui n'ose pas toujours se dire ,et ,les lettres nous en font la démonstration fort bien . Kafka est extraordinairement présent !...Ce qui
surprend c'est que ces mots n'ont pas touchés véritablement la première fiançée ...qui ne lisait déjà point son oeuvre !


                                                                                                                            
votre Hécate



la bête humaine 29/09/2011 17:54



J'ai super aimé cet ouvrage et jy ai retrouvé l'ambiance de ton article.



Hécate 29/09/2011 18:09



Ah! ça fait toujours plaisir de connaître un avis d'après lecture de l'ouvrage ,merci 


                                                                                                                                      
Hécate



Theoma 07/09/2011 09:10



un billet bien alléchant, je note !



Hécate 07/09/2011 19:23



C'est vraiment très bien ...je confirme !


Merci de la visite  :)


                               
Bonne lecture Theoma


                                                                  
Hécate



apsara 26/08/2011 14:07



sensible à fleur d'âme...cela me connaît aussi...j'irai donc doucement avec toi de peur de te voir détaler comme un cheval sauvage;je te laisse m'approcher,connaissant le problème,suis moi-même
rétive au licol!!!liberté chérie,sauvagerie indomtée,mais n'est ce pas merveilleux d'être ainsi...mêmre si malheureuse!changerais-tu ta peau contre une autre???moi pas...allez jevais voir
Gregory!


pensées fortes



Hécate 26/08/2011 21:33



Non,pas de risque que je détale ...comme un cheval sauvage ...A fleur d'âme ,mais la vie s'est chargée de m'apprendre à être comme je suis . Chaque être est différent . J'ai dépassée
cette phase de vie ,où déçue ,blessée vive j'avais pris cette fâcheuse tendance à manier l'ironie ,à détourner de moi qui tentait de m'approcher


Liberté précieuse qui m'a tant manquée....Amitiés aussi ...Les amitiés sont si éphémères ,elles volent comme des papillons trop souvent ...Non ,non je ne changerai pas ma peau contre
une autre ( même si ,lors de défaillance je me disais :si j'étais autrement ,j'aurai un confort neutre ,je ferai moins peur etc ...je sais que ce n'est pas "moi" ça )


Quel âge avait Gregory ?..


ps : je suis inscrite chez toi ...de ce soir :)


                                                              
Que ta nuit soit étoilée


                                                                                                 
Hécate.



apsara 26/08/2011 11:41



Isidore Ducasse???Je n'y crois pas!!!jevais aller voir ton article!


belle journée



Hécate 26/08/2011 12:05



???? Ai-je mis les mots sur un point important ? ...


Là ,je sens que m'attends encore quelque chose ...Sens-tu  Apsaramon impatience intriguée...?....


                    La journée est sans soleil ,un ciel bas...Avec toi elle est
belle  :)


                                                                                                                                         
H


 



apsara 26/08/2011 08:40



Oui le regard de celui qui sait !


mais quelle est ta douleur hécate,elle éclacousse tes écrits,tes lectures....le tout en un est incomplet!


beezoo ma belle


bon vendredi



Hécate 26/08/2011 09:30



Une marque de naissance peut-être bien :)


Je ne sais pas si elle apparaît tant que cela dans mes lectures ,oui ,certainement ...Mes écrits personnels ne sont guère ici . Je ne sais parler que de ce qui me touche ...Un choix aussi .
J'ai ouvert ce blog avec Lautréamont . Je raconte comment j'ai découvert Isidore Ducasse  :)


Les livres ont été mes compagnons ,mes "amis" ,alors à ma façon dans l'ombre de la toile ,je soutiens les écrivains ,la littérature .


                 A une prochaine fois Apsara  :)


                                                           
Hécate



apsara 25/08/2011 08:15



Bonjour Hécate


j'ai lu le Procès,le Château et la Métamorphose de Kafka,mais pas ce livre dont tu parles si bien!


j'étais sans aucun doute trop jeune quand j'ai lu ses livres mais il me reste de cet homme son immense solitude et son incompréhension face au monde où il vit!


beau jeudi


beezoo



Hécate 25/08/2011 15:53



Tu as très bien ressenti Apsara ...et moi ,j'ai vraiment été touchée par sa vie ,et ce regard sur cette photo !!! ...Quel regard !....


                                                                 
Hécate



Larmerouge 20/08/2011 14:59



Haaa si on m'avait écrit  de pareilles lettres! On en sent vraiment la passion, une passion qui fait peur meme! Mais parfois on espére tellement, on fantasme presque sur certaines personnes
qu'on s'invente une vie avec elles, et c'est si fort que l'on a peur justement d'aborder, d'oser, peur que le mythe s'effondre.


C'est le genre de livre qui mettrait mal à l'aise, la frustation a l'air omniprésent chez ce personnage.


Amicalement


Larmerouge



Hécate 21/08/2011 10:20



Bonjour Larmerouge , j'ai grand plaisir à te revoir  :)


Kafka était aussi passionné que peu assuré de plaire ,il avait un besoin intense de communication .Ses conditions familiales favorisaient un état de frustration d'autant qu'il était
d'une extrême sensibilité ...


Ce livre m'a vraiment donné envie de relire son oeuvre ,d'en savoir plus sur lui .


                                                                                                                         
Bon dimanche


                                                                                                                                        
Hécate



Déficience Mentale 09/07/2011 16:12



Cette vie est incroyable, peut enviable, ivre, la souffrance apparaît à chaque moment de sa vie... j'ai beaucoup aimé ce billet. Tu m'as donné envie de finir la métamorphose que je n'ai jamais
fini (honte à moi) mais je me rattraperai :)


Ses dernières phrases sont à la fois poétiques, hachées, passionées... je trouve ça beau.



Hécate 09/07/2011 18:43



Oui Florian ...une vie incroyable que je ne soupçonnais pas !


Je viens de relire "La métamorphose " dans une nouvelle traduction de Brigitte Vergne -Cain et Gérard Rudent ( j'avais lu cette nouvelle il y a très longtemps ).Maintenant je vois toute la
souffrance qui est derrière ce récit .


Mieux qu'à la première lecture ,que je n'avais pourtant jamais oublié !


Merci d'être venu sur ce billet ...J'ai pensé en le faisant à la couverture que tu avais publié chez toi ,il fallait trouver l'oeuvre ...:)


A ce moment je ne savais pas si j'écrirais autour de Kafka ...


                                                                                                        
Amitié à toi


                                                                                                                                 
Hécate



Guern' de Bé 03/07/2011 13:15



J'aurais dû ajouter à "tous ses livres" que j'ai lus... Je n'ai pas lu ses lettres à Milena par exemple.


Il était assez beau, surtout ses yeux, qui font un peu peur quand même.


Je ne pense pas non plus qu'il était autiste, j'ai juste dit "un peu autiste". Pour moi, on est tous un peu autiste, un peu parano, un peu schizo, un peu névrosé, un peu tout. Tu n'as jamais lu
un manuel des maladies psychiatriques ? Généralement, ça fait un choc au béotien, toujours le même : on se croit atteint par toutes les maladies mentales ! (j'ai fait des études d'infirmière psy
dans ma jeunesse).



Hécate 04/07/2011 19:18



Je comprends ce que tu veux dire Guern'...:)


Je connais ce que sont les maladies psychiatriques ...Mon père y a travaillé un temps comme infirmier ,enfin garde-malade ( garde-fous ! ) .Tu dois te souvenir de mon article "Chez les fous"
d'Albert Londres ...


Kafka avait un regard extraordinaire ! L'impression qu'il nous regarde ...depuis ses photos .


Jacqueline Raoul-Duval dans une l'interview parle de son apparence ,de sa séduction .


Je suis tentée par lire encore autour de Kafka ,mais voilà ....il y a tellement de correspondances ,sans compter ses journaux que ...je ne sais où donner de la tête !


                                                                                                       
Hécate



Sabine 01/07/2011 19:39



Je passais te faire un ti bisou et des gros à tes bébés (hi hi ...jalouse ?)


A bientôt hécate, non...."A demain" ! Sabine



Hécate 02/07/2011 10:12



Je te souhaite de belles journées de pélerinage Sabine ...


                                                                         
H



tilk 01/07/2011 00:09



très bon article....


amitié


tilk



Hécate 01/07/2011 18:45



Merci Tilk...


                       Hécate



Guern' de Bé 30/06/2011 16:13



Kafka est un de mes amours d'adolescence. J'ai adoré tous ses livres, et je me dis, en lisant ton article (je ne savais pas tout ça) que je devrais le relire...D'autant plus que depuis il a été
retraduit, en mieux d'après ce que j'ai entendu dire. Si j'ai bien compris, il était végétarien... et peut-être aussi un peu autiste !



Hécate 01/07/2011 18:43



J'en apprends Guern'n ...!


Je n'ai pas lu tous ses livres ,mais ce que j'avais lu m'a laissé assez d'impressions puissantes pour céder à l'attrait d'en savoir un peu plus avec ce livre . C'est la photo qui a attiré mon
regard ...


Oui ,il semblait  avoir adopté une nourriture végétarienne ,d'ailleurs lors de ses fiancailles avec Felice il s'en vante !


Autiste ,non ...Original  ,peu commun et d'une grande sensibilité nerveuse .


J'ai commencé ses "Lettres à Milena " ,j'ai relu "La métamorphose " ...Mieux traduit actuellement ,c'est fort possible ...


                                                      
Grand plaisir de te lire ici .


                                                                                            
Amicalement


                                                                                                              
Hécate



ariaga 29/06/2011 16:07



Un passage. Je viens souvent voir si il y a du nouveau. En ce moment je me sens très paresseuse ... amitiés.



Hécate 30/06/2011 12:34



Je ne publie pas d'une façon très rapprochée ...Je prends le temps d'aller voir les blogs amis  :)


                                                                                                                            
Bonne journée Ariaga


                                                                                                                                                     
H



nettoue 28/06/2011 17:54



Oui, et je galère un peu... Pour tout dire j'aurais du commencer par ne publier le roman que tous les deux jours... Hier, j'ai oublié de te dire que j'aimais beaucoup les portraits aussi, ils
donne du cops aux mots


Bises à toi



Hécate 29/06/2011 20:02



Bonsoir Nettoue ,je vais dès que possible aller voir ce roman ...Je n'arrive pas à te suivre ,je ne sais pas si c'est moi qui suis d'une lenteur d'escargot ,peut-être bien ...:)


Oui ,les portraits sont là pour faciliter la lecture ,l'illustrer ...Contente que cela te plaise  .


                                                                                                                                    
Amicalement


                                                                                                                                                        
Hécate



e-love 28/06/2011 10:37



J'ai toujours eu un peu de mal avec Kafka. j'attendrais qu'un jour l'envie me prenne de lire ou relire une de ces oeuvres. Si je tente maintenant, ça va vite me gonfler... et je vais me forcer à
tenter d'aller jusqu'au bout, donc aucun plaisir n'en sera retiré.


Bonne journée



Hécate 28/06/2011 21:02



Bien sûr que vu de cette façon ...:)


                Ce roman sur sa vie m'a donné envie de relire ,et d'en savoir plus encore ...


                                                 
E-love ,bonsoir à toi


                                                                                      
Hécate



Anne Hecdoth 27/06/2011 23:36



Dites ! Ces chroniques, c'est pour qu'on vous écrive et que vous nous répondiez, n'est-ce pas ? Seriez pas un peu kafkaïenne ? 



Hécate 28/06/2011 11:46



Je ne pensez pas être un peu kafkaïnne ...maintenant ,chère Anne ...que vous me posez la question ,oui...il y a de ça . Je suis capable d'envoyer des lettres de plusieurs pages et d'aller le soir
venu jusqu'à la boîte afin qu'elles parviennent plus vite à destination . Adolescente ,j'écrivais facilement deux ,voir trois lettres par jour à la même personne ,les vacances sont terribles
,elles séparent ...alors écrire c'est la seule consolation !


                                                       
J'adore recevoir des lettres !


                                                                                      
Hécate



mentale 27/06/2011 21:41



C'est avec une chaleur étouffante que je passe faire ma visite quotidienne.


merci pour mon anniversaire.


Bise.




Hécate 28/06/2011 20:50



Serait-ce les bougies du gâteau d'anniversaire qui ont fait grimper la température ?


                                                                              
Bonne soirée à toi


                                                                                                                    
H



nettoue 27/06/2011 19:09



C'est à l'évidence un homme étrange, tout se passe dans sa tête les contacts physique ne l'interèsse pas ! Le livre doit être passionnant !


Merci Arianne je garde le fil



Hécate 28/06/2011 21:00



Oui ,ce livre m'a passionnée, Kafka était  un être tout à fait exceptionnel ...Voilà que j'ai commencé à lire ses "Lettres à Milena "...


En ouvrant les poèmes de Malcolm Lowry un vers me tombe sous les yeux


"La douceur de la pluie est sensible dans le vent ,


Brille le vers fragmenté de Shelley au firmament


De la mémoire ; en même temps que KAFKA  ,quoique


D'une autre route ,il eût gagné le CHATEAU ...."


                                                                   
( extrait de Chanson pour une seconde enfance )


                                                 


                                                                                    
Merci de ta visite Nettoue


                                                                                                                     
Hécate



l'ambuleuse 27/06/2011 18:45



En août 2010, Maurice NADEAU, dans son "journal en public" de la Quinzaine Littéraire, faisait un bel éloge du "Journal" de Kafka.


J'en repris donc la lecture, depuis longtemps oubliée.


Redécouverte extraordinaire, s'il en est !


A la suite, je me plongeai dans les "Les Lettres à Felice" et fit une relecture des "lettres à Milena".


J'en oubliai presque "K...l'éternel fiancé", en attente sur sur ma table de nuit, depuis sa parution.


Votre article me rend impatiente de m'y plonger, chère Hécate !


Je vais devoir différer la lecture des "Lertrres à Ottla..." que je pensais attaquer, dans la foulée.


Ce sera pour l'hiver prochain, si bien sûr vous ne m'invitez pas d'ici là, à d'autres dérives !


 



Hécate 28/06/2011 12:02



Chère ambuleuse ,là vous me voyez plongée dans la stupeur ...Je n'ai point lu "Le journal " de Kafka ni la totalité des lettres ...Ce doit être fascinant .


A côté "K...l'éternel fiancé " risque de vous paraître un survol trop court ...Revenez me donner votre avis ,si vous le voulez bien lorsque la lecture en sera faite .


Il y a aussi les "Lettres à Max Brod " (j'ai aperçu le volume sur un rayon en librairie ...)


                                                                                              
bien amicalement


                                                                                                                    
Hécate



Evy & Prisca 27/06/2011 14:56



Bonjour 


Notre petit passage dans ton univers pour te souhaité une bonne semaine bisous angélique Prisca & Evy



Hécate 28/06/2011 14:37



Bonne journée pleine de soleil ...:)


                                                  
Hécate



Emy 27/06/2011 14:18



Oui ca me donne très envie de le lire



Hécate 27/06/2011 22:26



Alors Emy ,il faut se laisser tenter !


                                                     
Hécate



Valmont 27/06/2011 07:39



Un aspect de Kafka sans doute le plus méconnu, son hypersensibilité amoureuse ! Bel article comme à chaque fois, amitiés.



Hécate 27/06/2011 22:25



Je le découvre à travers ce livre ...ce qui redonne un essor à mon désir de poursuivre la lecture des oeuvres de Kafka.


                        Merci Valmont de votre présence sur le Fil
d'Archal


                                                                                   
votre Hécate



mamoune 26/06/2011 20:24



bonsoir, je viens de faire un grand voyage dans une lecture d'une vie bien compliquée, mais nous avons tous des difficultés à dépasser quand la recontre avec celui ou cele qui nous offre le
bonheur;le grand et surtout la paix avec son : SOI, la vie est sublime...Merci pour le com sur mon article, Ce Lord Byron je viens de le découvrir en surfan sur le net, j'apprécie cet auteur.


Belle soirée ..MAmoune



Hécate 27/06/2011 22:13



Une vie remplie ...et kafkaïenne ...:)


                                           
La soirée est très chaude...Bonne nuit Mamoune ,Byron était un poète à la vie mouvementée et passionnée  que j'ai lu par hasard après avoir entendu "Le corsaire" sur les ondes ...Ainsi est
née mon attrait .


                                                            
Hécate



Paracelsia 26/06/2011 19:36



Bonjour à vous! J'étais perdue dans l'espace net pour reprendre mon blog en main et retourner auprès de ceux qui comme vous me font perdre l'esprit!


 


Bien à vous!



Hécate 27/06/2011 11:36



Madone ...vous semblez tomber du ciel !!!


                          Que je suis heureuse de vous revoir
...


                                            
Au plaisir de vous faire perdre l'esprit ,encore ...:)


                                                                                                                     
votre Hécate



flora 26/06/2011 12:42



Superbe visage de Milena qui m'avait inspiré ce dessin quelque peu sublimé:


http://flora.over-blog.org/article-le-temps-des-voeux-41664243.html


Bon dimanche et merci pour votre travail de qualité, toujours...



Hécate 27/06/2011 11:32



Le dessin que vous avez fait de Milena est criant de ressemblance . J'ai eu grand plaisir à l'admirer chez vous ,et samedi flânant dans une librairie je me suis trouvée à ouvrir un livre des
" Lettres à Milena " et le hasard a voulu que ce soit l'un des passages que je cite dans cet article .


Les coïncidences parfois     :)


                                          
Merci Flora


                                                                                                        
Hécate



Sisyphe 26/06/2011 11:57



Kafka, auteur qui m'est inconnu, un peu moins grâce a vous :)


 


Chère hécate,


Comme "tant" d'autres inscrit(e)s, et selon toutes apparences, vous n'avez point reçu l'ultime missive de Monsieur Triste, mentionnant l'adresse de son nouvel antre... qu'importe , votre passage
chez lui -et donc chez moi-, j'espere que ce commentaire se fera le dictâme de vos pensées a mon égard :)


Veuillez donc me retrouver au bout du fil de mon nouveau nom, et soyez remerciée pour votre commentaire touchant chez feu monsieur triste.


N'ayant, mallgré tout, jamais cessé de vous lire, recevez Madame, mes sentiments les meilleurs ;)


Ainsi qu'un joli dimanche


A trés bientôt


 


Feu Monsieur Triste.



Hécate 27/06/2011 11:27



Je prends note feu monsieur triste  et vous remercie de m' aviser de votre nouvel antre ...


               Votre visite a fait que ce dimanche soit moins morose .


                                                                                   
Bien à vous


                                                                                                      
Hécate



Pâques 25/06/2011 20:16



Tu choisis toujours admirablement bien tes lectures, à chaque fois après avoir lu tes commentaires, je suis intriguée, conquise et je note le titre pour poursuivre ma découverte


Merci chère Hécate pour ce partage  enrichissant :-)



Hécate 26/06/2011 22:12



Bonsoir chère Marcelle , sans doute ai-je la chance de rencontrer des livres qui savent m'inspirer un article ,avant tout il faut que je sois conquise  ...Les livres qui ne me plaisent qu'à demi ,je n'en parle point .Il y en a qui me plaisent ,mais je ne sais comment en parler
...


                                                             
Merci à toi ,cela m'encourage à continuer  !


                                                                                                                  
Hécate



caro 25/06/2011 16:01



bonjour Hécate


les femmes qu'a aimé Kafka sont toutes très belles et ont bp de charme



Hécate 26/06/2011 11:12



...et cependant la première fois Kafka en voyant Felice lui trouva un visage osseux ,insignifiant ... mais décidée ,robuste ,pleine d'assurance !


              Milena ,Dora sur les photos ont beaucoup de charme en effet !


                                                                                
Bon dimanche Caro


                                


                                                                                                 
 



magsam 24/06/2011 16:19



En lisant ce resumé cela me met dans l'ambiance avec en fond une des chansons des flamingos les plus belles histoires pour moi se passaient a cette époque il y avait quelque chose de magique un
mélange de passion et de beauté que l'on ne retrouve plus a notre époque


bisous a toi



Hécate 26/06/2011 11:03



Bonjour Magsam ,


Le nom des Flamingos ne disait quelque chose ...mais rien ne me venant de précis ,j 'ai écouté sur le Net afin de me donner un aperçu de l'ambiance .


Il y a toujours des périodes qui nous parlent plus que d'autres . Tout va très vite actuellement ...CD ,films ,livres...


La nostalgie ...:)


                                                                                         
Hécate 



sixfrancs21 24/06/2011 15:42



Je connaissais mal Kafka, mais grâce à ton article (et google aussi !) il m'est moins étranger. J'avais lu "la Métamorphose", comme tout le monde, mais sentiment de malaise et d'absurdité, j'en
étais resté là; ton article m'a réveillé !


Je suis allé deux fois à Prague où il est omniprésent. Un jour en me promenant dans le quartier juif, je suis tombé sur une statue "moderne" de Franz monté sur les épaules de quelqu'un avec
un grand trou, lui peut-être ...



Hécate 25/06/2011 12:21



J'ai vu la photo que tu décris sur le Net ...Prague semble être une très belle ville ...


J'ai mis dans mes liens "La Maison des Ecrivains " ,c'est assez bien fait ,les écrivains sont classés par lettres alphabétiques ce qui facilite les recherches .


             Ravie de te voir en mes pages Francis !


                                                                       
A une prochaine fois .


                                                                                                     
Amicalement


                                                                                                                 
Hécate



if6 24/06/2011 07:53



magnifique billet qui donne vraiment envie de lire ce livre:)


Merci Hécate !



Hécate 25/06/2011 11:01



Ce livre devient de plus en plus intéressant du fait de la variété des réactions qu'il suscite ,merci à toi d'être venue lire ma chronique .


J'ai vraiment aimé cet écrit autour de Kafka .


                                                                          
Bon week-end 


                                                                                                           
H



AneverBeen 23/06/2011 09:17



Je pense, de toute manière, ne pas connaître suffisamment, et assurément pas aussi bien que Dame Lunaire, Kafka. Il se peut donc que je me trompe à son sujet
et que je me puisse me lier à ce personnage autrement que je ne le pense mais pour le moment, et à la lecture du billet, j'avoue que ce même aurait plus tendance à m'agacer
qu'attendrir.


En revanche, je reconnais qu'il émane, par tes écrits, un mal être chez l'auteur mais je ne peux me faire à l'idée qu'un Homme, puisque de manière générale,
puisse se rabaisser à ce point sous le poids des sentiments. Pourtant, on assiste à cela même en dehors de nos livres... La majorité se sacrifie par amour ; à tord, me semble-t-il, bien
souvent.


Meci Hécate d'avoir pris part à mon avis, de l'avoir respecté.


Et accepte donc d'avance mes avis parfois décalés si ce ne sont déplacés.


 


Bon jeudi : et, à une fois prochaine Hécate.



Hécate 25/06/2011 12:09



Ici AneverBeen ,chacun ,chacune peuvent exprimer leur pensée ,c'est ce qui est intéressant  dans ces dialogues  sur la toile .Je respecte l'avis d'autrui ,même si ,il arrive
qu'il diverge du mien ,et même en fait cela fait rebondir les propos .


Je ne peux pas dire que je connais mieux Kafka qu'AneverB . J'ai lu ce livre en totalité ,et mon billet est évidemment un survol d'extraits des lettres de Kafka et de la narration de
Jacqueline Raoul-Duval . Kafka était dans un dilemme ,d'une part il ne voulait pas que sa fiancée Felice puisse être malheureuse en vivant avec lui ,leur type de vie au quotidien était si
différente ! mais il ne semble pas que Kafka envisageait de se sacrifier ,écrire son oeuvre était sa raison de vivre .Il connaissait l'aversion de Felice  pour l'organisation de sa vie
.


Felice aussi le suppliait de lui écrire  quand il se faisait plus distant ..


L'Amour passionnel ne peut se  voir sous l'angle de la Raison ...Celui qui aime ainsi n'a pas le sentiment de sacrifier quoi que ce soit ...C'est un vaste sujet !!!


" Ce qu'on fait par amour l'est toujours par -delà le bien et le mal " écrivait Nietzche  ,mail il disait aussi :"L'amour d'un seul être est une barbarie ,car on le
pratique  aux dépents de tous les autres ."


Au plaisir d'une autre rencontre ,bien sincèrement .


                                                                                               
Hécate



fbd 21/06/2011 21:34



de rien Hécate, ici je viens prendre l'ambiance d'un rythme plus lent, verbal mais profond, de qualité (comme toujours en tes pages) et c'est ce que l'on recherche en art quelqu'en soit
l'expression… je suis toujours heureuse de mes haltes en tes pages.



Hécate 24/06/2011 19:03



...et moi ,Françoise je suis heureuse de ces échanges ...Un tableau ,surtout une huile  doit aussi prendre un certain temps ...Je repense à cette femme en bleu avec la bague
,je n'avais pas laissé de commentaire ,ne parvenant pas sur l'instant les mots apprpriés ,mais ,je m'aperçois qu'il me reste en tête ...:)


                                                                                                        
Hécate



Cristophe 21/06/2011 15:15



Tu fais beaucoup parler Kafka, est-ce le reflet du livre de Jacqueline Raoul-Duval ?


J'ai lu et relu Kafka, il y a longtemps. Ton billet me donne envie de relire celui que je n'ai lu qu'une fois : L'Amérique.



Hécate 21/06/2011 17:22



Cristophe ...je n'ai pas lu " L' Amérique ,mais effectivement Kafka est à écrire ce livre durant ses relations épistolaires avec Felice Bauer .


Oui si Kafka s'exprime beaucoup dans ce billet ,c'est grâce aux nombreux extraits des lettres et des Journaux  dont s'est servie Jacqueline Raoul-Duval .


Moi aussi ,ce livre me donne l'envie de relire ,et de lire ce que je n'ai pas lu de F.K  !


                                                                                                   
Bonne re-lecture   :)


                                                                                                                      
Hécate



fbd 21/06/2011 13:33



j'aime particulièrement cet article sur Kafka, passionné comme l'écrivain. J'ai lu Kafka adolescente, marquée bien sûr par son univers et ce livre me parait vraiment accrocheur. Quelle
personnalité que celle de ce fougueux jeune homme!



Hécate 21/06/2011 18:08



La passion d'écrire était en lui .Son univers reste ,même longtemps après ...moi aussi ,j'étais adolescente quand j'ai lu "La Métamorphose" , "Le Procès " ( et vu le film réalisé par
Orson Wells )...Je ne pensais pas alors que Kafka était  si plein de fougue ,si curieux de tout ...Tant d'angoisse aussi et d'humour ...


                                            
Merci de passer ici Françoise  et de délaisser tes pinceaux pour lire mon billet . Je te souhaite une bonne soirée.


                                                                                        
amicalement


                                                                                                                    
Hécate



666 21/06/2011 00:05




Comme d'habitude tu as l'art, le don, la magie de susciter en nous l'envie de dévorer cet ouvrage. De lui je ne connais que sa littérature. Pas sa vie. Je n'ai jamais été friande de biographie,
d'autobiographie même si ça aide parfois à comprendre, cerner, analyser le personnage et son oeuvre.


J'aime pourtant ce que tu nous en livres ici ...


 Envie de poursuivre plus en avant  ...


Au delà de ses mots. Découvrir ses maux.




Hécate 21/06/2011 18:30



Comme toi ,belle Sorcière ,je ne connaissais ni la vie ,ni les photographies de Kafka ,et pas encore assez son oeuvre ,eh! oui c'est ce que je pense aujourd'hui  :)


Quel regard il avait !...Ses mots et ses maux sont inséparables ...A la fois plein de rigueur et d'ardeur ...Une destinée déchirée ...


Jacqueline Raoul-Duval  est là ,derrière mon billet , elle est là, discréte ,derrière les mots de Franz ...


Son oeuvre nous est parvenue malgré lui ,si peu de publications de son vivant ...!!!


                                                                                               
Hécate



alain BARRE 20/06/2011 23:38



superbe présentation de KAFKA, Hécate !


je me souviens de la statue qui a été érigée pour lui, dans PRAGUE. Dans un style surréaliste qui lui va plutôt bien !...


cordialement


alainB



Hécate 21/06/2011 17:54



Merci Alain ,j'imagine que ce doit être  assez inoubliable ...


                                                                                 Bien
cordialement .


                                                                                                            
Hécate



french onion 20/06/2011 18:57



c'est magnifique .



Hécate 21/06/2011 09:39



Merci French... :)


                              
Hécate



paesaggio 20/06/2011 17:31



La vie sexuelle et amoureuse de Franz Kafka ! Miaou (pour parler comme le Chat du Rabbin) ! Il ne manquait plus que ça. N'aurait-il pas mieux valu laisser ce monument de la littérature tranquille
dans sa tombe ? Heureusement à vous lire, il semble que Mme Jacqueline Raoul-Duval n'ait que l'ambition de nous mieux faire connaître le grand écrivain praguois - une de mes villes préférées.
Mais au fait qui est cette dame ?


Merci Hécate pour cette très belle page.



Hécate 20/06/2011 20:05



Si l'entourage de Kafka avait obéi à ce qu'il voulait ,toute son oeuvre non publiée de son vivant aurait du être brûlée . Peut-être un souhait écrit dans un moment de désespoir ? ..."Certains
papiers de Kafka  qui étaient à Zurich et à Tel-Aviv  sont désormais la propriété de l'Etat Israélien . En juillet 2010 ,les coffres ont été vidés. Qu'y a-t-on découvert ? Le mystère
sera levé bientôt ." ajoute  Jacqueline Raoul-Duval  dans la partie de son livre intitulé "après 1924 " . Elle est née Lily Khayat, est traductrice de l'italien ,éditrice et romancière
.


Elle a été reçue dans l'émission d' Alain Veinstein sur France-Culture .


Son livre met en lumière la vie de Kafka et de son oeuvre . Elle donne une approche de l'auteur avec une sobriété très sensible ,elle semble n'avoir écrit que pour faire revivre un auteur
qu'elle admire et aime . Et ,très sincèrement elle m'a donné le désir de relire Kafka !


Je précise que c'est par hasard que j'ai ouvert cet ouvrage ,hésitante ,puis conquise dès la lecture de quelques pages .


                                          
Merci Jean-Michel de votre passage  .


                                                                                                    
Bien à vous


                                                                                                                     
Hécate



ariaga 20/06/2011 11:06



Là, je suis plus en terrain de connaissance. Ton article est passionnant, et, en lisant ce qui concerne les obsessions alimentaires j'ai pensé à Nietzsche. Merci amie de, chaque fois que tu
écris, me réveiller....



Hécate 20/06/2011 11:17



Et Kafka était un ardent défenseur de Nietzche , comme je l'ai lu dans ce livre  c'est en assistant à une conférence de Max Brod autour de Schopenhauer ,et en discutant avec feu sur
Nietzche qu'il vont devenir amis .Bien sûr ,Kafka lui a écrit une lettre afin de s'excuser ,lettre où il argumente ,ce qui retient l'attention de Max Brod ...


Ah! les lettres ,les mots que l'on s'écrit ne sont pas anodins ....:)


                                              
Merci Ariaga ,heureuse de ta visite ce matin...


                                                                                                 
Bonne journée à toi


                                                                                                                       
Hécate



Phène 19/06/2011 16:26



Kafka, un singulier destin promis aux incessants tourments… Bien amicalement



Hécate 20/06/2011 19:42



Oui ...Totalement impliqué dans son oeuvre liée à sa vie ,un passionné de mots ,de livres ,de savoir ...


                                                                                   
Phène ,bonne soirée .


                                                                                                                 
Hécate



Gérard 18/06/2011 22:46



L'utile à l'agréable il se fiance pour écrire leur histoire d'amour



Hécate 20/06/2011 10:41



C'est une façon de voir la chose ,et Kafka aurait aimé cet humour ...:)


                                                                                                         
A bientôt Gérard


                                                                                                                                             
Hécate



Evy & Prisca 18/06/2011 22:44



bonsoir 


Petit kikou par chez toi passe une bonne soirée et un bon dimanche de fête des pères bisous Angélique Evy & Prisca



Hécate 20/06/2011 10:39



Bonne journée à Angélique Evy & Prisca ....


                                                                  
Hécate



AneverBeen 18/06/2011 21:01



Bonsoir Dame Lunaire,


 


Je n'ai pas encore lu Kafka et ne connaissais donc pas si bien, que ces jour et soir, la personne, l'auteur, l'écrivain acharné !


Il appréciait les fruits mais hélas ! ne consommait ni café, ni thé. S'il n'était pas un grand et bon mangeur, espérons qu'il n'était également pas un bon
buveur ou, selon mon expression, bibineur.


Milena me fait songer à une actrice assez réputée, Keira Knightley.


Je ne sais si je lirai le livre qui nous est commenté et proposé par le biais de ce billet mais j'avoue que cela ne me déplairait pas de faire de plus ample
connaissance avec le sujet de ce même.


Je pense que le personnage, que Kafka est dans le livre de Jacqueline Raoul-Duval, m'agacerait probablement.


Quelle bêtise de se mettre dans un pareil état et à si bas niveau pour l'amour -avec un a plus que A- alors qu'il nous faudrait garder de nos énergie et
personne pour bien d'autres personnes et causes.


Je souhaite à Hécate de passer d'agréables soirée et nuit à venir.


A une autre fois... Ici ou là-bas...



Hécate 20/06/2011 10:01



Bonjour AneverBeen ,


Milena Jesenska d'origine aristocratique ,brouillée avec son père ,étudia la médecine ,traduisit des nouvelles de Kafka en Tchèque. Journaliste vers 1920 ,à  Avant-hier ,le
3 juin 1924 ,est mort au sanatorium de Kierling ,à côté de Vienne ,le Dr Franz Kafka ,un écrivain allemand qui vivait à Prague...Il était timide ,inquiet ,doux et bon ,mais les livres qu'il
écrivait ,les plus importants de toute la littérature allemande ,sont cruels et douloureux ....Il était trop lucide  ,trop sage  pour pouvoir vivre ,trop faible pour combattre ,il était
de ceux qui depuis toujours se savent impuissants ,se soumettent et ,ce faisant ,couvrent de honte le vainqueur . Ses livres ,pleins d'une ironie sèche ,décrivent l'horreur de l'incompréhension
,de la faute innocente. C'était un artiste  qui entendait encore là  où les sourds se croyaient en sécurité  ."


 


Certes ,certains traits de la personnalité de Kafka peuvent irriter ,mais ses contradictions sont celles d'un créateur qui assumaient aussi sa vie bureaucratique ,secrétaire en 1913,il obtient
des avancements ,il est secretaire en chef en 1922 . Depuis 1917 ,crachant du sang ,les 7 années qui lui restaient à vivre ont été jalonnées de séjours dans divers sanatorium ,puis reprenait son
travail .


Ecrire des lettres n'était pas le fait du désoeuvrement ,mais une nécessité d'exprimer ses sentiments .


Je ne peux voir dans sa recherche d'amour  une bêtise , c'était à la fois sa force et sa déchirure . N'est-il pas émouvant de le voir s'interesser à cette modiste ,de vouloir qu'elle lui
explique comment elle confectionne ses chapeaux ,fait-elle un croquis ? et le tissu ? sont-ils à voilette ,garnis de fleurs ?...Différences culturelle et sociales ,que lui importe !...


Merci à AneverBeen de s'être exprimée comme elle le sentait  ,à une prochaine rencontre  avec...


                                                                                                                                       
La Dame Lunaire :)



Sabine 18/06/2011 20:04



J'ai bu chacun de tes mots, du premier au dernier ...comme un nectar !


Personnage fascinant ce Kafka et incroyablement touchant à la fois ...


Ecrire à ses fiancés était pour lui une façon de sublimer ses amours, il en craignait le vulgaire et un réel trop palpable ! Tout chez l'autre devait conserver un délicieux et incomparable
mystère (à la limite du surnaturel) pour à la fois l'attirer et atténuer ses peurs ...


Sa vie aura été à l'image de ses lettres ...ardente et déchirante !


Je ne connaissais ni oeuvres ni auteur ...Ce ressenti est né de tes seuls écrits !


Toujours aussi envoûtant de te lire ...Enormes câlins à tes bébés et superbe week end, je t'embrasse fort : Sabine


 



Hécate 19/06/2011 19:05



Bonsoir Sabine ,


J'avais lu un peu Kafka il y a longtemps , je viens de relire "La Métamorphose" ,et sous des mots qui sont presque froids et qui décrivent une sorte de conte terrible par la solitude qui s'en
dégage  ,je retrouve le Kafka des lettres  si vibrant ,si étrange aussi parfois tant il est avide de connaître tout de celles  qui ont été ses fiancées. Oui ,il avait besoin des
mots pour être près d'elles ,certainement aussi une timidité en dépit de sa grande audace ...Il y a toujours une part de mystère dans l'autre ...


Les mots qui sont dans ce billet ,sont pour la plus grande partie ceux de Kafka . Ce livre m'a touchée ,il permet d'approcher l'intime de cet écrivain ,ses lettres sont jaillies de sa pensée
vive ,de sa sensibilité  excessive peut-être ,mais comment ne pas être bouleversée par cette ferveur et ce déchirement permanent entre ses sentiments et le besoin vital de se consacrer à
écrire ...Il a quarante ans quand il meurt ,si proche du bonheur ,tout était près pour son mariage avec Dora Diamant  qui a été inconsolable d'avoir eu les trente cinq lettres de Franz
confisquées par la Gestapo . ( on ne connaît donc l'existence de ses lettres qu'à travers sa correspondance avec Max Brod l'ami de F. Kafka .)


Merci de m'avoir si justement exprimé ton ressenti .


                                                                                          
Bien à toi , et mes oiseaux vont bien ...:)


                                                                                                               
Hécate



elisabeth 18/06/2011 18:38



Merci beaucoup pour cette note bouleversante et très profonde. Bon week end.



Hécate 19/06/2011 10:50



Très touchée...Merci Elisabeth de ces mots.  J'ai lu ce livre en mars dernier . J'étais tentée d'en parler ici ...J'ai attendu que cette lecture fasse son chemin ,en silence .
J'ai relu ...Je l'avais lu en une soirée !...


Jacqueline Raoul-Duval ( dont j'ai écouté ces jours-ci l'interview ) a ajouté  en fin un chapître annexe  intitulé : après 1924 où elle donne quelques informations
divers .Felice ,émigrée aux Etats-Unis avait loué un coffre  pour y placer tout ce qu'elle avait reçu de Kafka .


                                                                                                                                                
Bon dimanche


                                                                                                                                                             
Hécate


                                 



Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories