Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 17:45

JohnKeats1819 hires

  

 

  

John Keats

 

 

  

  

  

Je ne puis exister sans poésie disait celui qui traversant le Jardin de la Vie disparut de ce monde comme une étoile filante. Tout à la conscience de sa condition mortelle, le cœur étreint par la fiévreuse ardeur de joindre l’impossible Gloire à la gloire d’aimer, Keats nous a donné les radieux élans de ses vers, ses chants mélodieux son souffle éperdu de vitalité insaisissable quand bien même chancelant vers l’inévitable agonie, encore intrépide quoique épuisé, il cueillait les fleurs de la Beauté éphémère en un bouquet à jamais impérissable !

  

 

                        « Mon esprit inquiet ne supporterait jamais

                        De couver si longtemps une volupté,

                        S’il n’épiait, quoique craintivement

                        Une espérance derrière l’ombre d’un rêve. »

                                                                       (Endymion)

 

Il a vingt trois ans lorsque parait « Endymion » en 1818, hors du cercle de ses amis, nul ne le connaît. Il n’a plus qu’à peine trois ans à vivre !...

 

            John Keats vient au monde le 31 octobre 1795 dans la banlieue de Londres. Apprenti apothicaire à l’âge de quinze ans, à vingt ans il décide de se consacrer à la poésie.

            Le comportement de Keats, tour à tour insolent ou intensément effacé de son identité, drapé dans la chair de ses mots est jugé sévèrement par la société puritaine d’alors.

 

(Les lecteurs se choqueront de ses lettres publiées en 1878.)

 

fanny brawneLe 11 octobre 1818 il fait la connaissance de Fanny Brawne dont il s’éprend. Durant les deux années de cette passion, il va lui écrire trente sept lettres, tour à tour tendres, ardentes où le tourment amoureux qui l’assaille s’exprime avec le lyrisme fervent d’une âme exigeante qui alterne avec une sincérité bouleversante qui ne sait feindre.

 

            Le 1er juillet 1819 :

 

« Dites, mon amour, s’il n’est pas très cruel à vous de m’avoir ainsi pris dans vos filets, d’avoir détruit ma liberté. L’avouerez-vous dans la lettre que vous devez sur – le – champ m’écrire et où vous devez par tous les moyens me consoler ; qu’elle soit aussi envoûtante qu’une bouffée de pavot et me fasse tourner la tête ; tracez les mots les plus doux et baisez-les que je puisse du moins peser mes lèvres là où les vôtres ont été… »

 

Le 8 juillet 1819 :

 

« Votre lettre m’a empli d’une joie immense, de celle que vous seule au monde êtes en mesure de me procurer ; je suis même presque stupéfait de constater l’emprise qu’une personne absente peut exercer sur mes sens. Lors même que je ne pense pas à vous, votre influence parvient jusqu’à moi et m’attendrit… !

Je n’ai jamais connu un amour de la sorte que vous m’avez fait connaître ; je n’y croyais pas ; mon imagination le redoutait, de peur d’être consumé. »

 

 

Keats sait son infortune et son mariage sans issue. Il travaille à sa poésie et ne leurre point Fanny.

 

« N’oubliez pas que je n’ai eu aucun loisir pour songer à vous, cela vaut peut-être mieux ainsi ; je n’aurais guère pu supporter la foule des jalousies qui m’assaillaient si profondément au cœur de mes préoccupations imaginaires »…

« Je survole des yeux cette page cruellement dépourvue de paroles galantes et courtoises ; je n’y peux rien, je ne suis ni préposé aux discours d’usage ni Roméo – prêcheur…

Pourtant, je vous en conjure, réfléchissez-y à deux fois et demandez-vous s’il ne vaut pas mieux que je vous expose mes sentiments plutôt que de vous témoigner une passion factice ; et puis vous me perceriez à jour, il serait vain de vouloir vous tromper…

Vous dites que je peux faire comme bon me semble… en mon âme et conscience, voilà qui me paraît impossible. Mes liquidités sont à cette heure taries, pour quelque temps, je le crains ; tout argent que je dépense ajoute à mes dettes. »

 

Vains efforts que de renoncer à celle qu’il aime et dont il est aimé, même si le doute l’effleure. Fanny a dix-huit ans, elle n’est pas exempte de coquetteries… ce dont il souffre cruellement.

 

Le 13 octobre 1819 il lui écrit :

 

« Je n’existe pas sans vous ; je suis oublieux de tout sauf du moment où je vous retrouverai ; ma vie semble s’interrompre net à cet endroit ; je ne vois pas plus loin. Vous m’occupez tout entier. J’ai présentement la sensation de disparaître ; je serais profondément malheureux sans l’espoir de vous revoir bientôt. Songer que je pourrais être loin de vous m’effraie. Fanny, ma douce, ton cœur changera – t – il  jamais ? Mon amour, ce cœur changera – t – il ? J’éprouve en cet instant un amour sans borne ; votre billet vient tout juste d’arriver ; je ne peux être plus heureux loin de vous, cela est plus précieux qu’un galion de perles. Ne me menacez pas, même pour plaisanter… mon amour est égoïste ; sans toi je ne respire plus. 

                                                                                                                      Tout à toi. »

 

 

 

John Keats possède un diplôme d’apothicaire, de médecin et de chirurgien, aussi est-il sans illusion sur le mal qui après avoir emporté sa mère et son frère Tom, va s’abattre sur lui. Dès le 18 août 1818, il commence à souffrir d’un mal de gorge. Le 3 février 1820, il prend froid et crache du sang. Il sait que c’est là le premier signe de son arrêt de mort.

Et même si l’aile de la mort porte sur lui son ombre funeste, jamais elle ne ternit le resplendissant éclat de la Nature, l’ourlet d’écume de la mer, le murmure des ruisseaux, les pétales des fleurs odorantes où s’abreuvent ses vers au vol rapide frémissant du malheur qu’il sait venir le frapper !

 

« Vous devez croire, vous le croirez, il le faut, que je ne puisse rien dire rien penser de vous qui n’ait sa source dans l’amour qui depuis si longtemps fait ma joie et mon tourment. Le soir où je tombais malade, où un afflux de sang se produisit dans mes poumons si violement que je faillis suffoquer – Je vous assure que j’entrevis la possibilité de ne pas y survivre et qu’en cet instant ma seule pensée fut pour vous… mais j’attends avec impatience le printemps ainsi que la régularité de nos anciennes promenades. »

 photo keatshouse hampstead

  

Fanny Brawne refuse de rompre leurs fiançailles.

  

« Si je devais mourir, je n’aurais laissé aucune œuvre immortelle derrière moi ; rien dont le souvenir rendrait mes amis fiers ; pourtant j’ai révéré le principe de la beauté en toutes choses et, si j’en avais eu le temps, j’aurais fait en sorte qu’on se souvienne de moi. De telles pensées me traversaient à peine lorsque j’étais vaillant et que mon cœur ne battait que pour vous ; à présent toutes mes réflexions se partagent entre vous et cette (est-ce à moi de le dire ?) ultime infirmité des esprits nobles ».

 

« J’ai hâte de croire en l’immortalité. Je ne serai jamais capable de vous adresser un adieu définitif. »

 

« Je serai aussi patient envers la maladie et aussi confiant envers l’amour que je le puis

… … ….

V

 

Je ne puis voir quelles fleurs sont à mes pieds

Ni quel subtil encens hésite sur les branches,

Mais dans l'obscurité, infuses, je devine

Les senteurs que le mois saisonnier distribue

A l'herbe, et au buisson, aux sauvages fruitiers –

L'épine blanche et l'églantine des prairies ;

Aux violettes tôt flétries enfouies sous les feuilles ;

Et à la fille aînée de mai,

La rose musquée mi-close et gorgée de rosée,

Des mouches murmurant refuge aux soirs d'été.

 

VI

 

Dans l'obscur j'écoute; et je l'ai bien souvent,

M'éprenant à demi de l'apaisante Mort,

Nommée de noms plus doux dans mes rimes rêvant,

Pour qu'elle prenne en l'air mon souffle sans effort ;

Mourir plus que jamais voluptueux me semble,

Cesser d'être à minuit sans douleur aucune

Alors que tu répands ton âme au loin

Dans une telle extase !

Tu chanterais encore, et moi l'oreille vaine –

Pour ton haut requiem je ne serais que terre.

                           (Ode à un rossignol. Extrait

                                           Traduit par Fouad El – Etr)

 

 

Une nouvelle hémorragie en juin 1820. Il fait parvenir à Fanny son exemplaire de l’Enfer de Dante sur lequel est recopié le sonnet « Bright Star ».

En Août son mal empire. Il cède aux instances de son éditeur et de ses médecin qui craignent que le climat de l'Angleterre ne lui soit par trop néfaste.

 

« Je sens qu’il m’est presque impossible de partir en Italie ; le fait est que je ne peux vous quitter, que je ne connaîtrai le moindre instant de contentement que lorsqu’il plaira à la fortune de me laisser vivre avec vous pour de bon. Mais je ne veux continuer de la sorte. Une personne bien portante comme vous ne peut se représenter les horreurs qu’endurent des nerfs et un tempérament comme le mien… Je doute que ma santé s’améliore sensiblement tant que je serai séparé de vous. En dépit de tout cela, je suis peu disposé à vous voir ; je ne supporte plus les éclairs de lumière suivis du retour dans mes ténèbres… »

 

En septembre, un échange de portraits, de mèches de cheveux et de bagues scellent les adieux de Keats et de Fanny.

Joseph Severn, un ami connu alors que Keats étudiait au Guy’s Hospital l’accompagne ; hélas, le bateau sera immobilisé en quarantaine dans la baie de Naples, et Keats est tenté de mettre fin à ses jours tant l’épuisement l’accable.

Après une longue agonie, à onze heures du soir, le 23 février 1821, Keats expire dans les bras de son fidèle ami Severn. 

 

Sur sa tombe au cimetière protestant de Rome, est gravée l’épitaphe qu’il désirait :

 

Here lies one whose name was writ on water.

(Ci – gît celui dont le nom fut écrit sur l’onde.)

 

            De même il désirait que le porte – monnaie offert par sa sœur Fanny et la dernière lettre qu’il n’avait pas lue ainsi que celles de Fanny Brawne, non lues non plus, soient déposées dans son cercueil.

 

            Shelley apprenant la disparition de Keats en sa vingt sixième année est bouleversé et compose une admirable élégie où explose la foi panthéiste de son âme.

            En Août 1820, il avait offert à Keats de l’accueillir chez lui à Pise, mais sa proposition fut déclinée.

 

                                         « Il vit, s'éveille - Mort, tu es morte, et non lui ;

Ne pleurez pas sur Adonaïs. – Jeune Aurore,

Fais de ta rosée· une splendeur, car celui

                      Sur qui tu t'affligeais, ne t'abandonne point ;

                                           Cavernes et forêts, ne vous lamentez plus !

Ni vous, fleurs alanguies, fontaines; et toi, Air,

Qui jetais comme un voile de deuil ton écharpe

Sur notre Terre délaissée, découvre-la

Même .aux astres joyeux souriant à son désespoir.

 

 

Il n'est plus qu'un avec la Nature ; on entend

Sa voix dans toute sa musique, de la plainte

Du tonnerre, aux accents du doux chanteur des nuits ;

Il est une présence, à sentir et connaître

Dans l'ombre et la lumière, en l'herbe et le rocher,

Partout diffuse, où peut s'étendre ce Pouvoir

Qui a repris son être et le mêle au sien propre ;

Dont l'inlassable amour travaille l'univers,

Soutient ses fondements, et l'embrase par le sommet.

                                                                       (Percy Shelley

                                                                       Adonaïs, extrait)

         bright-star affiche  

 









            Autre hommage à John Keats, le film de Jane Campion, la cinéaste néo – zélandaise qui avec « Bright Star » a renoué les fils d’une histoire dont l’essence est encore toute entière palpitante à travers la Poésie de celui qui l’incarnait dans les vers qu’il jetait à la hâte  et sans effort la plupart du temps…

  

 

 

                     Brillante étoile ! que ne suis-je comme toi immuable –

Non seul dans la splendeur tout en haut de la nuit,

Observant, paupières éternelles ouvertes,

Comme de Nature le patient Ermite sans sommeil,

Les eaux mouvantes dans leur tâche rituelle

Purifier les rivages de l'homme sur la terre,

Ou fixant le nouveau léger masque jeté

De la neige sur les montagnes et les landes –

Non – mais toujours immuable, toujours inchangé,

Reposant sur le beau sein mûri de mon amour,

Sentir toujours son lent soulèvement,

Toujours en éveil dans un trouble doux,

Encore son souffle entendre, tendrement repris,

Et vivre ainsi toujours – ou défaillir dans la mort.

 

            (Bright Star !

John Keats

Traduit par Fouad El – Etr)

 

 Odes à un rossignol              Lettres à Fanny

 

 Hécate.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate - dans Essais
commenter cet article

commentaires

aiolos 12/05/2013 19:28


Un objet de beauté est joie sans fin 

Hécate 13/05/2013 10:38



Cher Enchanteur te lire ici me fait bien heureuse en ce matin privé de la lumière du soleil, merci d'être venu dans l'univers de Keats qui chantait si bien la nature et l'amour . Une vie
trop brève mais si fervente ! Je t'embrasse  fort.


                   Hécate



Zeherit 09/05/2011 07:08



Chère Hécate, voici que je retrouve la toile et votre site, alors que Keats par le biais de sa Lamia vient de se révéler à moi...


Philosophy will clip an Angel's wings,
Conquer all mysteries by rule and line,
Empty the haunted air, and gnomed mine -
Unweave a rainbow, as it erewhile made
The tender-person'd Lamia melt into a shade.


Quel est donc ce temps qui non seulement vient effilocher l'arc en ciel mais qui surtout le restructure, le rationnalise et le repeint en couleurs standardisées ?






Hécate 09/05/2011 11:15



Cher Zeherit ,l'illustration demeure invisible .........hélas !


"Il y avait un arc-en-ciel que nous vénérions autrefois au firmament ...."


Enchantée de vous voir sur le fil funambule ....


                     Le carrefour de tous les possibles est ouvert à la Lune et aux
apparitions


                                                                                                      
Hécate



Valmont 14/03/2011 19:04



Je ne connaissais pas ce personnage passionné, qui sait dans ces lettres parler aux femmes, à cette femme tout du moins, ni le film d'ailleurs que je note de trouver et de voir, car vous m'avez
donné envie d'en savoir plus en images et de découvrir cette passion amoureuse filmée, bonne soirée et bien à vous !



Hécate 15/03/2011 11:00



Bonjour Valmont , en effet Keats était un poète  extrêment passionné et romantique . Etant donné son rang social défavorisé  ,la femme suscitait autant de fascination que de
crainte . Se méfiant autant de lui-même  .Il écrivait à un de ses amis :" Lorsque je suis en compagnie de femmes,j'ai de mauvaises pensées , de la malice , du spleen  ; je ne puis ni
parler ni me taire  ;je suis plein de soupçons ...".


Les seules lettres d'amour qu'il écrivit sont celles adressées à Fanny  Brawne .


Je suis heureuse de vous  lire sur ce billet .


                                                                         
Bien à vous


                                                                                               
Hécate



ariaga 10/02/2011 14:44



Je rattrappe mon retard. C'est passionnant ! Amitiés.



Hécate 10/02/2011 23:27



Merci de revenir en arrière Ariaga ; Keats était un poète  dont la sensibilté à fleur d'âme et de chair ,il me tenait à coeur de le présenter  tel que je le sens
.


                                                                                                    
Amical bonsoir


                                                                                                                            
H



Emy 03/02/2011 11:27



Aujourd'hui je viens avec le froid et l'envie de retourner sous ma couette à cause du rhume que je viens d'attraper.


Passe un bon jeudi et que le temps soit meilleur chez toi



Hécate 04/02/2011 13:39



Le temps est couvert et doux Emy . Il faut vite soigner ce vilain rhume  :)


                                                                                                 
Hécate



e-love 02/02/2011 18:51



Je viens découvrir ce blog et je me cultive en même temps. Voilà un nouveau jardin dans lequel je viendrais passer de temps en temps pour lire les nouveaux articles et aussi les anciens ;)



Hécate 03/02/2011 11:19



Sympathique visite ,un jardin de mots ,de livres ,de poésies  ,mes coups de coeurs ...Bonne promenade ...:)


                            Cordialement


                                                  
Hécate



Cathy 02/02/2011 17:18



Je suis comme "Anne"... Je guette, je guette, mais je ne vois venir aucun article depuis celui-ci.


Tu fais grève, Hécate ?


A bientôt je l'espère.


Amitiés,


Cathy.



Hécate 03/02/2011 11:17



Bientôt Cathy ... :)


                          
Encourageant d'être attendue !


                                                                                    
Amicalement


                                                                                                                      
Hécate



Emy 02/02/2011 11:50



C'est avec avidité que je viens de lire cet article qui est très bien écrits


Bon mercredi



Hécate 02/02/2011 20:30



Merci Emy ,cela me fait  plaisir ,et communiquer mes coups de coeur en est un !


                                                    
Bonne soirée


                                                                            
Hécate



Déficience Mentale 01/02/2011 21:14



Verseau, je n'ai jamais versé une goutte à côté. Mes amis en profitent à la cantine, font chi@!*?!! .J'suis désolé pour le retard...



Hécate 02/02/2011 12:49



à peine du retard ,voyons  :)


Ne versons point dans la désolation ,alors que ce souhait m'a fait tant plaisir cher Verseau  !


                                                                                                        
H


 



Guern' de Bé 01/02/2011 17:03



J'ai regardé le film, tout y est vraiment magnifique. Il a éveillé chez moi un coeur caché de midinette. J'ai même versé deux ou trois larmes...


L'héroïne est géniale et on comprend qu'il en soit tombé amoureux. Ce qui est assez étonnant, c'est que Jane Campion a réussi à faire passer quelque chose de très moderne dans cette histoire
d'amour qui a quand même deux siècles...



Hécate 01/02/2011 18:51



Je suis contente d'avoir ton avis sur le film ...D'autant que je te sais que tu dis carrément les choses ,ce que j'apprécie  :)


Deux siècles !...oui...l'amour est de tous les temps .


Jane Campion a voulu aborder Keats à travers celle dont il est tombé amoureux ; elle dit dans un entretien ( j'ai fouillé la toile ) qu'en lisant la vie et les lettres de Keats ,elle
a été très émue ; c'est  là  le départ de son désir d'en faire un film   . 


                                               
Merci Guern' 


                                                                                 
Hécate



magsam 31/01/2011 23:00



Coucou Hécate comment vas tu par ce temps pas de grippe en vue?


Je te souhaite une belle et douce nuit gros bisous a toi



Hécate 31/01/2011 23:05



Je vais bien :)


Le temps se prête à la rêverie au chaud .


                                  
Bonne nuit Magsam


                                                  
Romantiquement ...


                                                                              
Hécate



Déficience Mentale 31/01/2011 22:43



Je ne sais plus exactement si c'est aujour'dui, ou si c'était hier, si c'était hier je suis très confus, je te souhaite un très bon anniversaire, demoiselle de l'hiver aux mots touchants, au
calme et à la tolérance que j'admire :).... un très gros bisou, bonne nuit, à demain j'espère, tu as un an de plus mais ne t'en fais pas, dans 10 jours, je te rejoins :)...



Hécate 31/01/2011 22:51



C'était hier ,mais c'est fabuleux que tu y penses ! Mille mercis à toi ,c'est vraiment fantastique ces échanges et ces pensées qui vont ,viennent ,s'entrecroisent ...Bonne nuit cher
Déf ' ....


La tolérance est normale tant que l'on reste dans le respect des idées de chacun ,c'est une ouverture ,un enrichissement humain .


Dans 10 jours ! Ah! nous sommes du même signe alors  !


                                                                                             
Allez ,je t'embrasse


                                                                                                                              
Hécate



rené 31/01/2011 11:51



Bien le bonjour gente dame ☼



Hécate 31/01/2011 22:52



Bonsoir Messire  René  :)


                              Hécate



la bête humaine 31/01/2011 11:33



Votre dernière réponse à la couleur du souffre chère magicienne, le prochain article en aurait-il l'odeur ?



Hécate 31/01/2011 22:54



Je ne sais la Bête ...Peut-être sera-t-elle d'une teinte décomposée par le temps  :)


                                                                                                                 
Hécate



sixfrancs21 29/01/2011 15:39



Après Keats, qui sera le prochain ? mais STP pas un romantique ... 



Hécate 29/01/2011 18:23



Je sens que je pourrais bien mettre un gilet rouge ,moa ,comme un certain "Jeune France"  ...


pour défendre les Romantiques  ...!!!


Je devrais compter les "pour" et les" contre"....sur ce coup là !


 


Rien de bien décidé encore  cher Francis ...J'ai plusieurs projets en tête ,mais voilà...pour l'instant ...


                               
Hécate



Déficience Mentale 29/01/2011 13:41



J'te souhaite un très bon week end, que le soleil soit avec toi, chez moi la vache ne s'arrêter plus de pisser... bisouilles !



Hécate 29/01/2011 18:14



Le soleil y était ,mais un vent du nord à décorner une vache  


                                                          
Bonne soirée Déf ,


                                                                                    
Hécate



La bête humaine 29/01/2011 10:00



La bête est taquine plaie chair, et vous le savez bien !!!


 


«  Ô vous ! Qui avez les prunelles des yeux meurtries et lassées,


Régalez-les devant l'immensité de la mer ;


Ô vous ! Dont les oreilles sont rassasiées de rudes vacarmes


Ou repues jusqu'à l’indigestion de fades mélodies,


Asseyez-vous à l'entrée de quelque vieille caverne, et méditez »


John Keats


Et que dire de cette heure que l’on nomme entre chien et loup cette heure qui n’a ni l’éblouissante force du jour ni la
ténébreuse puissance de la nuit, cette heure toute en nuance en presque « fadeur » recèle de secrètes  rugueuses douceurs qui électrisent
les poils de la bête qui sommeille en nous. Ben quoi j’ai droit à quelques oxymore moi aussi.  



Hécate 29/01/2011 18:28



Eh! bien Keats fait couler de l'encre  ...:)


                                                                 
H



Plaie 28/01/2011 19:35



Me concernant chère Bête Humaine, je trouve Keats pas suffisament romantique à mon goût justement... Pas suffisament exsangue et les viscères à l'air voyez-vous :)



Hécate 29/01/2011 18:26



( entre parenthèse : il y avait les poumons crachés ,alors les viscères ...)


Je laisse la parole à mes visiteurs ...


                                                   (  
H  )



La bête humaine 28/01/2011 18:28



Apparemment il est des personnes que le romantisme dérange encore !!! Pas que je désire ici entrer dans une polémique stérile,
non non… Mais je m’interroge toujours  à savoir si c’est de la pudeur que l’on veut à tout prix cacher pour paraître plus fort. Serait-il toujours
aussi mal vu d’afficher certaines émotions ? La beauté serait-elle mièvre ? bon allez un petit pavé dans la mare pour le plaisir de l’onde…



Hécate 29/01/2011 10:30



Quelques frémissements sur l'onde ....:)


                                                               
H



Plaie 28/01/2011 18:13



"Ci-gît celui dont le nom fut écrit sur l'onde"...


 


L'air de rien, l'air n'est pas rien et je ne m'étonne plus de ces corrélations âme-niotiques :)


 


Plaie bien vôtre


 



Hécate 28/01/2011 18:25



Ah! ces correspondances !....:)


                                       
votre Magicienne


                    



Plaie 28/01/2011 17:16



Ouiiiiiiiiiiiiii ! J'aime beaucoup l'idée de ces nouveaux moyens de communications !


C'est Amer qui n'a qu'à bien se tenir... Et à se protéger le crâne d'un casque de plomb !


 


Depuis le temps que je conserve toutes sortes de bouteilles chez moi, en me disant que "non, non, non, je n'ai pas envie de me soigner à ce sujet".


Je comprends tout maintenant pourquoi cette frénésie à collectionner des contenants de vide ! C'est pour les remplir et les lancer très loin, m'enfin !



Hécate 28/01/2011 17:35



Ah! ...Des contenants vides en frénésies de collection !!!


Tiens ,tiens ...Et avant qu'elles ne soient vides ces bouteilles ...?


Et ,l'air de rien ,ces bouteilles à la mer sur l'article de Keats ,quand on connaît son épitaphe ....


                                                                                                                       
H


 



Déficience Mentale 27/01/2011 21:33



Je viens de retrouver nos premiers échanges :


http://deficience-mentale.over-blog.com/article-madame-la-professeur-a-un-balai-dans-l-antre-post-digestive-55879785-comments.html#anchorComment


Nostalgie !



Hécate 28/01/2011 09:52



Oh!...Comme qui dirait curieux endroit pour une première rencontre


C'est émouvant ...Nostalgie !


                                    
A + Florian


                                                                
Hécate



gertrude 27/01/2011 14:27



Et le S à "communication" comme Sérial!



Hécate 27/01/2011 16:56



Comme  ....


Comme Série ...


                              Comme Service ( et
non : Sévices ! )


                                              
...Survie


                                                             
Sauve qui peut ...:)


                                                                                                     
H



gertrude 27/01/2011 14:26



J'avais oublié:


 






Hécate 27/01/2011 16:51



...................                             
Ah!.......Voilà qui met de la fantaisie  !  .......


                                                                               Un
oubli ,ah! fichtre ...heureusement que l'Os est vigilant ,il y en a dans ce Crâne là ...:)


                                                                                                     
HHH



gertrude 27/01/2011 14:24



Je propose pour de nouvelles communication virtuelles


le Port USB:


Universal Serial Bouteille





 


 


 


 


 



Hécate 27/01/2011 16:44



Un mode de communication qui tient la vague et qui semble en vogue   :)


                     Bien à vous Capitaine !


                                                   
Hécate



Plaie 27/01/2011 01:15



En vol de nuit...


C'est que c'est l'heure pour venir vous rendre une petite visite... :)



Hécate 27/01/2011 10:53



Que voilà un parfum en vol Plaiethorique ...qui annonce le retour !


                                                                                          
M....



Quichottine 25/01/2011 14:00



C'est un très grand poète, mais je n'ai lu de lui que quelques poèmes....


 


Merci pour cette belle page qui donne envie d'aller plus loin.



Hécate 27/01/2011 16:36



Je n'avais lu que quelques poèmes de lui ,mais voilà ,vient un jour où vient l'envie va plus loin et s'épanouit ...


Merci  QUICHOTTINE d'avoir partagé un moment avec moi et KEATS   :)


                                                                                            
Hécate



AnB 25/01/2011 13:36



Bonjour Hécate,


Je suis venue, comme tu le constateras à la prise de connaissance de ce message, et lu ; faisant connaissance de cet auteur que tu as cité, et ce à plusieurs
reprises, dans cet ailleurs qui est sien, mien...


L'amour, avec un a ou A -je ne pourrai m'avancer plus n'étant pas Keats, n'étant pas...-, semble avoir été la source d'inspiration de Keats ; comme de la
plupart des auteurs, poètes mais ce même était apprécié en retour et donc, si ce n'est pas l'amour qui aura mélancoliser se personne, ses écrits, ce sera elle, la maladie, ces lente agonie et
inévitable mort.


Keats aura touché Hécate. Je ne sais s'il aura la possibilité d'en faire autant avec Elle... C'est qu'il y ait encore de nombreuses rencontres et découvertes
en attente par chez Elle, dont deux auteurs connus d'Hécate en plus d'être présentés sur son fil.


J'ai entamé le visionnage de Dracula de Coppola et m'attarde à en poursuivre la lecture (par le biais de la nouvelle technologie). Je pense que ce film
m'aurait davantage attrayé en son époque qu'actuellement puisque le mythe du vampire n'a quasiment plus de mystères...


L'on ne peut m'en vouloir d'être née trop tard ;)


Peut-être que Jane Campion saura davantage capté mon attention.


Toutefois, j'ai pris plaisir à te lire Hécate. Tu sais que tes présence et partage nous apportent. Merci.


Que cette journée te soit agréable.


A une fois prochaine...



Hécate 27/01/2011 11:49



Bonjour AnB,


Je viens répondre à ton commentaire soigné comme à chaque fois , Keats est venu à la Poésie avant d'être amoureux de Fanny Brawne ,mais bien sûr ,cette rencontre ensuite à galvanisé
son inspiration ,et hélas la maladie et ses suites qui vont l'amener jusqu'à la mort ne peuvent que donner des accents mélancolisés .Ce jeune homme était plein de vie ,de courage et d'ardeur ,de
fantaisie aussi ...


Ses vers sont certes d'une forme novatrice en son temps et peuvent paraître dépassés ,mais non ,la sensibilté extrème ,l'amour de la nature  qui est toujours palpable
...


Quant au thème du vampire ,il est au-delà du mystère ,les multiples manières de l'aborder se renouvellent sans cesse . Bram Stoker est désormais un classique du genre ,il abordait un
sujet que l'époque victorienne ne tolérait guère : la sensualité .


                    Au plaisir d'une prochaîne fois ...


                                                                    
Amicalement


                                                                                                  
Hécate


 



Plaiethore 25/01/2011 00:17



J'espère que oui Magicienne Mia, j'espère que oui...



Hécate 25/01/2011 10:29



J'espère en l' Espérance ....Pléthore d'Espoir ,Plaiethore !


Quel Chaos  !!!!


                           votre
H



Déficience Mentale 24/01/2011 19:26



ça y est, catharsis a supprimé son blog :) c'est la troisième fois ! enfin j'espère que comme d'habitude il en refera un autre... tout dépend de son inspiration. Bonne soirée , bisouilles




Hécate 24/01/2011 21:48



Oh! là là ,que c'est dommage ...Les échanges avec Catharsis étaient vraiment intéressant   :(


Les nouvelles de ce jour  sont navrantes ...Merci de l'info Déf ,j'allais voir régulièrement si il refaisait surface . Bonsoir à toi  .


                                               
Hécate



Plaiethore 24/01/2011 18:33



C'est "drôle" que vous parliez d'alarme Magicienne Mia, mon blog vient de disparaitre alors que je venais tout juste de poster un article...



Hécate 24/01/2011 21:44



PLAIETHORE !!!!!!!!!!!..............Disparaître ???  Votre blog ?............OH ! NON non !..........


Dites-moi que c'est possible de le repêcher au moins ????


                                                                  
votre HHH



Plaiethore 23/01/2011 18:16



Sans en faire une tartine à six sous, peut-être que c'est parce que Keats ne réussit pas à me vriller les tripes et à me faire vrombir les méninges Magicienne Mia :)


Cela ne se commande pas... J'ai essayé pourtant...


 


Noooooooooooon ! Pas le bec de l'un de vos trois ailés de Noir ! Nooooooooon !


 


Plaie bien vôtre



Hécate 24/01/2011 18:30



Quand l'émotion ne vient pas ,on ne peut la forcer  Plaiethore  Chair  ....


Pourquoi  tout à coup  être en alarme ?... Mes ailés de Noir   ont chacun leur goût  en poésie comme en musique  :)


                                    
Bien vôtre


                                                 
Magicienne


 



sixfrancs21 23/01/2011 17:19



mais Racine !  la pureté de sa poésie, sa douceur & sa violence (comme Shakespeare) toujours maîtrisées (pas comme l'Anglais, extrêmement baroque), la structure de ses pièces
riches & très complexes en dépit de la simplicité apparente. En  conclusion, si je devais partir sur une île déserte, je prendrais Racine & Shakespeare pas Keats ...
Et  toi ?



Hécate 24/01/2011 17:52



...Racine ,là hormis "Phèdre " ,j'avoue que "Esther " m'a ennuyée . Je n'ai pas lu Racine depuis des lustres !


La question de l'île déserte  !!!  Ah... " Wuthering Heights " de E. Brontë ,  ,et ,en plusieurs traductions de façon à comparer soigneusement  ( ce que j'ai fait
déjà un peu  ).


En poésie ,là...mon coeur est tiraillé ,le choix  est terrible !!!!!!!.....


                                                                                                                            
Hécate



sixfrancs21 23/01/2011 16:58



qu'il y a de la ressemblance, au niveau de la langue, des mots, de l'expression avec les Romantiques anglais ! il n'y a qu'à voir le langage de Juliette, de Desdemone, de Roméo ou du Maure par
exemple. Mais il  y a bcp plus chez le grand William.  Je ne vois que Racine qui puisse rivaliser avec lui au niveau de la tragédie ...  



Hécate 24/01/2011 18:22



...oui ,tout de même on retrouve des tournures ...Il y a aussi quelques ardeurs chez M. Drayton , mais évidemment le langage de Roméo  et de Juliette....L'alouette chez le grand
Will ...et le rossignol de Keats,celui de Coleridge  ...Que d'oiseaux  !!!


                                                                                                                
H



sixfrancs21 23/01/2011 16:40



Mon cher Shakespeare ... J'ai dû aller 4 ou 5 fois à Stratford (ah ! sa maison, son école, l'église et son environnement charmant et merveille, le cottage d'Ann Hathaway ! ! mais ce n'est
pas de nostalgie que je voulais parler, j'ai lu presque toute son oeuvre et plusieurs fois les grandes tragédies et je trouve, bien que ce ne soit pas du tout son époque ...



Hécate 24/01/2011 17:37



 Shakespeare ...!


 Je n'ai pas lu toute son oeuvre ,mais j'aime ses sonnets et plusieurs  de ses pièces théâtrales  me sont connues ( soit lecture ou films  , une version du "Roi
Lear "   assez extraordinaire !... ). " Richard III"se rapporte à des souvenirs plus personnels ...:)


Les traductions de l'écriture Elysabéthaine sont certainement seulement une approche de celle de Shakespeare .


Les Romantiques étaient de fervents lecteurs de W. S .( hum... )


Cette évocation de ces voyages à Stratford ...ah! .... :)


                                                                                                                             
Hécate


 



sixfrancs21 23/01/2011 15:56



Tu ne me réponds pas sur leur langage (au sens de langue poétique, j'ai bcp étudié la stylistique et la sémantique sans parler de la lexicologie, je suis accro à tout cela) et sur celui
de Keats en particulier que je trouve vain & ampoulé et dérisoire ! je te dirais Keats ou double (bad joke too easy, mais j'y suis obligé !) je quitte JK sans regret et je ne veux pas
doubler mes coms à part pour mon grand Shakespeare, mais tu m'as ôté mon bon pain blanc de la bouche ...



Hécate 23/01/2011 19:28



Bien ,affaire classée ...:)


Je ne parle que de ce que je ressens ,ce n'est pas pour dévier la conversation ...Et il se trouve que je suis sensible à tous ces phrasés ; je n'insiste pas ,mon article le dit assez
...( Je dois avoir une case du cerveau ampoulé  ,ce qui est une explication du domaine du possible 
).


J'apprécie ton échange et ta patience  Francis  !


                                                                                             
Hécate



Sainte Rrose 22/01/2011 18:34



Plaie m'a volé mon commentaire dans son intégralité! (Ce n'est pas bien!)


Il ne me reste plus qu'à vous offrir un flacon de baume parfumé à l'odeur de sainteté pour me faire pardonner...


 






Hécate 23/01/2011 15:04



Je vois .... Je me demande bien quel est ce complot ,qui vole qui ?


Evidemment ...le flacon parfumé ...est un atout en votre faveur Sainte Rrose  :)


                                                                                            
votre Hécate & Magicienne



Plaiethore 22/01/2011 17:23



Bonjour Magicienne Mia !


Vous savez, cela fait au moins quarante fois que je viens me poser sur cet article et que chaque fois je repars, ne sachant quoi écrire d'intéressant...


Alors, oui, bien sûr, j'aurais pu au moins signaler ma présence, ma curiosité à glaner des poèmes de cet auteur que je ne connaissais pas auparavant, mais je ne l'ai pas fait, neuneu tel je me
sentais de ne rien avoir à "dire".


Mea culpa Magicienne de mes Lunes Carnivores, mea culpa :)


J'espère que vous ne m'en voudrez pas...


 


Bien votre Plaie qui dit Vague


 


 



Hécate 23/01/2011 12:57



Quarante fois ,c'est beaucoup :)


Vous en vouloir ? ...Non ,mais c'est étonnant de votre part  Plaiethore ,vous toujours débordant de torrents de mots ...Ah! les Muses... :)


                                                      
votre Magicienne des  Carrefours



sixfrancs21 22/01/2011 16:00



J'en suis resté à nos grands poètes : Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Lautréamont, Saint John Perse, Eluart par exemple qui n'ont pas la niaiserie des Romantiques qui sont de grands
benets paralysés par leur ego et leur poésie ampoulée  je tape sans doute trop fort, mais ils m'exaspèrent ...



Hécate 23/01/2011 11:22



C'est votre droit d'être exaspéré ,quant à taper trop fort ...on prisait les verges en Albion  ,on
fouettait,et tous les poètes n'étaient point de grands benêts ,Swinburne fréquentait des lieux peu fréquentables  et Byron pratiquait et inceste et lorgnait du côté des jolis garçons ,et son
"Don Juan " est assez sarcastique ...


Les Romantiques aimaient les ruines ,quitte à en construire des fausses  ...


Keats avait sa santé ruinée ,il était pauvre  ,situation romantique en un sens ,mais il n'était point mièvre  ...


Si vous avez la curiosité de fouiller dans mon blog ,vous verrez que Baudelaire et Lautréamont  y  sont . Comme vous ,j'apprécie les poèmes de Saint John Perse ( j'ai passé
6 mois dessus afin d'en saisir toute la profondeur ,les subtilités liées à la vie de l'auteur ) .


Et Shakespeare ...?


                                              
A une prochaine fois :)


                                                                            
Bon dimanche


                                                                                                              
Hécate



sixfrancs21 22/01/2011 15:45



En tant que réaliste & matérialiste, les poètes romantiques m'ennuient (pour rester poli !) qu'ils soient français (Musset, Vigny ou Lamartine) ou encore plus anglais (cf la traduction) C'est
illisible à cause de leur langue démodée, kitsch, dépassée et de leurs moeurs à la limite du ridicule !



Hécate 23/01/2011 10:57



Ah! voilà qui est dit       :)


Lamartine ,certes des vers bien tournés ,mais j'admets qu'il était très coincé entre sa mère et la religion et que dans sa vie personnelle ,il se tenait dans la prudence ,même lors
des remous sociaux .


Vigny est de ma région ...Et ce n'est pas le sujet  :)


 


Musset est tout de même plus plaisant ! Il y a dans "Rolla " des pages qui pourraient valoir les couleurs d'un Delacroix ...Il avait de l'insolence ,de l'humour ,un joli coup de
crayon ....


"Eh! depuis quand un livre est-il autre chose


 Que le rêve d'un jour qu'on raconte un instant ;


Un oiseau qui  gazouille et s'envole ;-une rose


Qu'on respire et qu'on jette ,et qui meurt en tombant ..."


 


 


En fait ,les siècles passent et les opinions restent divisées ,comme elles l'étaient à l'époque de Keats ,que certains accusaient "  d'être un frèle sylphe aspirant à usurper la
noblesse des lettres " , d'autres que  "sa poésie était masturbatoire " ...


Soit ,je conviens que l'époque victorienne et sa façon de cacher les jambes des meubles  pouvant susciter des idées indécentes  relevait du  ridicule ; mais il y
avait alors autant de lupanars que d'églises  à Londres ...


Merci Francis de votre opinion qui me permettent le plaisir d'une conversation  . A chacun ses goûts  :)


J'aime Keats ...et Lautréamont ... comme quoi


                                                                                       
Hécate


 



Iougenaie 21/01/2011 21:17



Vos réponses sont toujours passionnantes. Mon blog n'est plus actualisé depuis longtemps. Contactez moi par mail si l'envie vous prend, je reviendrai vous lire !


Douce nuit Hécate.


 



Hécate 23/01/2011 10:10



A bientôt avec plaisir Eugénie  :)


                               Un
dimanche dans la douceur d'un ciel couvert


                                                                                                                  
votre Hécate



Old-Luck-Oie 21/01/2011 20:54



C'est précisément Keats qui accapare tout mon temps ou presque, depuis la reprise des cours... =) Avez-vous vu le film, Bright Star, qui relate sa vie? =)


Huit petites pattes tissent vers vous le fil de mes pensées... Elles ne sauraient tarder, je pense, à vous parvenir... =)



Hécate 22/01/2011 19:33



Chère Tisseuse huit délicieuses petites pattes  sont bien dans l'antre de la Dame des Carrefours ...Les bottines rouges lacées ,et la  toile qui sert de
parure est orfévrerie empruntée aux songes où vivent les magiques pensées  ,le charme en est indicible  :)


Ah! Ainsi vous étiez avec Keats dans vos cours  !...Comme c'est curieux  :)


Vous auriez à m'en dire beaucoup  certainement  à son sujet ...


Oui ,j'ai vu "Bright Star " ,sinon je n'aurais pas cité le film de Jane Campion ...Et ,depuis la programmation sur Canal +  le DVD est  a un prix
abordable ,en version  originale et en français .


                                  
Mille mercis de votre


                                                                   
Magicienne



Pâques 21/01/2011 19:26



Bonsoir Hécate,


Je suis de retour ( un petit ennui d'ordinateur)


Merci de ton passage!


C'est avec plaisir que je me suis immergée dans l'univers passionné de ce jeune poète et je vais approfondir cette jolie découverte.


Amicalement


Marcelle



Hécate 23/01/2011 09:53



Bonjour Marcelle ,


(Décidemment ,les ennuis d'ordinateur ...je viens d'en avoir aussi ! )


Un jeune poète au destin plein d'entraves dès l'enfance .


                                                                                         
Hécate



sixfrancs21 21/01/2011 14:53



J'ai lu ton article depuis longtemps, et tous les commentaires et toutes tes réponses, mais je ne suis pas très convaincu  ... Je te dirai pourquoi dans plusieurs coms et plus tard car
mon ordi fonctionne mal !



Hécate 21/01/2011 17:54



J'y compte bien Francis ... :)


Toujours intéressant les avis des uns et des autres !


Mon ordi était des plus capricieux ,tout semble refonctionner  ,enfin  ....


                                                                                        
Hécate



La bête - humaine 20/01/2011 10:39



Toujours aussi passionnant ces articles que tu nous contes, chère Magicienne...



Hécate 20/01/2011 10:42



Quand les vies sont passionnées ....:)


                                                      
Hécate



Iougenaie 19/01/2011 14:30



J'oubliais. J'écoutais le concert à deux violes de Sainte Colombe. Il s'accordait avec harmonie à la poésie de Keats.



Hécate 19/01/2011 18:56



Je connais un peu les compositions de Saint-Colombe  ,oui...certainement en harmonie  avec la poésie de Keats  :


" ...Et pourtant le Soir écoute . Qui s'attriste


A l'idée d'oisiveté ne peut être oisif ,


Et il est éveillé qui se croit endormi  ".


 


                                                                  
Hécate



Iougenaie 19/01/2011 14:29



Bonjour Hécate. Je viens de lire entièrement votre article. Ca faisait longtemps que je n'étais pas venue lire quelque chose.


Cet article était passionnant. Cependant, parfois il semble que l'amour de cette sorte n'est plus place aujourd'hui. J'y songeais car ces amours là prennent toute une existence en eux. Ils
impliquent une sorte d'abandon de ce que nous avons d'individuel à l'amour. Absolu et violent.


Douces pensées vers Vous.


Eugénie.



Hécate 19/01/2011 18:50



Eugénie !....Quel plaisir de vous revoir chez moi ...( je n'arrive plus à laisser un commentaire via votre blog ,j'y suis passée il y a quelques jours pour vous
souhaiter une bonne année 2011 ).


Très vite ,l'amour de Keats et de Fanny s'est trouvé face à l'inéluctable issue  de la mort du poète .Les derniers mots de la dernière lettre adressée à Fanny :
" Je suis écoeuré  du monde brutal auquel vous souriez . Je déteste de plus en plus les hommes et les femmes .Je n'entrevois  que des tourments pour l'avenir .... Je voudrais être
dans vos bras empli de confiance , ou bien  frappé par la foudre 


 Dieu vous bénisse -J.K "


Merci de vos pensées chère Eugénie  .


                                                 
Amitiés


                                                              
Hécate



machefort 18/01/2011 22:42



Zavaient d'ses vies les gaziers !!! Pas des vies d'pousseurs de caddies !



Hécate 19/01/2011 19:02



Eh! oui Machefort ...J.K  "circonfiait " les instants ...( vous comprendrez ,je vous sais muni d'un dictionnaire d'exception  :)  ).


                                                                    votre
Madame Klimt


                                                                               



Binh An 18/01/2011 19:34



J'ai vu qu'on peut télécharger Keats! Mais où ?


Ce soir, Brightstar est sur Canal+. Alors, pour ceux qui n'ont pas Canal + !!!!



Hécate 19/01/2011 10:32



Je ne sais pas Binh An ....Il faut le demander à Maud  :) Elle saura expliquer ..


Pour qui n'a pas Canal+ ( je ne l'ai pas ) il y a le DVD ,éventuellement ,tant qu'il est disponible ;tout va si vite ( le film de R.Ruiz sur le
peintre Klimt semble  introuvable ,déjà ) .


                                                                                             
M...



rené 17/01/2011 13:10



Tous mes voeux chère amie ☺5☼☼



Hécate 17/01/2011 19:20



Merci René  :)


           H.



Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories