Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 16:05

Beaumont la Ronce 50 bis

 

Prière

 

Parle-moi de ce temps-là

Où j’étais l’orpheline d’un enfer

Traversé comme on traverse les ronces

Sans voir les déchirures sur la peau

Parce que les yeux aveugles

Ne guident plus que vers l’intérieur d’un passé perdu.

 

Parle-moi de ce temps-là

Ou bien d’un autre encore

Ce temps d’avant les cimetières

Décors de mes consolations amères

Où j’allais nourrir mes chimères, mes espérances

Dans ces jardins d’acclimatations.

Les brûlures de juin ou de juillet

Ne chauffaient jamais assez mon corps

Habité sans cesse de ce froid mortel

Où mon âme hurlante, enterrée cataleptique,

Réveillée chaque jour à la vie terrible

Attendait, tout en n’attendant plus !

Est-ce que la durée existe pour la douleur d’être ?

 

Parle-moi de ce temps-là

Où j’avais contracté si fort la haine et la peur,

Cet envers de l’amour désespéré et trahi,

Que mes rêves se ponctuaient de couteaux

Qui déchiraient, lacéraient, tuaient des fantômes

Plus incarnés que les vivants,

Ennemis debout dans la marge où je me tenais

Fuyant les ordinaires, les insipides, les normaux

Ceux qui ne connaissent de la beauté

Que la force du canon

Le reçu des idées, les rangements forcés

Des sentiments dans les bons casiers

La naphtaline des armoires lingères

La convention des trousseaux de mariées.

Je portais le voile de tulle de mes noces

Avec la mort qui m’avait tout pris

Avec la vie qui ne voulait rien me donner.

Entre serpents et chiens qui parlaient,

Entre le corbeau mort qui se taisait

Et le ciel noir de ma mélancolie contagieuse,

Entre folies et visions atroces

De la somptueuse réalité

Nue, malgré ses artifices

Sous ma langue qui la crachait, la dénonçait…

 

Parle-moi de ce temps-là

Où je n’étais pas encore cette misérable égarée

Malvenue dans un monde carcéral

Avec les mots au bout des doigts

Qui ne savaient même pas

Si la page se ferait oiseau voyageur

Pour envoler le pressant message,

Indécrypté de moi-même…

 

Parle-moi de ce temps-là …

C’était un temps de violent soleil sauvage,

De bougies dans les nuits

Dont j’étais la cire avec pour support de la flamme, le chagrin.

Mes pleurs n’éteignaient rien.

Acide rongeur de ma vie écorchée

Tombée dans des lits de fièvres,

La maladie me prenait dans ses bras

Et penchait sur mon front en sueur

Sa bouche qui me dictait les délires,

Désirs atroces de ce temps d’avant…

Appel du baume guérisseur…

 

Parle-moi de ce temps d’avant !

 

 Hécate

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hécate
commenter cet article

commentaires

Valentine :0056: 12/10/2012 12:44


Tu ne vois pas mon smiley ? Ces chiffres sont en effet un code de smiley...

Hécate 12/10/2012 12:50



Si...................en façade de mon Boudoir Cramoisi  je le vois !!!! ( côté administration, c'est le code, merci de m'éclairer, l'nformatique et moi...)


                                           
Merci !!!!


                                                        
Hécate



Valentine :0056: 12/10/2012 10:39


  ça je sais , et elle n'est pas commode, Hécate, d'où le ton écarlate de ton blog !


Mais toi tu ne te dévoiles pas, alors que moi je me suis dit : "puisque je suis l'auteur de mes poèmes, je veux les signer de mon nom" (car ils sont publiés sous mon vrai nom évidemment). D'où le
cafouillage sur le blog... J'avais choisi "Valentine" aussi par rapport à l'amour dont je voulais à l'époque me faire l'écho (l'Âm-our de l'Âme), mais que je pouvais aussi facilement évoquer een
signant de l'initiale de mon nom : "MartineM". d'ailleurs comme tu as dû le voir l'adresse du blog est "ValentineM", "Valentine" se trouvant déjà utilisé...


Bises !

Hécate 12/10/2012 10:50



Pas commode Hécate ?....


Elle est au Carrefour...à la croisée des chemins... La couleur écarlate c'est celle des roses dans ses cheveux...Amie de la Lune...:)


( il ne faut pas croire tout ce qui se raconte sur la Déité Antique...)


Je suis "incognito" sur la toile...c'est vrai...Mais ces chiffres après Valentine ? Un code ?....


Publier sous son identité ou un pseudo...ce qui compte c'est le texte !


                                                                                                
Amicales pensées


                                                                                                                     
Hécate



Valentine :0056: 12/10/2012 10:16


Ce n'est pas grave, tu peux m'appeler comme tu veux, c'est juste qu'ils réclamaient un pseudo et que j'ai voulu me rajeunir... 

Hécate 12/10/2012 10:24



C'est joli  pseudo Valentine...Tous les prénoms reviennent un jour....La jeunesse qui est importante  est celle du coeur  !!!


Hécate est un nom qui remonte à l'Antiquité Mythologique, alors...


                                                                                                                
Hécate...


           


               



Valentine :0056: 11/10/2012 21:40


Tu sais que "Valentine" est mon pseudo de blog ? Martine 

Hécate 12/10/2012 10:06



Oui Valentine, j'ai compris que tu avais pour prénom Martine !


C'est à faire tourner la tête, deux prénoms.... Si je ne m'embrouille pas un jour ou l'autre, j'aurais de
la chance...C'est vrai, j'avais eu comme un doute au premier pas chez toi :étais-je à la bonne adresses ?


                                                                                                         
Avec le soleil ce matin.


                                                                                                                                   
Hécate



Valentine :0056: 11/10/2012 14:38


Beau poème, Hécate.

Hécate 11/10/2012 19:13



VALENTINE je te remercie, c'est un poème que j'ai écrit il y a quelque temps...


                                                                                                                      
Hécate



baïne 06/10/2012 23:46


Bonsoir je viens me balader sur ton blog


voyager dans le temps d'avant pour oublier que ça peut faire mal en  dedans c'est comme une prière  qui prend toute sa force au creux de nos douleurs mais la vie
est là alors ne rien gacher du quotidien du temps présent .... Bisous

Hécate 07/10/2012 14:45



BAÏNE,


oui la vie est là, je suis d'accord avec toi et il faut saisir les instants de joie, et ne regarder en arrière que pour cette certitude : ne pas passer à côté des bons moments qui se
présentent.


Merci de ta balade chez moi et bon dimanche, peut-être avec un rayon de soleil...


                                                                                                                                   
Hécate



Martine 06/10/2012 07:26


Bonjour Hécate,


Me voici de retour après un mois "d'ailleurs".


Ton poème claque, fouette, hurle un maelstrom de souffrance. Les images magnifiques martellent le coeur. C'est bouleversant et mes mots me semblent si pauvres face à ce rouge et noir.


Un vécu qui fait mal pour toi. Sûrement que l'écriture est une aide précieuse.


Bises amicales


Martine

Hécate 07/10/2012 14:53



Bonjour MARTINE


quand on écrit on ne s'aperçoit pas toujours de ce qui traverse les mots...Un pan de vie...L'écriture peut aider, c'est possible, comme quand on est malade, se tourner dans la fièvre
soulage sans guérir. Le partage, les échanges, les rencontres sont des onguents précieux.


Merci à toi.


                       Hécate



if6 03/10/2012 21:50


Prière couchée dans des mots


quel oiseau pourrait en surgir


pour rendre la vie possible?


(je ne comprends pas tout dans cette incantation si personnelle. Je ne vous connais pas assez pour comprendre mais peut-être que cette chose, cette douleur à laquelle vous adressez votre prière
se transformera un jour en belle écriture. Je vous remercie pour votre attention et votre gentillesse hecate, pour prendre le temps de passer encore dans ce lieu un peu délaissé qu'est devenu mon
blog. ça me touche beaucoup. )


Bonsoir Hecate avec amitié

Hécate 05/10/2012 23:44



Quel oiseau pourrait en sortir?....Beaucoup d'oiseaux avec moi !...Beaucoup d'oiseaux tombés dans mes bras....La réponse est-elle si étonnante ?...


Dans l'écrit intimiste, il est toujours peu aisé de tout comprendre, mais est-ce nécessaire ?


Au long des jours je pense aux absences et je passe déposer un signe amical .


                                                                                                              
Un bonsoir d' Hécate



FRUITS CONFITS 03/10/2012 10:20


BONJOUR HECATE


et bien je suis sous le charme de ce magnifique texte est il de toi ??? si oui et bien chapeau bas


MERCI DE CE MAGNIFIQUE PARTAGE


BONNE JOURNEE


BISOUS HECATE


DANY



Hécate 03/10/2012 10:26



Bonjour DANY


oui ce texte est de moi, un passage de vie...


Merci de tes belles roses et de m'avoir lue. A bientôt.


                                                                                     
Hécate



ariaga 01/10/2012 16:05


Pour mon retour tu cognes fort à la porte de mon esprit et de mon coeur. Si tu savais combien tes mots me parlent des enfers traversés et des sueurs d'amour et d'angoisse. Tu es un vrai poète et
tu devrais publier plus souvent tes textes. Amitiés.

Hécate 02/10/2012 21:27



Chère ARIAGA


quand j'avais écrit cela je ne pensais pas trouver un jour tant d'échos en retour. Merci pour ton émotion...Quand j'ai ouvert ce blog, ce n'était pas pour y insérer mes textes personnels ; en
Interlude quand l'inspiration pour un livre ne se fait pas, alors pour combler le vide...


Amitiés.


                   Hécate 



MC 30/09/2012 16:25

Coïncidence ou incidence, j’ai écris quelque chose sur l’avant, un pendant bouffonesque à ton cri poétique… est-ce là une forme de complétude que seule la forme ne saurait rendre duelle… Le corps
crucifié d’une âme en paix… presque bienheureuse – le plus souvent représenté… une sorte de quiétude bonasse, qu’il nous affiche celui-là… quelle monstrueuse duperie !

Hécate 01/10/2012 10:35



Je ne sais pas ce que c'est que d'avoir une âme en paix...


Au départ mon cri poétique...ne s'adressait à....."rien" de particulier...Je sais que la saveur de ce "rien" te fera sourire...même si ...il n'y a rien qui s'y prête...


                                                                              
Hécate



Plume A l'Encre Criée 28/09/2012 17:22


J'ai oublié de te dire.... les jardins sont aussi mon refuge...


Je repasserai lire ta "prie-hier"...


Plume

Hécate 30/09/2012 16:49



J'aime beaucoup les jardins, Plume...Tous les parcs, les grands jardins, les abres, les fleurs et les oiseaux....et les oiseaux et moi avons des relations
assez extraordinaires.


                                                                                                                                            
Hécate



Plume A l'Encre Criée 28/09/2012 17:20


Si tu savais comme tes vers me bouleversent, Hécate, je connais aussi ce temps si bien pour l'avoir vécu...


Que te dire, les larmes " des mots Sion " remplacent "par foi" les mots...


Je ne sais pour toi, de mon côté, j'essaie de ne plus regarder derrière moi, même si je ne peux rien oublier... je fais de mon " m'yeux " pour vivre avec ce temps...


Dis moi,  as tu encore un rêve ou des rêves ? Nous n'en avons jamais parlé ensemble...


Je t'embrasse avec bcp, bcp de tendresse...


A bientôt


Plume

Hécate 30/09/2012 11:57



Chère PLUME


Oui j'ai encore des rêves, même si beaucoup se sont évanouis ( certains se sont réalisés au-delà de ce que je pensais.)


Ne plus regarder derrière ? Est-ce possible par simple volonté ? ...Le passé vient me regarder dans mon sommeil et il ne me fait pas peur puisque je suis faite de lui .


Vivre l'instant, les instants du temps présent, oui...C'est encore ce qu'il y a de plus magnifique !!!


Merci  Plume...Et toi, as-tu encore un rêve ?....


Mes très amicales pensées et bon dimanche . A bientôt...


                                                                           
Hécate



Pâques 27/09/2012 21:47


Et la page s'est faite oiseau voyageur ...


Les messages décryptés par des lecteurs qui retrouvent les odeurs de leurs anciens chagrins enfouis si loin sous les sourires de politesse et le poids des jours.

Hécate 05/10/2012 23:46



MARCELLE un bonsoir amical et un merci pour les mots ...


                                                                                    
Hécate



Pâques 27/09/2012 21:32


Et la page s'est faite oiseau voyageur...

Hécate 05/10/2012 23:47



oiseau voyageur ....



sixfrancs21 27/09/2012 16:15


Le passé ne doit pas brouiller le présent, laisse-le mourir .... Sois mûre ou mur !

Hécate 27/09/2012 18:00



FRANCIS ,


le passé sert à éclairer bien des choses, ce texte est déjà ancien, non destiné à être là initialement, et cette croix s'est trouvée par hasard sous mon regard dernièrement ; je n'avais
pas prévu de publier ce texte ici . Bien trop de murs trop longtemps autour de moi ...:)


Cette "Prière" était jetée au vent, à la nuit, pas une prière dans le sens religieux...


                                                                                                                           
Hécate



Paulo Jorge Alves Da Costa 26/09/2012 16:56


Bonjour Hécate,


Très beau poème et très émouvant et très parlant si on sait lire entre les lignes on pourrait croire que cette histoire c'est un peu la tienne. Me tromperais-je ?


Bonne soirée.


Amicalement Paulo.


Gros bisous.

Hécate 26/09/2012 18:51



Bonsoir cher PAULO,


oui cet écrit est intime, tu as bien dit. Je t'embrasse, mes amicales pensées.


                                                                                                            
Hécate



Gertrude 25/09/2012 19:31


Tout cela m'a l'air de remonter des gouffres de la réalité; c'est beau comme la vie à mort mais ce n'est pas bien optimiste.


Pour l'illustration, j'attendais en bon vampire (ou morte vivante) que pleins de commentaires intelligents précèdent mes âneries crâniques avant d'oser me pointer sous ses Feux.

Hécate 26/09/2012 19:27



A mon Carrefour, chère GERTRUDE on croise  Présent, Passé ou inversement comme dans un Miroir ;  une Crânique plasticienne ne craint point ni ail, ni crucifix et Hécate remonte
des gouffres comme on remonte  le Temps !...


              Mais le temps est compté, souvent conté...Il serait vain de le nier.


                                                                                           
Hécate


                                  


                                                           


                               



fbd 25/09/2012 18:18


la souffrance en effet, a un des liens les plus forts qui soit avec le présent

Hécate 27/09/2012 18:03



Francoise, merci de tes mots...


                                     
Hécate



Lucie-y 24/09/2012 19:01


Rectification; Sur elles!

Hécate 25/09/2012 14:44



oui...



Lucie-y 24/09/2012 19:00


Quand j'ai dit sur mon blog que j'étais heureuse dans mes peurs, c'est que j'ai toujours eu la victoire sur elle ! Voilà Hécate...

Hécate 25/09/2012 14:44



LUCIE-Y


C'était un peu le sens de mon interrogation et ce que j'avais supposé de cet état dans ton poème. Ta réponse le confirme.


Bonne journée.


                      Hécate



Lucie-y 24/09/2012 18:31


Bonsoir Hécate, mon passage est bien dans ton blog? Si tu me dit non, c'est que tu es le seul à ne pas le voir...


Amicalement. Lucie-y

Hécate 24/09/2012 18:38



Bonsoir LUCIE-Y


oui cette fois ton passage est bien là . J'y réponds de suite. Bien au regret de ces bizarreries  précèdentes très sincèrement et qui ne relèvent pas de ma bonne
volonté.


Bien amicalement .


                        Hécate



chevrette13 24/09/2012 14:18


lorsque l'on parle de ce temps là on nous traite de vieux, de démodés et j'en passe!! c'est vrai qu'il faut vivre avec son temps mais il n'y a plus de respect, de moral !!

Hécate 27/09/2012 18:18



CHEVRETTE, vivre avec son temps, oui, mais il y a la possibilité d'essayer d'être soi-même tout en respectant l'autre. Au-delà de ce qu'on entend par morale. Au-delà des modes .


Bonne soirée .


                                                                                                                               
Hécate



Sabine 24/09/2012 09:01


Je passe, emportée par le vent ce matin, vous souhaiter mes z'oiseaux chéris, un merveilleuse saison ...Mon coeur vous lance au passage un peu de cette poudre magique faite d'orangé et d'or
venant des entrailles de l'automne .........


Tendresse infinie de Sabine.

Hécate 25/09/2012 14:46



Bonjour SABINE


merci de ce passage que le vent apporte jusqu'à moi ....


                                                                     
Affectueuses pensées ailées


                                                                                                          
Hécate



machefort 23/09/2012 22:46



Hécate 24/09/2012 18:12



Vous sciez la branche mon cher ami, c'est de saison...


                                                                             
votre Mme Klimt



Phène 23/09/2012 18:20


Très joli poème dont la profondeur évoque la vive douleur de l'être cheminant malgré lui sur la voie résurrectionnelle... Bon dimanche, chère Hécate

Hécate 27/09/2012 18:09



PHENE, je ne sais qu'ajouter à tes mots.


                                              
Merci de ta fidélité à me lire.


                                                                                              
Hécate



Lucie-y 23/09/2012 13:32


Un essai pour savoir si mon commentaire se met !

Hécate 23/09/2012 13:52



LUCIE-Y


c'est bon cette fois


et sans bloquer l'adminitration !


                                            
H



fanfanchatblanc 22/09/2012 11:37


Quelle poignante prière que celle de vouloir comprendre le pourquoi de la souffrance et des délires qu'elle occasionne. Un voyage intérieur d'une éloquence acérée où les blessures laissent des
traces indélébiles qu'il faut chaque jour atténuer par un onguent salvateur où douceur pourra enfin s'exprimer.


Touchée profondément j'ai été chère Hécate...


Des bisous soyeux et mélodieux pour toi.

Hécate 25/09/2012 17:36



Merci chère FANFAN...de tes mots qui m'émeuvent beaucoup .


                                                                                  
Hécate



Anne6329 22/09/2012 01:19


Oh quelle souffrance exprimée dans ce texte qui m'a beaucoup émue ! Merci c'est un magnifique texte même s'il est triste ! Amitiés

Hécate 27/09/2012 18:06



ANNE, alors merci de ton émotion...Je n'ai pas d'autres mots.


                                                                                                 
Hécate



alain BARRE 21/09/2012 23:34


"Les yeux fermés, ma chute était inévitable !..."


Mais la vraie vie, ce n'est pas toujours la furie de certains


Et quand les yeux s'ouvrent, parfois l'étoile n'est pas si loin !..."


bise


alainB

Hécate 25/09/2012 16:07



Merci ALAIN....


 Bien amicalement


                                 
Hécate



fbd 21/09/2012 18:38


que de souffrance sur des mots à vif! on en ressent la stridence, la fièvre mêlée au sang!

Hécate 25/09/2012 15:21



Ecrit sur le vif, et avec un certain recul pourtant ; mais le temps ne se mesure pas, ni ne s'arrête à la frontière des mots...


Un texte qui date d'un printemps passé, et nous sommes en automne...


                                                                                        
Merci Françoise


                                                                                                                               
Hécate



Sonya 21/09/2012 18:24


merci pour la réponse


bon weekend à toi


qu'il soit beau et ensoleillé


.•°•.Ś Ő Ń Ŷ Á.•°•. 

Hécate 21/09/2012 18:37



SONYA , aujourd'hui c'est la pluie comme en automne. Amicalement à toi.


                                                                                                         
Hécate



sixfrancs21 21/09/2012 10:28


Hécate nous a parlé de ce temps-là, d'avant; nous prierons pour le passé déchiré du fil d'Archal, mais le présent est bien mieux, parle-nous du maintenant ....

Hécate 25/09/2012 15:16



FRANCIS...oui...je vais revenir au présent ...Peut-être bien...et maintenant, maintenant c'est l'automne ...:)


                                                                                                                       
A bientôt


                                                                                                                                    
Hécate



Cendrine 19/09/2012 23:55


Bonsoir Hécate,


De tes mots, la souffrance qui perle, saigne, scarifie l'ombre et la lumière est une transe qui m'étreint...


Si tu savais quelles résonances... aux couleurs de mon sang si particulier je ressens, dans la chair des mots...


Ton écrit est magnifique, un bijou de fièvre et de puissance, même au creux de l'impuissance la force est là.


La souffrance nous enseigne tant de choses, l'embrasser même si on n'en peut plus de lutter nous permet de continuer. Je me demande encore comment on peut tenir debout quand on se vide goutte à
goutte mais nous tenons.


Merci pour ce superbe texte. Je te souhaite une douce nuit, bisous


Cendrine



Hécate 23/09/2012 12:23



Chère CENDRINE


j'ai mis du temps à te répondre, j'avais besoin de relire ton commentaire, de ne pas écrire sous l'impulsion ( ce qui ne me ressemble guère, étant presque toujours dans l'élan, mais je
réalise que mes élans sont aussi maintenus d'une poigne de fer, le mors-aux-dents, qui écorche vif, qui évite le fossé sans fond ).


Etranges échos que ta phrase " Je me demande encore comment on peut tenir debout quand on se vide goutte à goutte..."


Au propre comme au figuré...cette phrase est une phase de vie...On se découvre mieux, autrement dans le regard de l'autre. En publiant ce poème, écrit il y a asez de temps, je ne pensais pas
qu'on m'y répondrai ainsi.


Merci à toi et de ta licorne. Je ne sais exactement les souffrances qui sont tiennes ...La chair des mots, la chair de l'âme...Cette prière, je ne sais pas à qui je l'adressais...Une prière
vers l'immensité du ciel quand il fait nuit noire...Dans la fièvre, oui...La ferveur déchirée et qui cherche ...une réponse impossible.


                                                                                                                                   
Hécate



dominique 19/09/2012 13:32


bonjour,


une prière douloureuse bien difficile à décrypter.  Bonne journée.

Hécate 23/09/2012 12:08



DOMINIQUE, c'est bien là le pourquoi de cette prière !


Bon dimanche.


               Hécate



Gérard 18/09/2012 23:58


Une prière douloureuse comme percée par des clous . Beau texte Hécate

Hécate 20/09/2012 21:02



Merci GERARD....


                                            
Hécate



Paesaggio 18/09/2012 19:24


Douloureux et en même temps déroutant ce retour à l'enfance. Magnifique poème.

Hécate 19/09/2012 11:46



Si seulement l'enfance ...


Merci JEAN-MICHEL


Bien à vous


                    Hécate


 



Carole 18/09/2012 14:24


Hécate, tes mots me touchent beaucoup. Figure-toi que, quand j'étais enfant, j'étais bouleversée par le grand Christ de fer qui rouillait sur le calvaire, juste devant chez mes grands-parents, de
l'autre côté de la rue. Il m'obsédait. Et aujourd'hui quand je passe devant lui, il me semble toujours revenir à ces angoisses d'enfance. Je pense que tu touches dans ce texte à des sentiments
que beaucoup partagent.

Hécate 22/09/2012 19:24



CAROLE


très singulier effet sur l'imaginaire que ces calvaires et quand la rouille ajoute au fer une puissante impression indicible comment ne pas en être touchée, obsédée...Les premières émotions
sont toujours tapies au fond de nous...


Au moment de l'écrit, je n'avais pas en tête la représentation d'un Christ en croix, c'est seulement ensuite que cela s'est imposé. Probablement quelques souvenirs de ce genre, ton
commentaire me donne à réfléchir et je t'en remercie beaucoup .


          Bonne soirée


                                    
Hécate



albireo 18/09/2012 11:48


Tragique et douloureuse prière qui monte comme un cri ! C'est bouleversant !


Belle et douce journée apaisante...


Amitiés


Albiréo

Hécate 21/09/2012 17:22



ALBIREO


merci d'être là ...


Bon week-end à venir .


Amitiés


                       Hécate



Christian Jannone 17/09/2012 22:37


Je connais le style, le procédé : voir Si belle dans ta misère noire, d'Aurore-Marie de Saint-Aubain. Superbe, comme de coutume.

Hécate 18/09/2012 09:50



CHRISTIAN


permettez que je m'oppose à ce que vous affirmez : ici aucun procédé, l'émotion, un écrit à vif.


Un texte né de l'intime.


Quant à votre roman, sans doute style et procédé en sont-ils les conditions. Mais cela est autre chose.


Cordialement.


                Hécate



aiolos 17/09/2012 22:20


Ma chère amie,


En lisant cette prière ou rien n'est imaginé, comme tu le dis toi même dans une réponse à un com, moi que tu nommes "Echanteur", je n'aurais jamais cru que mon blog puisse être une seconde, une
noisette de baume guérisseur pour quelqu'un qui connaît comme toi,l'aridité des pays enchantés... Je t'embrasse très fort !

Hécate 18/09/2012 13:35



Mon cher ami AIOLOS...


c'est là que la vie est étonnante...elle nous surprend aux moments les plus inattendus ( "toujours l'inattendu arrive " a écrit je ne sais plus quel écrivain ).


Oui je te nomme " Enchanteur", c'est ainsi que tu m'apparaîs au fil des jours depuis que j'ai découvert ton blog à un carrefour...Une noisette de baume guérisseur, oui...Un élan, une aile
pour voler au-desus des peines...


C'est là le merveilleux !


A réfléchir à ton commentaire, cette " Prière" avait été écrite un 18 mars...dans l'aridité de mes printemps désanchantés, toi c'est le dimanche qui ne te va guère...moi, le printemps me
serre la gorge...Mais, je suis à me demander si tout cela ne va pas changer...


Je t'embrasse aussi très fort ! Merci pour tes mots...


                                                                             
Hécate


                                              



jean-luc saint-marc 17/09/2012 20:55


ce commentaire glissé sous ma porte


réclame ou alarme


 


la douleur est-elle


le lit de l'à venir ?

Hécate 21/09/2012 17:20



A savoir....JEAN-LUC...


         Toujours le don de me faire question ce genre de chose !....


                                                                         
Amicalement


                                                                                         
Hécate


                               



Nokomis 17/09/2012 20:50


Même si le suymbole est terrible à mes yeux, j'aime cette photo. 
Belle fin de soirée à toi 

Hécate 19/09/2012 17:52



NOKOMIS, si le texte est de moi, la photo est de la Bête Humaine.


                                                            
Merci de ton passage à mon Carrefour.


                                                                                                                 
Hécate



666 17/09/2012 20:02


C'est très beau cette prière et en mm temps tellement douloureux. A lire, à éprouver pour toi & avec toi, à sympathiser au sens litéral du terme.


Je ne sais pas quelles épreuves tu as traversées au cours de ta vie, mais tu les traines encore aujourd'hui. 1 fardeau, une blessure à jamais ouverte. Et en m temps c'est sans doute ce qui te
rend si sensible, ce qui fait que tu manies si bien les mots.


On a tous des blessures en nous, des ronces auxquelles on s'est écorché, des pierres sur lesquelles on est tombé et qui nous ont fait si mal. Se relever semblait impossible. Dégingandé, boîteux,
blessé mais tjs debout. A devoir vivre avec ça ou sans ça. En tirer le meilleur. Toi à travers les mots. Moi, à travers les gribouillis. Expier ? Trouver "les mots pour le dire" ? Telle 1
Catharsis ?


Incomplet, mélancolique, mais debout. Car il y a de belles choses qui valent la peine qu'on s'y attarde, qu'on les regarde. Mm si ça ne guérit rien dedans, ça permet au moins de rendre la
traversée intéressante sinon attrayante.


Sorcièrement,

Hécate 24/09/2012 10:35



Chère SORCIERE


Je réalise encore mieux ce que cette prière a de douloureux à lire ton commentaire et d'autres aussi. Les épreuves m'ont traversée, transpercée...oui ; je sais n'être pas la seule, ce qui
n'est une consolation ni pour moi, ni pour autrui. Même si, oui ces choses là forgent le caractère, il arrive que toute l'orientation d'une vie se trouve détournée du lit du fleuve.


Expier, non...Je n'ai pas en moi cette notion. Ne pas se voiler la réalité, s'en servir pour être. C'est un peu présomptueux, ce n'est pas cela , mais pour un "regard" autre que le mien,
un partage émotionnel encore. Ce texte n'avait pas été écrit pour être livré ici. Comme tu les sais, depuis le début sur le Fil d'Archal je suis derrière les livres, les écrivains, poètes,
artistes...De temps à autre, entre quelques chroniques, je glisse une page d' Interlude plus perso.


Dessins, peinture et toute forme d'expression sont des facettes qui renvoient à un part de soi, comme au théâtre où le costume permet de dénuder ce qui ne se montre que peu ! De s'en
jouer aussi. Rendre la traversée attrayante, comme tu le dis ...et comme chez toi où les couleurs sont explosives même quand le macabre jongle avec tout un arsenal délicieusement fruité,
entre poison et exquis plaisir pour les yeux !


 Merci encore pour ce long moment avec moi.


                                                                              
Hécate


 



apsara 17/09/2012 19:44


je relis tes mots et me retrouve dans la chambre de mes grands-parents cachée derrière un long rideau,hurlant en silence ma haine,mon désespoir,mon incimpréhension!


belle soirée chère Hécate

Hécate 19/09/2012 18:08



APSARA tu es vraiment partout en ce moment. Le passé s'éveille d'un rien, à peine s'il dort ! Toujours chercher un sens à ce qui n'en guère...Hélas !....Bien qu'avec le temps certaines choses
trouvent une explication, mais le ravage n'est pas pour autant réparé ou réparable.


                                                                                                                  
Je t'embrasse


                                                                                                                                      
Hécate



•-~•*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*•~-• 17/09/2012 19:40


je pense que cette personne a vaincu ses peurs , ses souffrances, ses vieux démons


et n'a plus peur de ragarder ce passé accusateur voire "meurtirer"


mais savoure cette jouissance présente de le regarder comme une pourriture


elle a su sortir la tête de l'eau pour s'exprimer en ces mots


elle a su faire un travail intérieur


merci de me donner ta version


ti bo et belle semaine à toi Hécate


 


•-~·*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*·~-• 


 

Hécate 21/09/2012 17:14



SONYA


plus peur de regarder ce passé, non...il a été nourriture et destruction...un pont sans balustrade avec le vide vertigineux...de tous côtés.


Un long travail intérieur, un long questionnement surtout...Peut-être est-ce presque la même chose, peut-être...


Bonne fin de semaine Sonya


                                                           
Hécate



Delcuse 17/09/2012 19:21


"Parlez-moi de ce temps d'avant".


Pourquoi ?


Le temps d'aujourd'hui serait si différent ?

Hécate 21/09/2012 00:16



Pourquoi ....me demandez-vous ?


Peut-être pour en avoir une autre perspective ...


Aujourd'hui n'a de sens qu'avec ce qui le précède...


Merci de votre regard sur cette "Prière"...singulière.


                                                                   
Hécate



cronin 17/09/2012 19:19


Bonsoir Hécate,


Texte qui vous touche au plus profond d'un être... douleurs, souffrances, que l'on extrait, des gouffres souterrains, pour les mettre en lumière (de par tes mots). On dit souvent, que la
souffrance fait naître les plus beaux écrits... et lorsque je te lis, je me dis, que tu as dû errer, aux rives de souffrances obscures, il faut une grande force intérieure, pour surmonter, ce
chemin là... à travers ronces funestes, et décors de catacombes... je suis très touchée en te lisant, 'Parle moi..." afin que je trouve toute délivrance à mes maux qui suintent sous ma plume en
souvenirs... je réponds que je vois un être de lumière, parce que ces mots, m'ont touché au plus profond de mon être. Merci Hécate, belle et douce soirée... toute mon amitié, ma rose. Corinne
(Cronin).

Hécate 18/09/2012 19:16



CORINNE,


j'ai erré, dérivé, je ne sais trop comment cela a pu se faire que je sois là encore. Il y a toujours pire, il ya tant de souffrances de toutes sortes. Tu me parles de force intérieure,
est-ce qu'on sait ce que c'est dans des années comme celles-là à peine esquissées ici. Et cela est bien suffisant : pas trop d'éclairage au sein des ténèbres...L'âme burinée par les
chocs successifs soit se brise soit tient bon. Aucune certitude...A force de silence, il vient ce moment où s'échappe  ce " Parle-moi...". Lors de l'écriture de ce texte, pourtant aucune
intention qu'il soit lu. Comme un journal intime.


Merci de ton émotion ici déposée.


Tu réponds que tu vois un être de lumière...Touchée, je suis...Je ne sais plus quoi ajouter.


Sincèrement je te souhaite une bonne soirée. Ta Rose a-t-elle une histoire ?...Toujours tu signes ainsi.


                            Hécate



nays 17/09/2012 18:49


Bonsoir Hécate


 


je suis toute troublée en te lisant , ce texte est superbement écrit mais me donne la chair de poule tant par la souffrance qu'il inspire et j'espère qu'il est purement imaginaire


 


douce soirée Hécate


bisous xxxxxx

Hécate 17/09/2012 18:53



NAYS , non rien d'imaginaire...Douce soirée à toi, c'est encore l'été l'après-midi ici.


                                                                                                                                 Amicales
pensées.


                                                                                                                                                       
Hécate



apsara 17/09/2012 18:18


Magnifique,si profond,si fort,sibien exprimé...la souffrance à l'état pur!merci pour ce moment si douloureux où jemeretrouve avec toi bien loin de ce que l'on nomme la vie...un enfer traversé;un
enfer où si l'on en ressort ,on ne peut être qu'oripeaux sanglants ou rubis scintillant!


merci encore pour ce moment hors normes


je t'embrasse

Hécate 18/09/2012 13:56



APSARA


Je sais que tu comprends...Je sais que les mots chez toi coulent comme un fleuve embrasé, la couleur du sang...Toutes les facettes d'un drame dont tu es la survivante s'y
reflètent.


Merci pour ta présence et ton amitié depuis un an et un presque un mois.


                                                                                                 
Je t'embrasse chère Diamant !


                                                                                                                                   
Hécate



Présentation

  • : Le Fil d'Archal
  • Le Fil d'Archal
  • : A découvrir le fil fervent qui me tient lieu d'équilibre vous êtes invités... Vous, funambules du lire et du délire... Suivez-moi avec les élans du coeur et de l'esprit... Pour me contacter: lefildarchal@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Catégories